L’ERT est à nouveau dans la controverse. Le diffuseur public grec a en effet décidé de payer 16 millions d’euros pour acquérir les droits de diffusion des matchs de la première ligue de football nationale. Cela a suscité bien des commentaires et des reproches, l’ERT clamant à longueur d’année qu’elle ne dispose d’aucun budget et demandant à chaque fois aux maisons de disque de payer les frais relatifs à sa participation à l’Eurovision.

Les fans grecs de l’Eurovision ont crié au scandale et à l’injustice sur les réseaux sociaux. Ils ont pointé que l’ERT faisait des difficultés incroyables pour payer les 200.000 euros nécessaires au Concours, refusait même de couvrir les frais de voyage et de séjour de sa délégation et là, déboursait 80 fois plus pour le football.

Consolation : l’ERT ne manquera pas de candidats pour la représenter en 2019. Galvanisés par le succès d’Eleni Foureira, les artistes hellénophones déclarent leur flamme à l’Eurovision et font acte de candidature en masse. Deux nouveaux protagonistes, très connus en Grèce, se sont proposés cette semaine.

Vous reconnaîtrez facilement le premier, puisque nous en avons parlé trois semaines durant, dans notre Happy Hour. Il s’agit de Nikos Ganos (ci-dessus à gauche). Inutile de repasser en revue sa biographie, vous la connaissez par coeur. Invité dans l’émission matinale Summer Together, Nikos a reconnu qu’il avait très envie de participer au Concours et qu’il s’agirait pour lui d’une merveilleuse opportunité.

Nikos part du bon pied, puisqu’il est sous contrat avec Panik Records. D’autre part, il est proche d’Alex Papaconstantinou qui a écrit plusieurs morceaux pour lui. Nikos ne fera pas la fine bouche : Grèce ou Chypre, sélection interne ou sélection nationale, tout lui conviendra, du moment qu’il puisse avoir sa chance.

Comme par hasard, à peine Nikos s’était-il déclaré, qu’un autre chanteur entrait dans l’arène des candidats. Il s’agit de Stelios Legatis (photo de présentation, à droite).

Stelios est né en 1997. Il chante et joue de la guitare depuis son adolescence. Le jeune homme se fait remarquer du grand public, en 2012, lorsqu’il participe à la première saison de La Grèce a un incroyable talent. Il remporte la compétition, devient chanteur professionnel et signe un contrat avec, surprise, surprise, Panik Records.

Dans une interview avec People, Stelios s’est dit admiratif du parcours d’Eleni Foureira. Le chanteur se sent prêt, lui aussi, pour participer à l’Eurovision et suivre les traces de sa compatriote. Stelios est si enthousiaste qu’il participerait bien chaque année, en tant qu’interprète ou que compositeur. Comme Nikos, peu lui importe de représenter Chypre ou la Grèce, pourvu qu’il ait ses chances.

[poll id=”1295″]

(avec la collaboration de Pauly)