Iriao est un groupe qui nous vient de Tbilissi et qui est composé de sept membres : David Malazonia, compositeur, arrangeur et leader du groupe ; Nugzar Kavtaradze, spécialisé dans les instruments folk géorgiens ; Levan Abshilava, batteur et percussionniste ; Shalva Gelekva, bassiste ; et les trois chanteurs : George Abashidze, Mikheil Javakhishvili et Bidzina Murgulia.

Ayant une forte expérience à la fois de la musique folklorique géorgienne et du jazz, le leader du groupe David Malazonia est considéré comme l’un des plus grands compositeurs géorgiens, qui a combiné ces deux genres dans ses compositions.

Au cours des 30 dernières années, David a composé avec succès de la musique pour de nombreuses pièces de théâtre et films en Géorgie et en Allemagne, ainsi que pour le légendaire groupe géorgien ADIO.

Les critiques dithyrambiques sur ce compositeur le poussent à créer son propre groupe en 2013. Ainsi naît Iriao.  Le répertoire distinct de la formation repose sur un folklore géorgien authentique, bien qu’il ne vise pas à moderniser la musique polyphonique géorgienne unique (largement reconnue par l’UNESCO comme un chef-d’œuvre du patrimoine oral et immatériel) mais à la parsemer d’éléments jazz.

Dgheo gadiddi
Tovli gaadne
Visats upro shests’ivda ghamit
Is metad gaatbe
Chemtvis kʼi ara
Chventvis anate
Guli skhvisi bednierebit gaakhare
Mze amosvlas ar agvianebs
Sitbos achukebs adamianebs
Da dedamits’a siq’varulit t’rialebs
Skhvisi gaigo, skhvistvis gaigo
Guli ra aris tskhrajer tskhrad tu ar gaiq’o
Skhva q’velaperi, karma ts’aigho
Sheni mkholod is aris, rasats skhvistvis tmob
Dghe at’enebs ghames
Tu shens gverdit var me
Raghats mtavrdeba, raghats its’q’eba
K’vek’anad sik’ete iko, aris da ikneba
Sheni gulistvis
Siq’varulistvis
T’undats erti ts’ut’istvis
Isev vagrzelebt gzas
Rasatsa gastsem shenia

C’est au cours du réveillon du Nouvel An que nous avons appris la participation d’Iriao pour la Géorgie. En pleine fêtes, et en pleine préparation de Destination Eurovision qui a occupé pas mal vos pensées, les réactions sont peu nombreuses.

L’optimiste Quentin trouve que « c’est loin d’être mauvais », tandis que Denez va plus loin en disant que « c’est même plutôt bon dans le genre. Mais tellement décalé par rapport au Concours. C’est un choix curieux et audacieux de la part de la télévision géorgienne. Je suis curieux d’entendre ce qu’ils vont proposer. »

Kris B. juge « audacieux » le choix géorgien, ajoutant qu’il « n’aime pas le jazz et celui-ci a une couleur particulière. Pour le coup, la diversité est là… »

Pour Francis, c’est un « choix à saluer », car « décalé ». Cependant, il « ne se fait aucune illusion », pensant à « une élimination pure et simple en demi-finale ».

Philippe précise que « la Géorgie envoie des prestations de bonne qualité mais qui sont boudées par le public ou saquée par les jurys. »

Zipo nous dit que si la chanson pour Lisbonne ressemble à ce qu’ils font d’habitude, on aura l’impression de se « trouver au festival du jazz d’Antibes-Juan les Pins ».

La Géorgie est le dernier pays à avoir rendu sa copie, en dévoilant sa chanson, le 13 mars dernier.

Eric pense que « Les voix sont bonnes mais le tout est assez plat. Il ne se passe pas grand chose… On dirait un chant d’une veillée de Noël ! Dommage… Bref un dernier pays qui ne va pas bouleverser les favoris des bookmakers, ni celle des fans du show non plus ! Pas de finale encore pour la Géorgie cette année (à mon avis). »

« Ballade traditionnelle + Trip hop. Original… » pour Elio22. « Mais bon… je crois pas que jouer dans la même catégorie qu’au Junior -ou ça fonctionne vu les résultats- marche aussi au concours adulte… »

Manu est plus bref dans ses propos : « Oulala quelle horreur… Pas de finale c’est certain »

« C’est encore un autre style de chanson… », nous dit Zipo. « C’est assez surprenant : je me suis cru quelques instants dans un monastère et au final, je ne suis pas convaincu. C’est un peu une musique  « sourde » et une chanson peu engageante ; néanmoins, ce n’est pas archi mauvais non plus : il y a tellement pire dans cette demi-finale !”

On continue avec une Friisherie : « C’est très bien, il manquait ce type de chanson qui est très jolie et qui me fait penser que j’ai oublié de payer ma prime d’assurance obsèques pour l’année 2018. Merci la Géorgie, vous m’évitez 10 € de frais de rappel. »

Nico salue le fait que « La Géorgie a au moins le mérite de chanter dans sa langue nationale » et ajoute : « c’est même assez joli à entendre, sauf qu’il est vrai que la chanson est assez monotone et tristounette, Certains apprécieront mais peut être pas au point d’envoyer ce groupe en finale.”

Joh, de son côté, « aime bien ». « C’est très beau, c’est relaxant, c’est très sympathique. Seul petit problème, il manque une envolée sur la fin. Mais en dehors de ça, pour moi c’est du bon. Ça me rappelle très légèrement Bonaparti.Iv (Lettonie 2007) »

C’est un 12/12 pour philippe. « Même pessimisme collectif au départ que pour le Portugal l’an dernier … et au final … »

« Très traditionnel et plutôt sympa… », du point de vue de Taron. « Mais ça a tendance à être monotone, pas d’envolée ou de moments forts. Ça se laisse écouter mais pour une qualification, ça va être dur… »

RV trouve que « ce n’est pas si mauvais que cela et atypique. Dur pour la qualification mais tout peut arriver !!! »

Marie jette du chaud et du froid : « Ils savent chanter en harmonie, c’est une contribution de qualité mais que voulez-vous, je m’ennuie en l’écoutant. »

« De très belles harmonies » pour Francis. « Et je suis toujours content de voir certains pays défendre leur patrimoine culturel plutôt que d’avoir recours aux mêmes compositeurs que tout le monde pour proposer la même musique. Mais il est à craindre que la Géorgie cette année réitère la contre-performance de la Croatie en 2013 :-/ »

« Reposant », selon Pascal. « Mais dans un contexte eurovisionesque ça me semble plutot inadapté. Du coup j’anticipe un crash en demi-finale. »

Adi025 place cette chanson dernière. « Je n’aime pas du tout. Je l’ai écouté une fois et je ne veux pas la réécouter. Après comme c’est la Géorgie, une qualification n’est pas impossible. L’année dernière, la Géorgie est arrivée 11e en demi-finale alors que peu de fans étaient derrière la chanson. »

EuroPhilou évoque « Un mash-up « Meunier tu dors » et « Frère Jacques » …fallait oser ! » Il ajoute : « J’ai tellement accroché que j’ai passé l’aspirateur pendant ce temps… »

[poll id=”927″]

[poll id=”928″]

[poll id=”929″]

[poll id=”930″]

[poll id=”931″]

[poll id=”932″]

[poll id=”936″]

[poll id=”937″]

Même si elle obtient parfois de bon score à l’Eurovision, c’est surtout au Junior que la Géorgie se distingue. En onze participations, le pays a tout de même gagné le concours à trois reprises !

  • En 2008 avec Bzikebi ;

  • En 2011 avec Candy :

  • Et en 2016 avec Mariam Mamadashvili :

  • Souvenirs… souvenirs… C’est la première fois que la Géorgie chantera toute une chanson dans sa langue. Nous avons cependant pu écouter un peu de géorgien dans la chanson I’m a Joker d’Anri Jokhadze en 2012. Première chanson géorgienne à avoir été éliminée en demi-finale…