Nous concluons les évaluations de ce prochain week-end avec la sélection portugaise. Hier soir, le Festival da Canção a connu un rebondissement imprévu : Diogo Piçarra a décidé de se retirer de la compétition. Le chanteur avait remporté la deuxième demi-finale, dimanche dernier, mais avait dû faire face à des accusations de plagiat. Diogo a reçu le soutien de la RTP, qui a décidé de le remplacer en finale par Susana Travassos et sa chanson Mensageira.

Bref, voici tout d’abord les Loreen, qui vous indiqueront mon opinion personnelle et subjective sur les quatorze morceaux en lice. Vous trouverez juste après notre habituel sondage, qui vous indiquera l’opinion générale de nos lecteurs.

LES LOREEN

Loreen ne va pas vous mentir : le Festival da Canção est toujours un interminable supplice musical pour elle…

 ChansonsCommentairesLoreen
Rui David – Sem MedoChanson nostalgique au trombone. Pas mal dans son genre, belle sonorité, ressemble à générique de fin de série télé. Un peu monotone au bout de trois minutes, mais agréable.
Diogo Piçarra – Canção do FimAmbiance "MTV Unplugged" pour "Amor Pelos Dois" 2018. Prendrait idéalement la suite de Salvador. Beau dans son genre, mais fichtrement ennuyeux. Aurait cassé la baraque à Lugano, en 1956.
Peter Serrado – SunsetUne ballade à la guitare comme on produisait à la pelle durant les années 90. À nouveau ambiance "MTV Unplugged". Vaguement country. Idéal pour film nostalgique en bord de mer.
Joana Espadinha – Zero a ZeroMorceau un brin plus rythmé, mélangeant guitare et batterie, pour des sonorités très "1999". Là aussi, agréable, mais inoffensif et peu mémorable.
Lili – O Voo das CegonhasSon plus contemporain, plus intéressant. Ballade assez classique, mais voix irritante, voire insupportable. Et prestation plutôt médiocre. Vrille le tympan. Serait sans doute mieux passé avec autre interprète.
Catarina Miranda – Para Sorrir Não Preciso de NadaSomnifère : ballade soporifique, toute lente, trois minutes de non-événement musical. Par comparaison, "Amor Pelos Dois" apparaît mouvementé.
Joana Barra Vaz – Anda Estragar-me os PlanosProbablement chanson la plus lente de l'histoire de la musique. Lente et donc, longue, longue et ennuyeuse comme une discussion de sélection ukrainienne. Envie de passer au suivant.
David Pessoa – Amor VelozTransposition musicale de ces jours de vacances pluvieux où l'on se retrouve désoeuvré sur son canapé. Grosse envie de soleil, de danse, d'énergie, d'action. Suivant...
Minnie & Rhayra – Patati PatataJustement, morceau plus joyeux, plus dynamique, plus entraînant. Pas exceptionnel, mais donne un sourire. Inutile de se réjouir pour autant : titre affligeant, paroles navrantes et concept ridicule. Ressemble à ces morceaux idiots présentés au Concours dans les années 70.
Janeiro – (sem título)Un mec et sa guitare pour un nouvel avatar d'"Amar Pelos Dois". Eurovision réduit à sa plus simple expression. Bon dans son genre, mais aussi peu enthousiasmant que possible. À nouveau, syndrome "MTV Unplugged".
Maria Inês Paris – Bandeira AzulGuitare à la Santana pour autre ballade nostalgique. Inspiration bossa-nova. Parfait pour soirée romantique dans restaurant lisboète, les yeux dans les yeux sous ciel étoilé. Musique de fond, quoi.
Anabela – Para Te Dar AbrigoGuitares et accordéon pour morceau nostalgique plus rythmé. Bal musette à Lisbonne. Idéal pour vin blanc à une terrasse le long du Tage. Encore une fois, bien, mais plutôt en musique d'ambiance que l'on écoute distraitement.
Claúdia Pascoal – O JardimBallade au son plus moderne. Voix rauque intéressante. Potentiel et attente. Sauf que démarre trop tard et ne s'élève que d'un petit cran. Retombe aussitôt, causant déception et frustration. Belle émotion tout de même pour le final.
Peu Madureira – Só Por ElaTypiquement ce que le Portugal envoyait à l'Eurovision dans les années 60 et 70. Avec phrasé identique. Certains diront "intemporel", d'autres "ringard". Plutôt de ceux-là. Ambiance maison de retraite devant "La Chance aux Chansons". Réveillez-moi pour le souper...
Susana Travassos - MensageiraBallade portugo-portugaise de plus dans sélection qui n'en manque pas. Élégante et ennuyeuse, à l'image du FdC. Si les 43 participants de l'Eurovision étaient dans cette veine, deviendrais fan d'un autre concours musical.

Détestez-moi, conspuez-moi, jetez-moi la première pierre, je n’en puis mais : le Festival da Canção n’est pas ma tasse de thé. Je m’y ennuie toujours à périr et les rares morceaux qui soulèvent légèrement mon attention sont immédiatement descendus par le jury. Tout ceci explique ces jugements sévères et ces Loreen épouvantées.

Vous noterez que ce tableau n’engage que moi. Vous noterez aussi (à votre grande satisfaction, si vous aimez le FdC) que je me suis planté en beauté, l’an dernier. J’étais allé me coucher avant la fin de la finale du FdC 2017, convaincu que l’on n’en tirerait rien d’intéressant. Je suis resté sur cette opinion définitive jusqu’au 13 mai dernier, minuit. J’ai alors été changé en citrouille et dû admettre que je m’étais trompé.

Bref, patati patata, comme qui dirait… Il faut bien en choisir un… Diable… Aucun coup de coeur, rien qui m’emballe. Je dirais peut-être Claúdia Pascoal, pour son approche plus 2018. Mais il faudrait tout reprendre de A à Z, pour rendre son morceau et sa prestation plus attractifs et marquants. Petit Jésus, je sens que ma soirée de dimanche va être palpitante comme un entracte de finale roumaine…

LE SONDAGE

À votre tour de vous exprimer ! Donnez-nous votre avis !

[poll id= »723″]

Nous nous retrouverons donc dimanche pour la finale de cette sélection ! À très bientôt !