L’Islande était représentée par Ari Ólafsson avec la chanson Our Choice. Elle faisait partie de la première demi-finale.

La scénographie : La scène est teintée de bleu. Ari Ólafsson commence  à chanter avec le public derrière lui. Il porte un costume avec des bandes rouges au niveau des épaules et une chemise rouge. Puis il se tourne en même temps que la caméra et on découvre au fond de la scène 5 choristes habillés en rouge et noir. La caméra fait surtout de gros plans d’Ari puis les choristes se rapprochent de lui à la fin de la prestation en même temps que la scène change de couleur et devient jaune-rouge-orangé. Ari termine sa prestation très ému.

Le résultat : l‘Islande a terminé dernière, c’est-à-dire à la 19e place, avec un total de 15 points, ce qui ne lui a évidemment  pas permis de participer à la finale ,le 12 mai.

Examinons en détail qui  a attribué ces 15 points : 15 points ont été attribués par les jurys et 0 point par le public.

  • Les jurys : Biélorussie : 7 points / République Tchèque : 4 points / Macédoine : 2 points / Belgique et Suisse : 1 point
  • Le télévote : 0 point

Comme vous pouvez le constater, ni les jurys, ni le public n’avaient qualifié l’Islande mais le public a été particulièrement sévère ne lui accordant aucun point. Il termine à la 19e place pour le public comme pour les jurys.

Les bookmakers le jour J : Ils avaient placé l’Islande 19e de la demi-finale 1. Le résultat final leur a donné raison. L’Islande ne s’est pas qualifiée et a bien terminé 19e. Bon pronostic.

L’avis d’Eurovista : C’est une chanson qui aurait sied à merveille à Johnny Logan dans les années 80. Mais nous sommes en 2018, et il est vrai que la chanson, si jolie soit-elle, détonne dans le paysage des chansons modernes. On comprend donc pourquoi la sauce n’a pas pris. Pourtant, il y avait quelques bons ingrédients : une belle voix sans une once de fausse note, un bel emballage scénique, une émotion toute particulière et une sensibilité du chanteur vraiment touchante. Mais ce n’était pas suffisant, la mélodie était trop vieillotte pour pouvoir être appréciée par une majorité de personnes. Un conseil pour l’Islande : faites revenir Ari avec une bonne chanson, et il fera un malheur.

L’avis de Quentin : Ari me fait toujours autant sourire avec son visage enfantin et une timidité bien à lui. En revanche, la chanson datée qu’on lui avait confiée ne pouvait pas lui permettre d’arracher une place en finale. La mise en scène selon moi ne pose pas problème, mis à part sa tenue qui rappelle une veste de sport Adidas. La scénographie est dans le même esprit d’intimité que le chanteur voulait véhiculer, avec un changement de tons vers la fin du morceau, passant d’un bleu profond à un orange éclatant. Même avec un effort comme celui-ci, même avec toute la bonne volonté du monde qu’avait Ari à chanter sans aucun accroc, l’Islande n’avait aucune chance de s’en sortir dans une demi-finale semblable à un bain de sang.

L’avis de Marie : L’émotion et la voix y étaient mais la proposition islandaise manquait sincèrement d’envergure en commençant déjà par la chanson quelconque et datée qui n’a même pas été mise en valeur par une scénographie simpliste et déjà vu, agrémentée par une tenue vestimentaire vieillissant tout le tableau. Dommage pour ce jeune artiste qui a beaucoup de talent et de sensibilité. Son élimination est logique mais en ce qui me concerne, il ne méritait pas la dernière place de la demi-finale.

 

Votre avis compte aussi : 

[poll id=”994″]

[poll id=”996″]

[poll id=”997″]

[poll id=”998″]

[poll id=”999″]

[poll id=”1000″]

 

Conclusion : La qualification en finale relevait de l’impossible pour l’Islande qui était dans la première demi-finale au niveau très élevé. C’est la quatrième élimination en demi-finale d’affilée pour ce pays, la dernière qualification datant de 2014. Il est temps pour l’Islande de se ressaisir !

 

(avec la collaboration d’Eurovista et la participation de Quentin)