Ça y est. C’est le grand jour. Ce soir, la Croatie fera son choix. Ce soir, parmi les 16 chansons encore en lice à l’issue des demi-finales, sera choisi le titre qui portera les couleurs croates à Malmö. À quelques heures de cette décision cruciale, Loreen a écouté les chansons en compétition, et vous donne son avis tranché.

Après quoi, bien sûr, vous pourrez vous exprimer. Allons-y sans plus tarder.

Avis général


Boarf. C’est en cette onomatopée que Loreen résumerait ce DORA. C’était bien la peine de voir grand, si la qualité des chansons ne suit pas l’ambition. Fait d’autant plus inquiétant : la meilleure chanson du line-up aurait pu ne jamais être sélectionnée si un forfait n’avait pas été déclaré ! De plus, pour sa playlist personnelle, votre Loreen du jour fait grise mine. Contrairement à un Festival da Canção ou à un Supernova (où les chansons les moins appropriées pour l’Eurovision le sont plutôt parce qu’elles sont trop niches, pas parce qu’elles sont fades), presque rien ne rejoint mes goûts personnels ici … À part le grand favori, bien sûr. Dans une demi-finale 1 qui promet d’être de qualité, la Croatie a très peu d’options pour se qualifier … En fait elle n’en a qu’une, une évidence (qui demandera cependant un peu de travail scénique). Pour le reste … « Le reste, je te le laisse, ha ha », comme dirait l’autre. Ceci étant posé, étayons notre propos, chanson par chanson.

(Ré) écoutez les chansons en cliquant sur chaque titre (versions studio).

Alen Đuras – A Tamburitza Lullaby


Premier constat : il y a arnaque sur le titre. Message aux artistes. N’appelez pas votre chanson « Lullaby » (aka « berceuse ») si la chanson est dansante, c’est contre-productif au possible ! À part ce titre erroné, il n’y a rien à dire, et c’est bien là le problème. C’est une chanson pop plutôt convaincante, mais tellement vue et revue. On ne voit pas ce qui pourrait lui permettre de se démarquer entre Bambie Thug et Silvester Belt. Aucun point d’accroche pour que le télévote (seul décideur des demi-finales) s’en rappelle. À éviter.

Let3 – Babaroga


Non. C’est un grand non. C’est atroce. Et vous lisez l’avis d’une personne qui, pourtant, adore Mama SC et défendra cette chanson bec et ongles jusqu’à la fin des temps. Mais Babaroga va trop loin dans le ridicule. Et quand c’est trop, c’est Tropico. L’instrumental est kitsch, passe encore. Mais la voix … L’autotune est usé, abusé, sur-utilisé à tel point que l’on entend plus qu’un simulacre de voix chantant avec un falsetto aussi agréable qu’un larcen ! Il doit bien y avoir un message derrière, mais contrairement à Mama SC, je n’arrive pas à le cerner, et donc à apprécier la satire (s’il y en a une). Un retour n’était vraiment pas nécessaire, et ce Babaroga gâche un peu le coup de génie qu’était Mama SC … Pourtant, malgré tous ces défauts … Une victoire ne me surprendrait pas. M’irriterait au plus haut point, mais ne me surprendrait tout de même pas. Au moins, il est certain que la Croatie se démarquerait, et le groupe sait proposer des mises en scène suffisamment impactantes. Cependant, là est la question : la recette prendra-t-elle deux fois ? Votre Loreen du jour n’en est pas sûre. Le tout a plus de chances d’agacer que de faire rire.

Boris Štok – Can We Talk


Rien. Il ne se passe rien de particulier dans cette chanson. Et c’est un problème, encore une fois. Le morceau n’a rien à se reprocher, c’est une petite ballade pop inoffensive … Mais à l’Eurovision, il ne faut pas être inoffensif. Il faut marquer, fût-ce par sa simplicité, par son efficacité, ou même par son excentricité. Can We Talk n’a hélas pas assez de caractère, et la Croatie n’aurait aucun avantage à faire ce choix.

Natalie Balmix – Dijamanti


Je pense que ma barre d’exigence a dû baisser, proportionnellement au niveau de cette sélection. Si les couplets sonnent un peu vieillots, le refrain, très accrocheur, compense tout. (Mais quitte à parler de diamants, Diamanti Grezi s’en sortait mieux). Est-ce pertinent pour l’Eurovision ? On peut s’en contenter, je suppose. C’est loin d’être une chanson honteuse. Mais il faudra que la mise en scène soit suffisamment marquante. À surveiller.

Pavel – Do Mjeseca


Enfin, votre Loreen du jour a trouvé une chanson qui lui plaît vraiment sur le plan musicale. Indie-pop aux airs un peu disco (et un peu datés, je dois bien l’admettre), c’est une chanson agréable qui s’écoute avec plaisir. Il y a presque un petit côté italien dans le refrain, qui n’a rien à envier à du Ricchi e Poveri. Pour l’Eurovision, c’est une fausse bonne idée (je doute qu’ils aient la moindre chance ne serait-ce que de gagner le DORA), mais les bonnes chansons se font si rares ici, qu’elles méritent d’être récompensées !

Marcela – Gasoline


Certains disent que ce pourrait être la gagnante surprise de ce DORA 2024, et sa prestation en demi-finale semble avoir beaucoup convaincu si j’en crois les commentaires des eurofans. Votre Loreen du jour, elle, se montre dubitative. Si Gasoline est l’une des chansons les plus euro-compatibles du lot (d’où l’unique Loreen souriante), ce n’est jamais qu’une autre pop-girly aux accents légèrement 80’s. Qu’est-ce qui lui permettrait de se démarquer plus qu’une autre chanson ? D’accrocher un top 10, tout au moins une qualification ? Pas la chanson, en tout cas. Tout devrait reposer sur le visuel. Mais ce n’est plus très drôle quand c’est le visuel qui prime sur la musique, dans le Concours Eurovision de la CHANSON. Alors quitte à avoir une gagnante surprise, je préférais encore Dijamanti.

Vinko – Lying Eyes


« Und Grüne augeeeen lugen niiiiicht »… Vous m’excuserez, les histoires d’yeux qui mentent me font désormais toujours penser à cette douce chanson allemande … Douce, Lying Eyes l’est aussi, et c’est la belle surprise du line-up. Est-ce adapté pour l’Eurovision ? Oui et non. Il y aurait de quoi faire une Watergun, mais ça ne marche pas à tous les coups … Et au vu du reste de la première moitié de la DF1, il recevrait à coup sûr un placement en Death Spot, ce qui nuirait considérablement à ses chances. Peut se tenter pour Malmö, mais sans garantie de bon résultat. Rejoindra en revanche ma playlist.

 Lana Mandarić – More


Une ballade pop tout à fait classique, mais qui marche plutôt bien dans son genre … Même si elle évoque davantage ce que l’on pouvait entendre à l’Eurovision 2017. Loin d’être honteux (d’où la Loreen souriante), mais pas forcément avantageux pour l’Eurovision, car une qualification n’est pas entièrement assurée (voire presque pas).

Saša Lozar – Ne Placem Zbog Nje


Une ballade sans grands défauts, mais sans grandes qualités non plus. Ce n’est pas une mauvaise chanson, mais pas de quoi casser trois pattes à un canard … J’ai l’impression de me répéter, moi … Le croate sauve un peu la chanson, mais seulement un peu. Ne serait pas un choix judicieux pour l’Eurovision.

Lara Demarin – Ne vjerujem ti


Morceau oscillant entre pop, rap et RNB, qui s’oublie vite malgré le fait d’être chanté en croate. On se croirait retombés dans les années 2000. Aucune chance de qualification pour Malmö. À oublier.

Baby Lasagna – Rim Tim Tagi Dim


Profitez-en bien, de ces Loreens souriantes, car ce seront les seules que vous verrez aujourd’hui ! Chanceux repêché, Baby Lasagna s’est très vite imposé comme LE favori de la sélection, volant la vedette à tous les concurrents. Et avec raison. Ce morceau, décalé et léger, mélange rock, électro et rap. Il apporte un vent d’air frais tout en racontant l’histoire (entre doutes et espoirs) d’un garçon qui quitte sa campagne et ses repères pour affronter la grande ville. Le tout orné d’un refrain implacable qui détruit tout sur son passage à grands coups de « Woooohoooo » ravageurs qu’on a envie d’entonner à ses côtés. La performance n’est pas forcément au point (si j’en crois mes amis croates, c’était la première prestation télévisuelle pour Baby Lasagna), mais avec du travail et de la bonne volonté, une belle performance sera atteignable en mai, avec finale à la clé ! La Croatie n’a pas le droit à l’erreur : c’est LE chooix à faire ce soir. « There’s no going baaaaaaaaaaack, woooooooohooooooo !!!« 

Vatra – Slatke Suze Gorka Ljubav


Une petite chansonnette folk pleine de bonne humeur … Mais guère moderne. Au moins, on passe un bon moment en l’écoutant, c’est déjà ça. Inapproprié pour l’Eurovision (à moins d’un miracle, la possibilité d’une qualification s’éloignerait pour le pays), mais une des chansons les plus écoutables du lot.

Stefany – Sretnih dana dat’ ce Bog


Un morceau pop-rock plutôt oubliable et sans intérêt particulier. Souffre du même problème que beaucoup de ses consoeurs : on ne peut ni en dire du mal, ni du bien. Au moins, pour Babaroga, il y avait de quoi dire, même pour critiquer. Ici, c’est aussi intéressant que du pain de mie sans beurre ni miel … C’est-à-dire pas du tout !

Eugen – Tišine

À ne pas confondre avec « Tisane », ce qui n’est pas la même chose ! Nous rencontrons enfin une ballade balkanique (enfin ce qui s’en rapproche le plus). Le genre était le grand absent du line-up jusqu’ici. Ce n’est pas la plus marquante du style (tout le monde n’est pas Zeljko, que voulez-vous !), mais dans l’océan de platitude musicale, je suis prête à accepter n’importe quoi. Aurait cependant le risque d’obtenir un résultat à la Qami … C’est-à-dire une non-qualification, hélas. Mais quitte à avoir une victoire surprise, je préfère encore Tišine que Gasoline. (Et en plus, ça rime !).

Mario Battifiaca ft. Robert Ferlin – Vodu piti trizan biti

Qui s’est dit, dans les locaux de la HRT, que c’était « la crème de la crème pour l’Eurovision » ? Vous vous rendez quand même compte que Baby Lasagna était en repêchage, et que CECI faisait d’office partie du line-up final ! Quel scandale ! Les bruits de gouttes d’eau sont hautement agaçants (pour ne pas dire cringe). Le mélange parlé-chanté ne fonctionne pas, et même si le refrain se retient un tant soit peu, le tout reste profondément hors-sol par rapport à ce que l’Eurovision est devenu ces dernières années. À éviter autant que Let 3.

Damir Kedžo – Voljena ženo 

Damir Kedzo revient… Et ce n’est pas gagné. Ballade dramatique à outrance, ce morceau ne respire pas la modernité, et manque d’authenticité là où le titre se voudrait sans doute émotionnel. À l’Eurovision, ce serait une hérésie. Déjà que « Divlji Vjetre » n’avait pas beaucoup de chance en 2020 et serait probablement resté sur le carreau des demi-finales… Si Damir Kedzo veut revenir et goûter enfin aux joies de l’Eurovision, il faudra envoyer mieux que ça !

Conclusion

Au risque de me répéter, la Croatie tient son destin entre ses mains ce soir. Il n’y a qu’un choix à faire, c’est Baby Lasagna, et rien d’autre. Si victoire surprise il doit y avoir, « Tisine », « Dijamanti » et « Lying Eyes » seront des options acceptables, quoique moins impactantes. On espère seulement que la Croatie ne tombera pas dans le piège d’envoyer un nom populaire, en choisissant Let 3 ou Damir Kedzo. Et maintenant, c’est à vous de voter !

Qui voulez-vous voir remporter le DORA et représenter la Croatie ? Exprimez-vous dans ce joli sondage, qui n’attend plus que vous.

Croatie 2024 : qui souhaitez-vous voir remporter la finale du Dora ?
72 votes
×

Il n’y a plus qu’à croiser les doigts, désormais. Rendez-vous ce soir sur le compte X @EuroQuotidien où Rémi vous fera vivre la finale comme si vous y étiez, dans un Live Tweet endiablé !
Musicalement,
Juliette.