Nikita Vladimirovich Alekseev est né le 18 mai 1993 à Kiev, en Ukraine. Il a à peine un an et demi lorsque sa famille décide de partir pour Tchita, en Russie. Elle retourne finalement à Kiev deux ans plus tard. Durant sa scolarité, il fait beaucoup de sport, dont du tennis, ce qui l’aide à développer son mental comme son physique et qui lui donnera la volonté de gagner dans tous les domaines.

Il commence à s’intéresser vraiment à la musique à l’âge de douze ans et prend des leçons de chant avec Konstantin Pona.

A treize ans, il décide de lancer sa carrière de chanteur. Quoi de mieux que l’Eurovision Junior pour se faire connaître ? Il pose sa candidature mais échoue aux portes de la finale nationale. A la même époque, il fonde son propre groupe de rock qu’il appelle « Mova ». Il obtient son diplôme, mais très vite, revient à la musique.

En 2012, il souhaite se présenter à l’émission The Voice of Ukraine, mais échoue. Il décide de revenir deux ans plus tard, mieux préparé. Lors des auditions à l’aveugle, il séduit Ani Lorak, mais se fera éliminer dès le premier live.

Ani Lorak, qui croit en lui, l’aide à réaliser la vidéo de son premier single Vsyo Uspet.

Il devra attendre septembre 2015 pour la sortie de son titre Pyanoye solntse, écrit par Vitaly Kurovsky et composé par Rusland Quint. La chanson est un grand succès et se classe numéro 1 en Russie et numéro 2 en Ukraine. Elle obtiendra six récompenses dont le Golden Gramophone Award, sorte de Victoires de la musique version russe.

Fin 2016, il sort son premier album qui porte le même nom que le single porte-bonheur qui a fait de lui une star en Russie. La même année, il est élu artiste de l’année en Russie avec les MUZ-TV Awards et artiste de l’année en Ukraine avec les M1 Music Awards.

En février 2017, il démarre une tournée triomphale en Ukraine, qui se termine le jour de son anniversaire, le 18 mai au Oktyabrsky Palace.

 


It must be something that we call love
Wherever I go, I’m coming back
And time cannot knock me off my track
This resolution is final
It must be something that we call love
It’s when you’re craving to say her name
And my reality seems to break
Apart with her arrival
No need to worry, rain falling down
It’s our happiest story and there’s no one around
We will go for it and I know you’ll be mine, forever
Windows wide open, flying so high
Both of us roaming through magnificent sky
Rain keeps on falling, and I know you’ll be mine forever
It must be something that we call dream
When all you told me I know by heart
The type of beauty I call supreme
And how it’s driving me crazy
No need to worry, rain falling down
It’s our happiest story and there’s no one around
We will go for it and I know you’ll be mine, forever
Windows wide open, flying so high
Both of us roaming through magnificent sky
Rain keeps on falling, and I know you’ll be mine forever
You’ll always sing me something new
I will always follow
When I first saw you here I knew
That I was blind before you
No need to worry, rain falling down
It’s our happiest story and there’s no one around
We will go for it, and I know you’ll be mine, forever
Windows wide open, flying so high
Both of us roaming through magnificent sky
Rain keeps on falling, and I know you’ll be mine forever

 

C’est le 16 février que la Biélorussie a choisi Alekseev pour représenter le pays à Lisbonne, au cours d’une sélection nationale.

C’est la fausseté dans la voix du chanteur en live qui vous a fait le plus réagir. Ce live que Joh trouve « à la limite du mauvais » et qui « vient gâcher » les « bonnes impressions » qu’il avait de la chanson.

Pour Antoine97, le costume de scène du chanteur ne passe pas : « comme d’hab, les Biélorusses, c’est too much… Cette tenue n’est pas nécessaire, non pire, elle est néfaste à la prestation. »

Elio22 conseille à l’artiste de « faire des progrès, car même si le public peut trouver le costume en LED trop cool, le jury de l’Eurovision pourrait le foutre à la porte tant il n’est pas convaincant. »

Nounours louange « une très bonne chanson » mais rajoute qu’il est « dommage que le live n’est pas extraordinaire » précisant qu’il « a 3 mois pour s’améliorer »

Le live n’a pas fait du bien aux oreilles de fandeuro44 : « Oh que c’est faux, c ‘est une horreur à entendre, pourtant la chanson est bonne, je vois une place entre la 15 et 20ème position »

Pour Jerem, « rien ne va » : « voix nasillarde, costume too much, chanson pas marquante….

Nico précise que « Cela va plaire aux Russes et aux Ukrainiens et sans doute à d’autres pays voisins. » Selon lui, Alekseev « a du pain sur la planche s’il souhaite arriver à convaincre à Lisbonne. A ce stade, une qualification est loin d’être gagnée. »

James qualifie le live « d’horreur » : « Faux du début à la fin, en particulier le premier pré-refrain et le premier refrain. Une catastrophe complète ! Le pire que j’ai entendu depuis très longtemps !!! »

Zipo aussi est « déçu » et se demande « « comment il a pu gagner son billet pour Lisbonne ! Sans doute uniquement pour la chanson… »

Marie se contente d’un « euh » d’incompréhension.

Pour Quentin, c’est clair : « Quand on n’est pas capable de chanter mieux, ou également à sa propre version studio de sa propre chanson, on ne participe pas à une finale nationale. »

Sakis est « content » mais lui aussi est « déçu » du live tant au niveau visuel que vocal.

Picasso reprend l’espoir pour lui d’une carrière dans la chanson : « je chante aussi bien dans ma salle de bain. » Il ajoute que « ce gars » est « une supercherie ».

Kris B. résume en trois mots la prestation de l’artiste : « vraiment pas terrible », ajoutant que « Forever est un morceau qui demande à être transcendé et on en est loin. Le début est complètement foiré et ça impacte le reste. »

 

[poll id=”698″]

[poll id=”699″]

[poll id=”697″]

[poll id=”696″]

[poll id=”695″]

[poll id=”694″]

[poll id=”693″]

[poll id=”657″]

 

  • Neuf ans avant Forever, le parolier de cette chanson avait déjà tenté sa chance à l’Eurovision, pour le compte de l’Ukraine. C’est en effet lui – Yengeny Matyushenko – l’auteur de Be My Valentine, portée sur la scène de Moscou par la torride Svetlana Loboda. La chanson s’est classée douzième de la grande finale en 2009. Forever fera-t-elle mieux à Lisbonne cette année ?

  • Alexander Rybak, gagnant du concours 2009 pour la Norvège et candidat cette année pour le même pays, est originaire de Biélorussie puisqu’il est né à Minsk. En 2015, lui a pris l’envie de composer une chanson pour son pays natal. A la sélection biélorusse, il envoie dont le groupe de filles Milky avec la chanson Accent. Mais le groupe n’a terminé que quatrième de la sélection.

  • Souvenirs… souvenirs… Elles ont été battues par cette chanson, qui terminera douzième de sa demi-finale à l’Eurovision, sans donc pouvoir accéder à la grande finale.

https://www.youtube.com/watch?v=Cwjm1lRV4N4