Dix ans de… Lituanie !

Vilnius

Seul pays balte à n’avoir jamais gagné l’Eurovision ni à avoir particulièrement brillé non plus d’ailleurs, il est néanmoins un invité récurrent de la finale avec 6 qualifications sur 10 et rarement de cruels échecs…

Avant 2010, le pays n’est pas dans une bonne passe. Il peine à sortir de la demi-finale et n’a atteint le top 10 qu’avec une chanson comique « We are the winners »… C’est un concurrent qu’on ne prend pas au sérieux et qui menace même de quitter le concours, frappé par la crise économique.

Il est néanmoins présent en 2010, avec son habituel Eurovizijos, sélection fleuve qui dure des mois, avec des étapes à n’en plus finir. En 2010, encore, il n’y avait que 34 présélectionnés. parmi lesquels les anciens concurrents Sasha Song ou 4fun, et un favori éléminé, un certain Donatas Montyvdas. En finale, le podium est composé d’une certaine Evelina Sasenko 3ème, d’Aisté Pilvelyté dans un numéro vocal très vocal 2ème et InCulto pour la victoire ! A Oslo, InCulto, malgré des boxers à paillettes, rate de peu la qualification…

40 chansons s’affrontent l’année suivante, toujours en trois demi-finales en une finale. On retrouve Sasha Son, et Linas Adomaitis de 2004. Celui-ci est 2ème derrière la gagnante qui prend sa revanche, Evelina Sasenko. La 3ème place est pour Ruta Sciogolevaité. Evelina parvient à qualifier son « C’est ma vie » en finale, et termine à la 19ème place.

On redescend à 36 candidats, mais sur 4 demi-finales en 2012. Une certaine Monika qui n’en est pas à sa première participation termine 3ème derrière DAR et le gagnant, Donny Montell qui attendait son tour avec impatience. Donny qualifie une nouvelle fois la Lituanie et termine 14ème.

Les choses se corsent en 2013 : 39 candidats, 5 séries, deux demi-finales, et une finale… remportée par Andrius Pojavis pourtant presque recalé dans la première série. Devant Girmanté Vaitkuté, et Gerai Gerai & Miss Sheep 3ème et pourtant repêchés des séries… Andrius réussit à se qualifier ric-rac et ne termine que 22ème à Malmö.

La Lituanie s’est trouvé un modèle qui fonctionne peu ou prou avec 3 qualifications d’affilée même si aucune d’entre elles n’atteint la première partie du tableau. Il était donc bien temps de trouver le système de sélection le plus cortiqué, long et inutile ! Le diffuseur LRT décide de sélectionner séparément mais simultanément la chanson et l’interprète en faisant chanter n’importe quoi à n’importe qui pendant 9 semaines. On commence par 4 semaines de covers, puis on s’échange les chansons car certains interprètes sont venus avec le total package, mais d’autres tout nus, et des auteurs ont envoyé leur chanson toute seule… La dixième semaine, une demi-finale fut organisée pour départir les trois chansons finalistes, et la onzième, la gagnante Vilija Mataciunaité, qui part à Copenhague avec « Attention », la chanson qu’elle a écrite. Tout ça pour ça !!! Dans cette finale, Vaidas Baumila est 3ème et Mia, qui avait affirmé détester la chanson, 2ème. Et le pire, c’est que Vilija ne s’est pas qualifiée en finale…

Le concept est pourtant repris en 2015, mais amputé de trois semaines. On y retrouve Mia et Vaidas Baumila. Les deux parviennent en finale avec celle qui a souvent essayé de représenter la Lituanie à l’Eurovision mais n’y était jamais parvenue : Monika Linkyté. La chanson « This time », choisie la semaine précédente, fut interprétée en finale par Mia, et en duo par Monika et Vaidas qui unissent leurs fans et l’emportent. Le duo parvient à se qualifier, mais malgré des bisous de tous les genres, ne termine que 18ème.

Le système devait être encore plus complexifié pour 2016, mais finalement, la sélection s’est avérée ordinaire… avec 8 shows initiaux + une demi-finale et une finale. De quoi s’occuper les samedis soirs… On retrouve parmi les candidats d’anciens candidats à l’Eurovision comme Donny Montell ou Erica Jennings, et des candidats malheureux comme Aisté Pilvelyté ou Ruta Sciogolevaité. On les retrouve tous en finale, où Donny Montell s’impose devant Erica Jennings. Avec « I’ve been waiting for this night », un titre suédois pop bien calibré pour le concours, la Lituanie revient dans le top 10, avec une belle 9ème place.

Et puis en 2017, on revient au bon vieux format avec 47 concurrents dans un marathon toujours aussi interminable. Aisté Pilvelyté, Mia, Sasha Song et Vilija Mataciunaité sont de retour. Mais après avoir chanté 42 fois leur chanson, c’est un gagnant inattendu qui s’impose, Fusedmarc, devant Aisté Pilvelyté, encore une fois. Une finale de voix qui portent ! … mais pas jusqu’à la finale : Fusedmarc termine tout en bas de sa demi-finale.

On monte à 50 concurrents en 2018 ! Ils s’affrontent en 6 séries, deux demi-finales et une finale : un format plus lisible. On retrouve Mia et Erica Jennings, qui se retire avant le début de l’émission. Ieva Zasimauskaité, souvent candidate les années précédentes l’emporte avec « When we’re old » devant Jurgis Bruzga. C’est un succès : la ballade d’Ieva touche les Européens qui la propulsent 12ème en finale.

Une série de moins en 2019, avec pourtant 49 concurrents. Dans un casting un peu renouvelé, Jurijus l’emporte devant Monika Marija, mais échoue à un point de la qualification.

Assez constante, notamment grâce à ses expatriés, la Lituanie est 25ème de la décennie avec 561 points.

Le top : 9ème en 2016 avec Donny Montell.

Le flop : 17ème en demie en 2017 avec Fusedmarc.

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Pas très fan de la Lituanie personnellement. Avant 2010, je ne lui avais offert que deux Top 10 (en 2002 et 2007) et quelques classements entre la 11e et la 20e place. Depuis, il n’y a que Love is Blind qui m’ait vraiment conquis : un podium et le titre de meilleure chanson lituanienne au Concours. Tout le reste me laisse indifférent ou m’agace, en particulier le 2e titre suédois de Donny Montell et sa coupe de cheveux particulière et la jeune fille qui gémit sa volonté d’être un hibou (When we’re owl, pour respecter sa prononciation très personnelle).

  2. Ca fait mal de revoir les éternelles sacrifiées Mia et Aiste Pilvelyte.
    Pour la première , son franc parler et ses sorties fracassantes ne vont pas arranger sa situation pour les années futures.

    Aiste a quant à elle eté jurée de l’EA 2018 et envisage de revenir en 2020 (très bonne idée !) en duo avec Valerija Ijinaite (très mauvaise idée….)

    J’ai souvent de la sympathie pour les candidats lituaniens car ce sont les survivants d’un long processus. Le problème est qu’au fil des tours les favoris y sont éliminés au profit de choix moins judicieux (Jurijus au lieu de Monika Marija et surtout Fusedmarc aux dépens d’Aiste P.)

  3. – Ma voisine lituanienne me dit souvent que les choix faits par son pays sont  » stupides  » voire suicidaires ! 😆

    – Elle n’a pas tort pour certaines années, car certaines chansons étaient vraiment affreuses ! Mais la plupart du temps, la Lituanie me laisse indifférent ( ne le répétez pas à ma voisine…) et finalement, seul Donny Montell m’avait convaincu les deux fois ainsi que Jurijus cette année.

    – Mais je ne sais pas pourquoi, j’ai l’impression que la Lituanie remportera le concours dans les trois ans à venir : non, non, ma voisine ne m’a pas influencé !

    • rem_coconuts on 30 juillet 2019 at 00:56
    • Répondre

    La Lituanie c’est la sélection la plus complexe et la plus longue derrière Hakovnav Banana, mais aussi celle dont les apparences sont les plus trompeuses. Derrière les numéros loufoques et cheap, il y a de vrais fidèles et des talents qui, patiemment et avec assiduité, attendent leur tour, notamment une certaine Monika Marija (qui aurait du garder Criminal pour la finale 2019) et Aiste Pi dont la défaite en 2017 face à l´un des pires titres lituaniens de la décennie me restera à jamais en travers de la gorge!! Pour le reste, j’oscille entre des titres que j’aime vraiment (This Time et le baiser entre Monika et le beau Vaidas aaaaaaah; When we’re old qui me touche énormément, Run with the lions dont je ne décolère pas de l’élimination qui plus est vu les conditions abracadabrantesques dans lesquelles elle s’est produite), du sympa (2012,2016), d’autres qui me laissent totalement de marbre (C’est ma vie, quel classicisme… mais au moins Evelina chante en partie en français; 2011 et 2013) et enfin ceux qui m’horripilent direct (2014,2017). Et pourtant j’ai aussi le sentiment que le pays va bientôt faire une grosse performance de classement, ce qui arrive peu à peu à tous les mal aimés du concours (victoires du Portugal et de l’Autriche, médaille d’argent de Chypre, retour des Pays-Bas, top 10 de la Macédoine du Nord).

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :