Nos confrères de Songfestival.be ont eu l’opportunité mardi d’interviewer les représentants belges pour Rotterdam, le groupe Hooverphonic. Alex, Raymond et Luka ont répondu à leurs questions, après la conférence de presse de présentation qui s’est tenue à l’Atomium.

Alex Callier confirme que la chanson retenue illustre parfaitement le son particulier du groupe. Cela a d’ailleurs été l’un de leurs prérequis lors des discussions avec la VRT : présenter Hooverphonic dans toute son authenticité. Tous trois sont très satisfaits du résultat final. La chanson existe donc à l’état de démo. Elle doit être à présent enregistrée, remastérisée et dotée d’un vidéoclip.

Selon Alex, le morceau possède une énergie unique. Il est contemporain, sans cliché, pointu, mais tout de même équilibré et accessible. Leur référence a été Amor Pelos Dois : une chanson différente, mais efficace. Cela leur a semblé le critère le plus important. Le morceau possède un message juste et universel, de sorte à pouvoir toucher le plus large public possible, par delà les goûts et traditions musicales différents des pays participants.

Luka confirme que le morceau, comme tous ceux d’Hooverphonic, n’est pas simple à interpréter en direct et que cela lui nécessitera beaucoup de travail. Alex lui donne raison : il a intégré dans la composition des notes particulières qui lui donnent son sel et son caractère unique. Il a néanmoins toute confiance dans le talent vocal de Luka.

Alex se dit prêt à affronter la pression particulière à l’Eurovision. À ses yeux, le groupe possède une expérience suffisante, ayant enchaîné en vingt-cinq ans, voyages au long cours, longues sessions d’interviews, prestations répétées et vie à l’hôtel. Tous trois sont parfaitement conscients de ce qui les attend en mai 2020. Ils prendront garde à bien dormir et à économiser la voix de Luka.

Luka suit le Concours depuis son enfance. Elle l’a longtemps regardé avec sa famille et le considère toujours comme le plus important et le meilleur concours musical du monde. Elle a en bien observé l’évolution et est donc très enthousiaste à la perspective d’y participer.

En ce qui concerne la mise en scène, Alex penche pour quelque chose de simple et de sobre, à la manière de Blanche, de Salvador Sobral ou encore de Duncan Laurence. Pas de barnum, juste une ambiance susceptible de retenir l’attention des téléspectateurs durant trois minutes. Le groupe aura le contrôle total et final sur la dite mise en scène. Ils travailleront donc avec les équipes de leur choix.

Voici l’interview dans son intégralité :