stage-2015

Jeudi 14 mai : les 9 derniers demi-finalistes se présentent pour la première fois sur scène, et parmi eux plusieurs artistes très attendus, comme Elnur ou Mans Zelmerlöw…

ISRAËL

C’est Nadav qui ouvre les répétitions aujourd’hui. Tout le monde a remarqué sa petite mine en arrivant au Wiener Stadthalle : en bon ado, il est pas du matin ! Nadav a chaussé ses chaussures dorées (mais sans la veste dorée promise pour l’instant) et est entouré de danseurs. Le décor est très simple et la performance se focalise sur l’amusement de l’équipe sur la scène : on dirait les chansons grecques d’il y a quelques années. Nadav a très bien chanté et a ravi l’assistance. Les plans caméras sont parait-il très bien étudiés. Israël est attendue assez haut cette année.

LETTONIE

Aminata propose un tableau très proche de celui imaginé à la sélection nationale Supernova. Un décor rouge, très bien réalisé. Je suis pas franchement fasciné par la robe homard, je préférais l’autre, mais on fera avec… La prestation vocale est particulièrement excellente et a été copieusement applaudie dans la salle de presse. La Letttonie est attendue en finale, après avoir été recalée 6 ans d’affilée.

AZERBAÏDJAN

On attendait, après la trapéziste, la boite en plexi, la robe écran de cinéma, la douche de lumière, les marches lumineuses, l’espèce d’échafaudage et l’attirail ange et démon chiné à la Foir’fouille, quel étrange accessoire allait agrémenter la performance azérie et… walou ! Elnur chante en compagnie de deux danseurs (apparemment chorégraphiés par le chorégraphe de Loreen !) censés représenter l’animalité en question dans la chanson. L’écran représente une forêt nocturne avec une grande lune rousse. Les choristes de la chanson ne sont pas montrés à l’image. Évidemment, c’est une prestation solide et réfléchie que propose l’Azerbaïdjan, mais tout le monde est un peu déçu. D’habitude, quand on voit l’Azerbaïdjan, on dit “wow”. Bon, là, c’est bien, mais sans plus. Personnellement, j’aurais fait quelque chose de beaucoup plus sobre que ça. La chanson est assez forte pour ne pas avoir besoin de tout ce lot de franfreluches qui ne sont pas vraiment en harmonie les unes avec les autres. Bref, on est comme tous les autres : franchement sur notre faim… On espère être plus impressionnés aux deuxièmes répétitions.

Anecdote : la danseuse est française ; elle se nomme Julia Spiesser.

ISLANDE

Si la vidéo que l’on voit sur eurovision.tv a l’air tout à fait honorable, tous les fans présents à Vienne insistent pour dire que c’est la pire répétition pour l’instant ! Maria a enfilé un tutu et est pieds nus. Pas vraiment une tenue pour aller contempler les aurores boréales au milieu des volcans islandais. Mais elle le fait. Évidemment, le coup du volcan, des elfes et compagnie, c’est pas très original pour les Islandais. Un peu comme si on envoyait une chanson à la Edith Piaf… Hum… Surtout, le problème, c’est que la timide Maria a eu l’air totalement perdue sur scène, et a lutté pour chanter comme il faut. Le climax de la chanson : Maria lance une poignée de paillettes, façon Ira Losco… Bon… Bref, l’Islande est bien partie pour… rater son coup. Il faudra redresser la barre fissa !

Par ailleurs, on a appris en fin d’après-midi que Maria a fait un malaise et va rester se reposer jusqu’aux répétitions suivantes dimanche.

SUÈDE

Pas grand chose à dire : on connaît ce tableau qui est l’identique de celui du Melodifestivalen à un chapeau pointu près. Måns délivre une excellente prestation. Et bien entendu, la délégation suédoise a fulminé contre l’équipe technique qui ne fait pas à l’exactitude ce qu’ils veulent, comme chaque année… Måns sera-t-il le héros de Vienne ou devra-t-il se contenter d’une place sur le podium, réponse samedi prochain.

SUISSE

Et c’est à Mélanie qu’incombe la lourde tâche de passer après le grand favori… Pas facile. La performance de Mélanie est dans la veine de celles de Kreuzlingen et suivantes : une atmosphère sombre et intrigante : une robe argentée avec une grande cape noire. Les quatre choristes ont un tambour, façon de nous remémorer Sebalter ! On est aussi dans le ton de l’année, puisque comme Elnur, Molly, etc., Mélanie chante elle aussi en pleine forêt, mais là, il fait nuit noire ! Il se pourrait aussi qu’il y ait de la fumée sur scène. La prestation vocale de Mélanie a été particulièrement saluée mais on sait aussi que pour l’instant Mélanie est une outsider pour une qualification en finale. Mais on lui souhaite de tout notre cœur !

CHYPRE

John Karagiannis propose un tableau dans la veine de celui de Nicosie, c’est-à-dire simple et épuré. Seul en scène, il commence sa chanson en noir-et-blanc, puis le décor autour de lui se colore au fur et à mesure de la chanson. De même, les plans caméras s’élargissent de plus en plus. La prestation de John a beaucoup impressionné. Il était temps de se rendre compte du potentiel de la chanson !

SLOVÉNIE

Pas de surprise non plus pour Maraaya : Raay au piano, Marjetka dans sa robe blanche et la danseuse qui fait semblant de faire du violon. Le décor est intelligemment épuré. La prestation vocale est excellente, comme attendu. Apparemment, l’équipe slovène a des petits problèmes de plan-caméra… A régler dans les autres essais qui leur restent encore dans deux jours… Mais pour une curieuse raison, tous les fans en ont fait une affaire d’état, comme si l’on avait face à nous un fiasco en marche… Sur quoi il faut pas abuser non plus !

POLOGNE

Et Valérie Trierweiler, euh… Monika Kuszynska est la dernière à monter sur scène, avec beaucoup de retard, qui a commencé de s’accumuler à partir du passage de la Suède. Monika est au centre de la scène, entourée de son pianiste de mari et des choristes, très belle dans une robe blanche. Le décor montre des cerisiers en fleur et des voiles roses qui flottent au vent. La prestation générale a été très appréciée même si personne n’est dupe la chanson a un potentiel assez faible… Elle aura quand même la valeur ajoutée de passer la dernière.

Au programme demain

Voilà, tous les demi-finalistes sont passés ! Alors demain, on prend les mêmes et on recommence ! Tous les participants à la 1ère demi-finale se succèderont et pourront rester 25 minutes sur scène seulement. Eduard Romanyuta démarrera à 10h20, et Nina se présentera en dernière à 18h10. Non, à Vienne, on ne fait pas le pont, on est dessus !