russieAu cours de la conférence de presse commune à l’UER et ÖRF cette semaine, Jon Ola Sand a tapé du poing sur la table. Non, non et non, on ne doit pas huer le passage de la Russie ! Il a expliqué que l’année dernière les jumelles qui avaient représenté la Russie à Copenhague avaient été très chagrinées par ces hués. Pour les organisateurs, les sifflets sont contraire à l’étique du spectacle.

Alors, pour palier à cela, un système ‘anti-hué’ a été mis en place à Vienne. Si les fans présents à Vienne venaient à huer Polina (ou d’ailleurs tout autre interprète de la compétition), les téléspectateurs n’entendront pas. Des réductions sonores masqueront alors les bruits émanant du public.

UER et ÖRF n’espèrent pas en arriver là. Jarmo Siim, coordinateur de la communication, explique :

«Le plan A est de garder le son des spectateurs. C’est la première fois que nous mettons ça en place. Nous voulons être prêts pour chacun des scénarios, mais nous ne devrions pas en avoir besoin»

En effet, lors de la première demi-finale, Polina Gagarina a reçu des applaudissements nourris de la part du public. Et si on l’a vue très émue à la fin de son interprétation, elle en a expliqué la raison lors de la conférence de presse des vainqueurs de la demi-finale : elle entendait les fans chanter “A Million Voice” à tue-tête avec elle.