Sélections à l’affiche – Suisse 1992 : A vous de voter !!

Salut les amis !!  « Sélections à l’affiche », c’est l’occasion de se focaliser sur une sélection Eurovision nationale en particulier (et Dieu sait qu’il y en a eu un paquet) d’un pays européen, d’une année antérieure, voire très antérieure…  En gros, on refait entre nous et pour nous, l’histoire des sélections.  🙂

Le petit plus, qui rend le concept encore plus intéressant, est que vous pourrez VOUS AUSSI voter. Comment ? Rendez-vous en fin d’article pour savoir comment procéder.

Montez dans la machine à remonter le temps et bouclez votre ceinture. Cette fois-ci, destination le pays du chocolat, de la fondue, de l’horlogerie et du coucou, des banques, du cor des Alpes et du Chrüterchraft.  🙂 Vous l’aurez compris, c’est en Suisse que nous partons.

Remontons donc le temps jusqu’en 1992, précisément le dimanche 23 février à Lugano, au Palazzo dei Congressi, où se tient la sélection nationale suisse ou selezione nazionale svizzera en VO. Les trois groupes de télé (SF DRS pour la partie allemande / TSR pour la partie française / TSI pour la partie italienne) organisant à tour de rôle la sélection, c’est donc la région italienne qui s’y colle cette année-là.

Allez, vous êtes prêts ?? C’est parti !!

 

Le pays organise donc sa 32ème sélection nationale, tradition quasi annuelle depuis 1956, année du premier concours national et de la première participation de la Suisse à l’Eurovision. Concours qui apporte au pays des résultats bien corrects. Avec deux victoires au compteur, la Suisse n’est pas trop mal classée au palmarès européen mais loin derrière la France et le Luxembourg qui caracolent en tête avec cinq victoires chacun. Alignant de nombreux top 10 dans les années 60 et 70, le pays a quand même connu plusieurs revers dans les années 80 et a même fini trois fois  à la dernière place dont deux avec un zéro pointé (1964  et 1967).

À la présentation, Alessandra Marchese, journaliste et présentatrice à la TSI, dont c’est la première expérience dans le monde de l’Eurovision.

Ah, que je suis belle dans ma robe-ruban bariolée…

Dix interprètes sont donc sur les rangs. Parmi eux, un seul a déjà tenté sa chance précédemment. Il s’agit de Renato Mascetti (sosie vieillissant de Corbier du Club Dorothée) qui a participé à la sélection suisse en 1985 (6eme), 1988 (3eme) et 1989 (7eme). Le monsieur est également connu pour être l’auteur-compositeur de Canzone per te, qui, par la voix de Sandra Simò a représenté la Suisse au concours l’année d’avant en 1991. Et qui a connu un joli succès puisqu’elle a décroché une 5eme place sur 22 participants.

Allez tous avec moi !! « Le nez de Dorothée… »

Les 9 autres participants se présentent pour la première fois à une sélection sans, pour certains, être des novices dans le monde de la musique, notamment Philippe Roussel ou encore K. Loren, qui aurait travaillé en Belgique. Mais au final pas vraiment de grands noms présents…  🙁

Voilà pour le décor ainsi que pour la petite histoire de la mise en place de cette sélection… Bon, vous connaissez la suite : maintenant PLACE A LA CHANSON  !!  😉

 

  • Chanson n° 1 : Immer gewinnen kannst du nicht (Tu ne peux pas toujours gagner) par Philippe Roussel

  • Chanson n° 2 : Un monde sans musique par K. Loren

  • Chanson n° 3 : Heut’ nacht (Ce soir) par Guido Bugmann

  • Chanson n° 4 : Non sei più la mia bambina (Tu n’es plus mon enfant) par Renato Mascetti

  • Chanson n° 5 : Mister Music Man (Monsieur musicien) par Daisy Auvray

  • Chanson n° 6 :  Es geht uns alle an (Cela nous concerne tous) par Daniel Stein

  • Chanson n° 7 :  Vento da Nord (Vent du Nord) par Mary

  • Chanson n° 8 :  Marie-Blanche par Michel Audrey

  • Chanson n° 9 :  Apro le mani (J’ouvre les mains) par Mario D’Azzo

  • Chanson n° 10 :  Soleil, soleil par Géraldine Olivier

  •  Votes et résultats :

Le vote est constitué par le vote de cinq jurys:  trois jurys composés du public dans chaque région linguistique, un jury composé de membres de la presse et un jury composé « d’experts ». Comme au concours, chaque jury attribue de 1 à 12 points.

Mais alors qui a gagné ?? Telle est la question que tout le monde se pose… Allez, fin de l’angoisse. Voici les résultats détaillés via ce superbe tableau de points…

Une gagnante qui finalement n’en aura pas été une…

 

Constat… et rebondissements…: la chanson gagnante recueille 51 points sur 60 possibles en recevant 4 notes maximales sur 5. Seul le jury « d’experts » n’a pas apprécié au point de placer cette chanson seulement 8eme de ses préférences. On peut quand même parler de consensus quasi général. Mais hélas, le bonheur est de courte durée…..

Quelques jours après cette finale nationale, une plainte est déposée… Suite à un recours en justice et après avoir fait appel, (c’est dire si l’affaire a été portée loin…) la chanson Soleil, soleil est disqualifiée… Mais pourquoi donc ??  Car elle a d’abord été présentée en français au jury de présélection de la TSR qui ne l’a pas retenue pour la finale…  Avant d’aller se présenter en version allemande au jury de présélection de la DRS qui lui, l’a sélectionnée pour la finale… Or, le règlement national suisse ne permet pas de présenter la même chanson à plusieurs jurys régionaux, même si le contenu en est modifié.

Il aura fallu du temps avant que les tribunaux ne se décident comme s’ils étaient conscients qu’ils allaient se tirer une balle dans le pied en disqualifiant « Soleil, soleil » … Les mauvaises langues diront que Daisy Auvray, jalouse de n’être arrivée que 2eme de la sélection et voulant absolument monter sur la scène du concours, aurait cherché à tout prix à faire disqualifier Géraldine Olivier.

  • La suite, un mois plus tard… Et après…

Le samedi 9 mai 1992, sur la scène du Mal-Isstadion à Malmö en Suède, Daisy Auvray aura beau swinguer, se déhancher, esquisser des petits pas de côté, tourner sur elle-même, elle ne sera récompensée que d’une 15ème place sur 23 participants avec 32 points…

La Suisse dans la moyenne basse du tableau… et des sorts divers et variés pour les autres pays francophones

Qu’est ce qui n’a pas marché ??  Peut-être un côté répétitif de la chanson ou le rythme trop lent voire paresseux… même si c’est agréable d’écouter ce son jazzy, style peu courant au concours. On peut aussi rejeter le côté plutôt amateur de la prestation.

Seuls 5 pays sur 22 lui attribueront des points… dont quand même deux grosses notes, un « 12 » d’Islande et un « 10 » d’Italie. Elle obtient aussi un « 5 » de Belgique,  un « 4 » du Royaume-Uni et un « 1 » d’Irlande.

Inconnue avant la sélection du grand public, la chanteuse, qui se produisait dans des bals, ne donne pas suite à sa carrière et retombe dans le quasi-anonymat, tout en continuant les galas à droite à gauche.

Tout le contraire de sa « rivale d’un soir », Géraldine Olivier, qui depuis 1993, enchaine disque sur disque, les apparitions télé et est bien connue, surtout en Suisse alémanique. À 50 ans aujourd’hui, la dame continue même à faire du mannequinat.

Une femme qui a tout pour elle!!

 

Avec le recul, peut-on dire que « Soleil, soleil » aurait pu faire mieux que la 15eme place de « Mister music man » ? Personnellement, je pense que oui et que la Suisse aurait pu accrocher le top 10…  🙁

  • A vous de jouer !!!

Les votes sont ouverts pour cette sélection suisse de 1992. Le système de votes est le suivant : classez les 10 chansons de 1er à 10eme selon vos goûts en commençant par votre préférée et en finissant par celle que vous aimez le moins. Puis, veuillez attribuer  :

  • 10 points à votre chanson classée 1ère
  • 8 points à la chanson classée 2ème
  • 6 points à la chanson classée 3ème
  • 5 points à la chanson classée 4ème
  • 4 points à la chanson classée 5ème
  • 3 points à la chanson classée 6ème
  • 2 points à la chanson classée 7ème
  • 1 point à la chanson classée 8ème
  • 0 point aux chansons classées 9ème et 10ème.

 

Envoyez vos votes à l’adresse suivante : votes.eq(at)yahoo.com jusqu’au 25 avril inclus. Attention, seulement 10 jours pour voter !

Veuillez préciser dans l’objet du mail votre pseudo et la mention « CH 92 ».

 

Pour rappel, voici à nouveau les 10 chansons sous forme d’une playlist.

 

🙂  Merci d’avance pour votre participation. On se retrouve début mai pour l’annonce des résultats. D’ici là les amis, portez vous bien et… votez nombreux !!!!   😉

 

 

(28 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. – Je suis ravi du retour de cette rubrique ! Ca me permet de découvrir des sélections nationales que je n’ai jamais suivi et c’est le cas de celle-ci dont je viens d’apprendre l’histoire de la disqualification.

    – Dès que j’aurai un moment la semaine prochaine, j’écoute les dix chansons et je t’envoie mon vote.

  2. Je vais voter mais l’année 1992 n’était pas un bon cru pour la Suisse, pas comme en 1991 avec Sandra Simo qui terminait dans le Top 5 à Rome ou encore l’année suivant, en 1993 avec Annie Cotton qui se classait dans le Top 3 en Irlande.

    Personnellement, je n’aimais pas du tout la chanson sélectionnée cette année là, « Mister Music Man » et encore moins  » Soleil Soleil » une sort de schlager médiocre, Le niveau était bien bas dans cette sélection nationale, beaucoup d’amateurisme,

    Je vais écouter toutes les chansons et attribuer des points mais à priori, je n’ai pas vraiment de favoris.

    Merci Juju pour cet article, cela me rappelle de bons souvenirs.

    1. J’ai tout simplement choisi 1992 parce que 1) c’est une édition où il y avait selon moi le plus d’anecdotes à raconter et 2) vu le niveau proposé, il est plus difficile de savoir qui gagnera ce vote et du coup, les cartes sont totalement brouillées… 😛
      contrairement à 1991 ou surtout 1993 où, toujours d’après moi, le favori se serait clairement détaché et aurait gagné haut la main le vote de la sélection.

  3. Une découverte totale pour moi. Des nouvelles vieilles chansons que je vais découvrir 🙂

    • Francis on 15 avril 2018 at 23:21
    • Répondre

    Merci Julien pour le retour de cette chronique, qui me plaît beaucoup. Je viens d’écouter toutes les chansons, et je trouve le niveau général très, très bas, avec des performances frôlant parfois le ridicule et des prestations vocales vraiment faibles. Je ne suis donc pas étonné du résultat des votes. A titre personnel, j’aimais beaucoup Mr Music Man à l’époque… et je dois reconnaître que je l’écoute encore régulièrement maintenant, et avec plaisir. C’est mon côté helvétophile, ça 🙂 Sans compter que Daisy Auvray avait très bien interprété son titre à Malmö.
    Mon vote va te parvenir dans quelques minutes. Merci encore, Julien!

  4. Mon cher Juju ….

    Je t’ envoi mon vote comme promis pour soutenir ta chronique que j’ apprecie beaucoup mais j’ ai eu du mal avec cette selection suisse desole….Merci quand meme pour m’ avoir fait decouvrir les chanteurs de cette epoque mais desolé j’ai beaucoup de mal a faire un classement….Je vais etre honnete dur pour les oreilles pour certains de ses candidats de les entendre chanter…Merci Julien pour ton article et pensez a voter ….

  5. hello vote envoyé

  6. Toujours super intéressant tout ce qu’on apprend dans cette rubrique!
    Pour ma part, pas de vote. J’en suis désolé! Je trouve que tout est bien faiblard et je n’y trouve absolument rien qui me fasse une once de petit effet… D’ailleurs, les années 90, surtout le début, pour moi, c’est le pire du pire du concours. Autant je peux apprécié le coté kitsch des années 70, voir 80, autant je trouve que tout le début des années 90 est l’image exacte de ce que les gens n’aime pas dans l’Eurovision.
    Juju, je sais que tu aimes l’histoire des sélections nationales, mais un petit vote autour des années 2010 bientôt, je pense que tu rameuteras plus de monde, toi qui aime les fortes participations ^^

      • Francis on 17 avril 2018 at 12:21
      • Répondre

      Oui mais ça n’aurait pas beaucoup d’intérêt, on connaît déjà toutes les chansons et on s’est déjà exprimés dessus. Je préfère ce genre de sélection où on fait de vraies découvertes… même faiblardes.

      1. Parce que tu suis le concours depuis longtemps… hehe! Pas moi… En tout cas, pas les sélections nationales.
        Et perso, je trouve ca interessant aussi de revenir sur des titres qu’on a dejà écouter. « Se souvenir » ce n’est pas « découvrir » mais je trouve ca tout aussi agréable.

        1. Je pense comme Yohann qu’un Melodifestivalen ou MGP 2011 pourrait par exemple federer beaucoup ici et nous faire decouvrir des pépites.

          Au Melo 2011, il y avait des monuments comme « In the club » de Danny Saucedo « I’m in love » de Sanna Nielsen, le premier Loreen. Autant de concurrents pour « Popular »

          • Francis on 17 avril 2018 at 20:45
          • Répondre

          Bah justement Yoann, un petit jeunot comme toi doit découvrir des chefs-d’oeuvre comme Heut’ Nacht ou Apro le mani LOL Pourquoi réserver de telles pépites aux vieux de mon âge???

            • YoannB on 18 avril 2018 at 00:33

            Tu sais, je me suis acheté le vinyle (oui le 33Tours!!) du concours de 1990 il y a quelques mois et j’aime beaucoup certaines chansons!! Comme quoi, je suis quand même un peu ouvert…
            Mais là, je me suis surpris à ne rien aimer vraiment de cette sélection… Et j’en suis désolé… ^^

            D’ailleurs, une question aux irréductibles, question un peu con, mais légitime: sur mon disque il n’est mentionné nulle part le mot « Eurovision »… Il a été pressé par la Norvège en 90 et se nomme « International Melodi Grand Prix 1990″…
            L’Eurovision n’a pas eu le même nom dans tous les pays à certaines époque?

            • Francis on 18 avril 2018 at 06:58

            J’espère que tu ne t’es pas formalisé de mon commentaire, Yoann. C’était de l’humour ! Je sais que tu as l’envie de découvrir tout ce qui a fait l’Eurovision depuis des décennies, tes commentaires réguliers le prouvent.
            Pour ce qui concerne ton vinyle (:P) la seule chose que je peux te dire, c’est que dans les années 50 et 60, le concours se nommait Grand Prix de la Chanson Européenne, si je ne me trompe pas.

          1. Yoann, ton 33t je l’ai en CD.
            Pour le nom International Melodi Grand Prix, je ne sais pas, c’est peut-être une question de droit de ne pas avoir placé le mot Eurovision. Ce n’était pas une compile officielle.
            Sinon, pour l’anecdote qui va pas intéresser grand monde, en Allemagne, le concours s’est longtemps appelé « Grand Prix Eurovision de la Chanson » (en français oui) avant de prendre l’appellation « Eurovision Song Contest ». Les allemands n’ont jamais eu un nom en allemand officiel pour désigner le concours.

            • YoannB on 18 avril 2018 at 10:02

            J’avais bien saisi le trait d’humour, francis! ^^ Et nan, rien ne m’a vexé, ça m’a fait plutot rire!
            Eurovista, tes anecdotes font aussi ma culture, même si ce ne sont que des « petites anecdotes », j’adore ça!!

            • Salvy Jamaladinova on 18 avril 2018 at 11:53

            Je viens ajouter mon grain de sel sur vos interrogations concernant la dénomination de l’ESC : en fait, je crois qu’il y a pas mal de pays où notre cher concours ne s’appelle pas « Eurovision ». En Allemagne par exemple, ça a juste été pendant des années le « Grand Prix ». En Italie, l’appellation la plus courante est « Eurofestival », en Croatie c’est l' »Eurosong », en Norvège « Melodi grand Prix », etc. Mais l’appellation anglaise « Eurovision Song Contest » semble s’imposer petit à petit dans plusieurs pays, mondialisation oblige ! Chez nous aussi, le nom a évolué. Avant, on disait généralement « Concours Eurovision » (éventuellement, « de la chanson ») alors qu’aujourd’hui l’appellation la plus commune est « l’Eurovision ». En revanche, je pense que chez nous on n’adoptera jamais l’appellation « Eurovision Song Contest » lol.

    • Salvy Jamaladinova on 17 avril 2018 at 19:38
    • Répondre

    Merci Juju pour toutes ces anecdotes. Le moins que l’on puisse dire est que la Suisse s’en sort plus que bien avec une 15ème place à Malmö !! Avec un titre refusé par toutes les maisons de disques, qui n’est au final jamais sorti dans le commerce !!! A l’époque, la Suisse avait tendance à être régulièrement surnotée je trouve. 12 points de l’Islande et 10 de l’Italie… !!??

  7. A cette époque, la Suisse bénéficiait d’une bonne notoriété dans ce concours. Il y avait de la part des autres pays participants, une forme de respect et de reconnaissance vis à vis de notre pays, qui est le berceau, le fondateur de l’Eurovision à travers Monsieur Marcel Bezençon. Il faut aussi reconnaître que notre pays faisait de bien meilleur choix que ces dernières années. Avec l’arrivée des pays de l’est et de l’ex URSS, le vent a tourné, Surtout depuis que les demi-finales ont été instaurées. Je suis d’accord avec Salvy Jamaldinova, Mister Music Man a plutôt été bien payé par les jurys, je n’ai jamais apprécié cette chanson. A l’époque, je n’aurai de toute manière pas choisi Géraldine Olivier qui proposait une véritable daube à mon goût Non c’est la chanteuse métisse qui représentait la partie italophone Mary avec sa chanson Vento da Nord qui aurait dû décrocher son ticket pour Malmö, Avec un peu de travail au niveau de la voix et de la mise en scène, ce titre aurait pu avoir beaucoup de succès.

  8. @Yoann & Eurovista: le disque dont vous parlez s’appelle International Melodi Grand Prix (référence au nom de la sélection norvégienne) tout simplement parce que c’était la compagnie de disques norvégienne Continental qui l’éditait.
    Crée en 1984 et disponible en K7 et 33t (et aussi en CD dès 1988), elle comptait tous les titres de l’année, avec parfois les versions anglaises au lieu des VO. Cette compilation est éditée jusqu’en 1991 inclus (même s’il manque cette année-là les versions originales de la France et de la Norvège, remplacées par des covers)
    C’est sans succès qu’on peut chercher la compil 1992… Continental a abandonné le projet, sûrement parce que le disque ne se vendait pas assez bien…

    La compil 1990 comporte normalement 21 des 22 chansons présentées à Zagreb… Le chanteur belge Philippe Lafontaine avait, à l’époque, refusé de commercialiser sa chanson. A noter également que la pochette de ce disque classe par erreur Joëlle Ursull #3 alors qu’elle est arrivée 2eme…

    1. Ah cool, merci pour tes lumières Juju! J’avais vu que le titre Belge n’y paraissait pas et que Lafontaine ne voulait pas que le titre soit pressé sur disque (c’est pas une énorme perte, pour ma part!)…
      Pareil, j’ai vu la « 3ème » place de Joëlle Ursull sur la pochette, j’ai du aller refaire un tour sur wikipédia pour m’enlever le doute! ^^
      Ah un truc aussi, j’ai été surpris du nombre de chanson qui faisait référence à la chute du mur de Berlin et ses conséquence, cette année là! On a beau dire, l’Eurovision est un concours ouvert politiquement, et perso, je trouve que c’est une bonne chose! Ce n’est pas un concours fermé sur lui même à balancer des chanson d’amour sans véritable sens…

      J’ai bien recu ton mail Juju, je te fais ça dans la semaine sans problème. Je te proposerait plusieurs visuels, tu auras le choix!

    2. Merci pour ces éclaircissements Juju. Tu es une véritable Bible vivante de l’Eurovision 🙂 Si un jour j’ai des questions, je saurais à qui les poser 😉
      J’ai les CD de 1988 à 1991, et je crois me rappeler que c’est Anisa qui chantait à la place d’Amina sur le CD de 1991. Et c’était beaucoup moins bien que l’original.

      1. Je t’en prie chef, c’est avec plaisir 🙂 moi si j’ai d’autres questions sur le Luxembourg et les stratagèmes qu’on pourrait trouver pour le faire revenir, je sais à qui m’adresser 😛

        Je suis d’accord avec toi pour la compil 1991… de toute façon pour remplacer au pied levé la prestation d’Amina, il fallait se lever tôt, voilà pourquoi la copie doit sonner beaucoup moins bien que l’originale…

        Mais louons ces compils qui ont pu permettre d’avoir toutes les chansons d’un coup à moindres frais… car qui peut se vanter d’avoir dans sa collec par exemple le 45t de Christine Minier, celui-ci étant sorti en nombre très limité ??
        C’était aussi un moyen déguisé pour les différents éditeurs de vendre (ou « refourguer » c’est selon…) leurs produits à un moment où les disques estampillés Eurovision ne faisaient plus trop recette.

        Il faudra quand même attendre 1999 (soit au 44eme concours) pour que l’UER se décide enfin à sortir la « compil officielle » avec toutes les chansons d’une édition…. Il était temps…

        Truc de dingue, la France aussi a édité une double-compil à l’occasion du concours à Lausanne en 1989, sous label Carrère (le mentor de Sheila). Il manquait juste les chansons autrichienne et française. Il faut croire que ce disque a dû faire un bide commercial puisque l’opération n’a pas été reconduite l’année d’après… 🙁 Mais l’opération est étrange, vu qu’à cette époque, le concours n’avait pas vraiment bonne presse dans l’hexagone…
        Pour la petite anecdote, les Native ont évoqué ce disque très vite fait, sur le plateau de l’émission Viva l’Eurovision en 1998… 🙂 Mais ça c’est une autre histoire…

          • Salvy Jamaladinova on 19 avril 2018 at 08:53
          • Répondre

          J’ai le 45T de Christine Minier !!!

          1. Moi aussi je l’ai, mais peut-on s’en vanter ? 🙂

            • Antoine on 19 avril 2018 at 10:30

            Vivement qu’Eurovista nous invite à sa surboum qu’on danse un bon slow sur Christine Minier et qu’on swingue sur Cocktail Chic ! On fera péter nos vestes à épaulettes !!! 😀

          2. hahaha tu crois pas si bien dire… car j’ai le 45t des Cocktails Chic, je peux vous faire un mix platine à faire pâlir de jalousie David Guetta 🙂

  9. Eh ben dites donc, c’est pointu comme sélection !
    Y’a pas à dire, le slow romantique en allemand, ça fait tout de suite son effet…
    Encore plus avec la moustache de séducteur, je fonds ! hahaha

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :