Nous restons en principauté avec une nouvelle artiste, mais effectuons cette fois un bond dans le temps, puisque nous nous retrouvons en 2005, soit tout juste un après le retour en grand pompe de Monaco au concours de l’Eurovision après vingt-cinq années d’absence et de manque pour la Francophonie tout entière. Une fois n’est pas coutume, c’est une chanteuse française que TMC (encore Télévision Monte-Carlo à l’époque, avant de devenir propriété du groupe TF1) décide d’envoyer sur la scène de Kiev.

Tout de moi
Je dépose à tes pieds mes heures et mes armes

Retour dans le futur, en janvier 2012. Première saison de The Voice en France. Épisode 3 du 10 mars. La première artiste de la soirée réussit à faire se retourner les fauteuils de deux coaches avec sa reprise de The Edge of Glory de Lady Gaga. L’un d’eux, Florent Pagny, l’accompagnera jusqu’au troisième prime. Cette artiste, c’est Lise Darly, candidate monégasque à l’Eurovision 2005.

La prestation en images :

Classement : 24ème en demi-finale (22 points)

C’est par mail que Lise Darly a gentiment accepté de répondre aux questions de L’Eurovision Au Quotidien, et de nous livrer en exclusivité une grande nouvelle.

Comment vous êtes-vous retrouvée à participer à l’Eurovision pour Monaco ?

Cela a commencé en 2004. Je chantais lors d’une soirée dans un établissement de Monaco et le compositeur de la chanson de cette édition-là (Philippe Bosco N.D.L.R.) est venu me parler du casting qu’ils allaient organiser pour le retour de Monaco au concours de l’Eurovision.

La décision a été difficile, mais je n’ai pas été retenue cette année-là. C’est ainsi que j’ai chanté pour la principauté l’année suivante.

Justement, avez-vous des liens avec la principauté, sinon en avez-vous créé ?

Non, je n’en ai pas. J’y chante souvent, mais cela n’a pas de rapport avec le fait que j’ai participé à l’Eurovision pour Monaco en 2005.

Quel rapport au concours aviez-vous jusqu’alors ?

Je le regardais chaque année depuis toute petite et je rêvais de pouvoir un jour y chanter.

Pourriez-vous partager avec nous votre expérience sur place ?

Je suis allée à Kiev, une ville magnifique. Là-bas, il y avait une très bonne ambiance entre tous les pays. J’ai beaucoup sympathisé avec Shiri Maimon qui représentait Israël. J’adorais sa chanson !

Un instant, un souvenir, quelque chose vous a-t-il particulièrement marqué lors de votre participation ?

Le public. À travers les applaudissements et les encouragements qu’il a émis à la fin de ma chanson, il me transmettait tellement de force que j’en ai encore des frissons aujourd’hui !

Comment avez-vous appréhendé le résultat final ? Quels étaient vos attentes ?

Toute l’équipe et moi, nous stressions beaucoup. L’année précédente, les résultats n’avaient pas permis d’atteindre la finale. Il en a été de même pour nous, malgré de réels espoirs d’aller en finale.

Quels ont été les effets du concours sur votre carrière ?

J’ai pu rencontrer Markus Wagner et Steven Stewart avec qui j’ai travaillé sur mon premier album Si j’avais su. J’ai aussi eu la chance de rencontrer Rick Allison, qui a écrit deux titres pour mon album, À des années de toi et Si tu veux, tu prends.

Par la suite, vous avez participé à la première saison de The Voice en France en 2012. Votre participation à l’Eurovision vous a t-elle aidé à intégrer l’émission selon vous ?

Non. On m’a demandé si je voulais y participer. C’était une nouvelle émission en France, donc j’ai accepté et j’ai passé les castings.

Quel est l’impact de l’Eurovision sur votre vie aujourd’hui ? A-t-elle toujours un impact sur votre carrière ?

Elle garde un petit effet. C’était il y a déjà quinze ans ! Quelques fan partagent encore mes vidéos du concours dans leurs tops, et cela fait toujours plaisir. Je sors un nouveau single cette semaine (L’interview a eu lieu début juillet N.D.L.R.), et je sais que certains fans seront au rendez-vous.

The Voice n’a pas ré-enclenché d’engouement particulier par rapport à votre candidature en 2005 ?

Non.

Vous intéressez-vous toujours au concours ? Que pensez-vous de son évolution ?

Oui, je le regarde toujours, y compris les demi-finales quand je le peux. Je trouve que c’est une émission de plus en plus belle scéniquement parlant. C’est un show où les chanteurs se produisent en live, et aujourd’hui il n’y en a pas beaucoup.

Des titres, des prestations, des éditions, des images vous ont-elles particulièrement marqué ces dernières années ?

La prestation de Salvador Sobral pour le Portugal m’a marqué par sa simplicité et par sa chanson, que j’ai trouvé touchante.

Monaco s’est retiré du concours en 2007, soit deux ans après votre prestation. Pourquoi le pays rechigne t-il à participer depuis selon vous ?

Je pense qu’une participation à l’Eurovision demande beaucoup de temps et d’investissement. C’est pour cela selon moi.

Pourquoi, selon vous, les pays francophones sont-ils dans une période difficile en ce qui concerne leurs résultats au concours ? Quelles solutions verriez-vous en vue de l’obtention de meilleurs résultats ?

Je ne sais pas. Des titres différents sont pourtant proposés chaque année, qu’ils bougent ou qu’ils soient plus calmes, qu’ils soient accompagnés d’un véritable show avec des danseurs ou qu’ils mettent davantage en avant la voix. Mais rien n’y fait.

Quels artistes verriez-vous alors pour représenter la France au concours ?

Avec Jhony Maalouf (participant à la première saison de The Voice en France comme Lise Darly, il était parvenu jusqu’en quarts de finale N.D.L.R.), nous venons de nous présenter au casting pour la sélection nationale française 2021. Il s’agit d’un duo en français, avec quelques touches d’anglais. Nous avons proposé deux titres et nous attendons la suite avec impatience !

Votre nouveau titre s’appelle Miracle : qu’est-ce qu’il signifie pour vous ?

Miracle est une chanson d’amour. Pour beaucoup de gens, elle peut ressembler à une histoire d’amour vécue.

À refaire, participeriez-vous au concours ?

Oh oui, et un grand oui ! Et encore plus si on me proposait de représenter mon pays, la France !

***

L’actualité de l’artiste :

Le dernier single de Lise, Miracle, est sorti le 15 juillet dernier.

Crédits photographiques : pochette du single Miracle (avec l’aimable autorisation de l’artiste)

Merci à Lise Darly d’avoir gentiment accepté de répondre à nos questions par mail.

Crédits photographiques : photothèque personnelle de l’artiste (avec son aimable autorisation)