Depuis le début de cet automne, la sélection suisse qui se fera à travers un choix interne est restée sous le secret des Dieux et cela se poursuit alors que nous arrivons bientôt à la fin de cette année. Pourtant, les langues se délient peu à peu mais en silence, du côté de la télévision suisse, car les journalistes n’ont pas vraiment le droit d’informer sur ce sujet qui semble presque être devenu tabou.

Le règlement l’impose drastiquement et pour ça, les suisses sont de bons soldats très disciplinés. Les consignes sont très claires, aucune fuite ne devrait passer avant la révélation de la chanson et encore moins à propos de ou des artistes qui défendront nos couleurs aux Pays-Bas en 2020.

Cependant, il existe toujours des rumeurs qui se propagent ici et là et le nom de cet artiste est ressorti à plusieurs reprises ces derniers jours.

En effet, du côté de Zurich, on apprécie beaucoup Crimer un jeune talent très original et un peu déjanté qui sort des sentiers battus, grâce à son coté loufoque mais qui plaît énormément,

Pour preuve, ses nombreux fans issus de toutes les générations et qui dépassent désormais largement nos frontières, aimeraient beaucoup le voir défendre la Suisse à l’Eurovision,

Les plus fervents pour ne pas dire les plus accros, pensent à tort ou à raison que ce jeune homme très talentueux et qui ne manque pas d’audace, permettrait de se démarquer clairement avec son style très “Vibes des années 1980” qui est devenu très tendance.

Cependant, à ce jour, nous aimerions bien savoir ce que l’artiste en pense réellement, est-ce donc un désir profond qui relève plus du mythe ou d’un pur fantasme ? L’avenir proche nous le dira.

Je vous l’avais déjà présenté en 2017 sur ce site. Crimer est un artiste suisse très atypique mais qui est très vogue dans notre pays. En 2018, il a même reçu le prix du « meilleur talent » des célèbres Swiss Music Awards.

Crimer, dont le vrai nom est Alexander Frei,est né à Saint-Gall, une ville universitaire qui se situe à l’ouest de la Suisse,   Bercé par la musique classique dès son plus jeune âge, c’est aussi un musicien et un auteur compositeur interprète. il joue admirablement bien de la guitare et du piano mais il reste passionné par la musique électronique et aussi des années 80, celles du fameux “Disco”.

Malgré ses références incontournables et un peu austères à son goût,  il s’est très vite plongé dans la vieille discothèque de ses parents pour découvrir de véritables trésors,  sous forme de 45 tours et 33 tours rayés, qui s’inscrivent désormais en tant que véritable héritage des années de folies qu’à représenté le disco.

Depuis que le jeune homme de 29 ans est apparu sur la scène musicale suisse en 2017 avec la chanson « Brotherlove« , il y a un véritable hype autour de lui. Avec son swing spécial hip, son style et surtout sa musique,  Il est un grand nostalgique et aussi un inconditionnel de groupes tels que  Depeche Mode, The Cure ou Bronski Beat,

Nouvelle révélation de la pop suisse alémanique, le chanteur saint-gallois plonge généreusement lʹauditeur en pleine période new wave disco.  Dépeche Mode Pet Shop Boys et d’autres nombreux groupes de cette époque.

Le moins que l’on puisse dire, c’est  qu’il fait tout pour se démarquer. Visuellement avec un look ringard et très kitsh digne des années 1980 qu’il cultive volontairement, à la fois pour provoquer mais aussi pour marquer ses convictions. .

Il s’inscrit pourtant en tant qu’artiste de la nouvelle génération. Il joue en live avec sa guitare, faisant quelque chose de grand avec sa voix,

Ses chansons et ses acrobaties de danse très maladroites mais calculées peuvent nous mettre facilement au bord de l’embarras. C’est un spectacle déroutant mais envoûtant qui réveille les foules et fait voler en éclat tous les codes et les clichés d’un société jugée parfois un peu trop rétrograde et coincée.

Voici son tout dernier single “Bois Cry” que je vous laisse découvrir.

Pour moi si Crimer devait interpréter ce titre à Rotterdam, je suis quasi certain qu’il serait directement propulsé en finale et qu’il se hisserait parmi les grands favoris,

En tous les cas, que l’on aime ou pas, je ne dirai plus qu’une seule chose, j’adore !

Découvrez son tout premier single qui lui a permis d’être révélé et en même temps de faire un carton dans les charts suisses et allemands !

Et voici d’autres titres de son répertoire qui lui ont permis d’asseoir sa notoriété !

Crimer sur scène en concert !

Alors après luca Hänni, Crimer à Rotterdam ?

Un pari risqué mais audacieux qui pourrait s’avérer être payant voir même gagnant pour la Suisse ou alors un flop assuré même si le ridicule ne tue pas ?

Qu’en pensez-vous ?

Merci pour vos précieux commentaires !

https://www.crimer.ch