amir-confPour reprendre la périphrase d’Iveta chère à Pauly : Ils ont répandu une vague d’intérêt et nos cœurs font ba-ba-da-bou ! “Ils”, c’est France Télévisions, Nathalie André en tête. Ils ont réussi à médiatiser le Concours Eurovision en France comme jamais il n’avait été du temps de France 3. Ils ont réussi à réunir les français autour de la chanson qui va les représenter, ce qui ne s’était plus vu depuis 2001 et 2002. Ils ont fait de la chanson qui va nous représenter dans quelques heures sur la scène du Globen un tube en France, qui pourrait même s’étendre à l’international.

De mémoire de fans, nous n’avions JAMAIS vécu un tel engouement pour cet événement. Depuis deux semaines, c’est toute la France qui vibre au rythme de l’Eurovision. Radios, télés, presse, on voit l’Eurovision partout et tous les jours. Et cette fois avec du contenu positif.

Par son dispositif exceptionnel, France 2 a réussit à convaincre une bonne partie de la population et des médias que l’Eurovision a évolué et n’est plus le “truc” ringard qu’on regardait pour se moquer dans les années 1980/90.

Et Amir n’a pas encore foulé pour l’ultime fois la scène du Globen que la télévision française pense déjà à l’avenir. Ainsi Nathalie André a-t-elle confié en conférence de presse :

On a fait un travail immense à France Télévisions depuis la dernière édition de l’Eurovision pour mobiliser tout le groupe, ce qui n’était pas évident. Cela n’est que la deuxième année que France 2 s’occupe du concours. Edoardo Grassi a apporté son expérience. Avec lui, on réfléchit beaucoup au moyen d’impliquer davantage les Français dans l’Eurovision.

 

Est-ce une porte ouverte vers une sélection nationale (sérieuse et non amateur) ? On serait tenté de le penser. Un télé-crochet peut-être ? Ou une grande finale genre Melodifestivalen ? Eduardo Grassi se contente de répéter : “On y réfléchit”.

Peut-être que de bonnes audiences pousseront le staff français à obtenir un budget conséquent pour organiser une belle sélection ?

source : 20minutes.fr