A l’occasion de la sortie du dernier album de Patricia Kaas, “Kaas chante Piaf” et de son marathon médiatique où on ne manque pas de la questionner sur l’Eurovision, nous nous penchons sur plusieurs idées reçue : “L’Eurovision peut briser une carrière” ou “Cela ne rapporte rien à un jeune chanteur de participer à l’Eurovision”. Alors sans remonter au temps jadis d’André Claveau et Jacqueline Boyer où l’Eurovision était très différent d’aujourd’hui et où de grandes vedettes prenaient part au concours, penchons nous sur le devenir des candidats français de ces dernières années…

De l’anonymat…. à l’anonymat…

Ortal peut se consoler de son infortune en se disant que “Chacun pense à soi”…

C’est la caricature de notre vision de l’Eurovision. Mais cela s’appuie sur de nombreux exemples ! Depuis les années 1980, nous faisons appel à des “jeunes talents”, Roger Bens ou Christine Minier dans les années 1980, Nathalie Santamaria ou Marie Line dans les années 1990, Ortal ou Virginie Pouchain dans les années 2000. Aussi vite apparus, aussi vite disparus de la circulation ! On attribue ces déboires à de mauvaises places dans le classement, mais Nathalie Santamaria, par exemple, a terminé 4ème avec la chanson de Didier Barbelivien, “Il me donne rendez-vous”. Non, quand ça veut pas, ça veut pas, et il est clair que l’Eurovision tout seul, que vous terminiez premier ou dernier, ne va pas faire de vous la Madonna du 21ème siècle !

Résultats nuls.

Jonatan Cerrada

Vous voulez relancer une carrière essoufflée, l’Eurovision n’est pas la solution ! Jonatan Cerrada en sait quelque chose ! Sa participation à Istanbul avec “A chaque pas”, ne lui a pas du tout permis de rebondir après sa participation à la Nouvelle Star et le succès de son premier album. L’album suivant s’est très mal vendu et le chanteur a entamé une grande traversée du désert. Idem pour Fanny, star au début des années 1990, pour qui la participation à Dublin en 1997 n’a pas été un tremplin. Elle continue sa carrière dans l’ombre et a écrit un témoignage sur son histoire : « Enfants stars, plus dure sera la chute ».

Autre exemple, Patrick Fiori, superstar aujourd’hui, comptait sur l’Eurovision pour lancer une carrière naissante, mais malgré une 4ème place avec “Mama Corsica”, rien ne s’est passé. Le déclic se fera avec la comédie musicale “Notre Dame de Paris”. De même, la carrière, déjà fructueuse, de Dan Ar Braz ne s’est pas envolée avec l’Eurovision : qui sait encore que nous l’avions envoyé à Oslo avec la ballade bretonne “Diwanit Bugale” qui s’était crashée en 19ème place ? Celle de Nina Morato n’a pas particulièrement décollé après 1994. Sofia Mestari poursuit une carrière très discrète…

De l’ombre à la lumière…

Allez allez Jessy !

Mais l’Eurovision a révélé de nombreux talents. Les Fatals Picards, avant de partir pour Helsinki, ont déjà 5 albums à leur actif mais sont inconnus du grand public. Et bien qu’ils terminent avant-dernier du concours, ils ont acquis une notoriété nationale et donné un coup de pouce à leur carrière. Ils ont dorénavant derrière eux un fidèle public… qui n’a rien à voir avec l’Eurovision d’ailleurs !

En 2010, après Patricia Kaas, et après avoir annoncé de grands noms comme David Guetta ou Christophe Willem, France 3 prend tout le monde à revers et choisit Jessy Matador. On se rit alors du jeune chanteur qui a tout de même deux succès à son actif, “Décalé Gwada” et “Mini Kawoulé” mais dont le visage est inconnu du grand public. Or, après avoir séduit le public d’Oslo, il obtient un disque d’or avec “Allez Ola Olé” qui cartonne dans toute l’Europe, et continue avec succès sa carrière dans la musique d’influence africaine. Il cartonne en ce moment avec “Zumba He Zumba Ha”, après être apparu dans le clip de l’inénarrable “corde à sauter”, “Logobitombo” de Moussier Tombola.

Sébastien Tellier, le gourou de l’Eurovision.

En 2008, enfin, France 3 annonce qu’elle a choisi un musicien dont le nom ne nous dit pas grand chose, mais à la discographie plus qu’impressionnante, Sébastien Tellier. L’auteur de “La Ritournelle”, dont chacun se demande ce que diable il allait faire dans cette galère, s’est payé le luxe de montrer sa tête sur toutes les télévisions, a dopé les ventes de son album “Sexuality”, a eu un succès dans tout le nord de l’Europe et particulièrement en Suède avec “Divine”, et surtout a signé un contrat publicitaire avec Renault. Il peut encore aujourd’hui capitaliser sur son succès à l’Eurovision pour aller vendre son dernier album, “My God is Blue” sur tous les plateaux télé, et faire son numéro d’acteur…

Deux success-stories.

Natasha St-Pier, la success-story de l’Eurovision qui a fait rêver plus d’un chanteur !

Deux chanteuses ont pu particulièrement bénéficier de l’Eurovision de deux façons différentes. La première est Natasha St-Pier. L’acadienne est en effet totalement inconnue lorsqu’elle est choisie pour chanter “Je n’ai que mon âme” à Copenhague. Prise sous son aile par Pascal Obispo, elle lance une carrière semée de tubes, “Tu trouveras”, “Mourir demain”, “Un ange frappe à ma porte”… Ses albums se vendent avec constance et on peut dire que loin de son Nouveau-Brunswick natal, les Français l’ont définitivement adoptée.

Après l’Eurovision, Patricia Kaas est devenue plus qu’une star, une véritable icône !

Autre succès, celui de Patricia Kaas. Alors que chacun se demandait ce que Patricia Kaas avait comme intérêt à aller à l’Eurovision, ayant plus à y perdre qu’à y gagner, Patricia a eu raison de se laisser convaincre. Non seulement elle a relancé une carrière en stand-by en France, après quatre longues années d’absence, mais en plus elle a conforté son aura internationale, en prouvant à ses compatriotes qu’elle était considérée comme la plus grande chanteuse française dans le monde et en gagnant une importante notoriété dans de nouveaux pays, comme la Pologne, l’Ukraine ou les États Baltes. La tournée “Kabaret” s’étale sur plus de 170 dates dans plus de 15 pays… Aujourd’hui, elle revient avec un album de reprises d’Édith Piaf, lancé dans le monde entier, Paris, Londres, New-York, Séoul… Et vu l’aura et de Piaf et de Kaas, nul doute que  nous nous acheminons vers un énorme succès pour la petite fille de Forbach. L’Eurovision a donc été tout bénef’ pour Patricia, en confortant sa notoriété et en lui apportant une nouvelle stature.

Est-ce plus intéressant aujourd’hui ?

La divine Anggun a malheureusement raté son pari…

On remarque bien sûr qu’il y a un avant et un après 2007. Pourquoi ? C’est probablement un ensemble de facteurs. L’Eurovision a changé d’image et a gagné en qualité ces dernières années. Il est aussi plus regardé en France. Surtout, cela est dû à France 3, qui fait de bien meilleurs choix en sélectionnant de vrais artistes. On peut croire à Cendrillon, mais il est peu probable de faire de la boulangère de son village une nouvelle Céline Dion du jour au lendemain, et on ne construit pas une carrière internationale sur un malentendu ou par le fruit du hasard ! Cela dit, pas sûr que nos deux derniers représentants aient beaucoup capitalisé sur leur participation. Amaury Vassili attendait de donner une plus grande dimension à sa carrière internationale, comme Patricia Kaas. C’est raté. Anggun, quant à elle, n’a pas dopé les ventes de son album en se rendant à Bakou.  Mais tous les deux n’ont pas non plus brisé leur carrière en échouant à l’Eurovision, loin de là ! Même en n’obtenant aucun point du public européen, Anggun garde la sympathie du public français (qui fidèle à sa mauvaise foi préfère commenter le mauvais goût des autres….) !

Une secret combination ?

On pourrait dire qu’il ne faut pas attendre la lune du concours. L’Eurovision ne peut pas faire ou défaire des carrières tout seul. Même une victoire ou une très bon score ne garantit pas le succès, très loin de là ! Ainsi, tous les chanteurs amateurs, n’attendez pas de l’Eurovision qu’il soit un tremplin spectaculaire pour votre carrière, mais si vous avez une grande expérience de la scène, comme les Fatals Picards ou une carrière dans l’ombre, vous pouvez espérer la conforter en bénéficiant de la médiatisation du concours. Et toi, la superstar qui lit notre blog quotidiennement, n’hésite pas à tenter ta chance. Tu n’as pas grand chose à perdre ! Mais tu ne gagneras pas à tous les coups non plus…