Bakou

Voilà une success story particulièrement intéressante ! L’Azerbaïdjan, pays du Caucase dont chacun ignorait l’existence il y a quinze ans est devenu l’un des leaders du plus grand concours musical du monde. Il a arraché une victoire en quatre participations, avant de dégringoler d’années en années… Mais il semble de retour dans la course…

Avant 2010, le pays a été invité à participer en 2008, après que son diffuseur national, ITV, est devenu membre de l’UER. Il termine à sa première participation 8ème, puis 3ème en 2009. Dès lors, on attendait plus que la première victoire du pays, qui ne tarda pas à arriver…

L’Azerbaïdjan a varié les modes de sélection, avec souvent de grandes interrogations sur leur étrange organisation. En 2010, ITV organise le Land of Fire. Une demi-finale vit s’opposer six interprètes chantant une chanson composée par des azéris. Trois d’entre eux avancèrent en finale : Milk & Kisses (un duo rock mené par une certaine Dilara Kazimova), Maryam Shabanova et Safura Alizadeh. Un mois plus tard, ces trois “actes” se sont affrontés en chantant les trois mêmes chansons, “Drip Drop”, “Under my skin” et “Soulless”, (à l’exception de Milk and Kisses qui chanta “Cancelled”) composés par une équipe suédoise qui devait devenir très régulière. Safura fut désignée la vainqueure par un jury de professionnels, qui choisit de lui faire interpréter “Drip Drop” quelques semaines plus tard. En l’absence de classement, voici “Drip Drop” par Milk and Kisses.

Safura, grande favorite pour la victoire, ne termina que 5ème. ITV eut alors l’idée d’une épouvantable sélection qui devait durer trois ans sous sa forme initiale : le Milli Seçim Turu. Un talent show rempli d’amateurs incapables de chanter et qui nous ont offert d’incroyables reprises d’incroyables chansons. Mais c’est aussi dans cette émission que la plupart des représentants à suivre du pays ont été découverts. La première édition fut constituée de 7 séries desquelles 1 ou 2 demi-finalistes furent sélectionnés. Sabina, Farid Mammadov et Dihaj furent tous recalés en série. Chingiz en demie. 5 finalistes furent sélectionnés. Et grande surprise, on décida de couronner deux gagnants, Nigar Jamal et Eldar Qasimov pour porter un duo à Düsseldorf, sur une composition des mêmes auteurs qu’en 2010.

En l’absence de classements, voici la prestation de Chingiz qui interprète Milim…

Avec la victoire d’Ell & Nikki, le Milli est renouvelé en 2012. Beaucoup d’anciens candidats sont de retour mais pas les plus connus… Une nouvelle recrue fait son entrée cette année-là, une certaine Samra Rahimli. Un pont d’or est donc fait à la grande Sabina Babayeva pour interpréter une nouvelle chanson composée par la même équipe suédoise, “When the music dies” et qui terminera 4ème.

Même sélection en 2013, mais simplifiée : 8 séries et une finale de 10 artistes (1 qualifié par semaine, sauf les deux dernières, allez savoir). Lors de la finale, les finalistes ont chanté leur chanson pour Malmö. Ainsi, Farid Mammadov, dont la participation était presque annoncée avant la finale, l’emporte avec “Hold me” écrit non plus par l’équipe suédoise Sandra Bjurman/Stefan Örn, mais par d’autres habitués du concours : Dimitris Kontopoulos, John Ballard et Ralph Charlie. Là non plus, pas de classement officiel… Mais le choix de Farid est judicieux : il termine 2ème de l’Eurovision.

Pour 2014, ITV décide de modifier le concept qui a pourtant fait ses preuves, et choisit un autre talent show comme sélection nationale : le Böyük Səhnə (Grande Scène). C’est un peu la même chose, mais en moins artisanal. Des castings ont lieu dans tout le pays, pour déterminer les 14 candidats, parmi lesquels on retrouvait essentiellement des anciens candidats du Milli. Quatre épisodes plus tard, Dilara Kazimova fut déclarée grande gagnante devant Khana Hasanova. Chacun des finalistes a interprété une chanson pouvant potentiellement aller à Copenhague, mais finalement, il a été décidé d’attribuer à Dilara une nouvelle chanson signée de nouveau par Stefan Örn.

Et puis Dilara a fait un véritable flop au concours. Qualifiée aux forceps, elle n’atteint que la 22ème place en finale. ITV décide donc dans un premier temps de revenir au Milli, avant de finalement s’en remettre à une sélection en interne, choix fait depuis lors. Elnur Hüseynov, représentant de 2008, est donc sélectionné en 2015, après sa victoire à The Voice Turquie, avec une chanson de Sandra Bjurman. Il parvient à retrouver la première partie du tableau : 12ème. Samra Rahimli, précédemment vue au Milli est choisie en 2016 avec une nouvelle équipe suédoise. Sans grand succès : 17ème. Dihaj, autre ancienne du Milli, est choisie en 2017 avec une nouvelle composition de Sandra Bjurman et de l’azéri Isa Melikov. Ce n’est pas le succès escompté : 14ème.

Le choix de 2018 se porte alors sur une chanteuse renommée, Aisel, avec un produit formaté par Dimitris Kontopoulos, “X my heart”. Et là, c’est le premier échec du pays en demi-finale ! ITV revoit alors sa copie avec succès en 2019, en s’adressant à l’équipe bulgare Symphonics et à un chanteur vu au Milli et qui a fait ses preuves à domicile, Chingiz Mustafayev. Grâce à lui, l’Azerbaïdjan renoue enfin avec le succès. Chingiz termine 8ème avec “Truth”.

L’Azerbaïdjan est 4ème de la décennie, avec 1371 points en finale.

Le top : la victoire d’Ell et Nikki en 2011.

Le flop : la 11ème place en demi-finale d’Aisel en 2018.