Vendredi matin, où êtes-vous ? Que faites-vous ? Poser la question, c’est y répondre : vous êtes sur l’Eurovision au Quotidien et vous lisez votre article préféré de la semaine, Rumeurs, rumeurs. Oui, l’Eurofan francophone a choisi son camp : entre l’explication rigoureuse d’un règlement officiel de sélection nationale et la compilation foutraque de rumeurs délirantes, il préfèrera toujours cette dernière… Alors, avant de nous lancer dans la ronde humoristique des vraies fausses nouvelles, une minute de silence pour tous ces articles sérieux que personne ne lira attentivement…

Sur ce, place à la rumeur reine !

IRLANDE

Vous ne croyiez tout de même pas que vous y échapperiez cette année ? Tous les ans ! Tous les ans, on vous dit ! Vous y aurez droit tous les ans, jusqu’à la disparition d’Internet. Surtout que cette fois, c’est officiel : ils se reforment !

Le groupe Westlife a confirmé se retrouver après six années de séparation pour un nouvel album et une nouvelle tournée. Cette annonce a aussitôt bouté le feu aux réseaux sociaux. Les Eurofans en sont convaincus : oui, oui, oui, ils vont enfin représenter l’Irlande à l’Eurovision ! Et pourquoi pas ? Le groupe est populaire partout en Europe et en Australie ; nos quatre compères sont professionnels et ont une solide expérience de la scène ; Nicky a participé en 2016 et saura guider le groupe dans ce gigantesque barnum qu’est le Concours de nos jours. Bref, c’est cette année ou jamais pour Westlife à l’Eurovision !

[poll id=”1311″]

FINLANDE

Pendant ce temps-là, en Finlande, l’YLE est à la recherche d’un successeur à Saara Aalto. Pour rappel, la télévision publique finlandaise a décidé de renouveler la formule de l’an dernier : un artiste choisi en interne proposant plusieurs chansons lors d’une finale télévisée. Aussitôt, l’Euromonde s’est mis à bruire de rumeurs. Qui ? Qui parmi les interprètes finlandais actuels serait susceptible de porter haut les couleurs nationales à Tel Aviv ?  Plusieurs noms ont circulé, l’un a surnagé : celui de The Rasmus, groupe de rock ayant connu un succès international au début des années 2000. Souvenez-vous :

Lauri (au chant), Pauli (à la guitare), Eero (à la basse) et Janne (à la batterie) ont formé leur groupe en 1994, alors qu’ils étaient âgés de seize ans. Ils sortent leur premier album en 1996. En 1998, Janne est remplacé par Aki. Après quatre albums qui les installent sur la scène musicale finlandaise, ils sortent Dead Letters en 2003. Le premier single In The Shadows les propulsent à un niveau supérieur : ils sont désormais connus et reconnus dans le monde entier. The Rasmus prospère et devient l’un des groupes finlandais à vendre le plus de disques. Toujours ensemble, toujours d’actualité, couverts de récompenses, ils ont sorti l’an dernier un neuvième album.

Plus important encore : le groupe n’est pas contre l’idée de représenter la Finlande à l’Eurovision. Lauri a même confirmé dans une interview qu’ils avaient été approchés par l’YLE. Néanmoins, le Concours n’est pas une priorité absolue pour eux en cet instant. Mais qui sait ? Et c’est dans ce “qui sait ?” que se sont engouffrés les Eurofans…

[poll id=”1312″]

ROUMANIE

2018 aura été une annus horibilis pour la télévision publique roumaine en matière d’Eurovision. Dans sa volonté de célébrer le centenaire de la Grande Roumanie, la TVR a voulu transformer sa traditionnelle Selectia Nationala en Melodifestivalen. Durant six semaines, le programme a voyagé de villes en villes pour atteindre Bucarest. Mais problème : la TVR n’a pas la force de frappe de la SVT (doux euphémisme). Résultat : une production indigente, des chansons risibles, des interprétations catastrophiques et des dimanches soirs émaillés de fous rires épiques. Hommage à l’un des sommets flamboyants de cette SN déjà mythique :

Pour couronner le tout, un jury complétement à côté de la plaque et un télévote sans direction. À la surprise générale, The Humans l’ont emporté. Et le 10 mai suivant, à Lisbonne, sur le coup de 23h, l’impensable s’est produit : la Roumanie a été éliminée en demi-finale, pour la toute première fois de son histoire. Une gifle, une baffe, une claque, un soufflet, un beignet, une torgnole, une taloche, une mandale, une humiliation internationale et un drame national pour la Roumanie, malgré les vingt-quatre points attendus de la Moldavie et les douze points du jury hongrois (cherchez l’erreur).

Le directoire de la TVR est entré en éruption. Une grosse grosse colère, à la mesure de la déception éprouvée : tous les responsables internes de la SN ont été démis de leur fonction et la société de production externe a été rayée des contrats de la télévision publique. Le directoire l’a promis dans la foulée : en 2019, nouvelles têtes, nouvelles idées, nouveaux moyens, nouvelles nouveautés pour une nouvelle SN.  La Roumanie reviendrait par la grande porte à l’Eurovision !

Eh bien, première rumeur à ce sujet : la nouvelle équipe aurait décidé de… reprendre la même formule que l’an dernier ! La Selectia Nationala 2019 s’étalerait donc sur plusieurs semaines et parcourrait encore une fois la Roumanie toute entière. Bref, réservez déjà vos dimanches de janvier et de février pour retourner dans ces théâtres trop petits et surtout, dans ces improbables mines de sel à cent mètres sous terre où la costumière a oublié que ça caillait grave et distribué des robes décolletées à tout le monde.

[poll id=”1313″]

(avec la collaboration de Pauly)

PS : elle vient enfin de sortir le clip officiel, un petit bijou…