Premier jour des répétitions et une confirmation de la tendance de ces dernières années : le niveau vocal de l’Eurovision n’a jamais été aussi bon. Mieux vaut ne pas s’aventurer au concours aujourd’hui avec une voix chevrotante, une propension aux fausses notes ou aux hurlements incontrôlés sous peine de rentrer chez soi plus tôt que prévu ! (Vous êtes le maillon faible : au revoir !) Autre confirmation : les images sont magnifiques, et le spectacle de mardi prochain sera à n’en pas douter exceptionnel : du hangar peu engageant au pays des rêves : bienvenue dans le B&W Hallerne ! Aram-3Et ça démarre très fort avec Aram MP3 qui met en valeur toutes les possibilités de la scène. L’Arménien démarre sa chanson, comme dans son clip, dans une lumière sombre qui devient un ciel étoilé avant de faire exploser les lumières rouges autour de lui dans la partie finale. Il est seul en scène. Vocalement, c’est très solide : Aram est là pour gagner ! Retombée avec Aarzemnieki. Dans une forêt illuminée, le groupe letton est venu sans gâteau à la grande surprise des sites Eurovision qui n’ont pas écouté les paroles (bah oui : s’il doit faire le gâteau, c’est qu’il est pas fait ! CQFD !) C’est sympathique mais ça n’a pas impressionné les observateurs sur place. Les quatre lettons sont groupés au beau milieu de la scène et ont l’air un peu perdus dans les plans larges. Clairement, la Lettonie aura du mal à briser la malédiction dont elle est victime depuis 5 ans ! On retourne plus au nord avec Tanja avec toujours sa chorégraphie impressionnante, qui a connu quelques changements. Vocalement, c’est mieux que bien, même si évidemment, c’est plus chaotique que si elle ne dansait pas… Beaucoup de fans sont encore sceptiques… Mais les observateurs sur place ont trouvé ça amazing. Et surtout le fait que Tanja soit capables d’enchainer trois excellentes performances d’affilée. Sanna+NielsenRetour au calme avec Sanna Nielsen, dans une ambiance très Céline Dion au Cesar Palace. Seule sur un podium invisible, habillée de lumières, Sanna n’a pas changé grand chose à sa performance du Melodifestivalen, mais le moins qu’on puisse dire c’est que vocalement, c’est ce que la Suède a proposé de mieux depuis très longtemps. Sanna est bien en course pour la victoire, même si on n’aime pas cette ballade larmoyante, mais que voulez-vous ! Beaucoup plus colorés les Po-po-po-po-Pollapönk ! Dans un visuel hyper coloré et vitaminé, genre partie de Candy crush, les trublions islandais délivrent une performance énergique et sans faute. Mais sans grand spectacle non plus. Sera-ce suffisant ? Perchée sur une rampe durant toute sa chanson, façon proue du Titanic, Hersi délivre une très bonne performance vocale, mais sur scène n’est pas très à l’aise… On voit du clair, de la fumée, des animations, ce qui nous changent de la cohorte de ballades sombres… Et place aux Sœurs Tolmachevy de Russie. Vocalement c’est bien mais pas exceptionnel. On entend des voix de choristes invisibles, comme en 2011. Justement, il y a sur scène un grand éventail sur une balançoire dont personne n’a vraiment compris à quoi il sert… La chorégraphie est très étudiée : les deux jumelles entrent en scène attachées par les cheveux…  Il y a un déluge de feu à la fin de la chanson… Visiblement, on veut cacher les lacunes de la chanson et des voix par un spectacle très étudié… Est-ce que ce sera suffisant pour éviter à la Russie de rester en demi-finale ? On verra… Dilara arrive ensuite, avec une performance moins sombre que les autres ballades… Vocalement c’est très bien, mais pas non plus inoubliable. L’accent anglais est très approximatif et un peu curieux par moment… L’animation montre des fenêtres et des buildings… Le petit plus de cette année, après le cube en plexiglas, la robe lumineuse, la douche dorée, les escaliers,etc. : un trapéziste ! mariya-2Mariya Yaremchuk est une vraie ukrainienne. Elle est là pour faire le show ! Après l’armoire à beau mec, les gladiateurs, le sable magique, les écrans mobiles et le géant, l’Ukraine réinvente la roue, une roue de hamster avec un monsieur qui court dedans (je n’aimerais pas être à sa place ! Ou bien je ne survis pas à la fin de la chanson !) Mariya monte dessus pendant la chanson. Vocalement, c’est excellent. Comme nous l’a fait remarquer un lecteur, la côte de l’Ukraine est en forte progression, 4ème désormais, entre le Danemark et le Royaume-Uni. Répétition très solide aussi pour Axel Hirsoux, qui vient clore la journée. Dans une ambiance sombre et avec un beau décor, Axel interprète sa ballade de façon très convaincante. On retrouve la danseuse de l’Eurosong. Pas de surprise ! C’est donc une excellente session que nous avons vu aujourd’hui, même si l’on a eu finalement assez peu de surprises. Mais le moins que l’on puisse dire, c’est que ça va batailler ferme le 6 mai ! Si on regarde côté bookmakers, la gagnante d’aujourd’hui est Sanna Nielsen, qui progresse, et est à 2.5-3/1 environ. Aram MP3 demeure toujours devant elle, autour de 1.5/1. On remarque quand même que remontent progressivement tous les “dark horses” en embuscade, et dont on attend les répètes avec impatience : Danemark, Israel, Autriche, Malte. Les autres ne se sont pas particulièrement démarqués. L’Islande est un peu remontée aussi, mais est quand même 33ème. Globalement, les bookmakers sont très frileux cette année, et on les comprend. C’est la première année depuis des lustres que l’on ne peut absolument pas dire qui va gagner ! On vous rappelle aussi que les images des répétitions sont pour toute la quinzaine les nouvelles bannières du blog, comme les années précédentes ! La playlist des répétitions…