Ce matin a été présentée la scène sur laquelle évolueront les candidat.e.s du Melodifestivalen 2021 depuis l’Annexet de Stockholm en février et mars prochains.

LA SCÈNE EN CHIFFRES
Largeur10,7 m
Profondeur20 m
Toit noir réflectif140 m2
Sol LED20 m x 3,6 m
Taille des LED66 M
Bandes LED au plafond et sol flanquéEnviron 200 m
Lampes318, dont 283 amovibles
22 tons, 600 m d’aluminiums, 400 ampères environ

Créée par Viktor Brattstöm (créateur régulier des scènes du Melodifestivalen et co-créateur de celles de l’Eurovision 2013 et 2016), c’est une scène unique qu’il nous sera donné de découvrir cette année. Elle a été dessinée en tenant compte de l’absence historique du public et avec l’ambition d’offrir un spectacle visuel et des prestations uniques. C’est une scénographie qui diffèrera de celles proposées les années précédentes, avec un parti pris clair ici précisé.

Profonde et étroite, la scène prend la forme d’un catwalk qui se déploie depuis un arrière-plan composé de trois murs LED centraux à haute résolution capables d’afficher un matériel mobile. Les artistes évolueront au milieu d’effets de lumières déployables de part et d’autre de la scène, depuis l’arrière-plan (où les murs LED sont séparés en profondeur) et sur les côtés, bordés de rangées de lumières aux sources différentes, sans oublier les surfaces réfléchissantes présentes au sol. Les caméras auront accès à la scène dans toute sa profondeur de manière à pouvoir multiplier les angles de tournage et filmer les artistes le long du catwalk.

L’une des spécificités de cette scène consiste en l’abaissement de la plate-forme située au-dessus des artistes et la création d’un toit réfléchissant. Ce qui aurait d’ordinaire obscurci la visibilité confère ici un effet miroir et un effet lumière “clubier” au plafond. Ajoutés au format de la scène, ces éléments permettront d’atteindre l’effet recherché : celui de renforcer la proximité vis-à-vis des artistes.

La scène est composée de plusieurs matériaux : stratifié et verre pour le sol, feuilles d’aluminium pour le toit, tôle, acier et aluminium pour le reste.

L’idée est de créer ainsi un espace scénique ouvrant le champ des possibles en termes de production visuelle et dans lequel le public exceptionnellement absent de l’Annexet ne sera pas oublié.

Crédits photographiques : @SVT