Les répétitions de la deuxième demi-finale se poursuivent aujourd’hui. Voici l’horaire de ce mercredi 2 mai 2018 :

  • 11h -11h30 : Géorgie
  • 11h40 -12h10 : Pologne
  • 12h20 -12h50 : Malte
  • 13h -13h30 : Hongrie
  • Déjeuner
  • 14h40 -15h10 : Lettonie
  • 15h20 -15h50 :  Suède
  • 16h -16h30 : Monténégro
  • Pause
  • 17h -17h30 :  Slovénie
  • 17h40 -18h10 : Ukraine

À nouveau, cet article sera mis à jour, au fil des publications. Vous y retrouverez les photos et les vidéos des répétitions, ainsi que mes commentaires personnels (qui n’engagent que moi). Nous vous souhaitons  déjà une excellente journée. Profitez-en bien et surtout, faites-nous part de vos impressions et de vos commentaires !

GÉORGIE

C’est l’Eurovision des Choeurs, dites-moi ! La Géorgie a opté pour de l’authentique, du vrai de vrai. Mais dans une dimension quasi ecclésiastique. Je regarde cet extrait et j’ai l’impression d’être à la messe. Vous me direz : l’Eurovision est une grand-messe ! Certes. De là à nous offrir un psaume… Côté vocal, de ce que l’on entend, c’est solide et sans reproche. Côté scénographique, c’est d’un classicisme liturgique. Groupe statique, lumières rouges, pluie d’étincelles, rien de surprenant. Cela colle néanmoins bien au morceau. Un point pour la cohérence. Certains ont l’air d’y croire. Moi, pas une seule seconde. À mon avis, la Géorgie manquera sa qualification. Une seule et unique raison (de taille) : une chanson parfaite pour une cérémonie religieuse à la cathédrale de Tbilissi, mais un peu hors contexte ici.

POLOGNE

Contraste eurovisionesque : nous passons directement de l’église au club. LMU est une chanson de club, de boîte, ambiance difficile à transposer sur la scène du Concours, a fortiori durant les répétitions, devant une salle vide. Cela ne prendra vie et sens que quand l’Altice Arena sera remplie et bouillonnante comme un chaudron sur le feu. De ce que l’on voit et entend, la mise en scène est cohérente avec le morceau. Lukas est meilleur vocalement qu’à la finale polonaise et qu’à Amsterdam. LMU reste malgré tout très léger, un peu creux. Il y manque de la substance, particulièrement dans le refrain. La Pologne étant un aspirateur à votes, je la verrais plutôt se qualifier, l’ensemble demeurant plaisant.

MALTE

La prestation vocale de Christabelle demeure aussi excellente que ses précédentes. En revanche, sa mise en scène diffère de celle utilisée lors de la finale maltaise. A priori, cela semble plus concentré, moins dispersé. L’efficacité et la cohérence entre LED, lasers et danseuse ne pourront se juger que sur écran. De ce que l’on en voit d’ici, la dramaturgie semble accrue. La présentation est théâtrale, différente, intéressante. Christabelle a un petit côté Vampira avec ce costume et ce maquillage. Là-dessus, je peine à me fixer une opinion sur ses chances de qualification. D’un côté, ses trois minutes s’annoncent visuellement marquantes. D’un autre, Taboo est rococo et tarabiscoté au possible. À déterminer au terme de cette journée de répétitions.

HONGRIE

Ici aussi, la cohérence est préservée. La mise en scène demeure simple. Vn n’appelle de toute façon aucun effet spécial supplémentaire. Le morceau est suffisamment fort et marquant que pour se satisfaire de lui-même. Un peu de crowdsurfing malgré tout, pour l’ambiance concert. De l’extrait, c’est vocalement aussi parfait qu’aux euroconcerts et à la finale hongroise. Le reste est une affaire de goût. Les amateurs aimeront follement. Les détracteurs détesteront colossalement. Avantage : la Hongrie ne laissera personne indifférent, un point crucial à l’Eurovision. De plus, AWS se démarquera avec vigueur des autres participants, plutôt plan-plan, de cette deuxième demi-finale. La qualification les attend à mon avis. Je m’y prépare, je m’y résigne. De toute façon, un Eurovision sans chanson à détester, n’est pas un Eurovision réussi…

LETTONIE

Du rouge et des cheveux, voilà cette répétition en deux mots. La mise en scène demeure dans la lignée de celle proposée à la finale lettone. Laura conserve sa couronne de reine capillaire. Apparemment, sa présentation visuelle reposera essentiellement sur mouvements et enchaînements de caméra. À voir à l’écran. De l’extrait, Laura reste constante dans l’excellence vocale. À titre personnel, je ne suis pas fan de cette tenue de scène. Je préfèrais nettement celles du Supernova. FG est quant à lui, un excellent morceau, sophistiqué et classieux. L’ensemble s’annonce mémorable et en contraste avec la proposition hongroise. La Lettonie mériterait donc, à mon sens, de se qualifier, car à mille lieues des clichés dont nous avons été abreuvés hier.

SUÈDE

Les candidats issus de sélections nationales reprennent pour la plupart leur mise en scène. C’est également le cas de Benjamin Ingrosso. Sa scénographie avait fonctionné à merveille au Melodifestivalen. Il en sera certainement de même à l’Eurovision. Les Suédois sont de toute façon experts en la matière. De ce que l’on entend, Benjamin nous offre une prestation vocale identique à la finale suédoise. Il a par contre changé de vêtements de scène. Cela nous offre à présent une bien meilleure vue sur une partie très précise de son anatomie, qu’il ne fait pas faute d’agiter et de chalouper. Comptez que cela hypnotise bien des téléspectateurs. DYO conserve son potentiel et son impact immédiat. La qualification me semble, cette année encore, une pure formalité administrative pour la Suède…

MONTÉNÉGRO

Ce costume, ce costume ! Il est encore moins seyant que celui de Sevak. Cette couleur, cette matière, cette coupe !  L’on ne voit vraiment que cette espèce de pochette matelassée turquoise ! Tâchons d’en détacher nos yeux écarquillés pour observer la mise en scène. De l’extrait, elle reprend tous les clichés afférents à une ballade balkanique. Cohérent et en même temps, dépassé. Tout comme l’est Inje, selon moi. On l’entend : Vanja est impeccable vocalement, comme il l’a toujours été. C’est vraiment pitié qu’un artiste aussi talentueux porte un morceau si daté. Le temps des ballades balkaniques à l’Eurovision est écoulé. Dommage pour Vanja, dommage pour le Monténégro, qui se feront, à mon avis, éliminer le 10 mai prochain.

SLOVÉNIE

Apparitions plus ou moins subliminales de quelques paires de fesses. Les amateurs apprécieront. Lea reprend sa mise en scène de la finale slovène, en l’épurant et en l’adaptant à la scène du Concours. Intelligent, cela lui permet de mieux concentrer le regard et l’énergie sur elle. De l’extrait, c’est impeccable sur le plan vocal, comme toujours avec elle. La discussion générale porte sur l’interruption de la bande-son. Lea invite alors le public à chanter avec elle. Certains approuvent l’initiative. D’autres lui conseillent d’abandonner l’idée. Difficile de se fixer une opinion, faute d’y être. D’ici, l’ensemble fait mouche. À titre personnel, je pencherais pour la qualification. La proposition slovène a le mérite d’oser. Oser quelque chose d’autre que les vieilles recettes rebattues. Respect.

UKRAINE

L’Ukraine et les accessoires déments, une longue histoire d’amour qui se poursuit cette année. Après le bac à sable, après la roue de hamster, après la tête géante, place au piano-escalier-qui-prend-feu. N’en doutez pas : cela rendra magnifiquement à l’écran et tout un chacun s’en souviendra au moment de voter. Vous le voyez : la mise en scène est une reprise de la sélection ukrainienne. Cela avait marché alors, cela marchera ici. Comme c’est l’Ukraine, ce devrait même galoper. De l’extrait proposé, Mélovin confirme qu’il assure le spectacle, vocalement et scéniquement. Je dors sur mes deux oreilles : l’Ukraine se qualifiera sans peine. Je n’ai pas changé d’opinion personnelle : une fois arrivé au refrain, UTL n’a plus grand chose à offrir. Mais ceux qui l’écouteront pour la première fois n’y verront que du feu…

CONCLUSION

Quelle étrange demi-finale… Sa première partie s’annonce éculée ; sa deuxième, palpitante. Assurément, le spectacle ne fera pas défaut… Bref ! De ce qui nous a été proposé aujourd’hui, je qualifierais d’emblée la Hongrie, la Lettonie, la Suède et l’Ukraine. J’éliminerais d’emblée la Géorgie et le Monténégro. Restent la Pologne, Malte et la Slovénie qui joueront leur qualification dans un mouchoir de poche.

Couplé aux répétitions d’hier, je qualifierais donc pour cette deuxième demi-finale : le Danemark, la Hongrie, la Lettonie, la Moldavie, la Norvège, les Pays-Bas, la Suède et l’Ukraine. Ce qui fait huit. Et je ne sais à qui attribuer les deux dernières places… Plutôt à la Slovénie et à l’Australie. Mais rayer d’un trait la Roumanie et la Pologne… Seigneur, quel casse-tête !

Sur ce, j’espère que vous avez passé une excellente journée et que vous êtes plus assurés dans vos prédictions que je ne le suis. Profitez bien de votre soirée ! Nous nous retrouverons demain pour les deuxièmes répétitions !

SONDAGE

À votre tour de vous exprimer !

[poll id=”950″]