Nous voilà de retour ! De retour ensemble devant l’Eurovision, dans un autre salon, sur un autre canapé, mais avec le même entrain et le même bonheur. Nous avons assisté à cette deuxième demi-finale du Concours, cette fois à Vilvorde, commune de la périphérie nord de Bruxelles. Nous étions à la fête, malgré l’élimination de la Belgique et les larmes de Sennek. Le succès fulgurant d’Eleni nous a en revanche réjouis. Inutile de vous le cacher plus longtemps : notre salon brûle d’ardeur pour la représentante chypriote. Sa victoire, samedi, nous réjouirait grandement et il est déjà tacitement convenu entre nous que nous voterions à toute berzingue pour elle.

Bref ! Pour l’heure, nous étions à nouveau six et notre groupe était d’une composition identique à celle de mardi. Seul ajout : Athos, golden-retriever de son état, qui s’est ennuyé et qui n’a pas compris pourquoi ses maîtres et leurs amis passaient la soirée devant la télévision. Il a quémandé notre attention, notre affection, notre présence, avant de se résigner et de jouer seul de son côté. Nous, tout comme mardi, nous avons suivi la retransmission sur la VRT. Nous n’avions que peu de choix : la RTBF ne diffusait cette demi-finale qu’en différé.

Vous lirez ci-dessous le compte-rendu de notre soirée. Vous prendrez garde en le lisant : il s’agit de la retranscription de nos réactions et de nos commentaires à vif. Il ne s’agit donc pas d’une analyse objective, d’une description de faits. Je n’ai ni édulcoré, ni censuré nos propos et nos réflexions. Si certains d’entre eux vous heurtent, j’en suis navré, je n’en puis mais ! Utilisez les commentaires pour exprimer vos propres avis et apporter une vision différente de la nôtre.

Te Deum, c’est parti. Vidéo d’introduction identique. Budget vraiment serré. Retour sur scène de notre quatuor de choc.

Vraiment excellentes. Salon marque légère préférence pour Filomena, décidément très drôle. S’inquiète à nouveau pour l’œil droit de Daniela. Après recherche sur Wikipédia, apparaît qu’elle a les yeux vairons. Son œil droit est naturellement noir.  Moi, inexplicablement soulagé. Avais déjà envisagé les hypothèses les plus folles (du genre, “reptilienne”). Sur ce, chut ! Première chanson.

Norvège

Salon reconnaît aussitôt Alexander. Se demande ce qu’il a fait depuis sa victoire de 2009. Moi, sarcastique : se manger des gamelles dans les classements et dans les sélections nationales et jouer les crampons du Concours. Rappelle à la cantonade qu’il était là dans Love Love Peace Peace. Alexander apparaît à l’écran. Moi, surpris : il a l’air visiblement fatigué. Malade, le pauvre. Salon trouve chanson dansante et sympathique. Mais plus captivé par les effets visuels. Remarque qu’Alexander doit être synchro à mort, sinon tout s’effondre. Heureusement, il l’est. Salon trouve que bon début pour soirée. Chanson pas renversante, mais présentation intelligente. Exclamation quand Alexander se saisit de son violon. Moi, blasé, yeux au ciel. Plutôt concentré sur Alvaro Estrella. Bonne note finale pour la Norvège. Salon certain qu’il se qualifiera, mais doute d’une victoire samedi. Chanson décidément trop légère.

Roumanie

Salon interloqué par mise en scène. Doute un instant : vrais mannequins ? Trouve idée des masques renversées, idiote et pas convaincante. Rigole de la chorégraphie très amateur. S’ennuie de la chanson qui ne démarre pas. Moi, pense avec nostalgie et tristesse à Feli. Elle aurait été tellement bien, tellement géniale, je l’aurais tellement aimé. En plus, elle n’aurait aucune difficulté à briller dans cette demi-finale. Salon penche du côté du rire, car amplification du ridicule. Accorde que Cristina chante très bien. Soudain surpris par explosion rock. Rien qu’une seconde. Comprend qu’il s’agit d’un vieux rock inintéressant, tiré vers le bas par présentation brouillonne et amateur. S’étonne qu’un tel morceau soit là. Impossible de leur expliquer l’inexplicable : pourquoi les Roumains ont voté en masse pour ça ? Restera une énigme pour l’histoire. Roumanie sombre dans nos classements.

Serbie

Sanja attire tout de suite l’attention. Comme sorti d’Harry Potter. Explique que c’est l’auteur de la chanson. Rire du salon lorsqu’il apparaît en potiche sur son podium et qu’il s’agite comme pris de la danse de Saint-Guy. Salon unanime : morceau ennuyeux et sans intérêt. Balkanika chantent bien. Rire finit par l’emporter. Monsieur à droite avec ses tambours ne frappe pas en rythme. Mesdames se baladent en tous sens, sans raison apparente. Mais c’est bien Sanja qui concentre l’hilarité générale : potiche embarrassante et inutile. Serbie reçoit une mauvaise note générale. Tout le monde convaincu qu’on en entendra plus parler. Moi, furibard sur la télévision serbe. Perte de temps et d’argent.

Saint-Marin

Ne pense qu’à Sara de Blue. Où est-elle ? Que fait-elle en ce moment ? C’est elle qui devrait être là et emmener Saint-Marin en finale. Salon trouve tout de suite que Jessika, toute petite voix qui passe mal. Aussitôt oubliée quand robots surgissent à l’écran. Rires. Plaît-il ? Qui a eu cette idée saugrenue ? Chanson déjà oubliée. Effet de surprise passé, salon s’ennuie. Quelqu’un de plus attentif pose la bonne question : “Mais où elle est la brune ?” Lui conseille de patienter encore quelques instants. Salon s’interroge : “Ces robots sont tout petits en vrai ?” Exact. “Quel intérêt, alors ?” “C’est Saint-Marin… Faut pas trop leur en demander…” Jenifer déboule soudain par la droite. Surprise générale, puis consternation générale. Le rap passe très mal. Moi, effondré. Ensemble idiot et ridicule. Salon unanime : pire proposition jusqu’ici. Pas seulement de la soirée, mais du Concours 2018. Bouillie musicale. Le “Size doesn’t matter” n’est que la cerise sur ce gâteau de mauvaises idées. Salon, amer : tellement de bonnes chansons éliminées mardi. Belgique aurait eu toutes ses chances, ce soir. Hélas, oui…

Danemark

Regain d’intérêt, car moitié du salon ayant assisté à finale danois. Reconnaît Rasmussen. Ceux qui le découvrent, plutôt amusés-rebutés par le look du chanteur. Surprise générale : voix passe mal. C’était mieux au DMGP. Moi, essaie de comprendre, car aux euroconcerts, était top. Stress, peut-être. Salon reçoit moyennement la chanson, médiocrement la présentation. De fait, Rasmussen a perdu la dureté de visage nécessaire. Sur le plan visuel et scénique, c’est moins marquant et réussi qu’attendu. Le tout, n’emporte pas. Assez inexplicable. Salon insiste : chanson assez banale. Coup final : fausse neige. Effectivement pas une réussite. Censé être un blizzard, ressemble plutôt à flocons dans film à petit budget. Raté. Danemark n’émerge pas dans nos classements.

Russie

Salon sursaute dès la première note : Julia ne sait pas chanter !? De fait, très peu convaincante. Explique qu’elle est quand même au maximum de ses possibilités. Salon, incrédule. Demande si réellement une carrière en Russie. Convient que oui. Explique en outre que parle pas anglais, chante phonétiquement en grande partie. Salon de plus en plus incrédule. Trouve chanson plate et sans intérêt. Ne comprend pas le pourquoi de la montagne. Ne comprend pas pourquoi Julia ne regarde pas la caméra. Bref, ne comprend rien. Tout le monde a la nostalgie de Sergey. Refrain suscite l’hilarité, prononciation épouvantable. Seul aspect positif : les danseurs, assez poétiques. Conversation et intérêt se détournent de Julia. Grand débat : qui est le plus mauvais ? Saint-Marin ou Russie ? Salon ne parvient pas à trancher. Fin des trois minutes russes. Salon unanime : ne peut pas se qualifier, indigne d’une finale, ne fut-ce que sur le plan vocal.

Moldavie

Diversion bienvenue, après autant de numéros plombés et plombants. Salon aussitôt mis en joie par chanson et présentation. Tout le monde rit et se balance sur son canapé. DoReDos ont atteint objectif : emporter tout le monde par leur bonne humeur et leur humour. En conviens moi-même : irrésistible et bien pensé. Mimiques dignes des meilleurs vaudevilles. Certains le soulignent tout de même : chanson pas extraordinaire, en réalité. Mais numéro excellent. Salon apprécie beaucoup ce moment eurovisionesque : joyeux et léger. En convient : pas aussi bon et mémorable que l’an dernier. Mais appréciable. Moldavie reçoit belle note. A le mérite d’alléger l’atmosphère.

Pays-Bas

Quant même hilarante cette carte postale. Waylon faisant de la pâtisserie… Me demande si cela arrive souvent dans la réalité… Les meilleures mémoires du salon le reconnaissent de 2014. N’avaient pas beaucoup aimé Calm After The Storm. Mais accueillent bien les premières notes de OIE. Bonne country, comme ils aiment. Waylon très charismatique. Manteau en léopard suscite quelques rires. Mais chanteur en impose. Chante très bien. Salon pense que qualification est assurée, après autant de morceaux ridicules. Tout le monde se balance en rythme sur le refrain. Waylon touche notre public. Ris quand il fait l’amour à la caméra. Par contre, tout le monde refroidi par jeu scénique avec les danseurs. Trouve cela inutile et ridicule. Heureusement, ne dure qu’un instant. Hélas, revient. Chorégraphie vraiment pas convaincante, mélange des genres qui ne convainc personne. Moi, perplexe. Sera-ce préjudiciable à Waylon ? Car prestation vocale excellente. Salon le reconnaît unanimement.

Australie

Hilarité générale immédiate. Pour toutes les mauvaises raisons. La robe de Jessica la fait apparaître toute boudinée à l’écran. Certains termes de comparaison très peu flatteurs volent. Salon tombe d’accord : ressemble à saucisse pailletée. Moi, catastrophé : mal coiffée, mal attifée et vocalement très inégale. Dire qu’ils se sont payés Sacha Jean-Baptiste. Résultat est pitoyable. Salon perdu dans son fou-rire. Jessica surjoue à mort. Tout le monde peine à croire qu’elle est une immense star en Australie. À l’impression de regarder une chanteuse amateur se trémoussant sur le podium d’une foire locale. Trouve cela douloureux à titre personnel. Convaincu qu’elle est en train de ruiner sa carrière et sa réputation. Comprends pas que sa délégation ne lui ait rien dit. Selon les rumeurs, elle aurait pleuré des commentaires sur Twitter, mais elle n’a visiblement rien changé de sa présentation. À part ses chaussures, visiblement. Et plus elle s’agite, plus elle chante faux et plus le salon est secoué par les rires. Atroce et douloureux. Souhaite que l’on arrête le massacre. Convaincu que l’Australie se fera éliminer avant minuit. Là-dessus, effet sonore totalement raté quand Jessica éloigne le micro pour faire chanter le refrain à la foule. Réalise-t-elle que le public est trop éloigné ? Donne la cruelle impression qu’elle se prend un vent. Regrets éternels de Dami Im. C’est elle qui aurait dû gagner en 2016…

Géorgie

Les rires s’éteignent aussitôt. Salon interloqué par Iriao. Chanteurs semblent visiblement mal à l’aise et engoncés. Moi-même très surpris : vocalement, ils se vautrent. Salon ne comprend pas le choix de la télévision géorgienne. Moi, comprend soudain mieux la colère des eurofans locaux. Moi aussi, serais furieux si la Belgique envoyait un truc pareil au Concours. L’incrédulité cède rapidement le pas à l’ennui et au désintérêt. La conversation dérive, chacun compare ses notes. Plus personne ne s’intéresse à la Géorgie. Veut tout dire. En viens à regretter Tamara Gachechiladze…

Pologne

Après Géorgie, salon plutôt bien disposé envers Pologne. Espère chanson légère et dansante. Vite déçu : trouve morceau vide et inintéressant. Lukas plus que décevant vocalement. Tout le monde s’interroge : un bon DJ doit quand même parvenir à repérer et collaborer avec de bons chanteurs, non ? Comment cela se fait-il que Gromee n’ait pas remarqué que Lukas n’était pas convaincant en direct ? Mystère… La présentation générale finit d’enterrer la Pologne dans les classements respectifs. Chorégraphie idiote et embarrassante. Gromee aurait mieux fait d’engager Michal Szpak. Lui au moins, il savait chanter. Et appâter la ménagère devant son écran (ne comprendrais jamais pourquoi, mais soit !). Salon très critique : Lukas a déjà du mal en position statique. Dès qu’il se déplace, véritable désastre. Rien à sauver pour personne. Sauf les choristes, très bien. Mais ne suffira pour échapper à l’élimination.

Malte

Salon soudain silencieux. Voit les visages traversés par la perplexité. Tout le monde scrute l’écran à la recherche d’une confirmation, d’un signe. Personne n’arrive à se décider. Insiste. Mais salon n’arrive pas à se forger un avis tranché. Hésite, doute, ne sait trop qu’en penser de cette proposition maltaise. Comprends que les carottes de Christabelle cuisent trop rapidement. Salon trouve que bonnes idées, mais qu’ensemble pas abouti. Aime refrain, pas couplets. Ensemble manquant de cohérence et d’impact. Suis surpris que meilleurs amis arrivent en quelques secondes aux mêmes conclusions que moi. Visuel plus réussi que prévu. Mais chanson décidément pas aboutie. Salon le reconnaît : Christabelle chante très bien. Mais look un peu outré, “too much”. Bref, beaucoup de bonnes idées, mal concrétisées. Malte flotte dans les classements.

Hongrie

Irais bien m’enfermer dans les toilettes, en attendant que ça passe. Duty first. Reste sur mon canapé. Salon positivement surpris par énergie immédiate de la musique. Moi, envie de me boucher les oreilles. Supplice, torture. Mais salon apprécie. Trouve chanson très bonne. Nettement moins convaincus par prestation vocale d’Örs. Ne sait pas chanter, selon eux. Positifs tout de même quant à la qualification, car se démarque et envoie. Moi, déjà démoralisé à la perspective de devoir subir cela une seconde fois. Espère secrètement qu’ils termineront derniers. Petit et mesquin, mais on se console comme on peut. Leur attribue une note plus mauvaise encore que celle de Saint-Marin. N’y changera rien, car les autres apprécient.

Lettonie

De l’Enfer au Paradis ! Soulagé et aux anges de retrouver Laura. Tellement belle, tellement classieuse, tellement talentueuse, chante tellement bien. Salon reçoit très favorablement la proposition lettone. Aime beaucoup la musique, qui lui rappelle effectivement le meilleur des années 90. Laura, magnifique. Hélas, suis pas très convaincu par mise en scène. Était mille fois plus réussi à la finale lettone. Laura, un peu perdue sur la scène. Pas filmée à son avantage. Robe rouge ne convainc qu’à moitié. Salon reste sur impression favorable : excellente chanson, excellente chanteuse. Suis inquiet. Eux, convaincus : va se qualifier. Qui d’autre ? Le reste est tellement indigent. Suis un peu rassuré. Reprends espoir.

Suède

Benjamin suscite l’enthousiasme dès sa carte postale. Salon unanime : à croquer. De fait, il est à croquer dans son pantalon satiné. Meilleur encore que pantalon de cuir de Mans. Salon captivé par présentation visuelle. Aime beaucoup. Tout comme chanson. DYO fait mouche. Tout le monde se dandine et se trémousse en rythme sur son canapé. Le refrain vient spontanément aux lèvres : “Dance, dance, dance you off…” Les déhanchements de Benjamin électrisent la pièce. L’on s’interroge : est-il gay ? Réponse sarcastique : non, opportuniste ! Fou rire général. Benjamin a bien compris le cœur de cible de l’Eurovision. Salon certain qu’il se qualifiera. Moi aussi, très enthousiaste. Voudrais que cela dure trois minutes supplémentaires. Suède s’envole dans nos notations. Salon déjà certain : meilleure prestation de la soirée. Adore par-dessus tout le côté rétro de la chanson. Tube en puissance pour certains.

Monténégro

Costume vole la vedette au chanteur. Salon ne voit que cet ensemble turquoise. S’interroge (et n’écoute pas une seule seconde la chanson) : dirait du papier-bulle. Quelqu’un s’insurge : mal coupé, en plus. En fait, non : déstructuré. Tout le monde d’accord : horrible. Vanja interpelle aussi : a l’air déphasé. Fini par en arriver à l’essentiel : la chanson. Salon fait la moue : rien du tout, insignifiant, sans impact. Quatre choristes surjouent à mort, font rire d’elles. Conversation dérive sur inévitable sujet : Slavko. Tout le monde le regrette. Lui au moins, était drôle, impayable. Quelques imitations du lancer de tresse. Certains fredonnent Space. Peut-être aurait-il eu ses chances cette année ? Car salon certain : Vanja en route pour l’élimination. Conclut sa prestation dans soulagement général.

Slovénie

Excellent début, retient aussitôt l’attention du salon. Tout le monde souligne que Lea chante très bien. Apprécie chorégraphie et présentation visuelle, moderne, dynamique, enlevé. Personne ne s’ennuie. Certains se penchent vers l’écran pour mieux voir. Moi, enthousiaste : très bien, meilleur qu’à la finale slovène. Salon aime beaucoup la figure des bras de Shiva. Serre les fesses quand arrive le faux incident de bande-son. Finalement, plus réussi que prévu. Public répond bien. Un peu forcé, quand même. Rien de dramatique. Salon pense que Slovénie se qualifiera. Moi, ravi pour Lea.

Ukraine

Déjà la dernière chanson ? Passe trop vite ! Salon interloqué par apparence de Mélovin. Se donne un genre étrange. Leur apparaît comme prétentieux. Aussi surpris par titre de chanson : “sous l’échelle” ? Demande à voir. En prennent plein les yeux. Mélovin débute dans son cercueil. Salon rit : se prend vraiment pour Dracula. Dracula mal habillé, alors. Mélovin sort de sa tombe. Moi, hilare. On se croirait dans un vieux film de la Hammer. Salon réalise qu’il s’agit d’un piano. Éclats de rire. Qui a eu cette idée ? Tente d’imaginer le brainstorming au siège de la télévision ukrainienne. Nouveaux rires. Visuel vraiment le sommet du kitsch et de l’outré. Salon finit par comprendre : sert à mieux détourner l’attention du morceau. Car tout le monde d’accord : UTL assez plat et banal. Reconnait que Mélovin, très bon chanteur. Mais serait moins marquant sans échafaudage. Remonte sur son piano-cercueil. Escalier prend feu, dans l’hilarité générale. Salon convaincu que cela marquera les esprits et se qualifiera.

Salon fait ses comptes et tire ses conclusions. Regrets généraux : répartition inégale et injuste des chansons entre les demi-finales. Trop de bonnes chansons mardi, pas assez ce jeudi. Difficile de faire un choix. Certains doivent inclure des échecs flagrants et patentés parmi leurs dix premiers. Moi-même suis bien en peine pour mes neuvièmes et dixièmes places. Rageant au fond. Bref, à titre personnel, j’aurais qualifié dans l’ordre : la Lettonie, la Suède, la Moldavie, la Slovénie, les Pays-Bas, le Danemark, la Norvège, l’Ukraine, la Pologne et Malte.

Ceci dit et fait, tout le monde s’allonge dans son canapé, dans l’attente des résultats. Nouvelles vidéos un chouïa plus intéressantes que mardi.

En revanche, danses de l’Eurovision, très réussi ! Fait rire le salon de bon cœur. Filomena vole encore la vedette aux trois autres, avec sa géniale imitation de Loreen. Entractes toujours épatants quand combinent humour et références aux éditions antérieures. Passe alors à la présentation des qualifiés d’office.

Belle déclaration d’amour de Madame à Monsieur. Choupinou tout plein. Salon pousse des cris d’orfraie : non, non, non, marre des chansons à message ! Veut du rythme, de la danse, veut Eleni. Trois secondes plus tard, tous en train de chanter Mercy en faisant le geste de la main. Surpris. Doivent avouer que morceau terriblement efficace. Entre dans l’oreille et n’en sort plus. Moi, touché par amour éclatant entre Émilie et Jean-Karl. Interprétation impeccable d’Émilie. Visuel réussi. Public répond bien. Croyais qu’il n’y aurait que Netta sur leur chemin. Me trompais : ce sera Eleni. Du coup, commence à douter. Vaincre Netta me semblait possible. Vaincre Eleni m’apparaît plus périlleux. Salon se récrie : Eleni, Eleni, Eleni ! Tous prêts à voter à mort pour Chypre. Me sens aussi emporté par la vague Eleni. Déboussolé…

Salon très peu enthousiasmé par Michael. Trouve cela d’une tristesse plombante… Remonte sur son dada : Eleni, Eleni, Eleni ! Décidément la concurrente chypriote a causé des ravages dans leurs cœurs.

Salon trouve Ermal et Fabrizio assez débraillés. Mais un peu mieux habillés sur scène. Morceau ne convainc qu’à moitié. Leur signale qu’à présent, ils ont entendu tous les morceaux en lice. Leur demande à brûle-pourpoint qui l’emportera. Répondent spontanément “Chypre”. Puis, en y réfléchissant, estiment que la France conserve ses chances. Mercy très marquant. Suspense s’annonce intense.

Moment des résultats ! Oh mon Dieu !

Tombe raide mort de mon canapé. Serbie ? SERBIE ? S-E-R-B-I-E ??? Qu’est-ce que c’est que ce bordel ? Dévasté par l’élimination de la Lettonie. Mes deux chansons préférées de cette édition 2018 ne sont point qualifiées. Horreur, malheur et désespoir…

Grosse Schadenfreude tout de même de voir la Russie et la Roumanie rembarrées. Excellent signal pour le Concours. Tout de même remonté que l’Australie échappe au couperet fatal. Salon aussi.

Conclusion

Cette deuxième demi-finale aura fait pâle figure en comparaison de la première. En revanche, elle aura suscité plus de rires et de plaisanteries. Ce qui n’est guère bon signe. L’Eurovision n’en ressort pas grandi…

Sur ce, mardi, nous avions sept qualifiés sur dix. Ce jeudi, nous en avions huit, ce qui demeure très honorable. Voici notre classement complet, avec nos notes :

1 – Suède – 15,25/20
2 – Lettonie – 14,75/20

3 – Norvège – 14,67/20
4 – Moldavie – 14,25/20
5 – Pays-Bas – 14,17/20
6 – Slovénie – 13,08/20
7 – Ukraine – 11,75/20
8 – Hongrie – 11,67/20
9 – Malte – 11,42/20
10 – Danemark – 11/20
11 – Pologne / Roumanie – 10/20
13 – Serbie – 9/20
14 – Australie – 8,67/20
15 – Monténégro – 8,17/20
16 – Russie – 7,83/20
17 – Géorgie – 6,82/20
18 – Saint-Marin – 6,5/20

Vous le constatez : nous aurions qualifié Malte et la Lettonie à la place de l’Australie et de la Serbie. Vous le constatez également : nos notes finales sont très largement inférieures à celles de la première demi-finale. Eleni reste en tête de notre classement général !

La demi-déesse grecque remportera-t-elle cet Eurovision 2018 ? Réponse samedi ! Ce compte-rendu, lui, se conclut ici. J’espère que sa lecture vous aura distrait. Je vous souhaite à présent la meilleure des finales possibles. Passez une soirée magique et inoubliable. Puisse votre favori l’emporter ! Quant à nous, nous nous retrouverons la semaine prochaine pour le compte-rendu de ce samedi soir au Paradis. À très bientôt !