Vienne

C’est l’histoire d’un pays qui disait qu’il ne voulait plus participer à l’Eurovision parce qu’il ne gagnerait jamais. Et puis il est rené comme un phénix…

Avant 2010, l’Autriche n’est franchement pas un pays en pointe à l’Eurovision… A partir du temps des demi-finales, confronté à de cuisants échecs, le diffuseur ÖRF, déjà peu fan du concours depuis qu’elle avait manqué de le gagner de pas grand chose en 2003 avec la chanson la plus débile de la terre, a commencé à se retirer une première fois en 2006, pour revenir en 2007, se prendre une déculottée et claquer la porte.

Elle revient quand même en 2011, poussée par la victoire de l’Allemagne voisine, en imaginant une sélection toute nouvelle avec 30 jeunes artistes présentés sur une plateforme en ligne. Dix finalistes se retrouvent sur le plateau de l’ÖRF, et Nadine Beiler s’impose devant Trackshittaz, avec “Oida Taunz”.

Poussés par le succès de Nadine à Düsseldorf, l’ÖRF remet ça. Trackshittaz revient prendre sa revanche avec Woki mit deim popo, et s’impose de peu devant une drag-queen barbue, une certaine Conchita Wurst. Mais à l’Eurovision, le popo connait un échec cuisant : dernier en demi-finale.

ÖRF voit donc plus petit avec seulement 5 candidats inconnus. La brésilo-australienne Natalia Kelly l’emporte devant Yela.

Et puis Natalia Kelly a fait également un flop à l’Eurovision. Il a donc été annoncé très tôt l’année suivante que l’interprète de 2014 était déjà choisie : Conchita Wurst. Un vrai choix : une femme à barbe, ça passe ou ça casse ! Mais ce fut un immense succès et le retour de l’Eurovision en Autriche, après 48 ans d’absence !

Pour célébrer cela, l’Autriche se dote d’une longue sélection nationale mi-talent show, mi-sélection traditionnelle, avec des chanteurs dotés de plusieurs chansons… 6 candidats sont sélectionnés parmi 16, dont un groupe hommage à Bach et une blonde qui chante en français du nom de Zoë… Les fans n’ont d’y eux que pour elle, mais la sélection est remportée très largement par The Makemakes avec I’m yours, devant Dawa. Malheureusement, les Makemakes ne se sont pas distingués à domicile, puisqu’ils n’ont remporté aucun point…

Pour l’année suivante, l’Autriche est revenue à une formule plus simple, avec une seule finale de 10 artistes, comprenant la chanteuse francophone Zoë, qui cette fois-ci l’emporte malgré un désaveu des jurys. Elle bat la chanteuse d’origine arménienne Elly V.

Loin d’ici fut un succès, atteignant la 13ème place, mais ÖRF a pourtant renoncé à sa sélection nationale pour des choix internes ces trois dernières années : d’abord Nathan Trent, 16ème et chouchou des jurys avec “Running on air”, puis Cesar Sampson, choriste des deux derniers succès bulgares qui termine 3ème avec sa chanson signée de l’équipe Symphonics. Le troisième choix interne en revanche, la chanteuse Paenda, était beaucoup plus risqué et n’a pas porté chance au pays qui ne parvient pas à se qualifier et termine avant-dernier de sa demi-finale.

L’Autriche est avec une victoire et une médaille de bronze 12ème de cette décennie, avec 940 points en finale.

Le top : la victoire de Conchita Wurst en 2014

Le flop : la dernière place de Trackshittaz en demi-finale en 2012.