Glorious... we're going up-up-up-up

Glorious… we’re going up-up-up-up

Jeudi dernier, devant près de 9.000 spectateurs et 3,24 millions de téléspectateurs allemands, le groupe Cascada (porté par la pétillante Nathalie Horler) a remporté la sélection germanique pour le Concours Eurovision.

Depuis, l’Allemagne rêve d’une troisième victoire. Il faut dire que tout y est pour faire de Glorious un potentiel vainqueur à Malmö : une mélodie accrocheuse, un groupe ultra populaire et un air de fête qu’on aime tant à l’Eurovision.

Et même en France, la chanson commence à se faire connaître. Elle figure désormais sur la playlist de NRJ où elle est diffusée dans la catégorie “hit futur”, et elle est également le coup de cœur de Fun Radio Méditerranée.

De plus, en Allemagne, le titre démarre bien sa carrière car hier dimanche, il s’est retrouvé en tête des ventes de singles sur iTunes.

Alors bien sûr, ce “déjà presque succès” énerve au point de provoquer déjà des polémiques. On accuse en effet le titre allemand d’être un plagiat de la chanson Euphoria, gagnante du Concours 2012.

Il n’en fallait pas plus pour que l’AFP reprenne l’information, et avec elle tous les médias français, de l’Express au Figaro en passant par Le Point ou le Nouvel Obs. Malheureusement, ils n’ont pas été plus loin qu’un copié-collé du texte de l’AFP, sans s’interroger sur l’origine un peu douteuse de la polémique. Ce qu’ils auraient sans doute dû faire.

Car toute cette histoire est partie du journal Bild qui a fait une enquête franchement pas sérieuse pour nous démontrer, graphisme à l’appui (ci-dessous), que les deux chansons se ressemblent : elles comportent chacune une intro, un couplet, un refrain, un deuxième couplet, un refrain, un bridge, un refrain et une outro… comme à peu près 99 % des chansons à l’Eurovision !

bild

Bild oublie sans doute que ce n’est pas la construction de la chanson qui cause un plagiat, mais simplement une suite ininterrompue de 8 notes identiques. Ce que l’on ne retrouve pas ce cas de figure.

NDR a bien raison de ne pas s’inquiéter de ces accusations. L’an passé, Euphoria avait déjà été accusée de plagiat sur David Guetta et Rihanna. “Tous les ans, il y a des tentatives pour déstabiliser avec des scandales l’Eurovision et les artistes qui y prennent part, des accusations de plagiat, des photos ou d’autres pseudo-révélations“, affirme la chaîne allemande.

Et elle n’a pas tort ! L’an passé, le journal suédois Aftonbladet avait publié toutes sortes d’affabulatrices polémiques sur Loreen. On se souvient par exemple du soi-disant boycott du danseur noir par Christer Björkman pour ne pas perdre de votes, alors qu’il n’en était rien.

Cascada semble suivre le même chemin que Loreen. C’est plutôt bon signe pour le groupe.