Dix ans de… Slovénie !

Ljubljana

Petit pays coincé entre Europe de l’Est et Europe de l’Ouest, la Slovénie fait partie des « underdogs » de l’Eurovision, ces pays qu’on ne voit jamais en finale… Encore que, on la voit de plus en plus souvent !

Avant 2010… de fait, la Slovénie ne se qualifie qu’une seule fois en finale, en 2007, et ne brille que très rarement… Le pays a néanmoins une particularité : toutes ses contributions depuis la première participation du pays sont choisies de la même façon, par la sélection nationale appelée EMA.

En 2010, l’EMA est constituée d’une demi-finale où 14 concurrents s’affrontent pour 7 places en finale où ils retrouveront 7 autres candidats déjà préqualifiés. On y trouve par exemple la représentante de 2001 Nusa Derenda. Mais c’est Ansambel Roka Zlindre & Kalamari avec un étrange mélange rock et folk qui l’emporte en écrasant le télévote, devant Nina Puslar. Le « Narodnozabavni rock » ne grapille que 6 points en demi-finale…

En 2011, seuls 10 candidats ont été sélectionnés dont Omar Naber, le représentant de 2005, et Nina Puslar, venue prendre sa revanche. Mais c’est Maja Keuc avec une chanson du couple Vlasic qui écrase la concurrence, devant la fantasque April sur une chanson signée Raay.

Maja ramène enfin la Slovénie en finale, avec une 13ème place à la clé. Pourtant, la télévision slovène va décider de changer de mode de sélection : l’EMA 2012 verra s’affronter deux candidats issus d’un talent show intitulé Misija Evrovizija. Des auditions ont lieu dans tout le pays. 130, puis 32 candidats sont sélectionnés. Misja Evrovizija dure 12 semaines et est remportée par Eva Boto et deux jumelles : Nika et Eva Prusnik, qui battent Nika Zorjan et Manuela Brecko… Nos gagnantes chanteront trois chansons chacune (c’est-à-dire Eva d’un côté et les jumelles de l’autre). Eva Boto l’emporte avec une chanson de l’auteur de Molitva, victoire 2007, Vladimir Graic, devant les jumelles avec Konichiwa dans un genre très différent.

Cette débauche de moyens fut si utile que la Slovénie termina avant-dernière de sa demie. En 2013, la télévision slovène, silencieuse toute la saison et dont on imagine le retrait, finit par envoyer en catimini et sans sélection nationale (c’est la seule année où l’EMA n’a pas sélectionné le concurrent slovène), la chanteuse américaine mais slovène d’adoption Hannah Mancini, malheureuse concurrente en 2011. Le résultat est catastrophique : la Slovénie est dernière de sa demi-finale.

Retour logique de l’EMA en 2014 avec une petite sélection de 7 artistes dont Omar Naber. Tinkara Kovac l’emporte avec une chanson composée par Raay et coécrite par Hannah Mancini devant Muff.

Tinkara se glisse en finale où elle termine avant-dernière. Le compositeur victorieux revient alors avec son propre projet, porté par sa femme et lui, Maraaya. Il l’emporte devant le morceau folklorique de Rudi Bucar en Figoni.

Deuxième succès d’affilée, avec une 14ème place en finale : une première pour la Slovénie ! Retour de l’EMA en 2016, donc, avec deux anciennes concurrentes : Nusa Derenda, et Regina (1996 !). A la surprise générale, ManuElla, révélée par Misja Evrovizja, qui chante « bleu et rouge » l’emporte d’une courte tête devant Raiven qui chantait « Noir et blanc »…

Comme attendu, la Slovénie ne brille pas du tout avec la ballade colorée de ManuElla… L’EMA est alors élargi à 16 concurrents à des demi-finales, pour mieux connaître les chansons en compétition. L’EMA 2017 voit alors la victoire d’Omar Naber qui revient à Kiev 12 après sa participation dans cette même ville. Il s’impose devant BQL grâce aux jurys. BQL avait plus du double de votes du public…

Les jurys n’ont pas eu le nez creux : Omar Naber a échoué très lourdement. Pour 2018, une seule demi-finale avec les 16 concurrents est organisée, ainsi qu’une finale de 8 concurrents. ManuElla, Tanja Ribic (1997) tentent de revenir, sans aller en finale ; BQL veut prendre sa revanche. Mais ils sont de nouveau 2ème derrière l’ancienne choriste de Tinkara, Lea Sirk. Une nouvelle fois, c’est le choix du seul jury, Lea n’étant que le 3ème choix du public.

Mais cette fois-ci, il y a une finale à la clé ! L’EMA 2019, enfin, est raccourci à une seule finale de 10 chansons. Raiven, venue prendre sa revanche et première du vote du jury, est battue en superfinale par Zala Kraj et Gasper Santl.

Nouveau succès et une 15ème place pour la Slovénie qui compte finalement sur cette décennie 50% de qualifications !

La Slovénie est 38ème de cette décennie avec 313 points en finale.

Le top : Maja Keuc, 13ème en 2011, et 3ème de sa demi-finale.


Le flop : Hannah Mancini, dernière en demi-finale en 2013.

(7 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • Pascal C. on 10 juillet 2019 at 08:51
    • Répondre

    Il manque à la Slovénie une performance de pointe mais globalement les résultats du pays sont meilleurs depuis Tinkara Kovac.

    Les Maraaya y sont clairement pour quelque chose même si leurs poulains ont parfois été snobés (BQL est le cas le plus flagrant…).

    J’aime souvent les propositions de l’EMA. Il y a de très bons morceaux qui gagnent rarement (Uli Lozar 2019, Raiven pour l’ensemble de son oeuvre..). C’est je crois la sélection où le vainqueur du televote ne gagne statistiquement jamais (2019 est à part vu que jury et public ont voté successivement et non conjointement)

    • EurovisioneurBZH on 10 juillet 2019 at 10:27
    • Répondre

    Ah BQL ! Tellement dommage qu’ils n’aient pas représenté la Slovenie avec Heart of gold !

    • rem_coconuts on 10 juillet 2019 at 11:39
    • Répondre

    Effectivement, depuis quelques années on voit une vraie progression de la Slovénie au concours, quoiqu’ils continuent de souffler le chaud et le froid par alternance. Déjà, les slovènes ont l’une des sélections les plus intéressantes du concours à mon sens, du moins c’était le cas pour 2019, avec l’EMA, d’autre part, il y a de bonnes propositions, parfois audacieuses, mais qui ne gagnent pas tout le temps. Pour cette année, la victoire du duo m’avait laissé un petit goût amer sur le moment même si je ne les détestais pas, la suite m’a rassuré et je me suis laissé convaincre, même si Raiven avec Kaos était pour moi LA candidate à envoyer à TLV. Mais le duo a assuré ses live à TLV, à défaut d’avoir assuré son capital sympathie… Sinon, depuis 2010, on a eu des titres très sympas, qu’ils aient été relativement forts (No One en 2011 et For You en 2015 que j’avais beaucoup aimé, tous deux ont été sous-classés à mon sens) ou apporté une touche originale dans le style de musique qu’ils défendaient (Hvale Ne l’année dernière ou Zala & Gaspar cette année). Inversement, quelques gros loupés: 2010 avec l’espèce de rock-folklo qui se barrait en cacahuète à chaque notre, 2012 avec une ballade très balkanique et très virginale, certes jolie mais plutôt banale (j’aurais bien tenté d’envoyer les jumelles à Bakou avec le loufoque Konichiwa), 2013 avec le titre insipide de Hannah Mancini et 2017 avec la ballade tellement old school d’Omar Naber (qui a eu au moins le mérite de bien chanter), dire qu’il y avait BQL en face… J’aimais bien aussi Blue and red de ManuElla en 2016, mais le titre manquait clairement de force pour sa demie.

    Et pourtant, la Slovénie est un des pays les plus malchanceux au concours! Une 7e place comme meilleur résultat en 2011, trois top 10 en 25 participations, mais un taux de qualif de 50% sur les dix dernières années. Clairement, le pays a clairement les moyens de viser plus haut, ne serait-ce que davantage de premières moitiés de tableaux (là aussi elles se comptent à peine sur les doigts de deux mains), mais à condition d’avoir des titres peut-être un petit peu plus forts pour le concours. Mais j’y crois!!

    • Pauline HALIMI on 10 juillet 2019 at 12:48
    • Répondre

    Ma sœur a adoré Tinkara KOVAC qu’elle considère comme la meilleure chanson slovène qui soit et a été très déçue de son classement. Moi, je voudrais attirer l’attention sur l’animateur de la finale slovène qui m’a fait rire aux éclats, surtout quand il chantait et a singé Poutine aussi. C’est dommage qu’il ait été remplacé.

  1. Maraaya pour moi….ce groupe est juste formidable….je me souviens quand j’ai écoute leur chanson…je l’ai écoute cent fois au moins….sublime….et le casque et leur chorégraphie…. Juste subliminal…pou moi…super photo lol

    • Francis A. on 10 juillet 2019 at 15:22
    • Répondre

    J’ai été très fan de la Slovénie, que j’ai placée dans mon Top 10 tous les ans de 1995 à 2003 (avec quatre podiums dont une victoire en 2001). Mais depuis 2006 où je plaçais Anzéj Dezan sur la plus haute marche, rien qui ne m’ait vraiment plu… à part la sensationnelle Maja Keuc, deuxième de mon classement personnel en 2011 et ManuElla, que j’aurais qualifiée sans problème en 2016. A mon avis, la Slovénie est passée à coté d’une chance de se classer dans les 10 premiers avec Heart of Gold il y a deux ans.

  2. – La Slovénie est un pays qui présente une diversité de choix chaque année mais c’est très rare qu’il y ait une chanson marquante sans pour autant qu’il y ait une véritable catastrophe. Je dirais qu’il y a souvent des titres facilement oubliables…

    – Je ne vais pas faire dans la dentelle : le titre le plus affreux pour moi est bien celui de cette année. Je ne supporte pas cette chanson du tout !

    – La chanson que j’ai préférée, c’est celle de 2015 avec Marraya mais j’avais trouvé son casque vraiment ridicule et j’ai toujours pense que ce fut une cause de son médiocre classement en finale.

    – Sinon la chanson qui m’a le plus marquée pour la Slovénie, c’est celle de l’an dernier d Léa Sirk : au oins il y avait de l’originalité comme je n’en avais jamais vu pour ce pays.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :