Tandis que nous cherchons ensemble des artistes susceptibles de propulser le Royaume-Uni sur le podium de l’Eurovision 2020, la BBC et son partenaire BMG restent complètement silencieux. Tout est bien calme sur le front britannique. Trop calme ? Faut-il s’en inquiéter ? Ou est-ce plutôt bon signe ? Quoi qu’il en soit, cela laisse un boulevard aux commentaires, aux rumeurs et aux (fausses) bonnes idées.

LE COMMENTAIRE

Le commentaire judicieux nous vient d’un ancien vainqueur de l’Eurovision et d’un auteur-compositeur-interprète des plus célèbres, Björn Ulvaeus (ci-dessus), membre du mythique groupe ABBA. Interrogé sur les piètres performances du Royaume-Uni à l’Eurovision, Björn a livré son avis sur le sujet. Selon lui, le problème réside du côté des chansons et non des interprètes. La BBC ne parvient pas, à ses yeux, à convaincre les bons auteurs-compositeurs, ceux qui ont actuellement du succès, ceux qui créent les tubes d’aujourd’hui.

En ce qui me concerne, je suis plutôt d’accord avec son affirmation. C’est d’ailleurs ce que j’essaie de montrer dans mon “Happy Hour”. Le Royaume-Uni possède des auteurs-compositeurs de grand talent, susceptibles d’écrire des tubes majeurs. Ils sont là à portée de main et de téléphone. Il faudrait que la délégation britannique le réalise… Espérons que BMG saura y faire et convaincre l’un d’entre eux !

LA (FAUSSE) BONNE IDÉE

Si vous aimez le drag et le camp, vous n’avez point manqué le lancement en fanfare de la version britannique du RuPaul’s Drag Race. Les moins avertis apprendront qu’il s’agit d’un concours déjanté de drag-queens orchestré par la plus célèbre d’entre elles, RuPaul.

Lors cette première saison, trois participantes, Baga Chipz, Blu Hydrangea et Divina de Campo, ont formé un groupe, les Frock Destroyers, et immédiatement fissuré l’écran.

Les fans du Drag Race se sont enflammés et ont aussitôt lancé une pétition pour que le groupe représente le Royaume-Uni à l’Eurovision 2020. Nos trois divas, quant à elles, ont accueilli favorablement l’idée.

À mon sens, il s’agit d’une fausse bonne idée. Le Royaume-Uni a besoin d’un représentant crédible, d’un artiste complet à la Duncan Laurence ou à la Mahmood, pour restaurer son image. Envoyer des drag-queens ne ferait que renforcer les stéréotypes des téléspectateurs britanniques et appauvrirait encore plus l’image du pays dans l’esprit des téléspectateurs européens. Donc, plutôt next !

(avec la collaboration de Pauly)