Toute la Saison 2017, vous avez voté sur notre site, avec méthode et conscience. Vous avez même répondu à une flopée de questions subsidiaires aussi idiotes que mal fichues. Chaque mercredi, jusqu’à la rentrée, nous reprenons l’une d’entre elles et revenons sur les dernières éditions de l’Eurovision. C’est le « Vainqueur du Mercredi » !

La semaine dernière, vous aviez couronné Ann Sophie, comme votre dernière place allemande la plus injuste. Aujourd’hui, volons jusqu’au pays du feu et des divas, l’Azerbaïdjan. En date du 15 mars, vous étiez 76% à penser que Dihaj ferait forte impression à Kiev.

Là-dessus, question subsidiaire ! Vous avez été plus d’une centaine à vous exprimer sur les divas azerbaïdjanaises.

[poll id=”462″]

33% d’entre vous l’ont plébiscité, il devient ainsi LA diva ultime. C’est notre quatrième vainqueur du mercredi : Farid Mammadov.

Depuis son plus jeune âge, Farid baigne dans la musique. Sa carrière débute à l’âge de huit, lorsqu’il intègre l’ensemble Bulbul. Parallèlement, il développe un intérêt marqué pour la lutte gréco-romaine et la capoeira. La preuve en image, juste pour le plaisir des yeux.

Il sort son premier single en 2012, mais son heure de gloire musicale sonne en 2013, lorsqu’il remporte la sélection azerbaïdjanaise pour l’Eurovision. Le voilà parti pour Malmö, avec Hold Me, composé par Dimitris Kontopoulos et chorégraphié par Fokas Evangelinos.

Farid remporte la deuxième demi-finale et termine deuxième en finale, derrière Emmelie de Forest. Il obtient à dix reprises la note maximale, alors que la gagnante danoise n’en obtient que huit. Plus que la chanson, c’est la scénographie qui entre dans la légende, avec le reflet du chanteur enfermé dans une boîte de verre et la plus longue traîne rouge de l’histoire du Concours.

Cette deuxième place demeure le meilleur résultat obtenu par l’Azerbaïdjan depuis sa victoire en 2011. Farid, quant à lui, tenta un retour à la musique en 2015, sans grand succès.

C’est donc lui votre diva azerbaïdjanaise ultime, devant Sabina Babayeva et Safura Alizadeh. Serait-ce le costume de velours ou la prestation involontairement camp ? Exprimez-vous, bon sang !

Sur ce, rendez-vous la semaine prochaine avec une photo, une écharpe et un sondage pour le moins clivant.