Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

            Pour la première fois dans l’histoire du Concours, une ville accueille à nouveau la grande compétition musicale. Bien que cette ville ne soit pas la capitale de son pays, elle a l’honneur d’être à jamais celle sur qui les fans de l’Eurovision ont braqué les yeux une deuxième fois en seulement deux ans – en-dehors d’être la ville natale d’une des plus grandes admiratrices de notre Concours bien-aimé. En route donc pour le…

6ème CONCOURS EUROVISION DE LA CHANSON

diffusé le samedi 18 mars 1961

en direct du Palais des Festivals de Cannes (France)

présenté par Jacqueline Joubert

L’organisation du Concours

La France ayant remporté la 5e édition l’année précédente, elle accepte d’organiser une nouvelle fois la compétition – ce que les Pays-Bas avaient refusé de faire en 1960. Comme deux ans plus tôt, c’est à Cannes, au célèbre Palais des Festivals, que la cérémonie a lieu. Mais pour la première fois (et cela ne variera plus jusqu’à aujourd’hui), la grande finale est diffusée un samedi.

Résultat de recherche d'images pour "cannes eurovision 1961"

L’Espagne, la Finlande et la Yougoslavie (sûrement flattée que la chanson gagnante de Jacqueline Boyer évoque le Monténégro, l’une de ses républiques) décident de faire leur entrée dans le Concours, montant ainsi à 16 le nombre de pays participants et établissant de ce fait un nouveau record, qui tiendra jusqu’en 1965. Deux artistes font leur retour : Bob Benny, qui représentait déjà la Belgique en 1959, et Nora Brockstedt, candidate norvégienne pour la deuxième année consécutive.

Les règles

Le règlement ne change pas par rapport aux années précédentes, que ce soit en ce qui concerne les interprètes, les membres des jurys ou le mode de scrutin.

La présentation et l’orchestre

Pour présenter le Concours, la RTF fait à nouveau appel à Jacqueline Joubert, qui avait déjà rempli la même mission deux ans plus tôt. De la même façon, c’est Franck Pourcel qui dirige l’orchestre. Petite remarque : Pierre Tchernia, qui assure à nouveau les commentaires depuis sa cabine, se trompe dans l’intitulé du Concours puisqu’il le nomme Grand Prix Eurovision de la Chanson Française ! ! !

Résultat de recherche d'images pour "pierre tchernia eurovision 1961"
Pierre Tchernia

Les chansons candidates

           Au lever de rideau, Jacqueline Joubert arrive au pas de course (! ! !) et se place devant le décor, un escalier gigantesque où se trouvent déjà les artistes qui vont se produire en direct quelques instants plus tard. Puis, elle cite chacun des pays participants, donnant ainsi à chaque interprète la possibilité de se présenter lui-même – évitant de cette façon de réitérer la gaffe de Katie Boyle, l’année précédente ! Par la suite, Jacqueline salue les pays dans leur langue, mais annonce les traductions françaises des titres des chansons présentées. Pierre Tchernia, lui, traduit quelques phrases de chacune d’elles.

1. ESPAGNE : Estando contigo par Conchita Bautista (née en 1936)

        Paroles : Antonio Guijarro      Musique : Augusto Algueró                Chef d’orchestre : Rafael Ferrer      

            Sélection : 1° place à la sélection nationale à Barcelone

            Conchita Bautista bat d’un point Víctor Balaguer, qui représentera son pays l’année suivante.

2. MONACO : Allons, allons les enfants par Colette Deréal (1927-1988) [Étoile au Firmament # 14]

        Paroles : Pierre Delanoé         Musique : Hubert Giraud                    Chef d’orchestre : Raymond Lefèvre

Sélection : interne

Monaco a visiblement de grandes ambitions pour sa 3° participation : l’interprète, Colette Deréal, accompagne sur scène Jacques Brel et Gilbert Bécaud depuis le carton de sa chanson Ne joue pas en 1959. Quant à Hubert Giraud, il a déjà composé trois chansons pour le Concours, dont une avec Pierre Delanoé – le titre vainqueur de 1958 : Dors, mon amour.

3. AUTRICHE : Sehnsucht par Jimmy Makulis (1935-2007) [Étoile au Firmament # 77]

        Paroles et Musique : Leopold Andrejewitsch                                    Chef d’orchestre : Franck Pourcel                 Sélection : interne

            C’est la première fois qu’un artiste grec participe au Concours, mais il faudra attendre encore treize ans avant que le pays de la Belle Hélène et de Melina Mercouri fasse son entrée dans la grande fête musicale.

4. FINLANDE : Valoa ikkunassa  par Laila Kinnunen (1939-2000) [Étoile au Firmament # 48]

        Paroles : Sauvo Puhtila           Musique : Eino Hurme                        Chef d’orchestre : George de Godzinsky

            Sélection : 1° place à Euroviisut le dimanche 12 février 1961 à Helsinki

           La seule des deux chansons présentées par Laila Kinnunen à avoir passé le cap de la demi-finale est déclarée gagnante par un jury d’experts. À Cannes, la chanson est fortement applaudie… par Jacqueline Joubert.

5. YOUGOSLAVIE : Neke davne zvezde par Ljiljana Petrović (née en 1939)

        Paroles : Miroslav Antić         Musique : Jože Privšek                       Chef d’orchestre : Jože Privšek

            Sélection : 1° place à Pjesma Eurovizije le jeudi 16 janvier 1961 à Ljubljana

            En finale nationale, on remarque Lola Novaković, arrivée 3°, qui représentera la Yougoslavie l’année suivante. Le compositeur et chef d’orchestre Jože Privšek, quant à lui, reviendra au Concours trente ans plus tard, pour accompagner les premiers candidats de la toute jeune Slovénie.

6. PAYS-BAS : Wat een dag par Greetje Kauffeld (née en 1939)

        Paroles : Pieter Goemans        Musique : Dick Schallies                    Chef d’orchestre : Dolf van der Linden

            Sélection : interne

            Malgré le recours au compositeur du titre gagnant de 1959, cette nouvelle chanson légère et entraînante ne séduit pas vraiment les jurés.

7. SUÈDE : April, april par Lill-Babs (1938-2018)

        Paroles : Bo Eneby                  Musique : Bobbie Ericsson                  Chef d’orchestre : William Lind

            Sélection : 1° place à Eurovisionsschlagern Svensk Final le lundi 6 février 1961 à Stockholm pour la chanson ;

                                    interne pour l’artiste

             Lors de la finale nationale, chaque chanson est interprétée par deux artistes. La version d’April, april par Siw Malmkvist (candidate suédoise l’année précédente) est préférée à celle de Gunnar Wicklund, mais la jeune gagnante ne pouvant réprimer son rire en chantant le titre vainqueur, on décide de la remplacer par Lill-Babs, arrivée 2° de la sélection avec Vårvinter (Début d’hiver ! ! !). À Cannes, la pétillante jeune femme se fend de quelques sifflements lors de sa prestation – c’est la première chanteuse à y avoir recours, après deux hommes.

8. ALLEMAGNE : Einmal sehen wir uns wieder par Lale Andersen (1905-1972) [Étoile au Firmament # 3]

        Paroles : Ernst Bader             Musique : Rudolf Maluck                    Chef d’orchestre : Franck Pourcel                 Sélection : 1° place à Schlagerparade le samedi 25 février 1961 à Bad Homburg vor der Höhe

            La grande star Lale Andersen ne fait qu’une bouchée de ses adversaires à la sélection nationale, en particulier de Christa Williams, candidate suisse en 1959.

9. FRANCE : Printemps (Avril carillonne) par Jean-Paul Mauric (1933-1971) [Étoile au Firmament # 2]

        Paroles : Guy Favereau           Musique : Francis Baxter                   Chef d’orchestre : Franck Pourcel

            Sélection : 1° place à la finale nationale le samedi 18 février 1961

            Le jeune chanteur varois obtient le double de voix de la chanson arrivée 2°. À la 3° place, on remarque Isabelle Aubret, qui représentera la France en 1962, juste devant Sophie Darel, future vedette de la télévision.

10. SUISSE : Nous aurons demain par Franca Di Rienzo (née en 1938)

        Paroles : Émile Gardaz           Musique : Géo Voumard                      Chef d’orchestre : Fernando Paggi

            Sélection : 1° place à la finale suisse le lundi 6 février 1961 à Lugano

            Le deuxième titre présenté par la charmante Franca (écrit et composé par le duo à l’origine de Refrain et de L’Enfant que j’étais de Lys Assia) bat facilement les deux chansons candidates d’Anita Traversi, représentante suisse à Londres l’année précédente. Dirigée par le même chef d’orchestre qu’en 1956, la proposition suisse récoltera un nouveau podium à l’issue de la soirée cannoise.

11. BELGIQUE : September, gouden roos par Bob Benny (1926-2011)

        Paroles : Wim Brabants          Musique : Hans Flower                       Chef d’orchestre : Francis Bay

            Sélection : 1° place à la finale belge le dimanche 29 janvier 1961 à Bruxelles

            Deux ans après sa première participation, Bob Benny est de retour sur la scène de l’Eurovision, à nouveau avec une chanson composée par le même musicien qu’en 1959. En finale nationale, il a battu Jacques Raymond, futur représentant belge en 1963 et 1971.

12. NORVÈGE : Sommer i Palma par Nora Brockstedt (1923-2015)

        Paroles : Egil Hagen               Musique : Jan Vølner                         Chef d’orchestre : Øivind Bergh

            Sélection : 1° place au Melodi Grand-Prix le samedi 18 février 1961 à Oslo

            Arrivée aux deux premières places de sa sélection nationale, la première représentante norvégienne est préférée à Per Asplin, l’artiste masculin qui a également interprété Sommer i Palma à Oslo, pour défendre les couleurs de son pays. Ce titre, pourtant si différent de son précédent, ne fera pas d’étincelles à Cannes, malheureusement.

13. DANEMARK : Angelique par Dario Campeotto (né en 1939)

        Paroles et Musique : Aksel V. Rasmussen                                          Chef d’orchestre : Kai Mortensen

            Sélection : 1° place au Dansk Melodi Grand-Prix le dimanche 19 février 1961 à Copenhague

            Le tout jeune chanteur danois d’origine italienne obtient chez lui deux fois plus de points que Birthe Wilke (double représentante danoise au Concours), arrivée 2°. Gustav Winckler, Raquel Rastenni et Katy Bødtger (tous anciens candidats victorieux) ne reçoivent pas un seul point des jurés. À Cannes, Dario fait sensation dans un costume immaculé, devenant ainsi le premier chanteur à se présenter au Concours entièrement vêtu de blanc.

14. LUXEMBOURG : Nous, les amoureux par Jean-Claude Pascal (1927-1992) [Étoile au Firmament # 24]

        Paroles : Maurice Vidalin        Musique : Jacques Datin                    Chef d’orchestre : Léo Chauliac

            Sélection : interne

            Jean-Claude Pascal, roi de l’élégance, ne se fait pas uniquement remarquer par sa chanson et ses qualités de chanteur, le grand soir. De manière très galante, il aide son amie Colette Deréal à descendre les escaliers lors de sa présentation en début d’émission. Puis après l’avoir monté à son niveau, il rebaisse son micro à la fin de sa chanson afin de permettre à ses concurrents britanniques de pouvoir interpréter leur titre sans problème. C’est pas la grande classe, ça ?

15. ROYAUME-UNI : Are you sure ? par The Allisons [John Alford (né en 1939) & Bob Day (1941-2013)]

        Paroles et Musique : John Alford & Bob Day                                               Chef d’orchestre : Harry Robinson

            Sélection : 1° place à A Song for Europe le mercredi 15 février 1961 à Londres

            Le seul duo de la soirée ne gagne sa sélection nationale que d’un tout petit point. Lors de la finale londonienne, Bryan Johnson (candidat pour la Royaume-Uni l’année précédente) ne finit que 5°.

16. ITALIE : Al di là par Betty Curtis (1936-2006) [Étoile au Firmament # 72]

        Paroles : Mogol                      Musique : Carlo Donida                      Chef d’orchestre : Gianfranco Intra

            Sélection : 1° place au Festival de la Chanson Italienne de San Remo le lundi 6 février 1961

            Le seul des deux titres interprétés par Betty à atteindre la finale italienne bat une autre chanson, qui aura, elle, un succès international. En effet, 24 mila baci, d’Adriano Celentano, sera repris entre autres en français par Johnny Hallyday et Dalida (une grande habituée des adaptations de chansons italiennes) sous le nom de 24 000 baisers.

L’entracte

            Le rideau s’étant refermé sur la candidate italienne, il est temps pour les jurys nationaux de se réunir pour décider de leurs votes. En attendant, le public patiente en regardant Tessa Beaumont (1928-2013) et Max Bozzoni (1917-2003), deux danseurs – étoiles de l’Opéra de Paris, évoluer sur Rencontre à Cannes, une musique de Raymond Lefèvre arrangée par Franck Pourcel.

Résultat de recherche d'images pour "tessa beaumont"
Tessa Beaumont
Image associée
Max Bozzoni

Le vote et les résultats

            Chaque pays participant dispose d’un jury constitué de dix membres, qui assistent à l’émission depuis leur patrie. Chacun de ces dix jurés est appelé à attribuer un point à la chanson qu’il préfère, à l’exclusion de celle présentée par son propre pays. C’est donc un total de 160 points qui est à distribuer. Chaque porte-parole est ensuite appelé au téléphone par Jacqueline Joubert dans l’ordre inverse de la présentation des chansons, la quasi-totalité d’entre eux s’exprimant en français (très bonne habitude qui semble s’être définitivement perdue).

  P L A C E S C O R E   I T A     U K     L U X     D A N     N O R     B E L     S U I     F R A     A L L     S U È   N E D     Y O U     F I N     A U T     M O N     E S P  
 ESP 9 8   1     2     2   1 1       1  
MON 10 6   1         1           3     1
AUT 15 1   1                            
FIN 10 6 2 2   1       1                
YOU 8 9   1   1     1 2     1     3    
NED 10 6 2             1 1     2        
SUÈ 14 2               2                
ALL 13 3       1           1       1    
FRA 4 13   2 1           4 1     1   2 2
SUI 3 16 2 2               4 2 1   2 2 1
BEL 15 1     1                          
NOR 7 10       1   5           1 2     1
DAN 5 12         8         2 1   1      
LUX 1 31 3     1     1 1 5 1 1 5 3 4 4 2
UK 2 24 1   8 1   1 7       3         3
ITA 5 12       4   4   1     1 1     1  

Alors que le Luxembourg offre 8 (! ! !) de ses 10 votes au Royaume-Uni, le Danemark (représenté par un chanteur d’origine italienne) attribue son maximum de votes à… l’Italie. Voilà qui sème la graine du vote de cœur, qui n’a pas fini de faire parler de lui au Concours ! De son côté, la Norvège donne 8 points au Danemark… autre graine promise à être moult fois discutée, celle du vote de voisinage.

Remarque : après le 14° vote (celui de l’Autriche), la personne en charge du tableau des points s’aperçoit que le score du Royaume-Uni est inférieur à celui qui est indiqué. Le pays, qui avait mené la course pratiquement depuis le départ, se voit relégué à la 2° position, qu’il ne quittera plus. C’est donc le retour de la Sorcière aux Dents Vertes pour les Britanniques, qui finissent sur la 2° marche du podium pour la 3° année consécutive ! ! ! L’Autriche, quant à elle, termine pour la 2° fois à la dernière place, comme en 1957, mais cette fois elle n’y est plus seule, la Belgique échouant au même rang.

Résultat de recherche d'images pour "tessa beaumont"
Jean-Claude Pascal et Tessa Beaumont

La victoire revenant au Luxembourg, c’est par conséquent la première fois que deux titres interprétés dans la même langue remportent le Concours deux années de suite. Le français règne donc sans partage à l’Eurovision, et l’édition 1962 le prouvera encore davantage. Très ému, Jean-Claude Pascal a beaucoup de mal à citer les noms de ses auteurs et compositeurs, et reçoit sa médaille des mains de Tessa Beaumont, avant de rechanter le titre vainqueur.

Mon Top 10

  1. LUXEMBOURG : Nous, les amoureux par Jean-Claude Pascal
  2. ITALIE : Al di là par Betty Curtis
  3. FINLANDE : Valoa ikkunassa  par Laila Kinnunen
  4. ROYAUME-UNI : Are you sure ? par The Allisons
  5. FRANCE : Printemps (Avril carillonne) par Jean-Paul Mauric
  6. MONACO : Allons, allons les enfants par Colette Deréal
  7. ALLEMAGNE  : Einmal sehen wir uns wieder par Lale Andersen
  8. ESPAGNE : Estando contigo par Conchita Bautista
  9. PAYS-BAS : Wat een dag par Greetje Kauffeld
  10. SUISSE : Nous aurons demain par Franca Di Rienzo

Lanterne rouge : YOUGOSLAVIE :Neke davne zvezde par Ljiljana Petrović

            Voilà pour mon Top 10 personnel… et pour mon bon dernier 😛 J’attends vos classements avec impatience dans les commentaires ci-dessous (date limite : samedi 10 aoüt à 23h59). Merci d’avance pour votre fidélité et votre contribution !

RÉSULTATS DES VOTES : Nous avons été 17 cette semaine à voter, et pour la 2° fois après 1956, nous avons déclaré vainqueur le Luxembourg d’une manière on ne peut plus nette. En effet, c’est le seul pays à obtenir des votes de tous les jurés, qui le classent tous sur le podium, dont 13 à la première place.

En ce qui concerne la lanterne rouge, vous la décernez pour la 4° fois en 6 éditions à un pays néophyte. La Belgique, en queue de peloton tout le long des votes, a échappé à la dernière place grâce à l’ultime, celui de Florian. Nos amis du Plat Pays le remercient 😀

16. Yougoslavie : Neke davne zvezde par Ljiljana Petrović : 12 points de 4 votants (maximum 4 points) – 8 places par rapport à Cannes!!!

15. Autriche : Sehnsucht par Jimmy Makulis : 14 points de 4 votants (maximum 6 points) score identique

14. Belgique : September, gouden roos par Bob Benny : 16 points de 3 votants (maximum 8 points) + 1 place

13. Allemagne : Einmal sehen wir uns wieder par Lale Andersen : 23 points de 8 votants (maximum 5 points) score identique

12. Pays-Bas : Wat een dag par Greetje Kauffeld : 27 points de 8 votants (maximum 6 points) – 2 places

11. Danemark : Angelique par Dario Campeotto : 32 points de 7 votants (maximum 8 points) – 6 places

10. Finlande : Valoa ikkunassa par Laila Kinnunen : 52 points de 11 votants (maximum 8 points) score identique

9. Norvège : Sommer i Palma par Nora Brockstedt : 54 points de 10 votants (maximum 10 points) – 2 places

8. Suède : April, april par Lill-Babs : 56 points de 13 votants (maximum 12 points de Gaël) + 6 places

7. Suisse : Nous aurons demain par Franca Di Rienzo : 58 points de 13 votants (maximum 10 points) – 4 places

6. Italie : Al di là par Betty Curtis : 71 points de 12 votants (maximum 10 points) – 1 place

5. Monaco : Allons, allons les enfants par Colette Deréal : 71 points de 13 votants (maximum 10 points) + 5 places

4. France : Printemps (Avril carillonne) par Jean-Paul Mauric : 88 points de 15 votants (maximum 10 points) score identique

3. Espagne : Estando contigo par Conchita Bautista : 89 points de 16 votants (maximum 12 points de Zipo) + 6 places

2. Royaume-Uni : Are you sure? par The Allisons : 131 points de 16 votants (maximum 12 points de Pauly et Denez) score identique

  1. Luxembourg : Nous, les amoureux par Jean-Claude Pascal : 192 points (maximum 12 points de Pauline, Yom, Phileurophage, Jérémie, Garfieldd, RV, Yvonne, Taron, Sakis, Duncky, Pascal, Florian et Francis)

Cette fois-ci, c’est notre Pascal qui a eu le nez creux, et a réussi à trouver le podium final. Bravo à lui! Merci en tous cas à tous les votants, et je vous donne rendez-vous dès ce soir pour une autre édition.