Hello, chers lecteurs fidèles de l’EAQ ! ! !

            L’édition du Concours que nous allons revivre aujourd’hui ensemble est, comme d’autres avant et après elle, à marquer d’une pierre blanche (ou noire, c’est selon…). En effet, elle couronne enfin un pays présent sans discontinuer depuis 1956, mais en l’absence de deux des autres pays fondateurs, complètement démotivés par les classements obtenus les années précédentes, qu’ils estiment médiocres et injustifiables. Remporté par une 6ème soliste à ne porter que son seul prénom, et la 4ème à ne pas s’être levée de son siège pendant sa prestation, voici le…

27ème CONCOURS EUROVISION DE LA CHANSON

diffusé le samedi 24 avril 1982

en direct du Convention Centre de Harrogate (Royaume-Uni)

présenté par Jan Leeming

L’organisation du Concours

Vainqueur du Concours en avril précédent à Dublin, le Royaume-Uni annonce dès l’été 1981 qu’il organisera la future édition – faisant du pays d’Elizabeth II le recordman des organisations de la plus grande manifestation musicale d’Europe, avec sept prises en charge par la BBC. Tout le monde s’attend à être invité à Londres pour la 5ème fois ou dans une autre grande ville du pays (Birmingham, Glasgow, Manchester, Édimbourg ou Liverpool), mais c’est Harrogate, une modeste station thermale du Nord-Yorkshire qui est désignée par la BBC. Pour la première fois depuis le Concours de Lugano, c’est donc une petite ville de 60 000 habitants qui va attirer les regards de 300 millions de téléspectateurs potentiels dans le monde. Le seul lieu pouvant décemment y accueillir artistes et public est lui aussi choisi très rapidement : ce sera le Convention Centre, une salle de 2000 places située sur le site du Harrogate International Centre.

Ann Summers and Party Lite among business wins for Harrogate ...
Le Harrogate International Centre

Suivant l’exemple de l’Italie qui a boycotté le Concours de Dublin par déception de ses classements obtenus depuis 1977, la France – un autre des pays fondateurs du Grand Prix Eurovision de la Chanson Européenne – décide de déclarer forfait. Pierre Bouteiller, directeur des variétés à TF1, estime en effet que le Concours « n’est plus qu’un monument à la bêtise » et qu’il a perdu tout son intérêt à cause « de l’absence de talent et la médiocrité des chansons ». Plus tard, il ajoutera avoir été heureux d’avoir « supprimé une émission de merde, tout un lobby de producteurs, attachés de presse, chanteurs et éditeurs » (sic). Antenne 2 se déclare intéressé par la reprise du Concours, mais la 2ème chaîne publique n’a pas le temps d’organiser une sélection avant la date limite de dépôt des candidatures… et la France disparaît de l’Eurovision pour la deuxième fois après 1974. Elle ne diffusera d’ailleurs même pas la soirée, forçant le jeune Francis à la regarder sur RTL Télévision 😛

Mort de Pierre Bouteiller, grande voix de la radio française
Le sympathique et modéré Pierre Bouteiller

Bref, l’ambiance n’est pas à la fête avec l’absence de deux pays qui ont récolté à eux seuls dix-neuf podiums en 25 ans ! Sans compter que, sans aucune explication, la Grèce (qui devait passer en deuxième position) décide de se retirer à quelques semaines de la finale, alors qu’elle a sélectionné sa contribution, Sarantapente Kopelies, interprétée par Themis Adamantidis. Certains affirment que la comédienne Melina Mercouri, épouse du réalisateur Jules Dassin et Ministre de la Culture, ne croit pas aux chances du candidat. On ne peut que se ranger à son avis, à la simple écoute du jeune homme LOL Conclusion : le nombre de pays participants redescend à 18 – effectif le plus bas depuis 1977 et qui ne sera plus jamais à ce niveau attristant à l’avenir.

D’autres n’ont toutefois pas ces états d’âme, et croient toujours en la possibilité de décrocher la reconnaissance internationale grâce au Concours. Ainsi, sept artistes retentent leur chance à Harrogate : Fatima Padinha et Teresa Miguel, membres de Gemini en 1978, reviennent au sein de Doce pour le Portugal ; Jahn Teigen et Anita Skorgan, qui ont déjà défendu les couleurs de la Norvège à trois reprises, associent leurs voix avec l’espoir d’enfin rapporter la médaille de vainqueur à Oslo ; Sally Ann Triplett, détentrice d’un podium pour le Royaume-Uni deux ans plus tôt, fait partie du duo Bardo (rien à voir avec Brigitte, hein !) ; la Chypriote Anna Vissi délaisse la Grèce pour représenter son île natale ; et Stella Maessen, membre de Hearts of Soul et de Dream Express, vient cette fois chanter seule pour la Belgique.

Les règles

Le système de vote est inchangé et l’annonce des points est également reconduite, avec de nombreuses vedettes aux commentaires. Parmi elles, Marylène Bergmann pour RTL Télévision, Terry Wogan pour BBC1, Jacques Mercier pour la RTBF, André Torrent pour RTL Radio et Daniel Pe’er pour la radio israélienne. En un mot, des habitués qui ont leur rond de serviette dans les petites cabines surchauffées…

Jacques Mercier: savoureuses, ses piques à la RTBF! - Édition ...
Jacques Mercier

La présentation et l’orchestre

Après Katie Boyle, Moira Shearer et Angela Rippon, c’est Jan Leeming (née en 1942) qui se voit confier par le diffuseur britannique la charge de présenter la soirée. Ayant débuté comme actrice et présentatrice en Australie et en Nouvelle-Zélande, la jeune femme revient au pays natal au milieu des années 60 et se fait remarquer à la télévision dans des programmes pour enfants. Animatrice de plusieurs émissions sur la BBC (en particulier Pebble Mill at One l’après-midi), elle est aussi connue pour son travail à la radio et sa présentation du journal télévisé. Mariée à cinq reprises, la jolie Jan continuera sa collaboration avec la chaîne publique jusqu’à la fin des années 1980. Sa dernière grande apparition à la télévision sera dans I’m a Celebrity… Get me Out of Here en 2006 – où elle refusera de manger les yeux, la langue, l’anus et les organes génitaux d’un kangourou. Où ça mène, l’Eurovision, quand même :O

Jan Leeming SCAN-ARC-01232921 - IMS Vintage Photos
Jan Leeming

L’orchestre est pour sa part dirigé par Ronnie Hazlehurst (1928-2007), qui établit ainsi un record : il est le premier à assumer cette charge à trois reprises (après 1974 et 1977).

Les chansons candidates

Après le traditionnel Te Deum de Marc-Antoine Charpentier, public et téléspectateurs peuvent voir une amusante vidéo où s’inscrit dans chaque langue nationale une question qui s’échappe d’une carte de l’Europe : Où est Harrogate ? Il est vrai que tout le monde se la pose, cette question, à l’époque 😉 Et la vidéo y répond avec précision et humour. Puis, arrivent les habituelles images filmées sur place et qui présentent la ville et le Nord-Yorkshire, avant que Jan Leeming ne se présente enfin sur la toute petite scène du Convention Centre (au bout de 5 minutes 30 tout de même). Elle ouvre la soirée en anglais et en français, avant de lancer la première carte postale. Toutes sont faites sur le même modèle : un coup d’œil au commentateur dans sa cabine, puis un gros plan sur le drapeau du pays, quelques mesures de l’hymne national, des images sur fond musical évoquant la nation représentée, et les artistes filmés sur place.

ICCCR 2012
Où est Harrogate?

1. PORTUGAL : Bem-Bom par Doce

        Paroles et Musique : António Pinho, Tozé Brito & Pedro Brito          Chef d’orchestre : Luis Duarte

            Sélection : 1ère place au Festival da Canção Portuguesa le samedi 6 mars 1982 à Lisbonne

            De retour quatre ans après l’édition parisienne, Fatima Padinha et Teresa Miguel viennent interpréter avec les deux autres chanteuses du groupe Doce une chanson co-écrite par Tozé Brito, leur complice de Gemini. Après deux échecs consécutifs, elles ont de justesse remporté leur sélection nationale, forçant la future Eurostar Dina à attendre encore un peu un billet pour la finale européenne, malgré les deux titres qu’elle présentait. Sur place, les quatre jeunes femmes, leurs deux choristes et même leur chef d’orchestre, font sensation dans des tenues à paillettes évoquant les vêtements des conquistadors (qui ne portaient pas de paillettes, eux, à ma connaissance). La chanson marquera moins les jurys.

2. LUXEMBOURG : Cours après le temps par Svetlana

        Paroles : Michel Jouveaux                 Musique : Cyril Assous           Chef d’orchestre : Jean Claudric

Sélection :  interne

            Comme à son habitude, le Grand-Duché fait appel à des auteurs – compositeurs à succès pour écrire la chanson qui doit représenter le Luxembourg à l’Eurovision. En l’occurrence, Cyril Assous a composé Je t’aime, tu vois et Je viens pas te parler d’amour pour Daniel Guichard, Le Vagabond pour Claude François ou Vivre libre pour Jaïro, et Michel Jouveaux a signé le tube Viens maman, on va danser pour le jeune Noam en 1975. Mais les meilleurs ingrédients ne font pas toujours la meilleure recette, et malgré le charme de Svetlana, le podium restera inaccessible à la jeune femme.

3. NORVÈGE : Adieu par Anita Skorgan (née en 1958) & Jahn Teigen (1949-2020)

        Paroles : Herodes Falsk                      Musique : Jahn Teigen           Chef d’orchestre : Sigurd Jansen

Sélection : 1ère place au Melodi Grand-Prix le samedi 20 mars 1982 à Oslo

            Particulièrement blessé par le deuxième zéro pointé en quatre ans obtenu à Dublin, le diffuseur norvégien décide d’en appeler à un professeur de chant britannique, René Herail, chargé d’analyser les titres vainqueurs de ces dernières années. Selon lui, le titre doit être court et compréhensible par tous (Blas Cantó n’a donc rien inventé), éviter les sonorités nordiques désagréables aux oreilles des jurys européens (et force est de constater que de nos jours plus personne ne chante en norvégien, suédois ou danois au Concours), et surtout la chanson doit parler d’amour ! Convaincue par ces conclusions, la NRK sélectionne directement pour sa finale nationale la chanson Adjø, interprétée par Jahn Teigen et Anita Skorgan au piano (ne lorgne-t-on pas à Oslo du côté de Yiannis Dimitras, là ?). Les autres artistes, qui doivent passer par cinq demi-finales ou plaire à un jury d’experts, protestent un peu… sauf Eigil Berg, victime d’un accident de la route juste avant l’émission. Résultat : le couple (pourtant bien peu chanceux au Concours) remporte le MGP devant une chanson dédiée à Lady Di ! ! ! Le succès sera bien moindre à Harrogate malgré la traduction du titre en anglais (était-ce d’ailleurs bien utile ?).

4. ROYAUME-UNI : One step further par Bardo

        Paroles et Musique : Simon Jefferies                                               Chef d’orchestre : Ronnie Hazlehurst            Sélection : 1ère place à A Song for Europe présentée par Terry Wogan le mercredi 24 mars 1982 à Londres

            Persuadé qu’une chorégraphie énergique peut amener la victoire (certains critiques affirment plus ou moins haut que c’est justement ce qui a permis à Bucks Fizz de l’emporter l’année précédente), le public britannique décide d’envoyer à Harrogate ce duo de jeunes gens, frais, tout mignons, pleins d’allant… en oubliant que la chanson doit aussi être très bonne pour convaincre les jurys. D’un autre côté, elle est toujours meilleure que celles de nombre de leurs adversaires, qui eux aussi ont placé la mise en scène plus haut que la chanson elle-même. Résultat : le plus mauvais classement obtenu par le Royaume-Uni à domicile :O

5. TURQUIE : Hani ? par Neco (né en 1948)

        Paroles : Olcayto Ahmet Tuğsuz & Faik Tuğsuz                                 Musique : Olcayto Ahmet Tuğsuz                   Chef d’orchestre : Garo Mafyan       

Sélection : 1ère place à Şarkı Yarışması le dimanche 7 mars 1982 à Istanbul

            Lors de la sélection turque, le chanteur et comédien Neco interprète quatre des six chansons soumises aux votes des jurys. C’est dire s’il est assuré de se rendre en Angleterre LOL Il se classe aux trois premières places, et part donc présenter à l’Europe Hani ? un titre écrit par l’un des membres du groupe Nazar, 18ème en 1978. Le classement ne sera guère éblouissant, mais ce sera tout de même le meilleur à ce jour du pays de Sertab Erener.

6. FINLANDE : Nuku pommiin par Kojo (né en 1953)

        Paroles : Juice Leskinen                     Musique : Jim Pembroke         Chef d’orchestre : Ossi Runne

Sélection : 1ère place à Euroviisut le vendredi 19 février 1982 à Helsinki

            Je le répète à chaque fois : malgré ses très mauvais classements au Concours, la Finlande essaie tous les ans de proposer quelque chose de différent. Vainqueur de la finale nationale devant Ami Aspelund (candidate finlandaise un an plus tard), Kojo interprète une chanson au texte très engagé, qui attire l’attention du public sur les dangers du nucléaire, dont personne ne semble vouloir s’inquiéter. Mais deux problèmes se posent au jeune homme : qui comprend le finnois ? et surtout, quel intérêt d’affubler ses musiciens (dont le compositeur, déjà à l’origine de Reggae OK) de chapeaux melons trop grands ? Forcément, la portée du titre en est d’autant plus réduite, et l’addition sera à nouveau salée en fin de soirée.

7. SUISSE : Amour, on t’aime par Arlette Zola (née en 1949)

        Paroles : Pierre Alain                         Musique : Alain Morisod         Chef d’orchestre : Joan Amils          

Sélection : 1ère place à la finale suisse le jeudi 28 janvier 1982 à Genève

            Étrange destinée que celle de Amour, on t’aime ! Composée par le pianiste et homme de télévision Alain Morisod (à l’origine de Vivre, de Carole Vinci en 1978), la chanson devait être interprétée par son groupe à la finale suisse de 1979. Mais la formation s’étant séparée quelques jours seulement avant l’émission, le titre avait été retiré de la programmation… pour faire sa réapparition trois ans plus tard, mais cette fois-ci chanté par Arlette Zola, qui menait une carrière à succès en Suisse depuis une quinzaine d’années. Et ça fonctionne, puisque le pays de Nico retrouve enfin le podium après 19 années de disette ! ! !

8. CHYPRE : Mono i agapi par Anna Vissi (née en 1957)

        Paroles et Musique : Anna Vissi         Chef d’orchestre : Martyn Ford        Sélection : interne

            En 1982, personne ne pense qu’il faut décider de l’ordre de passage des candidats pour assurer le spectacle, on fait confiance au tirage au sort. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il fait bien les choses en ce 24 avril : après la joie et la légèreté du titre suisse, la profondeur et l’émotion de la chanson chypriote ! Anna Vissi, première auteure – compositrice – interprète de la soirée, emporte le public et les jurys, impressionnés par l’atmosphère qu’elle installe et étonnés de la différence avec le titre qu’elle a chanté pour la Grèce deux ans plus tôt. Résultat : un Top 5 pour l’île méditerranéenne qui ne sera égalé qu’en 1997 et battu qu’en 2018 ! ! !

9. SUÈDE : Dag efter dag par Chips

        Paroles : Monica Forsberg                  Musique : Lasse Holm             Chef d’orchestre : Anders Berglund

            Sélection : 1ère place au Melodifestivalen le samedi 27 février 1982 à Göteborg

            Après plusieurs résultats en demi-teinte, voire carrément mauvais, la Suède croit à nouveau en ses chances de victoire. Le titre choisi lors du Melodifestivalen rappelle incontestablement les succès du groupe ABBA – ce que feront nombre de chansons suédoises des années 1980 – et les deux jeunes femmes qui composent le duo Chips ont une énergie indiscutable et des voix remarquables. Leur troisième essai consécutif (sans compter la tentative de Kikki Danielsson en 1978) semble très prometteur, mais quand le succès leur sourira-t-il ? En cette année 1982 ou plus tard ?

10. AUTRICHE : Sonntag par Mess

        Paroles : Rudolf Leve                         Musique : Michael Mell       Chef d’orchestre : Richard Österreicher            Sélection : 1ère place à la sélection autrichienne le jeudi 25 mars 1982 à Vienne

            Tout aussi convaincue que le Royaume-Uni que la mise en scène et l’énergie peuvent marquer les jurys au moins autant que la qualité de la chanson elle-même, l’Autriche envoie à Harrogate un couple tout aussi motivé et remuant. Là encore, on passe un moment agréable et la prestation est très réussie, mais la chanson n’a malheureusement rien de bien marquant. Ce sera donc un milieu de tableau pour le pays de Conchita Wurst – une belle performance en soi, finalement, après les échecs à répétition du pays depuis son retour à la compétition six ans plus tôt. 

11. BELGIQUE : Si tu aimes ma musique par Stella (née en 1953)

        Paroles : Jo May        Musique : Fred Bekky, Ronny Brack & Bobott             Chef d’orchestre : Jack Say

            Sélection : 1ère place à la sélection belge le dimanche 7 mars 1982 à Bruxelles

            Éliminée l’année précédente lors de la sélection belge, Stella prend sa revanche en cette année 1982 et peut à nouveau représenter son pays d’adoption après 1977. Mais à la différence de ses deux premières participations (où elle a chanté en néerlandais et en anglais), c’est en français qu’elle interprète son titre. Et quel charme un petit accent peut apporter à une chanson ! C’est sans doute ce que se sont dit les jurys européens, qui vont classer le Plat Pays très haut en fin de soirée.

12. ESPAGNE : Él par Lucía (née en 1965)

        Paroles : Ignacio Román         Musique : Francisco Cepero                Chef d’orchestre : Miguel Ángel Varona

Sélection : interne

            Quand vous voulez dénoncer une situation qui vous choque, il y a deux possibilités qui s’offrent à vous quand vous êtes candidat au Concours Eurovision : soit vous interprétez une chanson engagée (comme Kojo l’a fait pour la Finlande), soit vous la jouez plus subtile, comme l’Espagne en cette 27ème édition. La benjamine de la soirée – elle a tout juste 17 ans – décide de présenter un tango en Angleterre, en plein conflit entre l’Argentine et le Royaume-Uni au sujet des Malouines. Le scandale est grand chez les sujets de sa Gracieuse Majesté, d’autant que la jeune Lucía joue à merveille celle qui ne veut pas se laisser convaincre par un conquérant sûr de lui… Information tout à fait vide d’intérêt : Él est le titre le plus court proposé depuis 1956.

13. DANEMARK : Video – video par Brixx [dont John Hatting (1948-2013) Étoile au Firmament #107]

        Paroles et Musique : Jens Brixtofte                                                 Chef d’orchestre : Allan Botschinsky           

Sélection : 1ère place au Dansk Melodi Grand-Prix le samedi 13 mars 1981 à Copenhague

            Le deuxième auteur – compositeur – interprète de la soirée a damé le pion à Tommy Seebach en finale nationale, l’empêchant pour seulement huit points de concourir pour la 3ème fois en quatre éditions. Video – video, un des nombreux titres redoublés de l’histoire du Concours, a visiblement beaucoup plu au public danois, il plaira beaucoup moins, malheureusement, aux jurys européens… Les années paires ne réussissent décidément pas au pays d’Andersen 🙁

14. YOUGOSLAVIE : Halo, Halo par Aska

        Paroles : Miro Zec                             Musique : Aleksandar Ilić      Chef d’orchestre : Zvonimir Skerl    

            Sélection : 1ère place à Pjesma Eurovizije le vendredi 12 mars 1982 à Ljubljana

            Tombeur de plusieurs anciennes ou futures Eurostars (Seid Memić-Vajta, Novi Fosili, Srebrna Krila ou Indeksi, le groupe de Davor Popović) à sa sélection nationale, le trio Aska se présente sur scène dans des tenues presque aussi improbables que celles des chanteuses portugaises. Leur chanson, la deuxième de suite à proposer un titre double, a été composée par Aleksandar (alias Sanja) Ilić, que les fans du Concours retrouveront au sein du groupe Balkanika 36 ans plus tard ! ! ! Pour l’heure, les trois jeunes Serbes nous délivrent un titre entraînant, mais porté par des voix assez peu assurées.

15. ISRAËL : Hora par Avi Toledano (né en 1948)

        Paroles : Yoram Taharlev                   Musique : Avi Toledano          Chef d’orchestre : Silvio Nanssi Brandes

Sélection : 1ère place à Kdam Erovizyon le mercredi 3 mars 1982 à Jérusalem

            Bien décidé à gagner, et à gagner encore, l’état hébreu confie cette difficile mission à l’une de ses plus grandes vedettes. Né au Maroc, Avi Toledano est arrivé en Israël à l’adolescence et additionne les succès depuis son premier titre en 1969 (très bonne année, entre nous). Citons ses versions de This is the day de Mary Hopkin ou Delilah de Tom Jones. Les attentes sont donc grandes car tout le monde est convaincu que la très belle voix d’Avi, associée à l’énergie de sa musique, tout à la fois empreinte de tradition et de modernité, et à l’allant de ses danseurs – choristes, va forcément bousculer tout le monde. Sur cette toute petite scène de Harrogate, un micro ne résistera d’ailleurs pas à la chorégraphie adoptée par les six artistes. 

16. PAYS-BAS : Jij en ik par Bill van Dijk (né en 1947)

        Paroles : Liselore Gerritsen                Musique : Dick Bakker        Chef d’orchestre : Rogier van Otterloo

Sélection : 1ère place au Nationaal Songfestival le mercredi 24 février 1982 à Scheveningen

            Quelle étrange finale que cette sélection présentée par Lenny Kuhr ! Trois artistes interprètent à tour de rôle les trois chansons écrites pour l’occasion, avec des orchestrations différentes. Le public est amené à choisir l’artiste idéal parmi les trois après qu’un jury de sept experts a désigné la meilleure chanson :O Allez vous étonner après ça que Bill van Dijk, malgré toute sa bonne volonté et ses œillades au public, ne récolte qu’un classement en bas de tableau…

17. IRLANDE : Here today, gone tomorrow par The Duskeys

        Paroles et Musique : Sally Keating                                                   Chef d’orchestre : Noel Kelehan

            Sélection : 1ère place à la finale irlandaise le dimanche 14 mars 1982 à Dublin

            Je ne reviendrai pas ici sur la sélection irlandaise 1982 que Juju vous a magnifiquement détaillée dans un article de sa rubrique Sélections à l’affiche il y a deux ans et demi. Je ferai simplement remarquer que la victoire du quatuor The Duskeys a empêché la formation de la future Eurostar Linda Martin de l’emporter – ce qui est une bonne chose parce que, dans le cas contraire, on aurait eu deux groupes nommés Chips à Harrogate :O Quant au trio Sheeba, cinquième à Dublin l’année précédente, il termine bon dernier de la finale organisée par la RTÉ.

18. ALLEMAGNE : Ein bißchen Frieden par Nicole (née en 1964)

        Paroles : Bernd Meinunger                 Musique : Ralph Siegel           Chef d’orchestre : Norbert Daum

            Sélection : 1ère place à Ein Lied für Harrogate le samedi 20 mars 1982 à Munich

Pour la quatrième fois consécutive, le public décide d’envoyer au Concours une chanson écrite par le prolifique duo Siegel – Meinunger. Après Dschingis Khan, Katja Ebstein et Lena Valaitis, c’est au tour de la toute jeune Nicole de s’atteler à la difficile tâche de représenter le pays de Goethe. Largement gagnante de la sélection allemande – où figuraient tout de même Séverine (victorieuse pour Monaco en 1971), Mary Roos (détentrice d’un podium en 1972), Paola (double représentante suisse) et Jürgen Marcus (oui bon, c’est un peu l’intrus, lui) – la douce jeune fille espère bien convaincre tout autant en Angleterre. Comme on le verra en fin de soirée, elle a d’ailleurs tout prévu en cas de victoire…

L’entracte

            Les 18 chansons candidates ayant été interprétées, Jan Leeming rappelle en anglais et français que le temps est venu pour les jurys nationaux de voter. En attendant les résultats, public et téléspectateurs patientent en écoutant l’orchestre de Ronnie Hazlehurst et en regardant de nouvelles images présentant les plus beaux sites de la région. Apparemment, le comté du Nord-Yorkshire a vraiment besoin que les touristes viennent renflouer ses caisses afin de compenser les dépenses qui ont immanquablement été engagées pour l’organisation du Concours 😛

Things to do in the North York Moors - Snaptrip
Les landes du Nord-Yorkshire

Le vote et les résultats

            Après un début de vote incertain du fait des points assez différents donnés par les premiers jurys, la situation s’éclaire très vite et chacun comprend rapidement qui va remporter ce Concours. Le pays favori des votants va caracoler en tête, pour finalement obtenir 1,61 fois le nombre de votes récoltés par son dauphin. Il faudra attendre 2009 pour que ce ratio soit battu ! ! !

            P L A C E S C O R E   P O R   L U X     N O R   U K   T U R     F I N   S U I   C H Y   S U È   A U T     B E L     E S P   D A N   Y O U     I S R   N E D   I R L   A L L
POR 13 32   7   4 5 2 1   6           1 4 2  
LUX 6 78 6   7 6 3 7       2 8 5 4   5 7 10 8
NOR 12 40   6           4 4 6 2 2         6 10
UK 7 76 4 12 6   10 4 5 3   12   1 2 6 2 1 7 1
TUR 15 20   8 3     1 3     3           2    
FIN 18 0                                    
SUI 3 97 2 2 4 12 2     6 2 10 12   7 10 10 10 8  
CHY 5 85 5 4 12 3   8 8     5 3 7   5 7 12   6
SUÈ 8 67 7 3 8 5   3 4     8 5 4 8 2   5 3 2
AUT 9 57       10 7     7     6 8 6 4 4   5  
BEL 4 96 8 5 5 2 6 5 2 8 7 4   10 10 7 6 3 4 4
ESP 10 52   1     8 6 7 10     4     1 8     7
DAN 17 5 3               1               1  
YOU 14 21         4     1 12   1   3          
ISR 2 100 10 10 1 1   12 10 2 10 7 7 6 1 3   8   12
NED 16 8                 3                 5
IRL 11 49 1   2 7 1   6 5 5     3 5 8 3     3
ALL 1 161 12   10 8 12 10 12 12 8 1 10 12 12 12 12 6 12  

Après 26 ans d’attente, l’Allemagne signe enfin sa première victoire avec un total de points impressionnant – dont neuf fois la note maximale (le Luxembourg est le seul pays à ne pas l’avoir classée dans son Top 10). Ralph Siegel et Bernd Meinunger repartent enfin victorieux après trois échecs successifs. Israël et la Suisse complètent le podium, devant la Belgique qui ne le rate que pour un point, à 4 points de la 2ème place. Le Luxembourg terminant 6ème, on peut dire que les pays francophones s’en sont magnifiquement sortis en l’absence de la France. On ne peut pas en dire autant des pays scandinaves, qui occupent à nouveau le bas du classement : la Finlande termine dernière pour la 5ème fois (cette fois avec un zéro pointé), juste derrière le Danemark. Seule la Suède sauve les meubles.

Nicole et ses auteur et compositeur sont alors rappelés sur scène, pour recevoir leurs prix des mains du directeur général de la BBC (mais où sont passés les Bucks Fizz ?). Ils arrivent sous les vivats du public et s’installent pour interpréter à nouveau Ein bißchen Frieden, cette fois en allemand, anglais, français et néerlandais. Un avant-goût des versions en neuf langues différentes (certaines vous ont été présentées par Nico dans un article en décembre 2018) que la jeune fille enregistrera après le Concours et qui lui permettront de se classer dans tous les charts européens, y compris au Royaume-Uni où elle occupera la première place des ventes de disques pendant deux semaines. Quelque temps plus tard, Siegel et Meinunger seront accusés de plagiat et perdront leur procès, ce qui ne ralentira ni la carrière de Nicole ni l’avenir du prolifique duo à l’Eurovision.

Mon Top 10

            À nouveau, un Concours de qualité, tout comme les deux précédents. Certaines chansons sont clairement des incontournables, en particulier celle de la gagnante, applaudie en son temps comme aucune autre ne l’avait été avant elle, peut-être à cause de l’écart creusé sur son dauphin (le plus grand depuis la création de la compétition). Et pour la 1ère fois depuis 1956, mon podium est identique à celui décidé par les jurys le grand soir :O

  1. ALLEMAGNE : Ein bißchen Frieden par Nicole
  2. ISRAËL : Hora par Avi Toledano
  3. SUISSE : Amour, on t’aime par Arlette Zola
  4. SUÈDE : Dag efter dag par Chips
  5. ESPAGNE : Él par Lucía
  6. BELGIQUE : Si tu aimes ma musique par Stella
  7. CHYPRE : Mono i agapi par Anna Vissi
  8. ROYAUME-UNI : One step further par Bardo
  9. AUTRICHE : Sonntag par Mess
  10. IRLANDE : Here today, gone tomorrow par The Duskeys

Lanterne rouge : FINLANDE : Nuku pommiin par Kojo

            Voilà pour la présentation des chansons candidates et pour mon classement personnel. J’attends les vôtres avec impatience dans les commentaires ci-dessous et sur ma messagerie personnelle : andre-francis@orange.fr (date limite : samedi 18 avril à 23h59). Merci d’avance pour votre fidélité et votre contribution !

RÉSULTATS DES VOTES : 32 votants se sont exprimés cette semaine pour décider qui est le grand gagnant de l’édition 1982. Après un départ sur les chapeaux de roue et un long passage à vide, le vainqueur final a pris la tête pour ne plus la lâcher et termine avec une belle avance. Félicitations à RV et tHEO, qui ont trouvé le podium !

18. Finlande : Nuku pommiin par Kojo : 13 points de 4 votants (maximum 4 points) score identique à celui de Harrogate

17. Yougoslavie : Halo, Halo par Aska : 21 points de 9 votants (maximum 6 points) – 3 places

16. Pays-Bas : Jij en ik par Bill Van Dijk : 40 points de 8 votants (maximum 8 points) score identique

15. Turquie : Hani ? par Neco : 49 points de 15 votants (maximum 8 points) score identique

14. Irlande : Here today, gone tomorrow par The Duskeys : 55 points de 11 votants (maximum 12 points de Juju) – 3 places

13. Danemark : Video – video par Brixx : 58 points de 13 votants (maximum 8 points) + 4 places

12. Autriche : Sonntag par Mess : 58 points de 16 votants (maximum 8 points) – 3 places

11. Luxembourg : Cours après le temps par Svetlana : 75 points de 16 votants (maximum 8 points) – 5 places

10. Royaume-Uni : One step further par Bardo : 88 points de 16 votants (maximum 8 points) – 3 places

9. Portugal : Bem bom par Doce : 103 points de 20 votants (maximum 12 points de Jean-Michel) + 4 places

8. Suède : Dag efter dag par Chips : 107 points de 22 votants (maximum 12 points de Zipo) score identique

7. Suisse : Amour, on t’aime par Arlette Zola : 112 points de 22 votants (maximum 12 points d’Yvonne) – 4 places

6. Belgique : Si tu aimes ma musique par Stella : 127 points de 22 votants (maximum 12 points de Benoît) – 2 places

5. Espagne : Él par Lucía : 128 points de 22 votants (maximum 12 points de Kiki) + 5 places

4. Norvège : Adieu par Anita Skorgan & Jahn Teigen : 134 points de 20 votants (maximum 12 points de Sakis et Nico) + 8 places

3. Chypre : Mono i agapi par Anna Vissi : 196 points de 27 votants (maximum 12 points de Gérald, Gwendal, Yom, Phileurophage, Garfieldd et Augures) + 2 places

2. Israël : Hora par Avi Toledano : 220 points de 28 votants (maximum 12 points de Denez, Pauline et PLG) score identique

  1. Allemagne : Ein bißchen Frieden par Nicole : 272 points de 29 votants (maximum 12 points de RV, Picasso, Franck, Valifran, Arnaud, Minsk, Julien, Philippe, tHEO, Jérémie, Gaël, Taron, Betty, Duncky et Francis) score identique

Après 26 ans d’attente et quatre places de dauphin, l’Allemagne remporte enfin chez nous sa première victoire, comme au vrai Concours. La deuxième place est aussi occupée ici par Israël, devant Chypre qui décroche son premier podium. La plus belle progression est réalisée par la Norvège, qui n’avait pas été à telle fête depuis 1966 !!! La Suède revient dans le Top 10 sept ans après Lars Berghagen, alors que les Pays-Bas réalisent leur plus mauvais classement de ces rétrospectives.

Voilà pour cette édition sans la France et l’Italie. Rendez-vous ce soir pour le grand retour de ces deux nations fondatrices ! Je vous embrasse et vous dis à très bientôt 🙂