Etoiles au Firmament (94) – Sean Dunphy

Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

            Ce n’est que la 3° Étoile irlandaise que je vais vous présenter aujourd’hui. L’Île d’Émeraude, connue pour ses nombreux records au Concours (nombre de victoires, interprète doublement vainqueur, victoires consécutives, ville organisatrice…) ne possède toutefois pas celui du plus grand nombre de participants disparus, puisqu’il n’y en a pas d’autres à l’heure actuelle. Découvrons ensemble notre…

ÉTOILE # 94 : Sean DUNPHY (1937-2011)

        Représentant l’Irlande au Concours 1967 à Vienne

        Titre interprété : If I could choose (traduction : Si je pouvais choisir)

        Classement : 2° sur 17 – 22 points

            Sean Dunphy naît le 30 novembre 1937 à Dublin, à Whitehall, plus précisément, dans la banlieue Nord de la capitale irlandaise. Charpentier de métier, il commence sa carrière dans la musique en tant que chanteur d’un groupe nommé The Keymen. Il lui faut cependant attendre les années 1960 pour se faire connaître dans son pays, grâce à The Hoedowners, l’orchestre du trompettiste Earl Gill, qu’il intègre en 1966. Il enregistre quatorze titres avec eux sur une période de sept ans, les plus célèbres étant Lonely Woods of Upton, Two Loveset When the Fields are White with Daisies en 1969.

            À cette date, il a déjà entrepris une carrière en solo – qui se confirmera lors de la décennie suivante. En effet, il participe en 1967 à la finale nationale pour le Concours Eurovision qui doit avoir lieu à Vienne. Il est le seul des cinq artistes choisis à n’interpréter qu’un titre (les autres en présentent deux), mais cela ne l’empêche pas de l’emporter largement grâce à If I could choose. Il doit toutefois s’incliner en Autriche devant Sandie Shaw, terminant 2° avec 22 points – 4 de l’Allemagne, 3 de l’Autriche et de la Belgique, 2 de la Suisse, de la Finlande, du Royaume-Uni et de Monaco, et 1 du Luxembourg, du Portugal, de la Yougoslavie et de l’Italie.

            Il tente à nouveau de représenter son pays deux ans plus tard avec Paper Boats, mais se classe 5° seulement, derrière la gagnante Muriel Day, Dana (future candidate en 1970), Dickie Rock (représentant irlandais en 1966) et Pat McGeegan (notre Étoile # 13), mais devant Butch Moore (notre Étoile # 50). Bref, un plateau d’Eurostars très relevé.

Muriel Day à la sélection irlandaise de 1969

Résultat de recherche d'images pour "muriel day"

            Sean continue à alterner les succès avec The Hoedowners (comme The Old Fenian Gun ou Pal of my Cradle Days) ou en solo (par exemple, Rosie et Michael Collins).  Mais comme pour tant d’autres artistes populaires dans les années 60 et 70, la célébrité s’éloigne petit à petit, et le crooner irlandais retourne à un anonymat que sa très belle voix ne justifie pas. Il émigre dès 1973 au Canada, où il séjourne plusieurs années, avant de revenir en Irlande car il commence à souffrir de gros problèmes cardiaques, à un point qu’il doit subir un quadruple pontage coronarien en 2007.

Malgré cela, il continue de se produire sur scène – par exemple au National Concert Hall de Dublin en mars 2009 et même pour un concert de charité la veille de sa mort. Il décède chez lui, à Baldoyle (dans le comté de Dublin), le 17 mai 2011 – soit un an jour pour jour après Bobbejaan Schoepen, notre Étoile # 88. Il est inhumé au cimetière de Greenogue, à Ashbourne (comté de Meath) en présence de son épouse Lily et de ses quatre enfants. Aujourd’hui, son fils Brian fait aussi carrière dans la musique, au sein de son groupe folk The High Kings.

(6 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Une des explications du faible nombre de candidats irlandais décédés est sans doute à chercher dans le fait que le pays n’a intégré l’ESC qu’en 1965. Ainsi, ses candidats sont nés globalement plus tard que ceux d’autres pays arrivés 9 ans plus tôt.

    Face à Sandie Shaw, le pauvre Sean ne pouvait pas faire grand chose. Pas sûr du tout qu’il décroche la seconde place de la rétrospective de ce concours. Personnellement je pense le classer un peu plus bas mais je ne connais pas encore toutes les chansons.

    1. Pas bête du tout, ce que tu écris là Pascal. En effet, la grande majorité de nos étoiles représentaient les pays ayant débuté au Concours avant 1962. Tous les autres en ont peu, voire pas du tout. Il n’y a finalement que la Macédoine du Nord et la Lettonie à avoir autant d’Étoiles, alors que ce sont des candidats récents à l’Eurovision.

    • Phileurophage on 14 août 2019 at 15:24
    • Répondre

    J’ai pris un grand plaisir, non seulement et bien sûr à lire ton merveilleux hommage cher érudit Francis, mais aussi à réécouter la prestation de 1967 alors qu’en consultant mon livre qui contient mes classements du Concours, l’Irlande ne figure pas dans mon Top 10 cette année-là. La faute sans doute à un niveau élevé et des concurrents sérieux. Mais qui sait, en faisant et refaisant ce classement, quand on votera pour le Concours de Vienne, peut-être réévaluerai-je sa position. Quoi qu’il en soit, ce fut une carrière honnête que celle de Sean Dunphy surtout qu’il a chanté jusqu’à la veille de sa mort.

    1. Érudit, érudit… Comme tu y vas !!! Je sais juste fouiller internet 😛 Mais merci tout de même pour les compliments !

  2. – Une belle carrière jusqu’au dernier moment pour cet artiste.

    – Concernant sa chanson à l’Eurovision, c’est une belle chanson très bien interprétée avec une voix parfaite et marquante mais il ne pouvait pas faire le poids face à Sandie Shaw ! Je le dis tout de suite : aucun suspens pour moi, lors de la rétrospective de 1967, elle aura mes 12 points.

    – On verra si Petit Poussin sera du même avis que moi ….

    1. Je pense en effet qu’il n’y aura pas beaucoup de suspense pour 1967. Puppet on a String est d’une efficacité redoutable.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :