Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

            C’est aujourd’hui à la 5° représentante suédoise à nous quitter que je vais m’intéresser. Comme vous allez pouvoir le constater, sa notoriété a été très grande dans son pays pendant une vingtaine d’années, à l’issue desquelles elle est un peu retombée dans l’anonymat. Elle n’a pas vraiment eu de carrière internationale, et peu se souviennent encore de sa participation au Concours. En tant que grand fan de sa voix et de sa chanson, je me devais donc d’évoquer dans cette rubrique notre…

ÉTOILE # 87 : Brita BORG (1926-2010)

        Représentant la Suède au Concours 1959 à Cannes

        Titre interprété : Augustin

        Classement : 9° sur 11 – 4 points

            Brita Kerstin Gunvor Borg naît le 10 juin 1926 à Stockholm. C’est dans le quartier de son enfance, Södermalm, qu’elle commence sa carrière, alors qu’elle vient tout juste de remporter un concours de chant organisé par le magazine Vecko-Revyn. Elle intègre dans la foulée en 1943 la formation Vårat gäng, qui se produit sur scène dans des spectacles de variété. Deux ans plus tard, elle fonde le quatuor Flickery Flies avec son futur mari, Allan Johansson.

            En 1947, Povel Ramel, un écrivain et artiste de variété très célèbre à l’époque, l’invite à participer à son émission de radio, Fyra kring en flygel. Elle y restera jusqu’en 1962, interprétant le premier rôle dans de nombreuses productions. Son grand talent de chanteuse à multiples facettes lui permet d’incarner des rôles extrêmement variés : celui de Fat Mammy Brown, une chanteuse de jazz et de gospel afro-américaine, celui de Zamora, une séduisante gitane, ou encore celui d’une artiste parodique originaire des états du Sud des Etats-Unis. Brita continuera à se produire sur scène jusque dans les années 1970, y compris lorsque sa carrière solo déclinera. Elle ne prendra finalement sa retraite artistique que dans les années 1980 après avoir joué au théâtre avec un certain succès. 

            Entre-temps, la jeune femme se fait également remarquer dans le domaine de la chanson populaire. Sa notoriété est même si grande que la chaîne publique suédoise décide qu’elle l’enverra représenter son pays au Grand Prix Eurovision 1959, quel que soit le titre qui gagnera la sélection nationale ! Ainsi, Siw Malmkvist se voit préférer Brita Borg malgré sa victoire et devra attendre l’année suivante pour fouler la scène du concours. Difficile de dire ce qui se serait passer si elle avait été désignée pour chanter Augustin à Cannes, toujours est-il que sur place la Suède ne termine que 9° avec 4 points – 3 des Pays-Bas et 1 du Danemark.

            En dépit de ce classement assez décevant, Brita Borg poursuit sa carrière et sort plusieurs albums, qui rencontrent les faveurs du public. Son genre de prédilection est bien sûr la musique pop (parfois même en italien), mais elle s’essaye aussi à des rythmes plus modernes – par exemple, avec Frankenstein rock en 1957.

Malgré cela, elle ne peut empêcher d’autres interprètes, moins douées vocalement mais plus jeunes qu’elles, de lui voler la vedette. Son dernier succès, Ljuva sextital, lui sera offert en 1969 par Stig Anderson, Björn Ulvaeus et Benny Andersson, les mythiques créateurs du groupe ABBA. Ce sera un vrai carton, puisque le disque restera 20 semaines parmi les meilleures ventes en Suède.

Un peu oubliée du public et du monde de la musique, Brita Borg décède à Borgholm, sur l’île d’Öland, le 4 mai 2010 auprès de son second mari, Stig Solomonsson.

Brita et son 2° époux

Image associée