Etoiles au Firmament (86) – Kenneth McKellar

Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

            Poursuivons aujourd’hui les hommages à nos Eurostars disparues en cette terrible année 2010 avec une Étoile britannique. Cet artiste, décédé le lendemain de Teddy Scholten, notre Étoile # 85, a porté avec témérité les couleurs de l’Écosse au Concours, même si le succès n’a pas été au rendez-vous. Le fait est suffisamment rare pour être souligné.

ÉTOILE # 86 : Kenneth McKELLAR (1927-2010)

        Représentant le Royaume-Uni au Concours 1966 à Luxembourg

        Titre interprété : A man without love (traduction : Un homme sans amour)

        Classement : 9° sur 18 – 8 points

           Kenneth McKellar naît le 23 juin 1927 à Paisley, au sud-ouest de l’Écosse. Tout en étudiant la sylviculture à l’Université d’Aberdeen – ce qui l’amènera plus tard à travailler pour la Commission Écossaise pour les Forêts – le jeune homme se passionne pour l’opéra et suit une formation lyrique au Collège Royal de Musique, à Londres. Mais peu satisfait de son emploi au sein de la compagnie Carl Rosa, il décide assez rapidement de se lancer dans une carrière solo qui va lui permettre d’interpréter des chants écossais traditionnels, ce qu’il aime par-dessus tout.

Paisley, ville natale de Kenneth McKellar

Résultat de recherche d'images pour "paisley scotland"

            À partir de 1957, il participe chaque année à des pantomimes créées par la compagnie Howard & Wyndham au théâtre de l’Alhambra, à Glasgow. Durant toutes les années 1960, il interprète dans plusieurs productions éponymes son rôle le plus célèbre, celui de Jamie, ce qui lui permet d’écumer les scènes écossaises et du Nord de l’Angleterre.

            Après une tournée remarquée en Nouvelle-Zélande en 1964, la BBC demande à Kenneth de présenter cinq chansons à la sélection nationale pour le Concours Eurovision. C’est la quatrième, A man without love, qui est choisie par le public pour défendre les couleurs du Royaume-Uni à Luxembourg. Sur place, Kenneth McKellar fait sensation avec son kilt, son sporran et sa chemise à jabot, mais malgré un passage en dernière position, sa performance ne convainc pas les jurés, qui ne lui attribuent que 8 points (5 de l’Irlande et 3 du Luxembourg) et ne le classent que 9° – soit le plus mauvais classement du pays depuis sa première participation en 1957, triste résultat qui ne sera pas battu avant 1978 et une 11° place.

            Revenu au pays, il enregistre plusieurs albums – The World of Kenneth McKellar (1969) et Ecco Di Napoli (1970) – avant d’entreprendre une tournée en Afrique du Sud en octobre 1970. Quelques jours plus tôt, il a sorti un album en afrikaans, Kuier By Ons.

            Le 31 décembre 1973, la radio écossaise Radio Clyde émet pour la première fois et choisit de diffuser comme premier titre la chanson de Kenneth McKellar, Song of the Clyde. Le même titre faisait déjà partie dix ans plus tôt de la bande originale du film Billy Liar de John Schlesinger, avec Julie Christie et Tom Courtenay. C’est donc une reconnaissance nationale pour le ténor écossais.

            Devant le succès rencontré par ses enregistrements de musique classique – en particulier du Messie, de Georg Friedrich Handel – il décide de ne plus se consacrer qu’à ce genre et abandonne la musique pop. Il sort plusieurs albums dans les années 80 et 90, avant de prendre sa retraite définitive en 1996. Il décède d’un cancer du pancréas le 9 avril 2010, au domicile de sa fille situé près du Lac Tahoe en Californie. Son corps est rapatrié en Écosse et inhumé au cimetière de Paisley, sa ville natale.

(38 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Quelle voix! Quelle voix! Quelle voix!
    La chanson de l’eurovision n’est pas mal mais je trouve qu’elle fait très années 50. C’est peut-être pour cela qu’elle n’a peut-être fait que milieu du tableau.
    C’est sûr le kilt, ça faisait super original mais rien à voir avec la chanson malheureusement.
    Il a eu une belle carrière et une belle vie.

    1. Très années 50, OK… mais 1850 alors LOL En effet, ce titre et ce timbre me font penser à l’opéra romantique du XIX° siècle. Même il y a 60 ans, on produisait des titres plus actuels, plus contemporains. Là, c’était vraiment daté, y compris pour l’époque. En comparaison, je trouve qu’Absent Friend (contribution suédoise de 1965) avait plus d’originalité et d’atmosphère. J’en parlerai dans un prochain article, consacré à son interprète, Ingvar Wixell.

      1. Belle voix mais très très très datée en effet … j’irai jusqu’à remonter jusqu’à 1650 pour faire le lien avec Haendel !

        1. Ou Henry Purcell !!!!!

    • Duncky Barzilai on 19 juin 2019 at 19:35
    • Répondre

    Je ne savais pas que Kenneth avait eu une carrière aussi longue. Il a même enregistré en gaélique. Quant à l’afrikaans, c’est une sacrée prouesse ! Mais « A man without love », là pour moi c’est n’importe quoi, même si la chanson a quand même fait un Top 30 au Royaume-Uni. En 1956 ok, mais en 1966 !!! Je suppose que la BBC pour des raisons politiques voulait envoyer un artiste Ecossais…

    1. C’est peut-être en effet une explication. Parce que sinon, on voit mal comment ils pouvaient espérer gagner avec un tel titre.

  2. – Un interprète qui a fait carrière dans des styles musicaux très divers et qui a dignement et fièrement représenté ses origines écossaises.

    – Sa chanson à l’Eurovision, c’est tout à fait le genre de chanson que je n’aime pas du tout malgré sa voix absolument exceptionnelle ! A la limite, il aurait mieux fait de présenter une chanson avec des cornemuses…

    – N’ayant rien d’autres à rajouter par rapport à mes prédécesseurs, participant parfois à des bals costumés ou déguisés, j’ai porté une fois un kilt dans ce cadre là ! 😆 Et comme j’attends déjà la question suivante, sachez que je n’y répondrai pas ! :non:

    1. Tu en as trop dit, ou pas assez Zipo !!!!!

      Comme je te sais sensible sur le sujet, je n’ai pas écrit que Kenneth McKellar est décédé une semaine après le diagnostic de son cancer. Le pancréas, c’est rédhibitoire et fulgurant.

      1. – Je le sais hélas…C’est d’ailleurs pour ça que lorsque j’ai lu  » pancréas « , j’ai zappé ! 😥 Merci de prendre soin de ma santé mon cher Francis.

        – 😆 😆 Et bien, pour ne pas me défiler, disons que je portais le strict minimum…

        1. Ah Zipo, j’attendais de toi plus d’écossitude !!!! LOL

            • ZIPO on 19 juin 2019 at 22:29

            – 😆 Déjà porter un kilt était une première mais  » la petite chose  » également ! Je n’ai jamais su s’il y avait eu des curieux (ses)…

            – Je me suis aussi déguisé en fée une nuit et bien sûr en sorcier ( Harry Potter ), le plus simple pour moi évidemment ! 😆

            • Yom on 19 juin 2019 at 22:34

            J’avais rapporté un kilt de mes vacances en Ecosse en 1995 et je l’ai souvent porté … et toujours à l’écossaise … (malheureusement, je ne peux plus le porter dorénavant : c’est très ajusté à la ceinture comme tenue et du coup, cela ne supporte pas les kilos en trop !)

            • ZIPO on 19 juin 2019 at 22:38

            – Je l’ai gardé également et je pourrai toujours le porter mais je ne vois pas à quelle occasion et surtout pas au collège où je travaille ! 😆

            • Francis A. on 19 juin 2019 at 22:39

            Zipo en fée… Tu avais une baguette ???? OK je sors…

            • Francis A. on 19 juin 2019 at 22:40

            Oh oh Yom !!!!!

            • ZIPO on 19 juin 2019 at 22:44

            – Oui, même deux ! 😆 Je sors à mon tour encore plus vite que toi !

            • Yom on 19 juin 2019 at 22:55

            En voila de soit-disant bonnes excuses pour sortir … s’isoler … à deux … dont un en kilt … coquins, va … attendez un peu que je vous rejoigne !!!

            • ZIPO on 19 juin 2019 at 23:02

            – Il faudra alors trouver un coin discret à Nice : pas facile, c’est une des villes les plus surveillées de France !

            • Francis A. on 19 juin 2019 at 23:04

            Ça devient extrêmement chaud, ce site. Mais que fait la Paulyce ?????

            • Yom on 19 juin 2019 at 23:05

            Sinon, on demandera une copie de la vidéosurveillance, ça nous fera un souvenir !

            • ZIPO on 19 juin 2019 at 23:46

            – Je suis le seul responsable : le mot  » Kilt  » m’a fait déraper : si la Paulyce intervient, je devrais être le seul  » fessé « ….

            • Francis A. on 20 juin 2019 at 00:00

            On sent que cette perspective te plaît 😉

            • Yom on 20 juin 2019 at 00:04

            Je n’osais pas le souligner … de peur de me dévoiler également … !

            • ZIPO on 20 juin 2019 at 00:27

            – Je suis en train de me constituer une nouvelle renommée ici ! 😆 Mais demain sera un autre jour… Bonne nuit à tous.

    • Phileurophage on 20 juin 2019 at 08:31
    • Répondre

    Encore une belle carrière que celle que tu nous narres Francis. Mais que dire de ce morceau pour l’Eurovision ?
    Dans mes bons jours, je dirais c’est beau quand même. Le reste du temps, je serais objectif et dirais « c’est quand même grand style », surtout en 1966. Bref, voilà un titre que je n’écoute plus et qui a finalement obtenu un classement honorable. Rien de honteux mais rien de vibrant pour moi surtout au regard de l’aspect festif du Concours !

    1. Je n’aurais pas dit mieux, mon cher Phil, même si j’attends aussi du concours de vrais moments d’émotion, comme ceux offerts cette année par la Macédoine du Nord et la Géorgie. En revanche, Kenneth non, désolé.

  3. Ton article m a éclairé sur cet artiste que je ne connaissais pas. Pas tout à fait convaincu par son titre, je l’avoue.

    Par un curieux clin d’oeil, je rentre à peine de vacances en Écosse (La magnifique Edimbourg et l’intéressante Glasgow) et ça m’a tout de suite remis dans l’ambiance.

    Sais tu Francis qui des écossais, gallois ou Nord irlandais ont le plus souvent représenté le Royaume Uni ?
    Ces dernières années, je crois que nous avons eu trois gallois (Lucie Jones, Bonnie Tyler et Joe du duo de 2016) mais aucun écossais par exemple…

    1. Humm difficile à dire, mais je pense que tu as raison. Une très grande majorité des représentants britanniques sont anglais, quelques-uns gallois (tu les cites), de rares Écossais (je me souviens de Rikki, dans les années 80) et d’encore plus rares Nord-Irlandais (la plus célèbre étant Clodagh Rogers en 1971). Sans oublier des Australiens comme Peter Doyle et Olivia Newton John, et le chanteur maltais du groupe Live Report.

      1. De mémoire, je me souviens que James Fox (2004) était gallois. Et que, parmi les gagnants du concours, il y a une Ecossaise : Lulu !
        Et, petite anecdote : Jon Lillygreen, qui représentait Chypre en 2010, est Gallois
        Pour les Nord-Irlandais, je n’ai pas d’autres exemples… Le plus souvent, s’ils sont catholiques, ils vont représenter la République d’Irlande

        Quant à Kennneth McKellar, en 1966, c’était bien daté. C’était d’ailleurs surprenant, sachant que la BBC n’avait pas encore remporté le concours, et au vu des propositions des années précédentes… Et surtout quand on sait ce que les Britanniques produisaient déjà musicalement à l’époque !

        1. Merci Denez pour tous ces détails! Tu as parfaitement raison, Lulu est écossaise. Comment ai-je pu oublier ma gagnante indiscutable de l’année de ma naissance???? Heureusement que tu es là pour me rappeler à plus de raison 😀

    • rem_coconuts on 21 juin 2019 at 14:18
    • Répondre

    Une superbe voix, qu’il parvient à bien mettre en valeur dans une diversité de styles, particulièrement dans le style lyrique évidemment.

    Pour sa prestation au concours, il a pour le coup choisi un costume très local, représentatif de sa terre natale, tiens d’ailleurs ça pourrait être une idée pour le défilé des drapeaux (faire un peu comme à Miss France avec les costumes régionaux haha). Sur sa chanson, une jolie chanson qui fleure bon les années 50-60, qui nous transporte dans l’atmosphère musicale que l’on retrouve dans de nombreux films en noir et blanc de cette époque (ce n’est d’ailleurs pas pour rien qu’il a été présent au génériques de quelques films en tant qu’interprète), qu’il exécute parfaitement, peut-être pas un titre inoubliable ni forcément marquant de prime abord à l’oreille, mais il le fait très bien!

    1. Je t’accorde que, dans son genre, il assure vocalement. Mais c’est généralement le cas de tous les interprètes lyriques qui participent au Concours. Ils ne se ratent jamais, eux (coucou Isaiah et Manel Navarro). Y compris quand leur chanson est faible, comme ici. C’est pour ça que je les aime… en règle générale.

  4. Kenneth a une classe incroyable et une voix magnétique …très mignon…….bon week-end mon cher Francis….

    1. Mignon, comme tu y vas. Ce n’est pas Luca Hänni quand même LOL

      1. Humm, tout dépend de ce que cache le kilt ! … ok je sors !

        1. Yom !!!!!!

            • Yom on 22 juin 2019 at 12:51

            Quand on pose la question « Qu’avez-vous sous votre kilt ? » à un écossais, il répond traditionnellement : « Le futur de l’Ecosse ! » … Et c’est bien sûr à cela que je faisais allusion : Le futur de l’Ecosse : participer en tant que nation au Concours Eurovision de la Chanson !!!

          1. Un joli mélange d’érudition et de mauvaise foi, ce Yom 🙂

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :