Hello, chers amis de l’EAQ ! ! !

            C’est aujourd’hui à la découverte de notre deuxième Étoile norvégienne que je vous convie. Dix ans après Inger Jacobsen, disparaissait ce jeune artiste, dont la voix si puissante avait pourtant réussi à rivaliser avec celle d’une diva de l’Eurovision, Elisabeth Andreasson.

ÉTOILE # 74 : Jan Werner DANIELSEN (1976-2006)

        Représentant la Norvège au Concours 1994 à Dublin, en duo avec Elisabeth ANDREASSON

        Titre interprété : Duett (traduction : Duo)

        Classement : 6° sur 25 – 76 points

        Jan Werner Danielsen naît le 10 avril 1976 (soit une semaine après le Concours de La Haye) à Nord-Odal, dans le Sud-Est de la Norvège. Dès l’âge de quatre ans, il participe à une comédie musicale et démontre très jeune la justesse et la puissance de sa voix. L’année de ses douze ans, il remporte un concours de chant, ce qui lui permet de signer un contrat avec une maison de disques et de sortir son premier enregistrement, Jeg ser en dag.

Éblouis par cette voix qui couvre quatre octaves et demi, les dirigeants de la chaîne de télévision NRK lui proposent de participer à une célèbre émission pour enfants, Midt I Smørøyet, avec le titre Somewhere. Parallèlement, et pendant cinq ans, il accompagne l’orchestre symphonique de Hamar, jusqu’aux Jeux Olympiques de Lillehammer, où il se produit lors d’un concert. En 1994, il gagne également le concours Talentiaden organisé par la NRK avec The Right to Sing et Anthem, deux titres extraits de la comédie musicale Chess, écrite par Benny Andersson et Bjørn Ulvaeus, du groupe ABBA.

            Alors qu’il n’a pas encore dix-huit ans, il participe au Melodi Grand-Prix 1994, qui sert de sélection nationale pour le Concours Eurovision. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne s’associe pas à n’importe qui à cette occasion. En effet, il chante avec Elisabeth Andreasson, qui a déjà participé à deux reprises à la grande fête musicale européenne, à chaque fois en duo, et l’a même remportée en 1985 (c’est à l’époque la seule victoire de la Norvège). Quant à la chanson qu’ils interprètent, judicieusement nommée Duett, elle a été composée par Rolf Løvland, à l’origine de deux contributions du pays, dont le titre vainqueur, La det swinge. Jan Werner et Elisabeth décrochent facilement leur billet pour Dublin et s’envolent pour l’Irlande. Sur place, les deux puissants interprètes font presque aussi bien que la douce Silje Vige l’année précédente, puisqu’ils terminent à la 6° place avec 76 points – 10 de Chypre, 8 de l’Estonie et de la Russie, 7 de la Suède et des Pays-Bas, 6 de la Bosnie-Herzégovine, 5 de l’Espagne et de la Hongrie, 4 du Royaume-Uni et de la Roumanie, 3 de l’Irlande et de la Croatie, 2 de l’Allemagne, et 1 de l’Islande, de la Suisse, de la Lituanie et de la Grèce.

            Six ans après ce très bon classement, Jan Werner Danielsen décide de retenter sa chance au MGP, mais seul cette fois. Malheureusement, sa chanson One more time (cette fois-ci mal nommée) ne lui permet pas de fouler à nouveau la scène de l’Eurovision, puisqu’elle ne finit que 2°.

            Chacun de ses cinq albums se vend très bien dans son pays (dans des genres très variés allant de la pop au rock, en passant par la variété, le classique ou les musiques traditionnelles), on estime d’ailleurs qu’il a vendu plus d’un million de disques et autant de billets pour ses différents concerts – ce qui est remarquable pour un pays d’un peu plus de quatre millions et demi d’habitants ! Toutefois, le point culminant de sa carrière est sans nul doute le concert qu’il donne au Royal Albert Hall de Londres en 2003, durant lequel il chante des airs de Jean-Sébastien Bach. Il réitère cette performance lors du gala de remise des Prix Nobel en décembre de la même année, reprenant également Imagine de John Lennon avec Robert Plant, Michael Douglas et Catherine Zeta-Jones !

            Il est en pleine organisation de sa future tournée au Canada quand il décède subitement à Oslo le 29 septembre 2006 – l’autopsie révèlera qu’une affection des bronches, associée à une fatigue physique extrême, a provoqué un arrêt cardiaque. Lors de ses obsèques, sa partenaire Elisabeth Andreasson interprète de manière bouleversante You raise me up, composé par Rolf Løvland, mais rendu célèbre par Josh Groban. Son dernier album, Stronger, est publié à la date qu’il avait décidée et se vend à 63 000 exemplaires en une semaine.