Hello, chers fidèles lecteurs de l’EAQ ! ! !

            Le nom de l’Étoile dont je vais vous parler aujourd’hui ne vous évoque peut-être rien, et pourtant il a été une authentique vedette dans son pays. Artiste aux multiples facettes, il a été tour à tour, voire simultanément, chef d’orchestre, compositeur, musicien, chanteur, humoriste, comédien, homme de télévision et de radio, et même politicien ! Membre d’un trio particulièrement loufoque, il a marqué le Concours et a une place réservée dans tous les bêtisiers qui lui sont consacrés. Première de toutes nos Étoiles à ne pas avoir atteint la grande finale de notre compétition musicale préférée, voici notre…

ÉTOILE # 121 : Tarmo LEINATAMM (1957-2014)

        Représentant l’Estonie au Concours 2008 à Belgrade au sein du groupe KREISIRAADIO

        Titre interprété : Leto svet (traduction approximative : Lumière de l’été)

        Classement : 18° sur 19 – 8 points en demi-finale

            Tarmo Leinatamm naît le 2 septembre 1957 à Keila, une petite ville située au nord de l’Estonie (à l’époque une des républiques de l’URSS). Diplômé du Conservatoire de Musique de Tallinn en 1981, le jeune homme décroche à vingt-quatre ans le poste de chef d’orchestre au Théâtre Vanemuine de Tartu, la deuxième ville du pays, où il va pendant plusieurs années diriger de nombreuses productions, du ballet à l’opéra en passant par des pièces de théâtre.

Le théâtre Vanemuine, à Tartu

Small House of the Tartu Vanemuine Theatre, Estonia

            Quand son pays retrouve l’indépendance en 1991, il est nommé à la tête de l’Opéra National. Puis, trois ans plus tard, il devient directeur de l’Orchestre Philharmonique de Tallinn, fonction qu’il occupe jusqu’en 1999. C’est à cette époque que le diffuseur ETV lui demande d’accompagner les artistes représentant le pays au Concours Eurovision de la Chanson. On le voit ainsi à Oslo en 1996 auprès de Maarja-Liis Ilus et Ivo Linna, et l’année suivante à Dublin pour diriger l’orchestre derrière la même Maarja-Liis Ilus. Ces deux participations se soldent par un Top 10, exploit que le pays n’avait jamais connu auparavant et qui va valoir à Tarmo un prix spécial récompensant le meilleur chef d’orchestre.

Maarja-Liis Ilus

Palju õnne! Maarja-Liis Ilus sünnitas tütre - Eesti staarid ...

            Parallèlement à cette carrière, il fonde en 1993 un trio comique avec deux de ses amis, Peeter Oja et Hannes Võrno. Kreisiraadio écrit et joue des sketchs humoristiques à la radio et à la télévision, dont un célèbre qui évoque Alev Ström, un émigrant estonien débarqué en Suède et qui éprouve bien des difficultés à se faire comprendre dans la langue du pays où il arrive. Le succès est tel qu’il les inspirera une dizaine d’années plus tard.

Le trio comique Kreisiraadio

Paf kasiinos liitumisel tasuta spinnid mängus Kreisiraadio

            Au début des années 2000, alors qu’il est toujours directeur de la société de radio AS Trio LSL, il décide de briguer un siège au Riigikogu, le Parlement estonien, qu’il occupe en tant que député du Parti Réformiste de 2003 à 2007. Il y reviendra après les élections législatives de 2011 et y restera jusqu’à son décès.

Le Parlement estonien

Photos de Riigikogu, parlement estonien - Galerie photos

            En 2008, Tarmo Leinatamm fait son grand retour sur la scène de l’Eurovision. Largement vainqueur de sa sélection nationale avec ses deux compères de Kreisiraadio devant la future Eurostar Birgit Õigemeel, le jovial artiste vient présenter ce que certains considèrent comme la plus mauvaise chanson jamais proposée au Concours. Leto svet, un titre de leur composition en finnois, allemand et mauvais serbe, se fait copieusement éreinter par les critiques et se classe avant-dernier de sa demi-finale avec 8 points – 7 de la Finlande (merci, les copains) et 1 de la Moldavie. Seul Saint-Marin fait pire, ce qui est un authentique scandale, admettons-le. En attendant, l’Estonie – premier pays de l’ancien bloc soviétique vainqueur du Micro de Cristal – écope d’une cinquième élimination consécutive en demi-finale.

            Mais rien n’altère la soif d’activités de Tarmo Leinatamm. Il reprend sa collaboration avec Kreisiraadio et retrouve un mandat au Parlement. En septembre 2013, il accorde à la télévision une interview extrêmement émouvante et impressionnante de sagesse et de courage, où il témoigne de son combat acharné contre le cancer et de sa volonté de vivre coûte que coûte. Parfois, même les gens les plus drôles et apparemment les plus légers recèlent des trésors de force et de profondeur. Malheureusement, il succombe à la maladie le 13 octobre 2014, auprès de sa femme Siiri et de leurs deux enfants. Ses collègues députés lui rendent un hommage mérité à l’ouverture de la session parlementaire le lendemain, en faisant une minute de silence en son honneur.

Tarmo lors de sa dernière interview

Tarmo Leinatamm homses LP-s: kui ma 60. sünnipäevani välja vean ...