Hello, chers fidèles lecteurs de l’EAQ ! ! !

            Après une année 2016 particulièrement meurtrière (elle a vu 14 de nos Étoiles monter au firmament), abordons aujourd’hui un millésime un peu moins terrible pour nos Eurostars. L’artiste dont je vais vous parler dans cet article est très semblable à tous ceux originaires de Scandinavie que j’ai évoqués précédemment : une grande carrière en son pays (la sienne s’est étalée sur plus de cinquante ans) mais aucune notoriété sous nos latitudes. Découvrons ainsi notre…

ÉTOILE # 143 : Katy BØDTGER (1932-2017)

        Représentant le Danemark au Concours 1960 à Londres

        Titre interprété : Det var en yndig tid (traduction : C’était une époque agréable)

        Classement : 10° sur 13 – 4 points

        Katy Bødtger naît le 28 décembre 1932 dans le quartier de Nørrebro, à Copenhague – comme Gustav Winckler, notre Étoile # 5. Sa famille est très modeste : son père fabrique des outils et sa mère travaille dans une usine. Pour arrondir les fins de mois et nourrir les quatre enfants, celle-ci aide le soir le vendeur de journaux local à préparer ses liasses de quotidiens à livrer le lendemain. Malgré cela, la vie est assez difficile et tous se serrent dans un petit appartement de trois pièces, logement d’autant plus triste que le père de Katy commence à rencontrer de gros problèmes avec l’alcool.

Le quartier de Nørrebro

Une journée à Copenhague: Norrebro & Vesterbro

            La jeune fille découvre la musique lorsqu’elle intègre encore adolescente le chœur féminin de la radio danoise. Déterminée à venir en aide à ses parents, elle abandonne bientôt ses études et commence à travailler dans une parfumerie. Mais son salaire est bien modeste, elle accepte donc un emploi comme secrétaire dans le domaine financier… au Canada ! Revenue au pays quelques mois plus tard, elle décide de prendre des cours de chant auprès d’un célèbre musicien et professeur, Johannes Wahl. C’est à ce moment-là qu’un représentant de la maison de disques Nordisk Polyphon la remarque et lui fait enregistrer son premier titre, Fiskerpigens Sang. La chanson est un énorme succès puisqu’elle en vend 100 000 exemplaires.

            D’autres disques suivent, mais convainquent un peu moins le public. Trois ans plus tard, Katy Bødtger s’inscrit au Dansk Melodi Grand-Prix, qui doit décider de la chanson qui défendra les couleurs danoises au Concours Eurovision 1960. Elle l’emporte avec Det var en yndig tid, une proposition tout à la fois légère et mélancolique, qu’elle va pouvoir présenter aux jurys européens depuis Londres. Malheureusement, ces derniers ne la classent que 10ème avec 4 points – 2 de la Norvège et 1 du Luxembourg et du Royaume-Uni.

            Katy retente sa chance un an plus tard à la sélection danoise avec Hamlet, mais ne récolte pas un seul point des jurys appelés à voter – comme ses prédécesseurs Gustav Winckler et Raquel Rastenni. Mais peu importe, elle est maintenant connue du public danois, ce qui suffit à son bonheur. Elle enchaîne dès lors les succès, comme Blå Viol, Paradiso ou Kun for svoj.

            Sa notoriété est si grande que le cinéma se tourne vers elle. Ainsi, on lui demande en 1963 de prêter sa voix à Lone Hertz dans le film Miss Nitouche, où elle interprète plusieurs titres. Puis, elle reprend sa carrière, en solo ou en duo (principalement avec son grand ami Gustav Winckler). Elle officie aussi en tant que soliste lors de plusieurs émissions de radio.

            La carrière de Katy se poursuit dans les années 1970 à 2000 pour le plus grand plaisir de son public, qui la suit fidèlement. En 2005 sort Blue Violet, une compilation de ses plus grands succès, réunis sur trois CD. Désormais inscrite au panthéon de la musique populaire danoise, elle ne refuse toutefois pas de se produire dans les églises, les maisons paroissiales ou les centres d’accueil médicalisés pour personnes âgées. Ayant pris sa retraite après plus de 50 ans de carrière, elle se retire à Roskilde (à l’ouest de Copenhague), où elle décède auprès de sa fille unique, le 1er mai 2017.