Hello, chers fidèles lecteurs de l’EAQ ! ! !

            L’Étoile dont je vais vous parler aujourd’hui a eu un parcours très particulier. Après avoir touché à un peu tous les styles de musique et avoir rencontré un beau succès dans son pays, elle a totalement abandonné le milieu artistique pour se consacrer à une carrière extrêmement différente. Toutefois, elle est toujours remontée sur scène avec beaucoup de plaisir – réjouissant de ce fait son public, qui ne l’avait jamais vraiment abandonnée. Voici donc notre…

ÉTOILE # 142 : Päivi PAUNU (1946-2016)

        Représentant la Finlande au Concours 1972 à Édimbourg en duo avec KIM FLOOR

        Titre interprété : Muistathan  (traduction : Te souviens-tu ?)

        Classement : 12° sur 18 – 78 points

        Päivi Paunu naît à Helsinki le 20 septembre 1946 – soit neuf ans après Monica Zetterlund et un an avant Mia Martini, nos Étoiles # 67 et 30. Après des études de musique classique, elle se lance dans la musique folklorique de son pays, reprenant dès 1965 des traditionnels finlandais au Helsinki Folk Club. C’est lors d’une de ces représentations que le producteur Reino Bäckman la remarque, et l’incite à sortir son premier disque. Ce sera Aamulla Varhain en 1966, où l’on remarque la très grande influence de l’idole de Päivi, la superbe Joan Baez. Le single a tellement de succès qu’il est très vite suivi d’un album studio et d’un EP en anglais.

            Étudiante à l’Académie de Théâtre d’Helsinki, la jeune fille préfère toutefois se consacrer à la musique, où elle estime avoir plus de chances de percer. Ce qui ne tarde pas, puisque Oi niitä aikoja, son adaptation finnoise de These Were the Days, de Mary Hopkin, décroche la première place des charts à l’automne 1968. Dans la foulée, elle part pour sa première tournée avec des musiciens auxquels elle restera toujours fidèle.

            Décidée à aborder de multiples styles différents (pop, classique, folk, jazz, rock…), elle propose reprises et créations et s’associe à d’autres artistes, en particulier Aarno Raninen pour une version très personnelle de la 40ème symphonie de Mozart en 1971.

            L’année suivante, elle s’aligne à la sélection finlandaise pour le Concours Eurovision avec Muistathan, une chanson d’inspiration slave qu’elle affirme ne pas beaucoup apprécier. Pourtant, le titre – qu’elle interprète en duo avec Kim Floor – séduit les jurys, qui lui offrent une très large victoire devant de grands noms de la musique finlandaise : Katri-Helena, Kirka, Seija Simola ou Viktor Klimenko. En Écosse, la contribution de la Finlande ne marque toutefois pas les votants (la faute à un trop grand nombre de duos cette année-là ?), qui ne lui attribuent que la 12ème place avec 78 points – 8 de la Belgique et des Pays-Bas, 6 de l’Espagne, de la Norvège et du Luxembourg, 5 du Royaume-Uni et de Monaco, 4 de l’Allemagne, du Portugal, de la Yougoslavie et de la Suède, et 3 de la France, de l’Irlande, de la Suisse, de Malte, de l’Autriche et de l’Italie.

            Au milieu des années 1970, la carrière de Päivi Paunu semble un peu décliner, d’autant que la jeune femme, qui divorce de son premier époux après seulement trois ans de mariage, se déclare très fatiguée par le rythme de travail et le grand nombre de concerts qu’elle assure chaque année. Elle sort son dernier album en 1976 et décide d’intégrer le trio Mirumaru (qui termine 5° de l’Euroviisut en 1978), avant de mettre fin à sa carrière artistique en 1980.

            Elle s’inscrit à l’Université d’Helsinki et y obtient un diplôme en orthophonie, métier qu’elle exercera jusqu’à sa retraite. Elle officie aussi en tant que professeur de langue des signes, compétence qu’elle maîtrise depuis son enfance, son père sourd l’y ayant initiée dès son plus jeune âge. Remariée à Lars von Hertzen, un des membres du groupe Cumulus, elle monte régulièrement sur scène avec lui. Il la convainc même d’enregistrer en 1986 un album de chansons religieuses, ce qui lui permet d’aborder aussi le gospel.

            Alors qu’elle se produit régulièrement en concert avec d’anciennes vedettes des années 60, on lui diagnostique un cancer de la bouche en 2010. Après une longue série de soins très lourds, Päivi Paunu semble guérie. Mais la maladie fait son retour trois ans plus tard, s’attaquant cette fois-ci aux ganglions lymphatiques. Elle sait pertinemment qu’il n’y a pas de traitement possible et que ses jours sont comptés. Elle donne par conséquent ses derniers concerts, et s’éteint entourée de son mari et de sa fille le 14 décembre 2016.