Hello, chers fidèles lecteurs de l’EAQ ! ! !

            Quatrième représentant finlandais à nous quitter, l’artiste dont je vais vous parler aujourd’hui est également le quatrième candidat de l’édition 1981 à rejoindre les étoiles. Celui qui avait participé à quatre reprises (décidément !) à sa sélection nationale était une authentique vedette dans son pays, et l’est resté même après l’interruption momentanée de sa carrière pour raison médicale, acquérant à cette occasion une affection et un respect énormes de la part de ses concitoyens. Allons ensemble redécouvrir notre…

ÉTOILE # 134 : Riki SORSA (1952-2016)

        Représentant la Finlande au Concours 1981 à Dublin

        Titre interprété : Reggae O.K.

        Classement : 16° sur 20 – 27 points

            Richard Esko Sorsa naît à Helsinki le 26 décembre 1952, dans un foyer tout à la fois artistique et polyglotte : son père est orfèvre et sa mère est ballerine, et ses grands-parents maternels sont un Finnois suédophone et une émigrée russe. La vocation du petit Riki lui est révélée le jour où il assiste à un concert que les Who donnent dans la capitale. Voilà ce que l’adolescent de 14 ans veut faire : se produire sur scène, comme ses idoles les Beach Boys et les Kinks.

The Who

Chansons Contre la Guerre - The Who

            Tout en poursuivant des études en économie, il entame sa carrière de musicien et de chanteur en rejoignant dès la fin des années 1960 le groupe finlandais The Zoo. C’est là qu’il rencontre Olli Ojala, qui sera son complice pendant des années. Ensemble, la formation donne de nombreux concerts, mais ne sortira qu’un seul album, The Zoo Hits Back en 1974. L’année suivante, Riki intègre un groupe de rock progressif, Jigsaw, avec lequel il commence à se faire connaître dans son pays.

            Mais il en est convaincu : la gloire après laquelle il court ne peut lui venir que s’il se lance dans une carrière solo. Il se présente donc à la sélection nationale pour le Concours Eurovision en 1981 avec la chanson Reggae O.K. (écrite par Olli Ojala). C’est un pari audacieux que de proposer un tel titre, mais les Finnois aiment l’audace et Riki remporte la finale avec plus du double de voix engrangées par son dauphin ! Malheureusement, le public européen est moins séduit et les jurys ne lui accordent que la 16ème place avec 27 points – 6 de la Suède, 5 des Pays-Bas, de l’Irlande et de la Suisse, 2 d’Israël et de l’Espagne, et 1 de la France et du Portugal.

            Qu’à cela ne tienne, la chanson fait un carton en Finlande, permettant à Riki de sortir deux albums en anglais en un peu plus d’un an, Changing Tunes et Desert of Love. En 1983, sort son premier LP dans sa langue maternelle, un album éponyme qui se vend tellement bien qu’il en publie une version en anglais, This is the Night. Le public lui est tout acquis : la preuve, il fait un triomphe à son quatrième enregistrement, Kellot ja peilit, le premier CD édité en Finlande par un artiste local.

            Il tente de revenir au Concours à trois reprises, mais n’obtient que des accessits : 2ème derrière Sonja Lumme avec Haaveissa vainko oot mun ? en 1985, 3ème en 1991 avec Viimeinen tie et 4ème un an plus tard avec Silmiisi sun.

            Sept autres albums sont publiés pendant les 15 années suivantes, et chacun se taille un joli succès. Mais un jour de mars 2006, on diagnostique à Riki un cancer à la gorge. Il interrompt immédiatement sa carrière pour combattre la terrible maladie, qu’il réussit à vaincre. Parce qu’il s’engage de manière très déterminée auprès de plusieurs fondations de recherche contre le cancer, l’État décide de lui verser une pension afin de lui permettre de rencontrer de nombreux jeunes et de tenter de les dissuader de se mettre à fumer. Totalement guéri, Riki remonte sur scène en novembre 2008, trois ans après son dernier concert.

            Ayant retrouvé la route du succès et l’affection de son public, il sort un 12ème album en 2013, Kun tunnet rakkauden, où il reprend de grands standards internationaux adaptés en finnois. Mais le soulagement est de courte durée : en octobre 2015, le cancer est de retour, de manière plus virulente encore, et s’attaque maintenant à un de ses poumons. Parfaitement conscient que ce dernier combat se soldera par un échec, il se livre de manière très personnelle et bouleversante dans une vidéo de promotion pour les organismes de lutte contre les cancers dus au tabac, avouant avec une extrême lucidité : ‘’Je me suis arrêté trop tard.’’ Décédé le 10 mai 2016, il est inhumé à Helsinki le 9 juin, en présence de sa femme Barbara, de ses deux fils, Rasmus et Rufus, et d’une foule innombrable d’inconnus et de célébrités. Le 7 octobre suivant, un concert est donné en sa mémoire à la Maison de la Culture d’Helsinki.