Votre Eurovision – 1980 : A vous de jouer !

Salut les amis ! Je vous présente ce mois-ci, non pas une nouvelle sélection sélection nationale, mais une édition du concours. Débutons avec une nouvelle décennie et plus précisément l’année 1980. Ce concours possède une histoire propre qui s’avère assez rocambolesque…  Allez soyez tout ouïe et suivez moi dans l’histoire du concours. Attachez vos ceintures et remontons le temps…

 

Rentrée 1979…  Le concours est censé préparer son jubilé d’argent (autrement dit ses 25 ans) en grandes pompes et sous les meilleurs auspices. Un quart de siècle déjà que le concours musical européen existe en ayant réussi à fédérer et à enivrer l’Europe avec ses tubes à la pelle. « Il faut donc trouver un lieu de choix et de marque pour célébrer dignement cette occasion ! » déclare l’UER. « Tous les pays participants vont se battre pour vouloir accueillir cet évènement l’année prochaine, qui de plus inaugure une nouvelle décennie !  »

Qui aura l’honneur d’organiser ce 25eme concours ??

Seulement voilà… L’UER déchante assez vite, se rendant compte qu’en fait sa vision s’est avérée totalement fausse, par excès d’optimisme, allons-nous dire.

Reprenant le classement du concours 1979, l’UER demande donc naïvement mais pleine d’espoir à Israël (vainqueur en titre) si le pays veut organiser à nouveau le concours (sait-on jamais, sur un malentendu… 😀 ) Réponse négative de l’État hébreu, le concours 1979 ayant asséché les caisses de l’IBA et a failli mettre la télé israélienne (déjà pas bien riche à l’époque) sur la paille…

                

L’UER se tourne donc vers l’Espagne (ayant fini 2eme) pour organiser le concours et se réjouit de retourner en terre ibérique, le pays ayant déjà une expérience pour avoir accueilli le concours en 1969. Là encore, stupeur, aigreur, horreur, malheur, pot de beurre… la TVE refuse la proposition car elle traverse à cette époque une grave crise interne. (En gros, elle est plus occupée à régler le souci de savoir pourquoi Pablo s’est servi de l’agrafeuse de Pedro et non de la sienne 😛 , plutôt que de s’embarrasser à organiser un somptueux concours.)

Nouvelle déconvenue, l’UER fait donc appel à TF1 (puisque la France avait terminé 3eme). Après avoir bien rigolé, les dirigeants de la première chaine française répondent qu’ils ont déjà organisé le concours en 1978  (même si c’était fait à l’arrache on va pas se mentir…  mais 40 ans après il y a prescription 😀 ), que la France ne souhaite pas organiser le concours avant longtemps (il faut croire que les cieux vous ont entendu Messieurs…)  et que l’UER n’a qu’à refiler le bébé à quelqu’un d’autre…

                  

L’UER se tourne alors vers l’Allemagne (4eme) et toque à la porte de l’ARD. Refus teuton tonique et tonitruant car les représentants de la télé allemande veulent organiser le concours suite à leur première victoire, donc acquis de droit, et non être une Xième bouée d’un concours dont personne ne veut. (En résumé, démerdez-vous  😀 )

L’UER commence à paniquer et se tourne la bouche en cœur vers son chouchou mais aussi son dernier recours, le Royaume-Uni (7eme). La BBC ayant accepté (trop bon, trop con) de jouer les roues de secours en 1972 et 1974 (entre autres) suite aux forfaits de ces feignasses monégasque et luxembourgeoise (ceux-là, ils ont des sous pour ce qu’ils veulent, va… 😀 )… « Qu’à cela ne tienne, déclare l’UER, les Grands Bretons peuvent bien nous organiser un nouveau concours de secours »… Eh bien que nenni… la BBC en a assez de jouer les bons samaritains et refuse de recevoir le concours…

       

Et l’UER se retrouve toujours avec son concours sur les bras…  Or nous sommes fin 1979…

Déboussolée, désespérée, désenchantée, désemparée, l’Union envoie une missive à chacune des autres télés européennes comme une bouteille à la mer en espérant trouver quelques âmes charitables au fin fond de l’Europe et recevoir ne serait-ce qu’une seule réponse positive. Après avoir prié Sainte-Rita, celle des causes désespérées, le miracle eut enfin lieu. Une télévision accepte de jouer le jeu. (inconscience ? folie douce ? trop bon fond ? ) Il s’agit de la télé des Pays-Bas, la NOS , la même qui accueillit le concours quatre ans plus tôt, en 1976.

L’UER respire enfin (et nous aussi !!  😀 ), le concours est sauvé et peut donc fêter sa 25eme édition. Mais il faut faire vite car il ne reste plus que quatre mois…

 

Avec ce laps de temps assez court, les Pays-Bas ne peuvent pas accomplir de grands miracles (ou ne veulent pas se casser la tête non plus) et nous font ni plus ni moins qu’un copier-coller de leur édition de 1976. Même ville hôte, même salle, même décorateur, mêmes effets mobiles, même vidéo d’introduction du concours…

Seule la présentatrice a changé…et pas en bien puisque Marlous Fluitsma (sosie d’Ariane du Club Dorothée 😀 ) ne s’exprime lors de l’ouverture du concours qu’en néerlandais, n’utilisant l’anglais et le français que pour les votes. Contrairement à Corry Brokken qui a accueilli les téléspectateurs dans les trois langues quatre ans plus tôt…

         

Sans parler du tableau de points… Deux plaques de métal blanc poli vissées de guingois, côte à côte, à la dernière minute. Et les scores en rouge ne sont pas non plus du plus bel effet…  Pour moi, un des tableaux les plus laids de l’histoire du concours… 😛

 

Par manque de temps, la télé néerlandaise ne réalise pas de cartes postales mais demande à chaque pays participant de déléguer sur place un présentateur ou une speakerine pour présenter la chanson le représentant. Pour la France, c’est Évelyne Dhéliat qui s’y colle, elle qui a aussi présenté la sélection française un mois plus tôt.

 

Mais télévisuellement parlant, si la réalisation de 1976 parait dans le coup et bien de son époque,  refaire de même pour 1980 apparait déjà assez daté voire désuet… Et on sent bien que ce n’est pas le même enthousiasme 🙁

 

Dix-neuf pays sont sur les rangs pour participer au concours, soit le même nombre que l’année précédente.

Parmi les absents, signalons d’abord Israël. Le pays voulait participer mais la date choisie initialement (à savoir le 12 avril 1980) correspond au jour du souvenir des victimes de l’Holocauste. Donc pas de participation possible. Une demande a été adressée aux organisateurs pour changer cette date du 12 avril. Ce que les Pays-Bas ont fait, en retardant d’une semaine la compétition, soit pour le 19 avril 1980. Manque de chance, cette nouvelle date correspond à un autre jour de commémoration en Israël. La télé néerlandaise refuse un nouveau changement et le pays doit donc s’abstenir. 🙁  C’est la seule fois dans l’histoire du concours où le tenant du titre n’est pas présent l’année suivante…

Un autre absent de marque est Monaco… Car la principauté décide de jeter l’éponge. TMC stoppe ses participations au concours, jugées trop chères pour une chaine aussi petite en proie à des premières difficultés financières. (Le Luxembourg et RTL connaitront le même destin 14 ans plus tard, NDR)

La Yougoslavie ne revient toujours pas… En effet, elle boude le concours depuis 1977, jugeant ses mauvais classements durant les années 70 immérités.

A contrario, la Turquie fait son retour, après son absence forcée au concours à Jérusalem.

Enfin, le concours accueille un petit nouveau à savoir le Maroc. Sa participation fait un peu figure d’évènement. Après Israël et la Turquie, c’est donc le 3eme pays non européen à fouler la scène de l’Eurovision. (La Tunisie aurait dû participer en 1977 mais s’est finalement désistée, NDR)

 

Signalons que pour la première fois depuis 1975, un changement s’introduit dans la procédure de vote. Les points sont annoncés suivant l’ordre croissant des points attribués, c’est à dire de un à douze (et non plus dans l’ordre de passage des candidats) afin de donner un suspense plus important.

Signalons également que la Belgique est le deuxième pays dans l’histoire du concours à se passer de chef d’orchestre, après l’Italie l’année précédente.

Enfin, notez et observez le petit incident technique lors de la prestation suédoise. Le fil du micro du chanteur se débranche durant le 1er passage musical… Il a juste le temps de le remettre d’aplomb avant le 2eme couplet !!

Voilà ce qu’on pouvait dire sur la mise en place et les anecdotes de ce concours 1980. Plutôt originales, n’est ce pas ??  Allez, trêves de blabla, et maintenant…

 

En scène les artistes !!!

 

1)  Autriche – Blue Danube – Du bist Musik (Tu es musique)

Un groupe de cinq chanteurs choisi en interne.

2) Turquie – Ajda Pekkan – Petr’oil (Pétrole)

La chanteuse désignée d’office a interprété trois titres. Un jury d’experts a choisi la meilleure chanson.

3) Grèce – Anna Vissi & Epikouri – Autostop

La chanteuse s’impose de peu face à 11 autres candidats. Pour le concours, elle s’adjoint les services du groupe arrivé 2eme.

4) Luxembourg – Sophie & Magaly – Le papa pingouin

Titre choisi en interne composé par des noms côtés en Allemagne et en France.

5) Maroc – Samira Bensaïd – Bitakat hob (Un message d’amour)

Choix interne avec une jeune chanteuse prometteuse.

6) Italie – Alan Sorrenti – Non so che darei (Je ne sais pas ce que je donnerais)

Titre et chanteur choisis en interne n’ayant aucun rapport avec le festival de San Remo.

7) Danemark – Bamses venner – Tænker altid på dig (Penser toujours à toi)

Le quatuor l’emporte devant 11 autres concurrents avec un jury composé de membres du public.

8) Suède – Tomas Ledin – Just nu ! (Maintenant ! )

Le chanteur s’impose face à 9 autres contributions via 11 jurys répartis dans tout le pays.

9) Suisse – Paola – Cinéma

Morceau choisi en interne composé par un duo ayant déjà participé séparément plusieurs fois au concours et une chanteuse ayant déjà participé en 1969.

10) Finlande – Vesa-Matti Loiri – Huilumies (Le flûtiste)

Le chanteur s’impose face à 5 autres chansons choisi par différents jurys dans le pays.

11) Norvège – Sverre Kjelsberg & Mattis Hætta – Samiid Ædnan (Terre laponne)

Chanson victorieuse face à 9 autres titres choisie par un jury d’experts de 9 membres.

12) Allemagne – Katja Ebstein – Theater (Théâtre)

La chanteuse gagne face à 11 concurrents grâce au vote d’un panel de 504 personnes représentatifs du public.

13) Royaume-Uni – Prima Donna – Love enough for two (Assez d’amour pour deux)

Chanson choisie après le vote de 14 jurys régionaux face à 11 autres concurrents.

14) Portugal – José Cid – Um grande, grande amor (Un grand, grand amour)

Le chanteur s’impose face à 8 autres concurrents suite aux votes de 22 jurys régionaux.

15) Pays-Bas – Maggie Mac Neal – Amsterdam

Chanson choisie en interne, le pays organisant déjà le concours.

16) France – Profil – Hé hé m’sieurs dames

Chanson choisie face à 5 autres grâce aux appels du public. La société française avait envie de changements en ce début de décennie et préfère envoyer au concours une chanson moyenne mais rythmée au lieu d’une ballade à voix de qualité…

17) Irlande – Johnny Logan – What’s another year (Qu’est qu’une autre année)

10 jurys nationaux choisissent cette chanson face à 7 autres.

18) Espagne – Trigo Limpio – Quédate esta noche (Reste cette nuit)

Choix interne. Le trio est connu pour avoir interprété « Maria Magdalena » l’année d’avant, titre qui est repris en France par Julie Piétri.

19) Belgique – Télex – Euro-Vision

Le trio est choisi face à 6 autres contributions par un jury d’experts.

 

Place aux votes !!!

Clin d’œil aux premières éditions:

La présentatrice appelle elle-même chaque pays avec un téléphone différent. La France a même l’honneur d’être jointe avec un téléphone sans fil.

Allo Paris ? Allo ? Est ce que vous m’entendez ? Puis-je avoir vos votes s’il vous plait ?

Une fois tous les votes obtenus, c’est donc l’Irlande qui l’emporte,  en récoltant notamment 7 fois « 12 » et des points de 16 pays. Seuls le Maroc et la Turquie ne lui ont rien donné. Comme d’habitude à cette époque, la chanson a connu un grand succès à travers l’Europe. Elle s’est classée #1 en Irlande bien entendu mais aussi en Belgique, en Norvège, en Suède et au Royaume-Uni. Elle s’est classée #2 en Allemagne et en Suisse et #3 en France et aux Pays-Bas.

L’ Allemagne et le Royaume-Uni complètent le podium. Quant à la France, le choix du public ne s’est pas avéré judicieux puisque la chanson ne termine que 11eme… un sérieux revers alors que le pays était abonné au top 4 depuis 1975… 🙁

 

Les votes sont ouverts !!

Il est temps pour vous de voter et d’envoyer par mail votre top 10 en distribuant les points comme de coutume, de 1 à 8 pts, puis 10 et enfin 12,  à l’adresse suivante:

votes.eq@yahoo.com

Veillez bien à préciser votre pseudo et la mention ESC 1980.

Vous avez jusqu’au 26 janvier  pour voter. Pour finir et avoir un récapitulatif, je vous laisse donc avec la playlist de cette année 1980.

 

Alors votez bien les amis !! Et surtout… votez nombreux !! 😉

 

 

(46 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • marie on 15 janvier 2018 at 08:49
    • Répondre

    Première victoire de Johnny Logan :Monsieur Eurovision!
    Perso, j’adore ses chansons. Donc victoire évidente et méritée .

      • marie on 15 janvier 2018 at 17:38
      • Répondre

      Vote envoyé à l’instant.
      My 12 points go to….. 🙂

      1. … answer in 12 days !!! 🙂

      2. idem, j’ai voté ! et quel bonheur d’écouter des années après, ces chansons qui ont bercé mon enfance !

  1. 1980 ! Le tout premier Eurovision que j’ai regardé, avec une curiosité qui se transformera en intérêt, ensuite en passion raisonnée :).
    J’avais neuf ans, en fait je suis né en 1970 mais comme je suis un natif d’octobre…
    Géographiquement, je découvrais que le Royaume-Uni, c’était l’Angleterre.

    Evidemment, sans enregistrement vidéo, c’est loin, les souvenirs sont un peu flous.
    Il y a quelques années, la chaîne NOS a rediffusé son concours. Cette fois, j’ai pu l’enregistrer avec le sous-titrage.
    Je redécouvris ainsi les chansons et pour la première fois, j’ai apprécié la chanson de mon pays, la Belgique. Ce n’est pas une chanson sur laquelle on a envie de se trémousser mais comme exercice de style, c’est pas mal.

    Comme je n’avais pas de références eurovionnesques et télévisuelles(pas beaucoup) cette année, j’ai trouvé que l’édition 1980 était plutôt réussie. Il n’y avait pas ce sentiment de déjà-vu.

    • KRIS.B on 15 janvier 2018 at 10:56
    • Répondre

    Ah ! des lunettes grosses comme des hublots, des choucroutes sur la tête à la Dynastie, des joggings et bandanas fluos… 1980, très très belle année. Personnellement très importante. Je ne vous direz pas pourquoi 😉
    Le téléphone sans fil est magique ! Qui a dit que l’Eurovision n’était pas moderne ? A la pointe de la technologie, on peut dire …

  2. Cher juju

    Je veux prendre le temps d’ ecouter puique cette periode je ne la connais pas du tout mais hate de voter et d’ entendre les chansons de cette periode que je connais pas et la chanson de Tamar Kaprelian ce matin m’ a donne un grand kiff réellement donc promis tu auras mon vote ce soir au demain ….Bon vote a tous ….

  3. Cher juju
    Je veux prendre le temps d’ ecouter puique cette période que je ne connais pas du tout mais hate de voter et la chanson de Tamar Kaprelian ce matin m’ a donne un grand kiff réellement donc promis tu auras mon vote ce soir au demain ….Bon vote a tous ….Excusez moi en salle de sport et probleme de portable

    • Niels on 15 janvier 2018 at 11:27
    • Répondre

    J’adore tout simplement ce concours. Ce n’est pas le premier que j’ai vu en direct, mais le premier à avoir eu lieu de mon vivant (juste la veille de mon premier anniversaire).
    J’ai pu le revoir dans son intégralité sur la chaîne publique néerlandaise, lors d’une rediffusion il y a près de dix ans, et je dois dire que j’en suis resté coi d’admiration.
    Évidemment, on se rend bien vite compte qu’il a été réalisé avec les quelques bouts de ficelle restants de l’édition 1976, mais il est plein d’élégance, de classe et de glamour.
    Le Maroc faisait une première (et unique) apparition distinguée, avec un morceau disco oriental, et la Turquie revenait sur le devant de la scène avec sa plus grande diva, Ajda Pekkan. Notons aussi les débuts timides d’Anna Vissi, qui participera deux fois de plus à l’Eurovision, et deviendra une méga star en Grèce, mon pays d’origine.
    Ce Concours est l’un de mes favoris musicalement parlant. J’en apprécie énormément chacune des chansons, tant la diversité est grande. Il n’y a vraiment rien à jeter. Mes favoris sont le Portugal (que d’émotions ! Et cette fausse fin surprenante !), le Royaume-Uni (un morceau typiquement britannique plein d’entrain et de bonne humeur), l’Allemagne (quand Ralf Siegel écrivait encore de bonnes chansons) et la Suède (du très bon rock-synthés par un artiste affirmé).
    Si je devais désigner un gagnant, j’aurais sans hésitation décerné les lauriers du vainqueur à Maggie MacNeal et à sa prestation dramatique sur « la ville où tout est possible ».
    Enfin, mention spéciale pour l’utilisation comique des différents téléphones lors de la procédure de vote.
    N’oublions pas non plus que ce Concours a célébré celui qui deviendra une véritable légende, Johnny Logan, alias Monsieur Eurovision. J’ai pu le voir dans les studios de la RTBF au printemps passé, et j’ai été frappé par sa disponibilité et son amour pour ses fans (il n’a refusé aucun selfie, alors même qu’il se faisait poursuivre sur son chemin vers les loges !).
    Bref, un Concours à marquer d’une pierre blanche et une entrée remarquée de notre émission préférée dans les années 1980.

      • Charles on 16 janvier 2018 at 05:47
      • Répondre

      Tout à fait d’accord avec toi, « Niels » ! Cette édition est vraiment excellente pour son côté festif, coloré et réjouissant. Une époque où le kitsch était roi et la fantaisie reine. Comme toi, j’aime tout. Il y a dans ce concours des audace mémorable comme, bien sûr, le choix de la Belgique ou celui de la Norvège… Les Pays-Bas et l’Allemagne sont défendus par deux énormes pointures musicales de l’époque ainsi que la Grèce. Le must des années 80 !

  4. L’adresse e-mail mentionnée est-elle correcte ?

    Car j’ai tenté d’envoyer un message avec mon vote. Apparemment, il y a un problème et j’ai retenté. Nouveau problème ! Du genre « failure notice »…

    Je voudrais savoir si vous avez reçu mon vote.

      • Niels on 15 janvier 2018 at 13:39
      • Répondre

      Je reçois également un message d’erreur m’indiquant que mon e-mail n’est pas arrivé à bon port :-((

      1. MEA CULPA: l’adresse correcte est votes.eq@yahoo.com et non .fr

        Désolé pour ce désagrément. Je n’ai pas pour habitude de m’envoyer des mails à moi-même. 😛

        Et vous saurez l’adresse pour la prochaine fois pour voter pour une sélection nationale. 😀

  5. – Coucou Juju,

    – Bravo pour ton article qui m’a fait beaucoup rire car tu l’as rédigé avec beaucoup d’humour ; en outre j’ai appris beaucoup de choses que je ne connaissais pas pour l’organisation de ce concours qui a failli ne jamais avoir lieu ou…sur la banquise ! 😆 Référence au  » Papa Pingouin  » qui restera la chanson marquante de cette Eurovision et même sans la faire gagner, je vais la mettre sur mon podium.

    – Pour le vote, compte sur moi : tu l’auras dès que j’aurai tout écouté d’ici la fin de la semaine. Merci de continuer ce jeu durant cette période : ça changera les idées après toutes les vives discussions sur la sélection française 2018.

    1. Salut ZIPO,

      Content que tu aies bien ri à la lecture de l’article, c’est fait pour. et que tu aies appris des choses encore mieux.

    • Pascal on 15 janvier 2018 at 13:43
    • Répondre

    Comme Zipo j ‘ai appris plein de choses et ce, dans la bonne humeur malgré l’heure matinale et le retour au boulot.

    Merci beaucoup ca va nous divertir. Ce fut aussi l’occasion de voir qu’Evelyne Dhéliat a vraiment une belle et longue carrière. Pour Ariane du club Dorothée, la ressemblance est frappante. J’espère juste que l’animatrice n’avait pas la même voix.

    Pas trop fan de Johnny Logan malgré son grand talent. Je pense même le mettre derrière le Papa Pingouin (sacrilège !)

    1. Au contraire Pascal, Marlous Fluitsma possède une voix douce et chaude très agréable… tout le contraire de cette chère Ariane Carletti 😛

  6. Souvenirs souvenirs, j’allais bientôt avoir 10 ans, né en 1970 MAI ( un très bon mois celui de l’Eurovision lol ahaha)

    IRLANDE AU TOP.

    Je sais pas pour vous, mais avec du recul et avec mon écoute d’aujourd’hui certaines chansons qui étaient ringardes à l’époque et qui finissaient en bas du tableau me plaisent ( c’est l’age lol ) alors un vote coup de cœur

    Merci encore pour ce travail et c’est un plaisir de participer.

    vote envoyé

    rv

  7. Mon Dieu, quand j’y pense, j’étais devant mon poste de télévision ce soir-là,, j »étais un tout jeune adolescent qui rêvait déjà d’Eurovision et je me souviens avoir beaucoup apprécié la chanson de l’Allemagne, des Pays-Bas, de la Suisse, sous oublier le Luxembourg ainsi que la chanso gagnante, celle de l’Irlande. Le niveau était plutôt bon et chaque pays chantait dans sa langue nationale, le Papa Pingouin résonnait déjà dans mes oreilles comme un futur tube.

    Je sens que je vais me régaler à travers mes votes, mes préférés sont toujours les mêmes

    Merci Juju de nous faire découvrir ou redécouvrir ces grands moments. Rien que de revoir le look des artistes de l’époque, je suis plié en deux et pourtant, c’était très tendance.

  8. Bravo pour cet article, le casse-tête de l’UER m’a bien fait rire.
    1980 n’est pas mon premier Eurovision, mais c’est à partir de celui-ci que je suis devenu un grand fan. Autant te dire mon cher Juju à quel point ça me fait plaisir de revivre ces moments. D’ailleurs, je connais les chansons par coeur tellement je les avais écouté à l’époque en cassette audio 🙂

    1. Merci patron pour ton message 🙂

    • Francis on 15 janvier 2018 at 18:24
    • Répondre

    Vote envoyé! Comme je le dis dans mon mail, il y a ici deux chansons que je place encore et toujours parmi mes favorites de toute l’histoire de l’Eurovision 🙂

    Une pensée pour trois artistes de l’édition 1980 aujourd’hui disparues: Flemming Jorgensen du groupe danois Bamses Venner dont j’aimais beaucoup le timbre, le génial Marc Moulin du groupe Telex que j’ai découvert des années plus tard dans des émissions télé cultes… et évidemment la pauvre Magali, au destin si triste.

    1. eh oui Francis… 22 ans déjà qu’elle nous a quittés… 🙁 des mauvaises rencontres dans le show-business et personnelles…

    • Salvy Jamaladinova on 15 janvier 2018 at 19:43
    • Répondre

    Merci Juju pour cet excellent article, extrêmement intéressant en plus d’être amusant. Pour moi aussi, 1980 c’est un concours mythique car c’est le premier que j’ai regardé. J’avais 10 ans et j’ai voulu regarder car j’adorais « Papa Pingouin » !! J’ai été horriblement déçu que le Papa ne gagne pas, mais en même temps totalement fasciné par les votes, les appels de tous ces pays lointains. Bref, j’ai chopé le virus immédiatement. Je me souviens qu’avant le Journal de 20h sur TF1 il y avait « Top Club » animé par Guy Lux (que les plus jeunes ne connaissent probablement pas), et le soir de l’Euro Guy Lux avait « accueilli » Profil ainsi que Sophie & Magali. Que du bonheur !!!

    1. Merci à toi pour ton message qui me fait plaisir. C’est vrai aussi que pas mal de chanteurs passaient dans les émissions de Guy Lux, histoire de se faire un peu de promo et pas seulement les francophones.
      Je me souviens avoir lu qu’Anita Skorgan (Norvège ’79 entre autres)) y était passée pour interpréter « Oliver »…. Les traditions eurovisionesques se sont par la suite perdues en France… Qui a vu JOWST sur un plateau français à une heure de grande écoute peu avant le concours 2017 ??

      • Denez on 15 janvier 2018 at 22:54
      • Répondre

      Ah oui, Top Club, c’est culte ! Guy Lux devait être un grand fan du concours car je me souviens qu’au cours des années 80 il recevait plusieurs candidats au concours dans ses émissions. Et pourtant il me semble qu’il n’a jamais commenté l’Eurovision.

      1. En effet, Guy Lux n’a jamais commenté un concours. En revanche, il a présenté l’autre programme phare de l’UER à savoir Jeux sans frontières, pendant 18 ans, de 1965 à 1982.

  9. Super article ! J’ignorais toute cette affaire pour trouver une ville-hôte !

  10. envoye bonne soirée

  11. AAAhhh Juju, quel plaisir de te lire ! Tu résumes parfaitement l’ambiance de cette époque, encore à mi-chemin entre artisanat et professionnalisme. J’étais devant notre poste de télé ce soir-là, et très déçu du choix français
    ( une fois de plus !). Mais certaines chansons demeurent…intemporelles. Elles nous ramènent tous à de grands moments, à la fois fébriles et passionnés. Rien qu’un mot : MERCI !
    ( Je t’envoie mon vote de suite…).

    • Picasso on 15 janvier 2018 at 22:54
    • Répondre

    Je pensais que le premier pays à ne pas avoir utilisé l’orchestre était l’Italie en 1979 et non la Belgique en 1980.
    Si quelqu’un pouvait confirmer…

    1. C’est vrai, Matia Bazar avait collé toute sa musique sur bande-son. C’est corrigé 🙂

      • Charles on 16 janvier 2018 at 06:47
      • Répondre

      Effectivement, la chanson belge de 1980 est la première à se passer d’un orchestre. Télex travaillait exclusivement sur des titres électroniques (avec utilisation de l’antique vocoder). Si la Belgique déstabilisa le public et fut à deux doigts de terminer dernière, elle proposa un titre qui reste à jamais dans les mémoires par son irrévérence sympathique. De plus, elle fait partie de nombreuses compilations de l’ESC et de tous les bêtisiers « Eurovision ».

        • Charles on 16 janvier 2018 at 06:53
        • Répondre

        Mea culpa, tu as raison… L’année précédente, Matia Bazar s’est également passé de l’orchestre et l’accompagnement musical se faisait uniquement sur scène. Bien vu !

    • Picasso on 15 janvier 2018 at 23:00
    • Répondre

    C’est vrai que le tableau marquoir était affreux.
    Perso, je n’ai toujours pas compris le pourquoi de l’utilisation des divers téléphones pour « appeler » les jurys…

    Je n’avais jamais remarqué que les micros de Conny et Marlous étaient identiques…mdr

    • Yoann B on 16 janvier 2018 at 01:58
    • Répondre

    Pour les courageux et les passionnés, voici la show intégral!!!
    https://www.youtube.com/watch?v=Hv0FgYqGq7M
    Merci Juju pour ce coup de flash sur cette année 80, que je m’en vais dévorer rapidement

    • Philou on 16 janvier 2018 at 10:00
    • Répondre

    Salut Juju,

    Je t’ai envoyé 2 classements concernant l’ESC 1980 à ton adresse électronique.
    Mais sans succès.
    Mon message m’est revenu en retour.

    Bonne journée.

    Philippe

    1. Salut Philippe

      As tu bien envoyé ton mail à l’adresse votes.eq@yahoo.com ?

      Bien à toi.

        • Philou on 16 janvier 2018 at 11:26
        • Répondre

        Oui.

        Je retente!

        A plus!

        • Philou on 16 janvier 2018 at 11:59
        • Répondre

        Non désolé ça ne fonctionne pas avec ton adresse e-mail.

        1. Pourtant, après avoir rectifié l’adresse e-mail, mon vote est enfin passé…comme une lettre à la poste !

            • on 16 janvier 2018 at 17:11

            C’est passé également pour Philou pas de soucis 🙂

  12. On peut aussi souligner la dichotomie des langues dans la présentation de la chanson irlandaise en anglais : la présentatrice s’est exprimée en gaélique.
    Tous ces présentateurs qui parlent dans leur propre langue renforcent le côté Assimil de l’Eurovision !
    Pour la contribution norvégienne, c’est une certaine Åse Kleveland qui a fait l’annonce.
    Elle a chanté pour son pays au Luxembourg, en 1966 et se classe honorablement à la 3ème place. Elle est le porte-voix à La Haye en 1980.
    Enfin, quand elle a présenté l’Eurovision à Bergen en 1986, c’est la Belgique qui triomphe.

    Åse Kleveland est bien l’attachée norvégienne du Benelux !

    • Taron on 25 janvier 2018 at 23:53
    • Répondre

    Et voilà! J’ai voté!
    J’ai remarqué que mes classements, sur des éditions qui datent, sont souvent pas mal différents des vrais résultats, au contraire des éditions récentes ^^
    J’ai été complètement choqué par les résultats de certains pays lorsque j’ai regardé le show entier, comme le résultat élevé des Pays-Bas (désolé a ceux qui l’aiment beaucoup, chacun ses gouts comme on le sait tous 😉 )

      • Pascal on 26 janvier 2018 at 12:52
      • Répondre

      Je viens aussi de voter, in extremis… Moi j’adore les Pays Bas et je les ai classé en tête mais pas d’offense

      Disons que j’ai rapidement dégagé 11 favoris et trois particulièrement détachés.

      A mon avis, Johnny Logan va être plébiscité…

        • Taron on 26 janvier 2018 at 14:06
        • Répondre

        Je pense aussi! On peut toujours s’attendre à une surprise mais je ne te cache pas que j’ai accordé mes 12 points à Mr, eurovision. Par contre, mes 10 et 8 points ne vont pas à des pays arrivés dans le top 5 😉

Répondre à Pascal Annuler la réponse

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :