Lumière sur les premiers : Israël 4 fois !

Gagner le concours, ce n’est pas juste gagner, le pays vainqueur a la charge de recevoir tous les autres pays invités et par cette occasion, il a la possibilité de mettre en avant son pays et de montrer son savoir-faire quant à l’organisation du concours. Cette année, c’est Israël qui en a la responsabilité.

Israël participe au concours eurovision depuis 1973. Il a manqué cinq éditions (1980, 1984, 1994, 1996, 1997). Son absence en 1980,1984 et 1997 était due à la commémoration des victimes de guerres israéliennes ayant lieu le même jour que la finale. Quant à 1994 et 1996, son absence était due à une relégation suite au mauvais résultat obtenu l’année précédente et à une élimination en présélection en vigueur à l’époque.

A noter: Pendant l’été 1972, Munich accueille les Jeux Olympiques. Des palestiniens, membres de l’organisation terroriste Septembre noir, assassinent 11 athlètes israéliens dans la nuit du 5 septembre dans le village olympique. L’année d’après, Israël participe pour la première fois au concours eurovision qui se déroule au Grand Duché du Luxembourg. Les mesures de sécurité avaient été renforcées à cette occasion pour éviter un autre attentat. Le commentateur de la chaîne britannique BBC de l’époque Terry Wogan avait commenté que les spectateurs avaient été priés par le responsable de la sécurité de rester assis pendant tout le spectacle, surtout lors des applaudissements  afin de ne pas être abattus par erreur par les forces de sécurité présentes dans la salle. Angoissant, n’est ce pas?

Israël n’a jamais terminé dernière en finale et a gagné à quatre reprises le concours.

Voici donc les quatre prestations israéliennes victorieuses:

  • 1978 : Izhar Cohen and the Alphabeta  « Abanibi »  (157 points)

  • 1979 :  Gali Atari et Milk and Honey  « Hallelujah » (125 points)

  • 1998 : Dana International  « Diva » (172 points)

  • 2018 : Netta « Toy » (529 points)

Pensez-vous que ces quatre victoires étaient méritées? Laquelle préférez-vous?

Mon avis personnel: En fait, j’aime bien les quatre, elles ont toutes un refrain accrocheur et chacune d’elle est révélatrice d’une époque, d’un temps. Celle que je pense aimer le moins, c’est « Diva », il n’y a que le refrain qui me plaît mais c’est un sacré refrain. « Toy » a gagné parce que la chanson est percutante et que Netta a une sacrée personnalité et on aime cela à l’eurovision. Quant aux chansons de 1978 et de 1979, ce sont de très belles chansons bien que j’aurais aimé qu’en 1979, l’Espagne gagne le concours. Cependant, elle ne peut s’en prendre qu’à elle-même. Pour la petite histoire, l’Espagne était le dernier pays à révéler son vote, elle était en tête du classement mais sans le savoir qu’Israël était au coude à coude avec elle, elle a donné les points qui a permis à Israël de l’emporter.

 

(7 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • Pascal on 29 octobre 2018 at 08:43
    • Répondre

    Comme Marie j aime bien les 4. J’adorais « Diva » et j avais même acheté le cd 2 titres !
    Mais je m en suis lassé, de même que de la personnalité excentrique de Dana
    International qui s est de plus mal comportée lors de son retour au concours.

    • steven on 29 octobre 2018 at 09:39
    • Répondre

    A part 2018 , j aime les 3 autres contributions !!!!Netta a une belle personnalité mais je déteste sa chanson de basse cour .Surtout le début !!!Insupportable!!!!Quel beau concours que 1998!!!!Meme si je préférais Malte et Chiara et son petit clin d ‘œil final!!!!J ai détesté sa chanson retour en 2005 je crois. Sinon la chanson israélienne de 1978 s « il fallait faire un classement resterait ma préférée

    • Antoine 97 on 29 octobre 2018 at 09:55
    • Répondre

    On ne s’en rend pas vraiment compte comme ça mais quand on regarde de plus près Israël écrit quand même un joli petit bout d’histoire dans ce concours. 4 victoires et aucune ne me paraît injuste. Hormis « Hallelujah », ces chansons sont des titres phares du concours. « Abanibi » est ma deuxième chanson préférée du concours dans les années 70 après « Waterloo ». « Diva » est un titre mémorable de ce concours même si c’est principalement pour l’histoire de l’interprète et il en va de même avec le personnalité de Netta cette année. En attendant elle comptabilise presque 100M de vues sur la chaîne YouTube officielle de l’eurovision 🙂
    Je souhaite encore de belles années au pays dans ce concours.

    NB: si ça ne tenait qu’à moi, le pays aurait aussi gagner en 2014 ou au moins serait terminé sur le podium. Et 2013 il était dans mon top 10. 2 éliminations honteuses de ces dernières années.

  1. ISRAEL 4 victoires, chacune à son époque, mon classement

    1979 TOP
    2018 SYMPA
    1978 OUAI OUAI
    1998 AVEC LE RECUL NUL ET ELLE CHANTE FAUX CETTE DANA ET PAS TRES SYMPA POUR SON RETOUR C EST VRAI DONC PAS GENTIL LA MADAME ET POURTANT A L EPOQUE J AVAIS AIME. LE GENRE DE DIVA C EST COMME UNE BRINDILLE CA BRULE BEACOUP ET PLUS RIEN APRES.

    ISRAEL est un pays que j aime et surtout à l Eurovision et quand il chante dans la langue.

    • steven on 29 octobre 2018 at 12:07
    • Répondre

    Il y a une chanson qui a toute ma préférence et qui méritait la victoire c est bien IMRI et son tube i feel alive la meilleure chanson de ces 10 dernieres années qui est dans ma play list

  2. Pour des raisons différentes, je n’aurais offert la victoire à aucune de ces quatre chansons.
    Je n’aime pas du tout A-ba-ni-bi, en 1978 j’avais vraiment adoré le Royaume-Uni, comme souvent dans les années 70. The Bad Old Days demeure d’ailleurs ma chanson britannique préférée au Concours.
    L’année suivante, j’aurais préféré voir gagner la France, même si Hallelujah est à la 2ème place de mon classement personnel. Je suis l’enfant-soleil est ma chanson favorite de toute l’histoire de l’Eurovision.
    J’aimais bien Diva en 1998, mais pour moi Where are you d’Imaani était bien meilleur.
    Quant à 2018,je ne supporte pas Toy, rien ne me plaît dans ce titre. Étrangement, c’est à la Suède que j’offre la médaille d’or.
    Pour autant, j’aurais aimé voir gagner Israël en 1973, 1983 et 2010. Milim, même avec quelques notes ratées, reste un authentique chef-d’œuvre. J’aime beaucoup également Ben-Adam, Hora, Kan, Olé olé, Hasheket shenishar ou Rak bishvilo.

  3. – Il se trouve que pour Israël, l’ordre des années de victoire est aussi l’ordre de mes préférences : j’adore la chanson de 1978, légèrement moins celle de 1979 mais je l’aime beaucoup quand même, encore moins celle de 1998 meme si je suis loin de la détester et quant à cette année, je ne reviendrai pas sur ce que je pense mais pour moi, c’est totalement immérité !

    – Il faudra que je recherche avec précision mais il y a une année où j’avais adoré Israël et malheureusement, le candidat avait fini en milieu de tableau : c’était dans le milieu des années 80 je crois. A mon retour chez moi, je chercherai.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :