Lumière sur les premiers : Autriche 2 fois !

Le but de tout pays participant à l’Eurovision est de gagner. L’ Autriche peut se prévaloir comme l’Allemagne de l’avoir gagné à deux reprises.

L’Autriche participe à l’Eurovision depuis 1957. Elle aurait dû participer à la première édition du concours, en 1956, mais la télévision publique autrichienne ne put respecter la date limite d’inscription et dut s’abstenir. L’ Autriche s’est retiré plusieurs fois du concours. En 1969 par mesure de protestation, car le concours était organisé en Espagne et il y avait à l’époque une dictature dirigée par le Général Franco. En 1970, par mécontentement du résultat de l’édition 1969 et du système de vote de l’époque. Entre 1973 et 1975, sans raison précise. En 1998 et 2001, par relégation, à la suite des résultats obtenus l’année précédente. En 2006, puis entre 2008 et 2010, à nouveau par mécontentement du résultat des éditions précédentes et du système de vote de l’époque. Mais depuis 2011, l’Autriche participe tous les ans.

L’Autriche a terminé 8 fois à la dernière place en finale et a gagné 2 fois le concours.

Voici donc les 2 prestations autrichiennes victorieuses:

  • 1966 : Udo Jürgens « Merci, Chérie » (31 points)

  • 2014 : Conchita Wurst « Rise Like A Phoenix » (290 points)

Pensez-vous que ces victoires sont méritées? Laquelle préférez-vous?

Mon avis personnel: Qu’Udo Jürgens me pardonne mais je préfère et de loin la chanson de Conchita Wurst. Elle méritait la victoire bien que j’ai été fortement surprise par la prestation néerlandaise qui méritait de gagner aussi mais le charisme et la voix de Conchita ont fait la différence.

 

(10 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Hello au début la première VICTOIRE de l AUTRICHE bof bof, mais j ai vu des reportages concernant Ugo Jurgens
    chapeau, et quand des artistes reprennent la chanson quelle belle surprise, la classe…..

    La deuxième VICTOIRE la aussi j’étais à Copenhague , ouhhhhhhhhh quelle émotion dans la salle un GRAND BRAVO.

    Ca fait du bien de revoir des pays ( ancien si je peux m exprimer ainsi ) qui revienne dans la course chaque année.

  2. Pour moi l’Autriche, C’EST Conchita! Elle est devenu un symbole d’une certaine liberté dans le concours. Liberté toute relative car on aura forcément du mal à voir un jour un artiste drag ou trans représenter des pays comme l’Azerbaïdjan par exemple. Mais au moins, il est question de visibilité, et c’est devenu tellement important de montrer que nous sommes tous différents.
    Je reste encore et toujours frissonnant devant la prestation de 2014, qui est, pour moi, un des moments les plus grands et les plus beaux du concours tout entier!

  3. Franchement, je n’aurais pas classé ces deux titres à la première place, même si je les trouve très bons chacun dans leur genre. Je préférais la chanson irlandaise en 1966 et la proposition russe en 2014. Après, je classe forcément Merci chérie et Rise like a Phoenix très haut, la deuxième étant évidemment l’un des meilleurs proposés par l’Autriche.

    1. Après, c’est amusant – ou pas, c’est selon – que le pays de Kurt Waldheim s’offusque que le Concours se tienne chez Franco… Il faut croire qu’on n’aimait pas les pâles copies des grands maîtres, à l’époque.

  4. Conchita juste magnifique et Autriche magnifique organisation de eurovision….j’ai eu occasion d’aller dans ce pays splendide …. Un rêve revoir césar et nathan en duo et Zoé ….

    • Pascal on 18 septembre 2018 at 19:55
    • Répondre

    Comme Yoann je pense que la victoire de Conchita en 2014 restera un moment marquant du concours. C’est d’ailleurs le seul vainqueur que j’avais choisi sur les cinq derniers.

    • ZIPO on 18 septembre 2018 at 20:19
    • Répondre

    – Je suis mot pour mot 100% d’accord avec le commentaire de Yoann : je n’ai rien à ajouter sur ces points là.

    – Par contre, un petit mot sur la victoire en 1966 : c’était quand même une belle chanson pour son époque et sa victoire n’était pas scandaleuse même s’il y avait mieux.

    – Enfin, dans la décennie  » 2010  » la victoire de Conchita est la seule qui me marquera pour toujours et à moins que 2019 nous offre une victoire d’une chanson exceptionnelle, l’Autriche 2014 aura ma médaille d’or.

    • Nico on 18 septembre 2018 at 20:35
    • Répondre

    Voici un pays qui attendu très longtemps pour récolter sa seconde victoire, il a vécu des galères et il s’était même retiré durant plusieurs années pour mieux revenir. La victoire d’Udo Jurgends était méritée, c’est aussi cette dernière qui a permis à ce bel artiste qui est malheureusement décédé depuis, de faire une très belle carrière dans son pays, en Allemagne et aussi en Suisse, il représentait l’homme, l’amant ou le beau fils idéal pour beaucoup de femmes, Beaucoup de classe et de charisme chez cet artiste qui chantait d’abord avec son coeur.

    Et puis, un véritable coup de théâtre bien des années plus tard, voilà que l’Autriche arrive avec une proposition que peu de pays aurait validés au départ, Pourtant Conchita restera gravée dans les esprits, les mémoires, elle aurait fait le buzz et permis aussi de démocratiser les plus réticents qui criaient au scandale. Sa prestation était magistrale, elle méritait cette victoire, c’était la Reine de la soirée qui est très vite devenue une idole, une icône de la communauté LGBT et pas uniquement, Bravo à l’Autriche d’avoir fait ce choix audacieux et risqué qui était interne, l’ORF peut être fière.

    J’attends une troisième victoire de la part de ce pays qui n’a pas fini de nous surprendre, l’Autriche su renaître de ses cendres et cela devrait aussi servir d’exemple à beaucoup de pays qui baissent les bras.

    • Garfieldd on 18 septembre 2018 at 22:19
    • Répondre

    La victoire de Conchita fait pour moi partie des 3 grands tournants de l’Eurovision :
    1965 – France Gall (ou plutôt Gainsbourg) qui dynamite les codes des chansons sirupeuses habituellement présentées,
    1974 – ABBA qui marque le vrai début de la « mondialisation » musicale,
    2014 – Conchita pour le symbole sociétal résumé lors de la remise du prix par l’inoubliable « we are unstoppable ». Même Dana International en 98 n’aura pas véhiculé un tel message.
    Evidemment au delà du symbole, il y avait la force de la chanson (et de l’interprète) qui reste à ce jour une des préférée voire ma préférée….

    • Taron on 21 septembre 2018 at 15:34
    • Répondre

    Pour moi, « Merci chérie » n’a pas l’étoffe d’une chanson gagnante, même si elle est belle. Mais je n’ai pas encore fait l’année 1966 donc je ne peux pas dire à quelle place je la situerai…
    Mais s’il y a bien une personne qui a l’étoffe d’un gagnant,c’es conchita wurst! Sa force, sa présence, sa performance. C’était époustouflant er conchita restera un symbole et l’un des meilleurs gagnants qu’on ait jamais eu dans l’histoire de l’Eurovision!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :