Lisbonne 2018 : Christer Björkman désigné producteur

Pour la troisième année consécutive, Christer Björkman, chef de la délégation suédoise et directeur du Melodifestivalen, a été désigné producteur du Concours Eurovision. Parmi ses nombreuses responsabilités, il devra déterminer les ordres de passage des concurrents lors des demi-finales et de la finale et aider les 43 délégations à réaliser leur mise en scène.

Christer a confirmé la nouvelle lui-même lors d’une interview avec le président du fan club du Melodifestivalen. Il a insisté sur le fait qu’il ne sera pas, comme l’an dernier, producteur visuel. Celui-ci demeure João Nuno Nogueira. À charge pour lui de concevoir un programme international mettant en valeur la culture et les références portugaises.

Pour rappel, l’an dernier, Christer avait été désigné à la fois producteur visuel et producteur du Concours, suite à la démission d’une partie de l’équipe ukrainienne.

 

(9 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • steven on 26 février 2018 at 11:09
    • Répondre

    Ce serait bien que ce monsieur revienne à l ancienne formule de tirage au sort pour le passage des chansons en finale!!!!!

    1. Si la France est dans les favoris cette année (toujours le cas actuellement) et qu’on tire le numéro 2, on aura de quoi grincer des dents. Ce système, créé « pour mieux rythmer l’ordre de passage » a aussi été fait pour sauver les favoris d’un tirage malchanceux.

    • Pascal on 26 février 2018 at 11:29
    • Répondre

    On a bien fait de lui dérouler le tapis rouge à Destination Eurovision, on aura peut etre un bon ordre de passage !

    C’est quand même un peu dommage de remettre chaque année le concours entre les mains des suédois.

    OK Ils sont experts mais d’autres pourraient aussi bien faire l’affaire et enlever un peu cette idée pregnante que le concours est une affaire suédoise avec eux comme seuls moteurs pour y imposer leurs règles parfois discutables.

      • Charles on 26 février 2018 at 16:08
      • Répondre

      Entièrement d’accord avec toi ! La victoire du Portugal me laissait croire que ce pays pouvait enfin organiser le concours et y laisser son empreinte si particulière. Ce sera sans doute le cas (je l’espère) mais donner trop d’importance n’est pas la meilleure des idées. Je respecte les Suédois et leur vision « eurovisionesque  » mais je trouve que leur « culture » musicale envahi peu à peu tous les pays. Les Suédois ont énormément de pouvoir à l’Eurovision et ils l’utilisent…

  1. Hum, alors bon l’an dernier en Ukraine c’était la débâcle, alors sa venue était justifiée, après tout il fait un bon travail, mais cette année ?

    • marie on 26 février 2018 at 14:30
    • Répondre

    Il a vraiment la main sur tout.
    Je ne sais pas si c’est une bonne chose car pour moi, il y a conflit d’intérêts. Il est le producteur du Melodifestivalen et le chef de la délégation suédoise. Par conséquent, il ne va pas se tirer une balle dans le pied et la Suède, comme d’habitude, aura un bon ordre de passage et comme il n’a pas particulièrement apprécié Mercy, je me demande quel sort il nous réserve. Fort heureusement, Edoardo Grassi a eu l’intelligence de l’inviter comme juré.

    • OMBK on 26 février 2018 at 16:53
    • Répondre

    Si sa nomination peut nous garantir un show à la hauteur de ce à quoi on a pu assister à Stockholm en 2016, alors c’est une bonne nouvelle.

    • Antoine 97 on 26 février 2018 at 17:07
    • Répondre

    Je suis assez étonné. Je pensais que le Portugal avait un problème avec la Suède dans le cadre du concours. C’est vrai quoi, le Portugal a séché les 3 dernières éditions organisées en Suède sans pour autant avoir des raisons ultra valables. Et puis la délégation portugaise et la délégation suédoise c’est un monde de différence. Alors que les Portugais ont toujours aimé faire preuve d’authenticité à travers tout, les Suédois fonctionnent d’une manière plus commerciale. Je suis donc vraiment étonné qu’ils décident (ou acceptent, qui sait?) d’être mené à la baguette par le grand manitou du Nord.
    En plus j’aime pas trop Christer que je trouve faux et presque antipathique. Au moins il fait de l’excellent travaille.

    • Adi025 on 26 février 2018 at 19:26
    • Répondre

    Je ne l’aime pas trop celui-là. Je trouve que les gens lui donnent plus d’importance qu’il ne le mérite vraiment. C’est peut-être un connaisseur de l’Eurovision mais il a pourtant fait un mauvais classement à l’Eurovision quand il représentait la Suède dans les années 1990. En plus, comme il n’a pas été emballé par « Mercy », je redoute le fait qu’il place la France dans la première partie de la finale… J’aurai voulu qu’on laisse le Portugal gérer intégralement le concours étant donné que c’est le pays hôte de l’Eurovision cette année pas la Suède !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :