L’Eurovision en chiffres : épisode 6

Chers lecteurs, ravi de vous retrouver pour notre rendez vous du jeudi, consacré à l’histoire récente du concours à travers certaines statistiques.

Aujourd’hui, il sera question de revenants. Non pas de ceux qui hantent les châteaux écossais mais plutôt de ces artistes qui ont fait plus d’une apparition sur la scène du concours, en excluant les choristes.

Je me suis uniquement intéressé à celles et ceux qui ont fait leur retour lors d’un des dix derniers concours. Ils sont 33, ce sera le chiffre de la semaine.

Par la grâce (et elle n’en manque pas) de Valentina Monetta, ce sont en fait 35 come-back qui ont eté enregistrés depuis 2010.

Sont ils gagnants ? Sans grande surprise, la réponse est NON : 11 artistes (soit 31,42%) ont fait mieux que lors de leur passage précédent, 24 (soit 68,58%) ont obtenu un plus mauvais résultat.

L’explication principale de cet important désamour tient sans doute au fait que les « revenants » sont en général des artistes qui avaient obtenu un bon résultat lors de leur premier passage. Du coup, il est compliqué de rééditer la même performance quelques années plus tard.

Sur les 33 artistes, nous avons même 4 anciens vainqueurs. Celle qui a le mieux limité la casse est Lena, l’allemande a terminé 10 ème lors de son second passage.

Découvrons le top 5 des plus gros gadins :

5 ex æquo Joci Papai et Koit Toome : – 20 places

Le hongrois et l’estonien passent respectivement de la 8ème à la 28eme place et de la 12ème à la 32ème position. La sanction est immédiate, c’est une non-qualification pour chacun.

4 Niamh Kavanagh : – 22 places

Couronnée à domicile à Millstreet en 1993, Niamh a retenté sa chance en 2010. Péniblement qualifiée (9ème de sa demi-finale), elle ne récolta que l’antépénultième rang deux jours plus tard en finale (23ème sur 25).

3 Elitsa et Stoyan : – 24 places

Les bulgares avaient décroché une superbe 5ème place en 2007. S’ensuivit une horrible série de 5 éliminations consécutives pour le pays de Poli Genova. Du coup, le duo magique a eté rappelé à la rescousse en 2013. Mais le miracle ne se reproduisit pas et « Samo shampioni » (rien à voir avec Nabilla) resta bloqué en demi-finale avec la 29ème place au général.

2 Bojan Jovovic : – 25 places

Bojan Jovovic était membre de deux groupes qui ont foulé la scène de l’Eurovision. On a pu le voir d’abord en 2006 pour le compte de la Serbie Monténégro au sein des No Name avec une 7ème place à l’arrivée. Puis, avec moins de succès, pour le compte du Monténégro et des Highway en 2016 avec une élimination en demi-finale et la 32ème place totale. Bojan Jovovic a depuis quitté le groupe. Peut être le verra t on une troisième fois ?

1 Dana International : – 34 places

La chute fut brutale pour la star israélienne, éliminée largement en demi-finale avec « Ding dong» en 2011, 13 ans après sa victoire historique en 1998.

Ne restons pas sur des désillusions et découvrons le top 5 des progressions.

5 Nevena Bozovic : + 10 places

Curieusement 3 artistes du cru 2019 figurent dans ce top 5. Ils avaient tous loupé la finale lors de leur premier passage, souvent de peu. Nevena avait candidaté avec les Moje 3 en 2013 et leur prestation est restée mythique, surtout pour leurs tenues. 28 ème à l’époque, la blonde Nevena s’est classée 18ème en mai dernier.

4 Serhat : + 11 places

L’icône san marinaise a réalisé le hold-up que peu pressentaient : passer en finale avec « Say na na na », 19 ème en 2019. En 2016, il avait échoué, terminant 30ème.

2 Ex æquo : Tamara Todevska et SunStroke Project : + 19 places

Pour la nord macédonienne et les moldaves, la joie semblait intense lors de leur second passage. Le trio de Chisinau est même monté sur le podium de l’édition 2017.

1 Poli Genova : + 25 places

La gagnante toutes catégories des retours gagnants. Pour la plus grande joie de la plupart des eurofans, séduits par la gentillesse et le sourire de la Bulgare, passée de la 29 ème à la 4 ème place.

Parmi tous les revenants au concours, deux n’ont jamais eu la joie de passer en finale : saurez vous deviner de qui il s’agit ?

Bon, la question est difficile je le reconnais….

Il s’agit d’Omar Naber et de Laura Poldvere. Les deux artistes ont curieusement participé aux deux mêmes éditions, 2005 et 2017. Et, encore plus improbable, ces deux concours se sont déroulés au même endroit, à Kiev en Ukraine.

Le slovène s’était classé 12ème de la méga demi-finale et avait frolé la qualification en 2005. Pour l’estonienne Laura, membre à l’époque du girl’s band Suntribe ca avait été plus compliqué avec la 20ème place. Douze ans plus tard, Omar et Laura n’avaient fini que 17ème et 14ème de leur série, avec « On my way » et « Verona »

Petit sondage pour terminer :

Il me reste à vous remercier pour votre fidélité et à vous donner rendez vous jeudi prochain.

(13 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Il est clair que revenir au Concours n’est pas une promesse de réussite. Pour des Corry Brokken, Udo Jürgens, Vicky Leandros, Johnny Logan, Carola ou Dima Bilan qui ont enfin décroché la victoire tant convoitée, combien se sont tragiquement crashés… En particulier, Dana International et son Ding Dong (et non Tick Tock, titre proposé par l’Ukraine en 2014). Après, revivre des moments de partage avec d’autres artistes doit être très agréable, et je ne pense pas qu’aucun d’entre eux ait regretté sa deuxième tentative.

    1. Je viens de corriger ma boulette.. je devais être encore tourneboulé pat la mise en scène de l’ukrainienne. Merci Francis.

    2. Johnny Logan est le seul qui ne s’est pas crashés des revenants ou qui n’est pas revenu au concours parce qu’il n’avait pas gagné à sa première participation. D’ailleurs, c’est le seul artiste qui ne sait pas ce que c’est de perdre à l’Eurovision. Il a participé 3 fois ( 1x chanteur, 1x chanteur auteur compositeur et 1x auteur compositeur) et il a gagné 3 fois donc pour moi il est hors des categories présentées par Pascal

      1. Ah si, la chanson qu’il a écrite pour Linda Martin en 1984 est arrivée deuxième. Donc, lui aussi est parvenu à ne pas gagner LOL

        1. C’est vrai, j’avais oublié 1984 mais il ne l’a pas fait en tant que johnny logan mais en tant que sean sherrard qui d’ailleurs est son vrai nom.
          Son palmarès est quand même impressionnant car sa pire place est 2e. J’achète !!!
          Mais en tant que représentant de son pays, il n’a pas perdu comme bilan, brokken et les autres que tu as cité. C’est pour cette raison que je considére qu’il est à part. Il est surnommé Mr Eurovision, ce n’est pas pour rien . Tu auras compris que perso, c’est un de mes artistes préférés du concours.
          Merci Francis pour cette précision que j’avais oublié.

          1. Je sais que je vais te faire de la peine, Marie. Mais Johnny Logan a été éliminé en sélection nationale pour l’Eurovision en 1979 :'(

            • marie on 12 juillet 2019 at 20:55

            En fait je ne suis pas beaucoup de sélections nationales car je n’ai pas suffisamment de temps. Donc c’est une nouvelle pour moi même si elle date…lol…
            Non, ça ne m’attriste pas. Les irlandais ont su reconnaître leur erreur et l’ont choisi l’année d’après
            Ce n’est sûrement pas le meilleur chanteur du concours,il n’a sûrement pas les meilleures chansons mais pour moi, il a quelque chose dans son interprétation et dans ce qu’il est qui me touche.

    • rem_coconuts on 11 juillet 2019 at 09:14
    • Répondre

    Si ce n’est pas avec un meilleur titre que la première fois et la possibilité de faire un meilleur classement (au demeurant imprévisible), est-ce que ça vaut le coup de revenir? Je me pose sincèrement la question. Quand on a connu qui plus est la ferveur d’une victoire ou d’un bon classement, est-ce que le jeu du retour en vaut la chandelle pour un classement probablement inférieur? De mon point de vue, je ne vois pas forcément l’intérêt de revenir avec une moins bonne chanson que la première fois (Joci Papai par ex), sachant que des néo-candidats potentiels en avaient de meilleures en finale nationale. Et revenir pour revenir me laisse perplexe. Autant Poli Genova et Tamara Todevska sont revenues pour le meilleur, avec des titres solides et des prestations plus fortes qui leur ont valu de monter dans le classement (on peut y inclure SunStroke Project, même si pour la solidité du titre je reste encore dubitatif :D), autant pour des légendes comme Niamh Kavanagh, Dana International, Ira Losco ou Chiara (quoique j’adore What If We personnellement). Autant quand tu fais un mauvais classement ou que tu es sorti en DF, tu n’as rien à perdre à une seconde, voire troisième participation, autant quand tu as atteint les sommets, plus dure est la chute à mon sens. Après, c’est une question de point de vue au fond: si l’artiste est prêt à accepter de faire moins bien que la première fois, tant mieux pour lui, je sais que personnellement, ça me serait difficile à avaler^^

  2. Fasciné depuis deux ans par la coïncidence statistique Omar/Laura… Voilà voilà…

    1. Oui c’est fou…Kiev 2029 pour Omar et Laura ?

  3. – Je vais faire un résumé du fond de ma pensée sur ce thème : si l’artiste ne s’est pas qualifié à sa première participation pour la finale où qu’il a fait un résultat médiocre, je pense qu’il peut retenter sa chance ( n’est-ce pas Serhat ? 😆 ). S’il a fini dans le TOP 5 pourquoi pas également tenter la victoire si la chanson est meilleure.

    – Par contre un vainqueur ne doit, selon moi, jamais retenter sa chance : il doit rester sur sa bonne impression de la victoire qui reste éternelle ( c’était le cas d’Alexander Rybak en particulier )

    1. Je pense comme toi. Et quand j’entends que Mans Zelmerlow a envie de postuler à nouveau au Melodifestivalen, je me dis qu’il n’a rien à y gagner et risque de salir sa légende.

      1. – Surtout que le Melodifestivalen n’est pas une petite étape en franchir ! C’est une des sélection les plus ardue ! L’exemple récent de Loreen devrait le faire réfléchir…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :