L’été, terre étrangère… Quatrième page…

De retour, après quelques jours d’absence pour la suite de ce qui fut mon été, passé mail-istiquement avec notre cher Eurovista.

Je profite de ce petit encart pour vous dire que je suis peu présent sur le blog depuis quelque temps et je m’en excuse. Je vois l’effervescence autour de la sélection française par nos chers chroniqueurs chouchous, et je sens que la Saison est sur le retour… Mais j’ai l’esprit ailleurs…

BON VIN ET BAGUETTE FRAÎCHE

AAAAAH l’Azerbaïdjan… 2012 ! Une année qui va marquer encore longtemps le Concours, je crois ! Déjà par le fait que c’est Bakou qui organisait, cette année-là ! Ils ont voulu en mettre plein les yeux des Européens, essayant surtout de nous aveugler avec des paillettes pour cacher les turpitudes gouvernementales sur bien des domaines (sociaux, politiques, économiques…). 

YOANN B. : Mais 2012 c’est aussi et surtout une année qui a marqué les fans de par les propositions de beaucoup de pays ! Déjà, c’est l’année de Loreen, déesse incontestée de la fanosphère ! C’est la naissance de ce que beaucoup considère comme LE tube de l’Eurovision, toutes années confondues… Mais c’est aussi l’année qui a vu des chansons très fortes : « Suus », « Quedate Conmigo », « Nije Ljubav Stvar », « Love Me Back » (très attendu par le public sur place !)… Dans les différentes interviews de fans sur le blog, c’est en tous cas 2012 (et 2014) qui fait l’unanimité… 

Du coup, j’ai envie de te poser la question : pour toi, quel est le meilleur cru Eurovision que tu aies eu à voir ? Bien évidemment, je vais te demander pourquoi ce choix…

EUROVISTA : Comme je te l’ai déjà dit, je ne me tourne pas souvent vers le passé. Un concours terminé est terminé pour moi. Donc, j’ai un peu de mal à répondre à cette question.  A bien y réfléchir, je crois que l’année 2003 me laisse un bon souvenir, avec des chansons très variées et pour beaucoup, modernes. De la chanson gagnante à celle des tATu, il y avait de très bon morceaux. Et puis, ce suspense avec la Belgique et ses deux points d’écart… Bref, je garde un bon souvenir de ce concours, organisé par une télévision pas très riche, mais qui a su faire un beau spectacle.

Niveau organisation, mon concours préféré est celui de 2016 à Stockholm. Moderne, rythmé, avec d’excellents présentateurs, de bonnes chansons, Amir, Justin Timberlake. C’était un concours de ouf !! Dommage que le résultat final m’ait un peu refroidi, sinon c’était parfait.

Je me permet de te poser une autre question, qui va surement te faire beaucoup plus parler… Je voudrais soulever avec toi la participation française dans ce Concours. Connaitre ton ressenti sur le passé, le présent de la France à l’Eurovision. On a parlé d’Amina, mais y a-t-il eu d’autres années où tu partais confiant pour la France (et finalement non…) ? Le pays semble enfin se sortir un peu les doigts du c*l (^^) ces deux dernières années, comment vois-tu ça ? Quels espoirs t’inspirent 2016 et 2017 pour la suite ?

Comment je vois l’avenir de la France à l’Eurovision après 2016 et 2017 ? Tout va dépendre de France 2. Si la chaîne conserve son équipe, avec à sa tête Edoardo Grassi, je pense que notre pays a de fortes chances de bien se classer les prochaines années, voire peut-être de gagner. Quand on a une équipe qui s’y connait, qui sait ce qu’est l’Eurovision, comment cela fonctionne, qui sait ce qui peut plaire aux téléspectateurs et juges, et qui se donne les moyens d’envoyer la chanson qu’il faut, alors je ne me fais pas de souci pour la France.

Si au contraire, on change d’équipe et qu’arrivent au sein de l’organisation française des personnes qui ne connaissent rien au Concours ou qui – pire – pensent qu’il est toujours aussi ringard qu’avant, on risque d’aller au-devant d’une grosse catastrophe.

Pour 2018, il y aura une sélection télévisée (sauf si la chaîne change d’avis). Je suis optimiste quant à l’issue de cette sélection si c’est la même équipe que celle de 2016 et 2017 qui est en charge de l’organisation. Je sais que notre équipe actuelle prend très au sérieux ce Concours. J’en veux pour preuve la décision très à l’avance d’organiser une sélection. Quand on pense déjà en juin à la sélection du prochain candidat français alors qu’onze mois nous séparent de l’événement, c’est qu’il y a forcément une volonté de bien faire.

Il m’est arrivé à deux reprises de penser que la France allait gagner. La première fois c’était en 2001. Natasha St-Pier était la chouchoute des fans et de la presse, j’étais persuadé qu’avec sa chanson, sa voix et l’émotion qu’elle dégageait, elle allait gagner. C’est une vraie tueuse sur scène ! Je n’ai pas pensé une seconde à une victoire de l’Estonie. Et pourtant, avec le recul, même si « Everybody » n’est pas la chanson du siècle, elle possède une mélodie très attirante, c’est une chanson très festive et j’ai fini par comprendre les téléspectateurs qui ont voté pour elle.

La deuxième fois où j’ai pensé que la France pouvait gagner, c’était en 2011, pour la simple raison que les bookmakers voyaient ce cher Amaury tenir le trophée. 


LE CLUB DES 5

Aujourd’hui, on parle Big Five

Ça m’étonne encore beaucoup aujourd’hui que cette catégorie de « gros payeurs » existe encore. Ou en tout cas, qu’elle n’ait pas évolué, avec toujours ces 5 pays qui ne sont pas les plus dynamiques dans le Concours (On aura beau dire, mais Russie et la Suède par exemple, ont vraiment la niak, contrairement au Royaume Uni ou à l’Espagne…). Je voulais avoir ton ressenti par rapport à ce système qui, quelque part favorise tout autant qu’il dessert les pays du Big Five. Est-ce que tu crois que ça pourrait être voué à disparaître ? Y a-t-il eu des envie de changement de la part de l’UER vis à vis de ces pays ?

Etant donné que je fais partie d’un pays du Big5, je ne vais peut-être pas être très objectif. Bien sûr, je suis content que la France puisse être tous les ans en finale. C’est un stress en moins. J’imagine les fans des autres pays qui, eux, ne sont pas sûrs d’aller chanter le samedi soir. En fait, je n’arrive même pas à me mettre à la place d’un fan belge ou suisse, ce qu’ils ressentent le soir des demi-finales, quand leur pays n’est pas appelé en fin d’émission. Ce doit être très dur, en particulier si leur chanson méritait une place en finale.

Alors, pour être plus objectif, je vais me mettre du côté de l’UER, qui a instauré cette règle du Big5. Je me rappelle qu’à une certaine époque (je parle des années 90), les frais de participation étaient établis en fonction du nombre de chaînes de télévision et de radios publiques du pays. Plus un pays avait de réseaux publics, plus il payait. Aujourd’hui, je ne suis pas sûr que cette règle s’applique encore, et l’UER – comme les chaînes de télé participantes – est très très discrète sur le sujet.

Je sais qu’en 1996, l’absence de l’Allemagne a créé un cruel manque à gagner pour l’organisme européen. Il faut dire que l’UER n’est pas une association bénévole. Il faut aussi, comme toute entreprise, que ça puisse leur rapporter de l’argent, et c’est normal.

Donc, si 5 pays d’Europe payent beaucoup plus chers leurs droits de participation, il est normal qu’ils obtiennent un accès automatique à la grande finale.

Sinon, tous les pays devraient payer le même tarif d’entrée, ce qui ne pourrait pas être possible car cela diminuerait les frais des pays « riches » et augmenterait considérablement les frais des pays qui ont des budgets réduits. Et alors on verrait une hécatombe de pays déclarant forfait. On aurait un concours à 20 pays, pas plus. 

Par conséquent, les 5 bigs, en payant davantage, permettent aux pays moins « riches » de participer à un tarif abordable pour eux. En résumé, la Moldavie, l’Albanie et tous les pays dont la télévision a un petit budget peuvent participer au Concours Eurovision grâce à l’existence du Big5.

En conclusion, je pense que le Big5 est légitime et qu’il restera encore longtemps en place. Il ne faut pas prendre cela comme un passe-droit, c’est simplement une question d’équilibre de budget.

Après, il est vrai que j’aimerais un peu plus de clarté de la part de l’UER sur les frais de participation. J’aimerais connaître exactement le montant des frais de participation des TOUS les pays, pour plus de transparence, et pour voir si ce que je viens de dire s’avère exact. Car finalement je n’ai pas les chiffres en main.

A SUIVRE…

Et vous ? Que pensez vous du Big5 ? Utile ? Nécessaire ? Passe-droit ? Et la France, on l’aime dans ce Concours ou pas ? Dites-nous tout !

(22 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • marie on 24 novembre 2017 at 21:08
    • Répondre

    Il me semble que les frais de participation pour le Big 5 est calculé par rapport à sa population ou quelque chose de ce genre. L’Allemagne est le pays qui paie les frais de participation les plus élevés, ça , j’en suis sûre. Il me semble avoir lu quelque part que la France payait presque 500 000 euros ce qui n’est pas cher pour France 2 dont les programmes variétés coûtent beaucoup plus cher.
    L’Espagne a payé 336 000 euros en 2015 pour participer, c’est sûr aussi , TVE a été obligé de le publier ( le tribunal l’ayant obligé suite à la demande d’un parti de dire ce que ça coûtait puisque c’est de l’argent public dépensé).
    Attention , tous les pays les plus peuplés ne peuvent pas bénéficier du statut de Big 5 comme la Russie par exemple, il faut faire partie du panel historique et la Russie , par exemple, a participé bien plus tard que les pays occidentaux.

    Perso, je pense que faire partie du Big 5 n’est pas un avantage , c’est plutôt un inconvénient car depuis l’instauration de ce système, seule l’Allemagne a gagné une fois. C’est difficile de gagner en tant que BIg 5 mais ce n’est pas impossible , il suffit d’un interprète charismatique et évidemment d’une bonne chanson.
    Le Big 5 sert aussi à s’assurer d’un certain nombre de téléspectateurs car ce n’est pas Saint-Marin qui crée l’Audimat par exemple.
    Presque 5 millions de français regardent l’eurovision cela représente 100% de la population albanaise et slovène réunies: tout le monde sans exception dans ces deux pays regarderaient l’eurovision, vous vous imaginez!
    Ce n’est pas uniquement ces 5 millions de téléspectateurs français qui comptent , c’est aussi la possibilité d’avoir encore plus de français qui regardent puisque la population est de 67 millions. Imaginez-vous que la France gagne, à votre avis combien de français regarderaient l’eurovision à la télé? Beaucoup , beaucoup plus !
    c’est pour cela que l’UER ne peut pas se permettre de perdre un pays du Big 5, elle a mis plus de 10 ans à faire revenir l’Italie!
    C’est vrai , je suis comme Eurovista , je ne sais pas ce que c’est d’accéder en finale puis que je fais « partie » du Big 5 mais je suppose que Pauly et Nico par exemple doivent se ronger les ongles…. Pauly doit sauter de joie quand la Belgique accède en finale car en ce moment elle assure très bien au concours par contre Nico doit être déçu et triste et peut être aussi dégoûté que son pays qui regorge de tant de talents n’arrive pas à aller en finale!
    C’est ainsi , c’est l’eurovision!

    1. Il est normal que les pays du Big5 gagnent peu souvent le Concours. Ils sont en très petit nombre. Il ne faut pas oublier qu’il y a six pays finaliste d’office sur une quarantaine de pays par an. Si par exemple tu fais un tirage au sort des quarante pays, tu auras plus de chance de tirer un pays non finaliste qu’un pays finaliste. C’est pareil pour une victoire. Par exemple, pour 2018, on sera 44 pays. Tu auras 38 chances sur 44 d’avoir un demi-finaliste gagnant et seulement 6 chances sur 44 d’avoir un finaliste gagnant. C’est mathématique.
      Or, si j’ai bien compté, depuis l’introduction des deux demi-finales, on a eu 7 pays finalistes d’office qui se sont retrouvés dans le top 5 et beaucoup plus dans le top 10. On peut dire que c’est une belle proportion.
      Pour ma part, je pense que tout se joue le samedi soir. Et si l’on avait laissé le choix au téléspectateurs seuls, nous aurions eu 2 victoires d’un big en 10 ans (avec l’Italie en 2015). C’est déjà beaucoup.

    • KRIS.B on 24 novembre 2017 at 22:57
    • Répondre

    En France, c’est la Cour des Comptes qui contrôle la gestion de l’audiovisuel public comme toute entreprise publique ou sous contrat public. Les rapports sont consultables. Es-tu sur Marie qu’un prime de variété sur le service public coute beaucoup plus cher que l’Eurovision ? Pas sûr, le « Grand cabaret » c’est environ 600000€ par exemple. Où j’ai un peu peur, c’est que cette année l’Eurovision va coûter bien plus à France 2 avec « Destination Eurovision ». J’ose espérer que la grande patronne de FT ne fera pas de ces émissions spéciales, des primes au rabais. Elle a déjà fait des coupes budgétaires et supprimé des émissions à certains animateurs, je ne pense pas que c’est pour faire plaisir aux fans de l’Eurovision avec des émissions de folie…

    1. Nathalie André avait dit que l’Eurovision coûtait pour la France la même chose que la production d’une émission de divertissement du samedi soir. Je pense qu’elle ne parlait pas que des frais de participation, mais de l’ensemble (voyage, hôtels, resto etc).

      Quant aux coupes budgétaires ça me fait un peu peur. 50 millions d’euros à économiser, ce n’est pas rien. Mais d’un autre côté, je pense que le budget de Destination Eurovision est bouclé. Je suis pessimiste pour les prochaines années. Si France Télévisions doit se serrer la ceinture, ça veut dire qu’elle ne voudra pas envoyer une chanson capable de gagner. On n’économise pas 50 millions d’Euros si on doit en dépenser plus de la moitié à organiser l’Eurovision.

        • KaYan on 25 novembre 2017 at 00:01
        • Répondre

        Malheureusement il y a bcp de gaspillage sur France Télévisions et les programmes plutôt médiocres d’où la volonté de réduire les budgets d’une façon générale ce qui me semble plutôt positif même si cela doit avoir des répercussions sur l’Eurovision

        • marie on 25 novembre 2017 at 08:26
        • Répondre

        Vous pensez programme concernant les économies réalisées mais ça va se faire aussi sur la réduction du personnel. France télévisions est une administration lourde avec beaucoup de personnel.

          • KaYan on 25 novembre 2017 at 12:25
          • Répondre

          Oui et il y a trop de personnel d’une façon générale dans les établissements publics c’est une réalité c’est triste mais nos impôts doivent être mieux utilisés. La programmation globale de France Télévisions me semble assez médiocre. C’est pour cela que je ne regarde quasiment jamais la télévision sauf quelques trucs en replay et pourtant je paie une taxe télé à 100%. Bref tout ça pour dire que FT doit sérieusement é réorganiser etre plus inventif dans ces programmes sans que forcément cela coûte des prix énormes. Franchement les coût de fonctionnement de FT sont juste vertigineux.

      • marie on 25 novembre 2017 at 08:38
      • Répondre

      Oui Kris B, c’est Nathalie André en personne qui l’a dit que ça coûtait dans les 500 000 euros.

      Et si la France gagnait, ne vous inquiétez pas, Macron donnera une rallonge à Ernotte pour accueillir l’eurovision comme il se doit comme il va le faire pour les jeux olympiques en 2024, la coupe du monde de rugby en 2023 et peut être qu’on aura aussi l’exposition universelle, en tout cas Paris est en lice. Il ne manque plus qu’à la France l’eurovision!

    • KaYan on 24 novembre 2017 at 23:52
    • Répondre

    Je suis vraiment pour la suppression définitive de ce principe de big5 le simple fait que parce que 5 pays paient plus que les autres donnent des droits de participer systématiquement à la finale me semble une idée complètement dépassée en 2017 et tant pis si la France est éliminée en demi.

      • marie on 25 novembre 2017 at 08:20
      • Répondre

      Qui paiera pour que l’eurovision continue à exister?
      C’est comme l’union européenne, s’il n’y avait pas l’Allemagne et la France, il n’y aurait plus d’Europe.

      Est ce que toi perso, tu aimerais payer plus cher et avoir juste le même service que les autres qui ont payé moins cher? 🙂 🙂 🙂

        • KaYan on 25 novembre 2017 at 12:18
        • Répondre

        Déjà comparer l’europe et l’Eurovision me semble déplacé 🙂 je suis convaincu qu’il existe des moyens autres pour garantir le budget global et arrêter ce principe du big 5. Certains pays comme la Russie l’Azerbaijan par exemple ont les moyens d’augmenter leurs contributions financières. Le temps où la France et le UK étaient riches est terminé. Nos économies ne peuvent plus continuer à supporter des coûts aussi exorbitants pour des choses aussi « futiles » nous ne sommes plus en 1980. Les temps ont changé.

        1. Il ne faut pas oublier une chose : France Télévisions n’investira pas un kopek sur le Concours si elle n’est pas en finale. Et déjà la BBC a dit que si le big venait à disparaitre : bye bye le Royaume-Uni.

          En France, on a une approche différente de l’Eurovision. On a déjà du mal à trouver un public fidèle, alors pense-voir, un Concours Eurovision sans la France en Finale, France 2 ne le diffusera pas, c’est certain. Ils trouveront un terrain d’entente avec l’UER pour diffuser l’émission sur France 4 . Et si la France loupe plusieurs finales, FT arrêtera la compétition. C’est en tout cas le scénario qui me vient à l’esprit.

            • KaYan on 25 novembre 2017 at 18:28

            Le moment de vérité va de toutes les façons arriver très vite avec la sélection nationale « Destination Eurovision ». Si l’audimat est mauvais, que le ou la gagnante est médiocre et que ça se traduit par un classement à Lisbonne dans les profondeurs il ne faudra pas s’attendre à ce que FT continue à investir dans l’Eurovision et cela me semblera normal. Nous ne pourrons plus continuer à gaspiller l’argent du contribuable pour finir dans les derniers.

            • marie on 25 novembre 2017 at 20:15

            Pas d’accord Kayan 🙂
            Tu veux investir là ou on gagne uniquement. Si on part de ce principe là, on ne fait que les compétitions ou on est sûr de bien figurer. L’argent du contribuable est partout dans les compétitions sportives , dans divers organismes etc… L’important c’est d’y participer, si on peut gagner ou bien figurer, tant mieux mais il faut accepter le principe que quand on investit de l’argent quelque part , on n’est pas sûr que ça rapporte. L’essentiel , c’est de montrer qu’on existe , qu’on fait partie d’un tout. Imagine toi, car si on suit ton raisonnement, le Portugal aurait laissé tombé depuis des lustres car l’argent du contribuable était dépensé pour même pas accéder en finale!
            Mais je suis d’accord sur le fait qu’il ne faut pas faire n’importe quoi avec l’argent du contribuable mais de là à se priver de beaucoup de choses parce qu’on n’est pas bon partout, il y a un gouffre! 🙂 🙂 🙂

          • marie on 25 novembre 2017 at 20:25
          • Répondre

          Au contraire, ce n’est pas déplacé, c’est juste une comparaison: si le big 5 ne participe plus , l’eurovision ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui et à force elle n’existerait plus au fil des ans. Je te signale qu’à part la Turquie , tous les autres pays sont d’accord pour que ce système existe donc c’est qu’ils y voient un intérêt.
          Je te signale que quand même la France est la cinquième puissance mondiale. Essaie d’expliquer aux slovènes, aux albanais , aux roumains, aux polonais, aux croates etc… que la France n’a pas les moyens. Ils vont te regarder avec des grands yeux .Ils sont encore plus pauvres que nous!

            • KaYan on 25 novembre 2017 at 21:07

            Tu sais Marie je suis passionné de politiques publiques depuis longtemps et je travaille actuellement dans une structure publique rattachée au Ministère de l’Economie de Bercy donc je vois tous les jours le fonctionnement d’une telle structure. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y a beaucoup de rationalisation à faire. Depuis l’élection D’EM nous avons des réductions de dotations publiques comme jamais vues auparavant. Je peux donc imaginer assez facilement ce qui est en train de se passer chez FT et si Destination Eurovision est un échec ils devront rendre des comptes et faire des arbitrages. Je le répète nous ne pouvons plus fonctionner comme ces 40 dernières années et EM l’a compris. Si DE est un échec d’un point de vue audimat et d’un point artistique je suis convaincu que la France n’investira plus dans l’eurovision et je serai le premier à valider ce choix. Je préfère que les centaines de millions économisés aillent au soutien de jeunes artistes français dans d’autres domaines où nous avons une plus grande valeur ajoutée (cinema, animations, danse contemporaine…).
            Je respecte bien entendu ton point de vue.
            Bien à toi,
            🙂

            • marie on 25 novembre 2017 at 22:21

            C’est toujours un plaisir de discuter avec toi 🙂

    • Mimi2 on 25 novembre 2017 at 20:28
    • Répondre

    Je me souviens la première fois où l’on m’a expliqué le principe du Big 5 et ses avantages j’ai trouvé ça très injuste. Il faut dire que j’ai le tempérament à avoir l’estomac retourné quand je suis témoin d’injustice.

    Et puis avec le recul, je trouve ça juste dans le sens où quelques pays permettent que l’événement perdure.

    Si chaque année, un pays du Big 5 l’emportait, je crois que mon intérêt dégringolerait alors ce privilège d’échapper aux demi-finales ce n’est vraiment rien. Bien sûr quand le Big 5 présente des chansons d’ merde, les autres pays doivent se dire que c’est un accès loupé pour eux, je sais bien.

    Ce qui serait encore mieux, à mon sens et c’est très personnel, ce serait que le Big 5 continue de cracher au bassinet en subissant l’épreuve des demi-finales, ce serait une belle humilité, vous savez comme ces artistes qui s’investissent dans l’humanitaire sans le crier sur tous les toits, sans qu’on ne le sache 😉

      • marie on 25 novembre 2017 at 20:38
      • Répondre

      Je suis d’accord avec toi Mimi2 mais ce monde là n’existe pas malheureusement.

      • KaYan on 25 novembre 2017 at 21:15
      • Répondre

      Et puis quoi encore si on paie au moins que cela serve à quelquechose…
      Ta philanthropie est admirable mais moi je préférerais que l’on réduise le budget de l’eurovision et que les économies obtenues servent à financer un programme en faveur de personnes en difficulté par exemple.

    • Pascal on 26 novembre 2017 at 11:18
    • Répondre

    Je comprends l’interet pour chacun du big 5 mais je trouve que dans l’optique d’une victoire c’est pénalisant d’en faire partie…Moins d’expositions au public avec l’absence presque totale en demi, et ce sentiment d’ètre des priviligiés que certains votants ne nous pardonnent pas…

    Mais sans big 5, ce serait la fin du Concours à 42 et le retrait de certains pays très emblématiques.

  1. Je me rends compte que j’ai été un très mauvais élève ces derniers temps… En remontant dans le passé, je tombe sur une interview de mon Pascalou, et je me rends compte que j’ai loupé quatre volets de l’interview-fleuve du « Dieu du blog » !
    En tout cas, très content de lire cette interview où je retrouve toute la générosité de celui qui est un peu comme mon grand frère d’internet ! 😉
    Hâte de lire le cinquième tome alors ! 🙂

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :