Sep 14

Les Moustaches 2017 (Part 11)

Pour les détracteurs, l’Eurovision est un gala d’artistes en quête de reconnaissance et aux chansons peu profondes qui cherchent désespérément un peu de lumière. C’est pas très-ment gentil, ça !!! Mais bon, avouons que parfois, les auteurs ne sont pas très inspirés et exigeants et que ce qui prime le plus, quand on voit certains artistes, c’est le rythme et la teneur commerciale du titre, au détriment de paroles qui ont du sens.

L’histoire du Concours est ponctué d’innombrables poncifs dans les textes (« la guerre, c’est mal », « je t’aime à m’en déchirer le cœur »),  de propos houleux d’actualité (coucou, Jamala) ou de paroles profondément débiles… Et tous les ans, nous avons droit à une petite blague, un pays qui veut ne pas se prendre au sérieux en proposant un titre complètement décalé et parfois ça marche !! (Hard Rock Halleluiah ! hum hum…)

On passera sur les paroles des artistes comme Verka Serduchka ou Dustin the Turkey qui n’étaient clairement que des gags (même si à gratter, Verka a réussi à faire passer son message). On oubliera aussi que « l’alcool est gratuit » selon la Grèce en 2013 ou que la France a voulu faire bouger l’assemblée « pour se laisser aller au rythme de l’année » en 2010. Mais on gardera quand même en tête et dans les cœurs des paroles qui peuvent paraître un peu légères mais qui nous sont désormais chères. Car oui, c’est vrai « on a tous un banc, un arbre ou une rue où l’on a bercé nos rêves »…

Revenons ensemble sur les textes des artistes de 2017 qui, traduites, vous feront sinon sourire, du moins de la peine…

 

LES NOMINES SONT :

 

DEMY – This is Love

VALENTINA MONETTA & JIMMIE WILSON – The Spirit of the Night

SVALA – Paper

SLAVKO – Space

TRIANA PARK – Line

MANEL NAVARRO – Do it for your lover

NORMA JOHN – Blackbird

SLAVKO !

 

La bombasse à la natte et à l’ego surdimensionné, se déclarant être lui-même l’Art, est venu sur scène, avec une chanson aux paroles quelques peu… dérangeantes… Ça ajouté à la choré, à la jupe, à la danse… Quelque part, il a raison, c’est une véritable performance artistique (sexy et osée)… A chacun de voir si c’est un chef d’oeuvre ou non… Je vous laisse avec la traduction du texte en entier… Bon avouons, le texte perd beaucoup à la traduction. Mais vous aurez bien entendu reconnu noooombre de métaphores phalliques et autre corps à corps (on a joué sur les mêmes accords…). Reconnaissons que le texte, même osé, est tout de même bien écrit et poétique.

Les draps sont recouverts de plumes (romantiiiiique)
Des rêves mouillés, des cauchemars sauvages, je me rends
Entre en moi, par l'intérieur (sic !!!)
Nous pouvons ne faire qu'un, dans le péché

Le vaisseau spatial est prêt à souffler (souffler ou éructer...)
Ivre d'amour je vais exploser (éructer donc !)
Sois ma Bonnie, nous allons nous mélanger, je deviendrais Clyde
Explorons cette galaxie d'étoiles
Explorons cette galaxie d'étoiles

J'ai mis mon costume, pas besoin de s'inquiéter (il parle d'une capote ??)
Donne-moi ton corps, écrivons l'histoire
Le langage de nos corps
Fusée dans les étoiles

Montre-moi ton super pouvoir,
Je suis Venus et Mars en même temps
Je te protégerai si tu viens à ma façon
Passons par la voie lactée

Nous nous élevons
Nous nous élevons
Nous nous élevons
Dans l'espace, nous pouvons être comme un seul

 

(12 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • pascal on 15 septembre 2017 at 00:36
    • Répondre

    c’est le drame des chansons en anglais, on est plus susceptible de comprendre les paroles !!!

    Le compositeur de « Space » a multiplié les metaphores coquines, c’est encore plus grivois que certains commentaires de Zipo (lol)…

    Moi j aurai donné la moustache à la madonne des pediluves, Demy !

    « Is this love » est gratiné et encore elle a enlevé le passage sur la pluie qui tombe du ciel !

      • ZIPO on 15 septembre 2017 at 00:42
      • Répondre

      – Tiens donc : je ne savais pas que j’avais cette réputation là…:lol: Pourvu que mes élèves ne le sachent jamais ! J’espère que je reste tout de même correct : je n’emploie jamais de mots vulgaires…

        • pascal on 15 septembre 2017 at 08:08
        • Répondre

        non, pas de mauvaise reputation , ne t inquietes pas ! j’ai juste remarqué plusieurs commentaires où tu menaçais Sakis en particulier de chatiments corporels (au sujet de ses recettes)…mais mon post est comme les Moustaches, à prendre au 1 000 eme degré !

        1. Lol mais je vais en discuté avec Zipo lol j’été pas au courant de tout cela mon cher pascal lol

    • ZIPO on 15 septembre 2017 at 00:39
    • Répondre

    – A la vue des autres textes traduits, aucun doute, Slavko mérite amplement la palme et donc cette moustache des paroles de l’année du moins des paroles les plus polémiques, mais au moins elles ont un sens, contrairement à d’autres qui répètent des paroles pour ne rien dire…

    – En plus, sa chanson peut-être interprétée à plusieurs niveaux, mais pour dire la vérité, celle que tu proposes est édulcorée, car si on va au plus profond du texte ( et oui, même moi je m’y mets ! ), c’est très explicite….

  1. S’il parle vraiment d’une capote en disant « I have my suit on », il se protège c’est déjà ça xD il promeut le safe-sex

    • Juju on 15 septembre 2017 at 10:19
    • Répondre

    Il a joué la carte de la provoc’ à fond et ça n’a pas marché… de toute façon les chansons provocatrices (ou revendicatrices comme l’amélioration de la société, l’écologie ou les moeurs sexuelles) ne marchent pas généralement au concours…

    Vu le personnage, je suis étonné qu’il n’y ait pas de paroles trash genre « refais moi le crépi bébé » ou « bouche ouverte j’attends ton philtre d’amour »… tant qu’à faire dans la grivoiserie sordide allons-y gaiement…

    Soulignons au vu des paroles que l’homosexualité serait encore vue comme un pêché au Monténégro (comme un peu trop partout dans le monde hélas) et ça c’est moche… 🙁 car comme aurait dû le chanter Dani à Brighton en 1974 « Y a pas de mal à se faire du bien »

    • marie on 15 septembre 2017 at 12:22
    • Répondre

    Mdr pour la traduction de la chanson! ça , on ne peut pas dire que Slavko manque de personnalité.
    Sa prestation à Kiev était trop de chez trop. mais c’est ce qui fait le charme de l’eurovision, c’est d’avoir un extra-terrestre comme lui ( j’utilise ce terme parce que Slavko est dans un autre monde) qui vienne nous présenter son délire. J’aime bien ces moments, ça pimente le concours.

    • Antoine 97 on 15 septembre 2017 at 20:30
    • Répondre

    J’aurais attribué la moustache à Demy ou Manel Navarro pour leur texte vraiment (vraiment vraiment) nul puisque cette petite chronique joue souvent sur l’ironie. Mais il est vrai que les paroles de Slavko méritent d’être mises sous le feu des projecteurs^^
    Bien qu’étranges par moment, je trouve le texte bien écrit 🙂 Au moins c’est pas un truc mielleux à l’italienne qui me donne envie de vomir. Dans un registre plus sérieux, j’aime aussi le texte de Svala.

    • Tano on 16 septembre 2017 at 01:47
    • Répondre

    ANTOINE97

    Si c’est de Gabbani dont tu parles, je te donne ci-dessous la traduction de sa chanson « AMEN ».
    Tu trouves ça mielleux, toi ?
    IDEM pour la chanson qu’il a interprétée à l’Eurovision. Il y a plusieurs lectures de ses textes, encore faut-il en connaître la clé… Tu n’ignores sans doute pas que parfois il est recommandé d’édulcorer un texte pour participer à un concours, et en particulier celui que nous aimons. Parce sinon, c’est NEXT (comme dirait Sakis).
    Quand je te lis, j’ai le sentiment que tu tries et méprises en fonction des origines. L’Italie n’emporte pas la palme des chansons « mielleuses », la preuve faite avec cette « Moustache » qui décline toute les mièvreries entendues cette année. A. Bocelli, P. Conte, Laura Pausini, U .Tozzi M. Mengoni sont-ils aussi pour toi des interprètes « fast food » sans consistance ? Et je ne te parle pas des chanteurs classiques (je suppose que tu en connais au moins un : L. P !) qui ont donné au Monde entier des frissons bien plus que mélodieux…

    A la porte, les barbares
    cacher les détails fournis
    sous la queue, sous la queue, sous la queue
    trafic d’organes et vandalisme
    ils sont à la mode, à la mode, à la mode

    Un visionnaire mystique à l’université
    il m’a dit: « Utopia nous sauvera! »
    ils sont en coma pour les malheureux
    la masse est terminée les enfants
    le vent ne se dissipe pas tout est silencieux

    Et puis, les gens qui attendent, dans un miracle, on s’entend
    deuil avec un amen
    (Amen)
    du riche avec le regard ascétique aux pauvres de l’esprit
    nous oublions tout avec un
    Amen (Amm), Amén, Amén

    L’attitude athlétique
    le traitement esthétique
    ils sont à la mode, à la mode, toujours à la mode
    J’ai la robe du moine, la barbe du philosophe, je bouge ma queue,
    Je traine ma queue et mon queue

    Jésus est devenu agnostique, les tueurs ont été convertis
    quelqu’un est déjà dans l’odeur de la sainteté
    la foule est dans la file d’attente de magasins inutiles
    l’offre est déjà terminée et les amis vont en paix

    • Mimi2 on 16 septembre 2017 at 23:45
    • Répondre

    J’crois que Francesco ne parle pas pour ne rien dire. Tu dois être de la même trempe 😉 … merci pour le soutien, je te rejoins, ça lui fait deux avocats commis d’office mais j’crois pas qu’il aura à s’en plaindre 😉

    Tiens Tano, v’là tout frais son dernier clip avec un texte pas mielleux du tout ♫ ♥ ♫ Passe un bon week-end à Rome ou où tu voudras en Fiat Uno ou Punto 🙂

    https://youtu.be/4-Qh-zRh58g

      • Tano on 17 septembre 2017 at 01:09
      • Répondre

      Ho ascoltato la canzona. Mi piace molto. Bravissimo Gabbani! E grazie mille, bella ragazza, per questa nuova scoperta!

      Buonissima notte a te. Ti auguro una bella domenica.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :