Les Moustaches 2017 (Part 13 – Moustache d’honneur)

Nous arrivons en fin de parcours pour cette cérémonie des Moustaches. Antoine a surement été plus productif que moi ces deux dernières années, mais j’ai décidé de m’arrêter à la 13ème Moustache. Non pas que que souffre de triskaïdékaphobie, ni même que je sois fétichiste ou superstitieux… Loin de là. Il n’y a pas de raison, ne cherchez pas ! Je suis une diva !

Allez, parlons peu, mais parlons bien : cette dernière Moustache est sérieuse !

Fini les flonflons, les boutades et les calembours, fini la rigolade et les tapes dans le dos, fini les rires aux pleurs et les micro-pipis dans la culotte… Cette moustache est la MOUSTACHE D’HONNEUR ! Et qui dit « honneur » dit « Moustache-merci« , dit « Moustache-bravo« , dit « Moustache-bah heureusement que t’étais là, tu as bien mérité ta Moustache« …

 

LUISA SOBRAL

 

Parce que OUI, c’est Salvador qui a gagné, qui s’est coiffé du micro de cristal, qui a remercié la musique fast food d’exister… Mais la femme de l’ombre, la sœur dévouée et tout aussi talentueuse, c’est bien elle !

Au départ, je m’en souviens, on la croyait « envahissante »… Puis, il y a eu la raison de sa présence, que nous avons compris, accepté et qui nous a touché. Et Luisa n’a pas démérité, remplaçant son frère lors des premières répétitions, avec un talent fou ! J’en ai encore des frissons… Je vous laisse juges :

 

Luisa Sobral, pour ceux qui seraient passés à côté, est une artiste portugaise, multi-casquettes, les mots, la musique, les instruments, la voix… avec un style oscillant entre jazz et folk, mâtiné de pop. Les Inrocks ont dit d’elle, à juste titre (je me permet de citer car c’est mot pour mot ce que je pense) : « Luisa Sobral cultive une pop jazzy, naturelle et enfantine dans un jardin amélie-poulinesque de papier-mâché et de bonshommes un peu bizarres ». Je ne peux donc que vous conseiller l’écoute des albums « There’s a cherry on my cake » et « Lu-Pu-I-Pi-Sa-Pa » qui sont de vrais petits joyaux.

Je voulais faire ce petit coup de projecteur sur elle pour deux raisons. D’abord, je trouve que l’ombre lui va très bien, mais la lumière la sublime encore plus ! Et surtout, une question me taraude (en fait, il y en a plusieurs mais bon) : est-ce que le Portugal aurait remporté la victoire si c’est Luisa Sobral qui l’aurait représenté en 2017 avec cette chanson ? Est ce que les haters de Salvador auraient été plus cléments, voir plus fans de la version Luisa de « Amar Pelos Dois » ? Ou est-ce au contraire le personnage de Salvador et non pas sa chanson qui a fait pencher la balance en sa faveur ??? Eh bien, les amis, vos commentaires seront les bienvenus ! Quelque chose me dit qu’on ne va pas tous être d’accord… (Mais on s’aime quand même, hein !)

 

 

(9 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • pascal on 18 septembre 2017 at 18:31
    • Répondre

    Il emane tant de tendresse entre Luisa et son frère qu on ne peut que fondre..Par contre, musicalement, j’aime moins ses prestations que celles de son frere….

    Il s en dégage moins d’émotions si bien que je ne pense pas qu’elle l aurait emporté et même pas qu’elle aurait pu décrocher un top 10..

    • Antoine97 on 18 septembre 2017 at 18:54
    • Répondre

    Je pense qu’il y a quelque chose d’inégalable dans les prestations de Salvador. Je ne suis pas fan absolu mais il a LE truc. Les mimiques, le feeling et cette personnalité qui le rend attachant.
    Par contre, et ça je l’avance avec certitude, même pas une once de doute, je préfère la voix envoutante de Luisa. Je sais pas si elle aurait gagné (remarque, j’étais à fond pour Kris donc ça ne m’aurait pas vraiment déçu) mais elle aurait été plus susceptible que son frère de décrocher un vote de ma part 🙂 Mais je me demande si, même après la victoire de son frère, le monde Eurovision la branche vraiment. C’est beaucoup de paillettes, de diva, de show et de « fast food music » (hum…). En bref, le total opposé de ce qu’elle laisse paraître à son sujet.

  1. Lors des répétitions, je n’avais même pas remarqué que Luisa avait chanté elle-même tellement les voix étaient similaires. Je penchais plus pour une bande-son balancée à l’arrière.

    Formidable !

    • marie on 18 septembre 2017 at 20:25
    • Répondre

    Elle aurait pu représenter le Portugal puisque c’est sa chanson mais je suppose qu’elle a jugé que son frère était meilleur interprète qu’elle. En tout cas, Salvador est bien plus gestuel qu’elle. Ses gestes comptent dans l’interprétation que fait Salvador Sobral de « amar pelos dois » et ça a dû lui faire engranger des points supplémentaires.

    • leglaude69 on 18 septembre 2017 at 20:37
    • Répondre

    A l’origine Luisa a écrit « Amar pelos dois » pour son frère, je pense qu’elle n’aurait pas choisi ce titre pour elle-même si elle avait dû participer en tant qu’interprète au Festival da cançao. Mais cette moustache d’honneur est amplement méritée, elle a apporté une grosse pierre au succès portugais à l’Eurovision, en composant et écrivant cette chanson toute en authenticité et en émotion. Il est clair que dans le monde lusophone et dans la sphère de l’Eurovision sa chanson restera un grand classique intemporel, et rien que cela représente un véritable tour de force ! Bravo Luisa !

    • ZIPO on 18 septembre 2017 at 20:38
    • Répondre

    – Déjà tu finis en beauté ta rubrique : je trouve très judicieux et pertinent d’accorder cette moustache prix d’honneur à Louisa Sobral. Déjà, elle est un soutien indéfectible pour son frère et n’oublions pas que c’est elle qui a écrit la chanson : sans elle, il n’y aurait pas eu de victoire. Ensuite, à titre personnel, je trouve qu’elle chante beaucoup mieux que son frère : son interprétation me touchait davantage.

    – Ensuite, je vais répondre directement à la dernière question : si c’était elle la candidate, elle n’aurait pas gagné ! S voix est pourtant meilleure que celle de son frère mais elle n’a pas la même  » aura  » que lui.

    – Je ne vais pas revenir sur la détestation que j’ai pour cette chanson, mais s’il a gagné, selon moi, c’est plus pour le personnage qu’il dégage ( et sans doute pour un autre motif qui serait malvenu d’évoquer ici vue dans la situation difficile que vit actuellement Salvador…) que pour sa chanson.

    ( NB :Ce que je viens d’écrire n’engage que moi )

    • Yoann B on 19 septembre 2017 at 02:30
    • Répondre

    Je précise que Luisa Sobral a eu 30 ans le 18 septembre, jour où j’ai posté cette moustache d’honneur… et même que je le savais pas! Et même que j’ai pas fait exprès!!!

  2. Pour moi c’est une grande artiste un grand bravo pour elle j’ai écouté ce qu’elle faisait j’aime beaucoup de plus quand elle interprète amar pelos dois je suis fan. .
    Une belle complicité avec son frère c’est beau.

    Beaucoup de bonheur je souhaite.

    Rv

    • pascal on 19 septembre 2017 at 17:24
    • Répondre

    c’est donc la fin des « Moustaches » 2017. Une bien belle initiative de Yoann, je le remercie pour ce dernier coup de projecteur sur 2017.

    Avec le recul, le cru 2017 me parait de plus en plus comme assez moyen, tant au niveau organisation que candidats…Je pense qu on retiendra surtout dans quelques années la victoire historique du Portugal, la personnalité de Salvador et le podium tres surprenant…

    Petit hors sujet : pour ceux qui envisagent de venir à Lisbonne (et qui ne sont pas phobiques de l’avion), les vols ont eté ouverts à la vente pour la periode de Mai prochain. J’ai pris pour 75 euros l’aller retour mes billets hier via la compagnie portugaise TAP qui est bien plus avantageuse niveau tarifs que Ryanair ou Air France sur la période…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :