Le Vainqueur du Mercredi – n°7 : Cent fois sur le métier…

Toute la Saison 2017, vous avez voté sur notre site, avec méthode et conscience. Vous avez même répondu à une flopée de questions subsidiaires aussi idiotes que mal fichues. Chaque mercredi, jusqu’à la rentrée, nous reprenons l’une d’entre elles et revenons sur les dernières éditions de l’Eurovision. C’est le « Vainqueur du Mercredi » !

La semaine dernière, vous aviez couronné Crisalide (Vola) comme votre chanson eurovisionesque préférée de Valentina Monetta. Aujourd’hui, empiffrons-nous de « fast-food music ». Salvador déteste, mais tout bon fan de l’Eurovision éprouve des faiblesses coupables envers ce genre musical qui, soit dit au passage, reste encore à définir.

Arrêtons-nous sur un sous-genre bien précis : la « suédoiserie ». Comment l’expliquerions-nous à un lambda ? À titre personnel, j’emploierais trois critères pour reconnaître une véritable suédoiserie :

  • l’origine – un auteur et/ou un compositeur de nationalité suédoise ;
  • l’intention – un morceau écrit en songeant spécifiquement à l’Eurovision ;
  • la facilité – une partition et des paroles mémorisables à première écoute.

L’Eurovision est un vivier de suédoiseries, pour le meilleur, comme pour le pire. En date du 16 mars, vous étiez 47% à estimer que les Suédois savaient décidément y faire en matière d’Eurovision.

Là-dessus, question subsidiaire ! Vous avez été près de 140 à vous exprimer sur l’oeuvre d’une figure majeure de la suédoiserie, David Kreuger.

Question subsidiaire : quelle est votre contribution préférée de David Kreuger à l’Eurovision et à ses pré-sélections ?

View Results

Loading ... Loading ...

38% d’entre vous sont aux anges et déclarent que Undo est leur chanson préférée du maestro. C’est notre septième vainqueur du mercredi !

Il en aura fallu du temps à Sanna Nielsen pour conquérir ces trois minutes d’éternité eurovisionesque. La chanteuse débute sa carrière en 1996, à l’âge de douze ans. Ses études terminées, elle s’attaque au Melodifestivalen. Nous sommes en 2001, Sanna a 17 ans, elle est loin de se douter que les portes du Concours lui resteront fermées durant treize années encore. Car ce n’est qu’à l’ultime seconde de sa septième tentative qu’elle remportera la sélection suédoise. Troisième en 2001, cinquième en 2003, huitième en 2005, septième en 2007, deuxième en 2008, quatrième en 2011, elle s’impose enfin en 2014. Mais d’extrême justesse, battant de deux petits points seulement Ace Wilder. À Copenhague, Sanna, portée par le public, terminera troisième, une très belle place pour une très belle interprète. Depuis, Sanna poursuit sa carrière, avec discrétion.

Derrière Undo, les fans avaient reconnu la patte de Fredrik Kempe, auteur d’autres morceaux mémorables (Hero, La Voix, Popular)… ou pas. L’on nage là en pleine suédoiserie, accueillie comme il se doit par des hurlements d’orfraies, Fredrik ayant la manie de malmener les langues étrangères auxquelles il recourt. Après le douloureux « Je t’aime, ma vie, c’est jamais sans toi », il récidive avec « Undo my sad ». La polémique glisse sur son co-auteur, David Kreuger, autre étoile de la galaxie musicale suédoise.

David Kreuger a débuté sa carrière en 1993, aux studios Cheiron de Stockholm. Durant les années 90, il est part intégrante de cette usine à tubes. Vous voilà les Monsieur Jourdain de l’Eurovision : vous écoutiez du David Kreuger, bien avant de connaître son nom. Crazy et Sometimes de Britney Spears ? C’est lui. It’s The Way You Make Me Feel de Steps ? C’est encore lui. Evergreen de Will Young ? C’est re-lui. Quasi-tout Westlife ? C’est encore et toujours lui !

Durant les années 2000, David s’éprend de pop-opéra et produit Josh Groban, Katherine Jenkins, Paul Potts ou encore Il Divo. Ce n’est qu’au début des années 2010 que le Suédois tourne ses regards vers l’Eurovision et le Melodifestivalen. Après des débuts modestes, il décroche en 2014 la victoire avec Undo et une troisième place avec Blame It On The Disco, relançant ainsi sa carrière. Il triomphe une seconde fois, cette année, avec I Can’t Go On. Au Concours, ses compositions terminent donc troisième de la finale en 2014 et cinquième en 2017. Ce qui laisse à penser que nous entendrons encore du Kreuger dans les années à venir. N’en déplaise à Salvador, la suédoiserie n’est pas morte !

Et pour mettre un visage sur son nom, voici David Kreuger en personne :

Sur ce, rendez-vous la semaine prochaine pour déguster un bon paquet de frites, allez, une fois.

 

(15 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. J aime beaucoup Sanna Nielsen et l emotion qu elle faisait passer dans son interpretation. Elle avait eu chaud au Melodifestivalen et beaucoup etaient décus de la seconde place de la showgirl Ace Wilder. Pour ma part je detestais cette derniere mais j ai appris à l apprecier (un peu).

    Sanna Nielsen presente pour la seconde année consecutive un des shows d eté de ma Svt. Elle a aussi co animé le Melo il y a 2 ans je crois.

  2. Quand je pense qu’à l’époque je détestais la chanson xD encore maintenant j’ai du mal à l’écouter…

  3. Personnellement, il y a très peu de chansons suédoises qui me plaisent. Je trouve que ça tourne un peu en rond, tout ça :/ Bref, Suède et originalité, ça ne va pas ensemble! d’ailleurs, Undo est la seule des participations suédoises de ces dix dernières années que je place dans mon Top 10.

  4. les suedoiseries sont assez balisées mais efficace. on en a encore eu la preuve au Melo 2017 avec la flopée de jeunes garçons à peine majeurs (Anton Hagman, Benjamin Ingrosso…) qui avec des chansons « positives » mais assez creuses ont damé le pion à des reines du concours (Loreen et Charlotte Perreli).
    ca pose des vrais questions pour les années futures : au vu du systeme de votes sur application et du jeune age des votants, pourrait on.avoir autre chose qu un beau gosse ou une belle fille avec une chanson dansante ?

    • Alexandre on 19 juillet 2017 at 11:02
    • Répondre

    Bonne chanson et très belle interprêtation, à mes yeux, ce podium est totalement justifié.
    On note que les suédois mettent le paquet dans la performance vocale, la force et le modernité de la mélodie ainsi qu’une mise en scène simple mais sans fioritures. C’est un peu étrange qu’on en trouve à redire quand certains pays font de même.

  5. moi c’est ROBIN bengtsson et rien a redire j’ adore toutes ces chansons suédoises pop mais si c ‘ est repetitif c’est un plaisir d’écoute un Alcazar ou du sanna Nielsen et meme la pop de wicktoria de Mariette ou de popular éric saade mince je reecoute meme les timoteij j’adore lol

  6. Je ne suis pas un grand fan des chansons suédoises mais il faut admettre qu’elles sont efficaces. Je préfère David Kreuger à Thomas G-Son qui s’inspire beaucoup des hits des charts internationaux, c’est parfois à la limite de la plagiat. Un exemple concret cette année avec la chanson de Chypre, je ne parle même pas de la chorégraphie inspirée de ce que fait Loîc Nottet, mais de la mélodie de Rag’n’Bone Man’s avec son fameux tube ‘Human’

    Le problème est que beaucoup de pays perdent leur identité en faisant appel à ces compositeurs, c’est visiblement une recette qui fonctionne quoi que pas systématiquement. je trouve que cela marche surtout pour les interprètes suédois.

    De toutes les chansons de ce compositeur, ma préférée est aussi  » Undo  » je trouve aussi que les suédoises sont agréables à écouter et qu’elles se retiennent bien, mais tout cela manque d’originalité.

  7. Je ne suis pas fan des suédoiseries mais il faut reconnaître qu’elles sont efficaces.
    Personnellement , je trouve qu’elle finisse plus haut dans le classement qu’elle ne devrait l’être.
    Par contre point de vue chorégraphie, la Suède est méga au point et je pense que ça lui fait gagner un max de points.
    Je suis d’accord quand au numéro 1: « Undo  » est une belle chanson.

  8. Un Eurovision sans suedoiserie serait un Eurovision où il manque quelque chose.
    Faut reconnaître que les meilleures sont celles qui représentent la Suède et elles sont quasi présentent chaque année depuis 1982 et le duo Chips qui a lancé le « style ».

    J’adore une « soupe suédoise bien efficace » mais mes trois chansons préférées suédoises sont celles de 1988, 1996 et 1998…

  9. en parlant de la Suede, on a appris le deces de Bernd Ost qui avait representé le pays en 1971 et 1972 dans un groupe de 4 personnes avec entre autres Marie Bergman.
    le groupe avait remporté le Melo les deux années et en 1971, il avait gagné les 5 series eliminatoires avec 5 chansons differentes !

    1. Wilfried, le représentant autrichien qui a décroché la dernière place en 1988, est également décédé il y a quelques jours.

    2. Du groupe Family Four, ils ne reste donc plus que les deux interprètes féminines… c’est triste… 🙁

  10. Undo est l’un des morceaux qui me fait aimer l’eurovision, le meilleur morceau qu’a envoyé le pays depuis Euphoria selon moi!

  11. Les suédoiseries sont à la mode certes mais la roue tourne pour tout le monde… 😛 et il va falloir que la Suède se renouvelle car à force elle tourne en rond avec les mêmes auteurs-compositeurs-interprètes?

    Moi perso la Suède me sort par les yeux depuis au moins 15 ans car ils ne savent pas renouveler le genre et ils restent dans une zone de confort insupportable… sans parler de la mainmise des superviseurs qui chapeautent le concours…

    Ils façonnent comme ils veulent le concours et nous on les regarde bêtement sans rien dire…

    1. Je n’aurais pas mieux dit.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :