Hello, chers fidèles lecteurs de l’EAQ ! ! !

            Après Vitold Petrovskyi pour la Russie, laissez-moi vous présenter mon favori pour une éventuelle candidature azérie. Candidature d’autant plus plausible que le garçon se déclare très motivé par le Concours et qu’il a déjà une expérience de la scène internationale, s’étant produit en public aux côtés de grands chanteurs européens.

            Vagif Nagiyev naît le 7 mai 1997 dans une famille très pauvre en Azerbaïdjan. Dès l’âge de trois ans, il intègre le Chœur d’Enfants d’Ogtay Zülfügarov, un compositeur célèbre dans son pays pour les chansons qu’il compose pour les enfants et les émissions TV qu’il leur consacre. Très vite, il en est le soliste, mais son maître est parfaitement conscient que le jeune prodige a besoin d’une formation technique de premier plan. Il intervient donc pour qu’il soit admis à l’École de Musique du Rossignol, la plus cotée des académies de Bakou. Vagif y reste neuf ans, jusqu’en 2013.

Ogtay Zülfügarov

Oqtay Zülfüqarov — Vikipediya

            Envoyé à Moscou pour une Master Class où il rencontre le célèbre professeur de chant Leonid Yekimov, il fait son retour au pays avec une envie de réussir démesurée. Diplômé de l’École de Musique fondée par le pianiste et chef d’orchestre Tofiq Guliyev, il s’inscrit à l’Institut d’Art de Kharkiv, en Ukraine, convaincu que c’est là qu’on le remarquera. Et en effet, sa professeur de chant, Lyudmila Kudrich, a détecté que le petit prodige a une voix qui s’étend sur plus de trois octaves, et elle lui recommande de s’inscrire à The Voice Ukraine, avec quatre autres élèves de sa promotion. Mais aucun ne croit à ses chances… et pas un ne contacte la production de la célèbre émission. Vagif souhaite pour sa part continuer à se former, et se lance dans une deuxième Master Class, cette fois-ci à Rome, où il séjourne un an.

Kharkiv, en Ukraine

About Kharkiv. Study in Ukraine - Admission Centre.

            Mais à Kharkiv, Lyudmila Kudrich ne refait pas la même erreur : elle inscrit d’office son petit protégé aux auditions qui doivent se tenir à Dniepropetrovsk. Mis devant le fait accompli, le jeune homme de 18 ans se rend sur place et se voit à sa grande surprise convoqué pour chanter en direct en décembre. Il décide pour sa première apparition télévisée d’interpréter Sinyaya vechnost, l’un des plus grands succès de son idole, le chanteur azéri Müslüm Magomayev. Sa voix impressionne les quatre coachs, dont Ani Lorak et Sergey Lazarev, qui se retournent tous, mais c’est la chanteuse et actrice géorgienne Tamara Gvertiseli qu’il choisit pour le conseiller.

            Tout au long de la compétition – à laquelle participent aussi Alexeev et Maruv, deux (ou presque) futures Eurostars – Vagif Nagiyev se fait remarquer par la diversité des titres qu’il présente : quel point commun entre Staying Alive ou La Cavatina di Figaro, si ce n’est le talent surdimensionné de ce jeune garçon ? Je défie quiconque de ne pas tomber de sa chaise devant sa version très simiesque du tube des Bee Gees après l’écoute du traditionnel Les Yeux Noirs 😉

            Pour la première fois de l’Histoire, un petit chanteur originaire du Pays du Feu se fait remarquer hors de ses frontières. Il totalise des millions de vues sur YouTube dès sa première prestation, rencontre des célébrités qui applaudissent son talent. Il est ainsi reçu par un ancien élève de Luciano Pavarotti, le ténor ukrainien Vladimir Grishko, soliste à l’époque au New York Metropolitan Opera. Alors peu importe que Vagif n’ait pas remporté la compétition ukrainienne, il a atteint le but espéré : se faire connaître dans tout l’ancien empire soviétique. Ce qui lui permet de sortir son premier disque, Ümid Yağisi, en duo avec la chanteuse et danseuse italienne In-Grid.

            En 2017, il fait sa première tournée en Ukraine, donnant dans 15 grandes villes des concerts pour les 75 ans de Müslüm Magomayev. Puis, il fonde avec son cousin et un ami une école à Bakou, où tous les enfants dont les parents ne sont pas assez riches peuvent étudier les métiers liés aux arts et aux techniques du spectacle. Un an plus tard, il part en tournée en Europe Occidentale, chantant sur scène avec des pointures du niveau d’Adriano Celentano et Alessandro Safina. C’est à ce moment qu’il avoue dans une interview donnée à un magazine qu’il adorerait défendre la culture de son pays au Concours Eurovision, et qu’il ferait tout pour gagner. On ne peut pas être plus motivé !

            Depuis, Vagif s’est marié et a sorti plusieurs disques, tous salués par la critique et le public. Alors, qu’attendent les décideurs de la télévision azérie ? Et vous, qu’en pensez-vous ?