La boîte à souvenirs #7

Faisons juste un tout petit saut dans le temps, aujourd’hui. Remontons à deux ans à peine et retrouvons un candidat israélien qui m’aura marqué. Pour toutes sortes de raison… Vous non plus, vous n’avez pu l’oublier : Imri Ziv !

L’EUROSTAR

Né en 1991, à Hod HaSharon, Imri a des origines roumaines, ukrainiennes, autrichiennes et polonaises. Durant ses études secondaires, passionné par la musique et la scène, il intègre un groupe scolaire. Ensuite, durant son service militaire, il rejoint un autre groupe de son corps d’appartenance. Il conclut son parcours d’études, en décrochant un diplôme en communication.

Imri se fait connaître en 2012, en participant à la première édition du The Voice israélien. Il est cependant éliminé lors des battles.

Imri participe ensuite à deux reprises à l’Eurovision, en tant que choriste. Il soutient Nadav Guedj en 2015 à Vienne, puis Hovi Star en 2016, à Stockholm.

L’EUROTUBE

En 2017, Imri s’inscrit à la sélection israélienne pour Kiev, l’HakoKhav Haba. Après avoir franchi toutes les étapes, le chanteur se retrouve en finale. Il est confronté à Diana, Julieta et Beatbox Element.

Imri l’emporte de haute lutte, avec 74% de taux d’approbation. Un comité d’experts lui choisit alors en interne sa chanson pour l’Eurovision. Il s’agira de I Feel Alive, par Dolev Ram et Penn Hazut. Pour promouvoir sa chanson, Ovi participe à l’Eurovision in Concert, à l’Israel Calling et à la Preparty Madrid.

L’EUROPRESTATION

À Kiev, Imri est en lice dans la deuxième finale, en dernière position. Il est accompagné de deux danseurs et trois choristes. Sa prestation convainc : Imri termine troisième avec 207 points, obtenant les « douze points » du jury français. Il se qualifie pour le finale.

Là, en revanche, le vent tourne. Imri passe en première position et se fait oublier. Il termine la soirée vingt-troisième avec 39 points à peine. Une claire déception.

PAR LA SUITE

Après une pause prolongée, Imri revient en mars dernier sur le devant de la scène, avec un nouveau morceau intitulé Imrico. Il a été écrit et composé par Imri lui-même, en collaboration avec Yinon Yahel.

(avec la collaboration de Pauly)

(7 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Franchement, Imri m’a toujours laissé de marbre. Typiquement le genre de chanson que je peux parfois prendre du plaisir à écouter sur le moment, mais que je n’ai plus envie d’entendre après. En revanche, je trouve tout aussi injustifiée sa 3e place en demi-finale que sa 23e en finale.

    1. Merci mon cher Francis…pour ton commentaire… moi j’adore ce jeune chanteur plus pour son physique oui je l’avoue mais bon ces chansons sont a son image …lol et il les défends bien…mais merci de ton message…c’est vrai que son classement est pas tres juste pour lui je suis d’accord avec toi lol

  2. Il n’a pas eu de chance lors de la finale, pourtant la chanson était bonne et lui au top.
    C’est un garçon au contact très agréable et intelligent, il est d’une grande simplicité malgré l’image que certains en ont. Dans sa vie privée il est très impliqué dans l’humanitaire, après sa passion pour la musique. L’été passé il a décliné l’offre d’une grande agence de mode pour sa passion qu’est la musique.

  3. 23 ème en finale c était sévère mais 3eme en demi c était ultra bien payé. Disons que je l aurai vu 15 ème le samedi.

    IMRI est un bon chanteur (quoique en finale c était moins brillant) mais j’aimerai le voir dans d autres registres. Il essayé de percer en Espagne et a présenté le pré-pré concert de Madrid (la veille de celui où chantaient les artistes 2019).

  4. – Ce n’était pas le meilleur des candidats pour Israël mais je l’aimais bien malgré tout : sa qualification en finale était largement méritée et tout comme Pascal, je l’aurai classé aux alentours de la 15e place lors de cette finale.

    – Je profite qu’il ait participé dans  » Golden Boy  » pour dire que cette chanson-là, je l’avais vraiment adorée !

    • David CAMONDO on 14 juillet 2019 at 14:00
    • Répondre

    Coucou Sakis,
    merci de nous rappeler l’existence de ce chanteur sympa qui a été largement sous-évalué par manque de chance.
    Il a néanmoins réussi à faire qualifier Israël une nouvelle fois, et c’est super !
    On lui souhaite une belle carrière.

    • rem_coconuts on 15 juillet 2019 at 13:47
    • Répondre

    Je vais être très honnête, j’ai plus d’appétence pour le physique d’Imri que pour sa carrière musicale. Je reconnais qu’il chante bien et que ses prestas à The Voice et à la Hakovkova Banana (ou HakoKhav Haba pour les intimes) sont plutôt réussies. J’adore I feel alive, j’avais accroché dès sa sélection, c’est un titre que je continue d’écouter parce qu’il est plein d’énergie et très solaire, très estival, j’aime beaucoup le clip d’ailleurs, il sert à merveille le titre, par contre, sur la scène de Kiev, ça n’avait pas tellement fonctionné à mon sens. J’avais trouvé la scéno particulièrement sombre pour ce titre lumineux, et vocalement, c’était assez faiblard, de là à le classer 23ème c’est peut-être rude, mais je ne l’aurais placé que quelques rangs plus haut après jugement sur presta. Après, ça reste assez conventionnel, certes, mais dans la catégorie, je trouve Imrico beaucoup plus passe-partout, et c’est là les limites qui risquent de se poser pour Imri: celles du renouvellement et de la distinction dans un « marché » musical pop où beaucoup de titres se ressemblent.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :