«

»

Avr 14

Kiev 2017 : retrait officiel de la Russie (Mise à jour : déclaration de la télévision ukrainienne et réaction de Julia Samoilova)

C’est désormais officiel : la Russie se retire de cette édition 2017 du Concours Eurovision de la Chanson. La télévision publique russe a confirmé la nouvelle cet après-midi, par le biais d’une déclaration de presse.

Les responsables de la télévision russe y annoncent avoir reçu une lettre de l’UER. L’Union leur indique être dans l’impossibilité de résoudre le problème lié à la participation de Julia Samoilova, la chanteuse demeurant interdite d’entrée sur le territoire ukrainien.

La télévision russe poursuit, en s’insurgeant une nouvelle fois de la décision des services de sécurité ukrainiens et de la volonté manifeste de l’Ukraine de politiser le Concours. Pour ces raisons, elle refuse de changer de représentant et d’avoir recours à une prestation par satellite. Et par conséquent, elle ne participera pas à cette soixante-deuxième édition du Concours et ne diffusera aucune des trois soirées.

L’UER a réagi dans la foulée, par le biais du Président de son Groupe de Référence, Frank Dieter Freiling. L’Union prend acte de la décision de la Russie et la regrette. L’Union condamne fermement la décision de l’Ukraine d’interdire l’entrée de son territoire à Julia Samoilova et estime qu’elle porte atteinte à l’intégrité et à la nature apolitique du Concours. Néanmoins, les préparatifs se poursuivront au rythme requis, à Kiev, afin que cette édition 2017 puisse se dérouler au mieux, ce qui est la priorité absolue de l’Union.

Le chef de la délégation russe, qui est également le responsable des divertissements de Channel One, M. Yuri Aksyuta, a réitéré que les deux propositions de l’UER étaient irrecevables et violaient les règles du Concours. Il a condamné l’attitude discriminatoire de l’Union à l’égard de la Russie et souligné que la télévision russe avait consacré énormément de temps et d’énergie à choisir Julia. Selon lui, ils n’ont d’autre choix que de se retirer et ne pas diffuser le Concours. M. Aksyuta a prévenu des conséquences que cette absence aurait : une grave atteinte à la réputation de l’Eurovision et un désintérêt croissant des Russes à son égard. Il a conclu en réaffirmant que Julia Samoilova représenterait bien la Russie au Concours, l’an prochain. Selon lui, cette participation est le rêve de sa vie. Pour l’heure, la chanteuse serait fort déçue, mais souhaiterait demeurer une source d’inspiration pour les autres.

La télévision ukrainienne a répliqué aux déclarations de M. Aksyuta, en déclarant que la Russie n’avait jamais eu l’intention de participer à cet Eurovision 2017. Le seul objectif de la télévision russe était de créer une atmosphère négative autour du Concours. La preuve en est leur refus de diffuser les trois soirées, alors même que ses responsables affirment respecter les valeurs fondamentales de l’Eurovision et son caractère apolitique. La télévision ukrainienne déclare avoir toujours été fidèle à ces valeurs et à l’esprit du Concours. Elle rejette l’entière responsabilité de ce retrait sur la télévision russe. À présent, son seul et unique objectif est d’assurer la réussite de cette édition 2017, par une organisation à la hauteur des attentes universelles.

Julia Samoilova a également réagi à ce retrait, dans une interview télévisée. Elle a remercié toutes les personnes à lui avoir témoigné leur soutien, de partout à travers le monde. Elle s’est déclarée déçue, mais conserve l’espoir, l’espoir qu’elle puisse un jour ou l’autre participer au Concours et réaliser ainsi son plus grand rêve. Elle encourage ses admirateurs à ne jamais abandonner, à accomplir leurs rêves et vivre la meilleure des existences. Selon elle, la menace d’une arrestation ne l’effrayait pas, elle serait allée jusqu’à Kiev pour participer à cet Eurovision.

 

(54 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Antoine 97

    ENFIN! Bon vent et à 2018 avec une bonne chanson si possible. Qu’ils reprennent la même représentante l’année prochaine, je m’en tamponne (surtout que je pense qu’il ne le feront pas), mais qu’ils reviennent avec quelque chose à la hauteur du concours parce que même St-Marin était meilleur à mon goût.
    Maintenant plus qu’à attendre les foudres qui vont s’abattre sur l’Ukraine car il va y en avoir.

  2. marie

    C’était joué d’avance depuis que Jamala avait gagné le concours l’année dernière.

  3. Quentin

    Qu’on ne sanctionne pas l’Ukraine pitié.

  4. Nico

    Sans vouloir rentrer dans des polémiques et me prononcer sur qui a tort ou à raison, je ne suis pas mécontent de ce retrait, c’était la meilleure solution, je déplore cependant d’avoir un peu pris en otage la pauvre chanteuse russe handicapée, je pense que cela aurait plus juste de renoncer tout simplement à participer dès le départ, Mais la Russie est un pays qui a sa fierté et qui ne s’avoue pas si facilement vaincu et à souvent l’habitude de mettre ses adversaires à l’épreuve, Cependant en renonçant à diffuser les 3 émissions de cette nouvelle édition de l’ESC, les russes se sanctionnent également pour les 3 prochaines années à venir où il ne devrait plus avoir de le droit de participer. Je crois me souvenir du règlement de l’UER qui est très stricte à sujet. A moins que des négociations soit possibles d’ici là.

    Une chance supplémentaire pour un pays participant dans la seconde DF de se qualifier en finale, mais qui en profitera ? la Suisse, la Roumanie ou alors peut être, le pire des scénarios pour moi , la Croatie.

    Est-ce le début de la fin pour la Russie dans ce concours, personnellement, je ne l’espère quand même pas, car ce pays a toute sa place mais la politique et l’ESC ne font pas bon ménage et ne devrait plus être mêlée à une des plus grandes émissions mondiales de variétés qui est là pour se divertir, s’amuser et d’oublier le temps de 3 soirées notre quotidien de plus en plus perturbé.

    1. picasso

      La règle de la diffusion n’existe plus.
      L’Italie n’aurait pu revenir en 2011…

  5. pascal

    c est dommage que le feuilleton ait duré si longtemps par rapport à la chanteuse et aux autres participants..

    on va pouvoir passer à autre chose (meme si sitot le lendemain de la finale, l uer risque de fomenter une sanction ukrainienne (et russe ?)

    en tout cas je suis comme vous persuadé que, si elle est autorisée à reparticiper dès 2018, la Russie n enverra pas Julia mais un de leurs playboys ou pin ups habituels….

    pas plus mal enfin pour les pays de la df 2 car on n etait pas à l abri d une qualif russe (d ailleurs sur esc nation le pays etait remonté à la 7 eme place de sa demi à coup de 12 points de fans )

    enfin Alma va mecaniquement gagner une place chez les bookmakers car elle etait derriere la russe…

  6. elio22

    Consolez vous : Si en 2018, yulia est a nouveau choisie, elle sera favorite des fans avant même qu’on connaisse la chanson.

    1. picasso

      Si sa chanson n’est pas à la hauteur…ca ne sera pas la mienne…

  7. ben44

    c’etait tellement simple de dire ca il y a presque un ans , ENFIN un bonne décision de l UER, j’espere juste que l Ukraine sera pas pénalisée l’année prochaine , La Russie a tout fait pour manipulée l UER .

  8. Bêta X

    Je suis content que ça bouge enfin … ya comme un grand déclic qui vient de se faire … mais je suis vraiment déçu que la Russie se retire et qu’elle ne diffuse pas les 3 soirées Eurovision. Je ne sais pas pourquoi mais ça me fait un grand vide tout à coup … ya comme un manque quand le pays n’est pas là 🙁

    J’espère que le pays reviendra l’année prochaine, et avec Julia 🙂

  9. ZIPO

    – La meilleure décision que la Russie pouvait prendre vue les circonstances et cette décision aurait dû être prise dès que les russes ont su que le prochain concours se déroulerait en Ukraine !

    – Si la Russie tient parole en présentant Julia en 2018, si la chanson est de bonne qualité, ça pourrait être une victoire assurée donc, elle aura tout gagné.

  10. MrGreen

    Elle manquera pas a grand monde, tout comme l’Ukraine n’a pas manqué a grand monde en 2015. Puis si elle réitère le scénario de l’Ukraine, elle gagnera pour son retour l’an prochain, avec une superstar du pays (Exit Julia pour une raison farfelue..). Je ne sais pas s’il y aura des sanctions, peut être financières à la limite, l’UER est une championne pour menacer les pays de sanctions (Arménie l’an dernier, Montenegro en 2015…) mais elle ne va pas se priver de la participation russe et ukrainienne je pense. Je suis pas sur que la stratégie russe ait marchée tel qu’ils l’imaginaient, certes ils ont fait chié tout le monde pendant un bon mois, mais j’ai pas vraiment l’impression que tout le monde la voit comme une victime des méchants ukrainiens.. too bad, try again

    1. picasso

      +1

  11. Nico

    Aux dernières nouvelles, j’en connais une qui va être ravie, la belle et pulpeuse Miruna, la candidate suisse enfin pas tout à fait ! doit être très contente, ce n’est pas le fait que la Russie se retire qui va la réjouir, c’est surtout qu’elle va pouvoir chanter en 13ème position à Kiev, lors de la seconde DF, et pour elle, il semblerait que c’est un chiffre porte bonheur. Je pense qu’elle envisage déjà la victoire ! pas trop vite,  » dont forget it’s never easy  » n’est-ce pas ? si elle se qualifie en finale ce sera déjà ça de gagner et elle pourra suivre son Apollon en finale.. Comme quoi cette décision va faire pas mal d’heureux. Bon maintenant, il reste à espérer que l’Ukraine sera épargnée dans cette histoire, pourtant si l’UER applique le règlement à la lettre, le pays pourrait se voir sanctionné d’une manière ou d’une autre. C’est compliqué tout ça… bon l’autre bonne nouvelle, c’est la remontée d’Alma chez les bookmakers, c’est certain, la Russie est toujours un adversaire redoutable dans cette compétition mais pas cette fois. Espérons que les votes massifs qui étaient destinés à nos amis russes, c’est mieux que de dire aux russes profiteront à d’autres outsiders !

    1. Antoine97

      Elle est comme moi alors! Parce que tout le monde pense que le n° 13 porte malheur et bien j’en ai fait un chiffre fétiche (j’ai 3 nombres fétiches en fait xD 8,13 et 17). Mon appart’ dans lequel je vis la semaine pour les études porte le n°13, quand j’ai l’occasion a un examen de choisir un nombre je prends le 13 (ceci dit ma réussite repose sur mon travail mais ça me soulage de pouvoir choisir) et à l’Eurovision le 13 est un chiffre plutôt porte bonheur ces dernières années 😉 Du moins en finale parce qu’en demi-finale c’est effroyable les résultats que donne ce numéro de passage…
      2016: n°13= Dami Im qui finit seconde
      2015: n°13= Loïc Nottet qui finit 4è
      2014: n°13= Sanna Nielsen qui finit 3è
      2013: n°13= Anouk qui fait revenir les Pays Bas en finale avec une magnifique 9è place
      2012: Sabina Babayeva qui finit 4è
      2011: … … c’est le drame! Anna Rossinelli qui finit dernière.

      En fait vaut mieux que la Suisse n’ait pas ce nombre xD

      1. pascal

        ce n est pas forcement le hasard si les 13 eme à passer en finale font des bons resultats : il s agit de la derniere place de la premiere moitié et depuis que les organisateurs decident de l ordre de passage, ils ont tendance à mettre les favoris ou les pays qui ont cartonné en demi en toute fin de première partie …

  12. Maxime

    ENFIN! C’est un soulagement, honnêtement!

  13. steven

    Décision rachi nulle!!!!Les autorités ukrainiennes auront eu le dernier mot!!’nullissime!!!!la politique n à rien à faire à l Eurovision!!!!J espère que le 14 mai l UER prendra des sanctions contre ces 2 pays !!!P’auvre Julia j ai De la peine pour ellle! Le monde du Handicap Que Je frecquente ne méritait pas de servir de bouc émissaire!!!!!Honteux !!!!!tout simplement Honteux!!!

    1. Antoine97

      Tu voulais peut-être laisser la Russie participer et avoir une ambiance, excusez moi le terme, de merde jusqu’à la dernière minute du 13 mai? Maintenant ma plus grosse crainte est qu’il y ait pas mal de Russes qui se rendent sur place et… et ben même si c’est pas le même milieu, on a vu de quoi étaient capable les Russes lors des compétition de foot. J’espère pour ceux qui se rendront sur place que ce sera sécurisé jusqu’au bout, inspection jusqu’au bout des ongles!
      En ce qui concerne Julia, c’est en effet très désolant de voir à quel point elle a servi de pion mais dès son annonce en temps que candidate on l’avait tous compris. Et tant qu’à faire dans la paranoïa, elle a peut-être été payée pour accepter et permettre à la délégation russe de foutre la merde (mais je ne pense pas^^). Par contre le fait qu’elle soit handicapée ne devrait pas changer notre manière de penser sur elle, aussi bien dans les bonnes que dans les mauvaises situations. C’est une artiste comme les autres et si ça avait été une chanteuse tout à fait valide (j’aime pas trop ce terme) physiquement et mentalement, ça aurait été tout aussi triste à mes yeux.
      La Russie méritait de prendre la porte mais pour être honnête, j’espère qu’à force de se disputer tel deux gamins les deux pays vont se retrouver avec les doigts coincés dans celle ci (très imagée comme phrase). Je sais pas si on saurait se passer de ces deux nations au concours mais elles méritent de lourdes sanctions.

      1. picasso

        L’Eurovision peut se passer et doit se passer des pays qui le prennent pour une tribune politique

  14. BretagneLibre

    La candidate arménienne ne s’était-elle pas rendue elle aussi en Crimée ? Aucune sanction contre elle ?

    1. Antoine

      Non, c’était un ragot lancé par les médias azéris.

      1. BretagneLibre

        OK je suis naïf.

  15. Reg

    Russia goodbye !!!!

  16. Taron

    AFFAIRE PLIEE!!

    On va enfin pouvoir se concentrer sur le principal! C’était le meilleur choix à faire… J’espère que la Russie va tout de même envoyer Yulia en 2018 mais j’en doute…. ET SURTOUT, NE SANCTIONNEZ PAS L’UKRAINE POUR CA, elle n’y est pour rien!

  17. YVES

    La politique l’emporte sur la chanson, quel dommage, C’est un peu de l’eurovision qui s’en va

  18. KaYan

    Cette histoire m’a semblé durer une éternité ! Comme m’avait dit un jour un vieux prêtre avec qui je faisais une randonnée dans les alpes alors que je peinais à atteindre les 3000m (et lui pas tant que ça malgré ses 70 ans !!!) « mon ami sache que l’éternité c’est long surtout à la fin » 😀 bin là c pareil la fin fut loooong mais enfin on peut passer au concours sans la Russie c’est dommage mais il y a des choses plus graves dans le monde je crois….

    1. Francis

      Tu as raison, personne n’est indispensable. Ni à l’Eurovision ni ailleurs. Le concours a existé avant que la Russie participe, il peut à nouveau exister sans elle. Et si elle décide de ne pas diffuser le concours cette année, alors elle doit être sanctionnée car cette décision entache le concours bien plus qu’elle ne pénalise l’Ukraine. Quant au pays de Jamala, je ne vois pas pourquoi on devrait lui faire payer l’application d’une loi votée de manière démocratique, et que la Russie comme l’UER connaissait parfaitement. Et qu’on arrête surtout de prétendre que l’Eurovision n’a rien à voir avec la politique ! Depuis 1964 et l’arrivée chahutée du Portugal, la politique a toujours été présente, de la Grèce 1976 à la Lituanie 2010… et j’en passe.

      1. KaYan

        Que s’est-il passé en 64 avec le Portugal ? Et la Lithuanie en 2010?

        1. Nico

          Francis a raison, la politique a toujours perturbé d’une façon ou d’une autre l’Eurovision, voici ce que j’ai trouvé au niveau de l’historique du concours. ( Merci wikipedia ! )

          En 1964, le Concours fut organisé à Copenhague par la télévision publique danoise. Il y eut de vives protestations dans l’opinion publique danoise, concernant la participation au concours de l’Espagne et du Portugal, qui étaient encore à l’époque des dictatures militaires15. Cela conduisit au premier incident politique de l’histoire du Concours. Après le passage de la représentante suisse, un homme surgit sur scène, brandissant une bannière sur laquelle était peinte : « Boycott Franco et Salazar ». Tandis qu’il était évacué par la sécurité, la caméra fit un plan fixe sur le tableau de vote79.
          En 1969, l’Autriche décida de s’abstenir, refusant de participer à un Concours organisé par une dictature, l’Espagne étant alors dirigée par le général Franco82.
          Les années 1974 à 1978 furent marquées par les participations croisées de la Grèce et de la Turquie, alors en plein conflit sur la question chypriote. La Grèce fit ses débuts en 1974 ; la Turquie, en 1975. Cette année-là, la Grèce se retira par mesure de protestation envers la participation turque et surtout, envers l’invasion de l’île de Chypre par l’armée turque118. L’année suivante, en 1976, la Turquie se retira par mesure de protestation envers le retour de la Grèce119, puis s’abstint à nouveau de concourir en 1977. Il fallut attendre 1978 pour que les deux pays participent à une même édition du Concours120.
          En 1978, le déroulement et le résultat du Concours posèrent problème à de nombreux télédiffuseurs d’Afrique du Nord et du Proche-Orient. Tous passèrent des spots publicitaires durant la prestation d’Israël. Puis, lorsque la victoire israélienne devint évidente, tous mirent fin prématurément à la retransmission. La Jordanie se fit particulièrement remarquer. La télévision jordanienne interrompit le déroulement du vote, pour faire un gros plan sur un bouquet de jonquilles. Le lendemain, les journaux jordaniens proclamèrent la victoire de la Belgique, qui avait en réalité terminé deuxième121.
          En 1979, la Turquie avait sélectionné pour la représenter, la chanson Seviyorum, interprétée par Maria Rita Epik et le groupe 21.Peron. Dans le cadre de la crise pétrolière et des tensions internationales, le pays subit les pressions des pays voisins d’Israël et finit par se retirer86.
          En 2000, la prestation des représentants israéliens, le groupe Ping Pong, suscita une vive controverse dans leur pays. Arrivés au refrain, les deux membres masculins du groupe s’embrassèrent sur la bouche115. Puis, au dernier couplet, ils brandirent des drapeaux syriens. Le groupe souhaitait en fait promouvoir la paix entre Israël et la Syrie114.
          En 2002, lors du passage sur scène de la représentante israélienne, Sarit Hadad, certains commentateurs furent accusés d’avoir recommandé aux téléspectateurs de ne pas voter pour elle. Cet appel au boycott aurait été lié à la situation politique au Proche-Orient et l’Opération Rempart122. Il s’agissait en réalité d’une mauvaise interprétation de leurs propos. Le commentateur belge, Jean-Pierre Hautier, se retrouva ainsi pris dans la controverse. Pour le disculper, la télévision publique belge francophone dut fournir les enregistrements de la retransmission au ministère belge des affaires étrangères123.
          En 2005, le Liban avait décidé de faire ses débuts au Concours. La chanson qui avait été retenue par la télévision publique libanaise était Quand tout s’enfuit, interprétée par Aline Lahoud124. Mais le pays se retira ultérieurement, un accord n’ayant pu être trouvé avec l’UER sur les modalités de retransmission du concours125. Le Liban jugea qu’il ne pouvait se conformer au règlement du Concours. Les télévisions participantes ont en effet l’obligation de diffuser l’intégralité de l’émission (à l’exception des pauses commerciales). Or, la constitution du pays interdit la promotion de produits venant d’Israël. Cela empêchait la télévision publique libanaise de diffuser la chanson israélienne et lui faisait donc violer le règlement du Concours.
          En 2009, à la suite du conflit armé d’août 2008 qui l’opposa à la Russie, pays hôte de cette édition du Concours, la Géorgie décida de se retirer. Le pays revint cependant sur sa décision en décembre 2008, s’inscrivit auprès de l’UER et fut versé dans la première demi-finale126. Au terme d’une sélection nationale ouverte, la chanson retenue fut We Don’t Wanna Put In (Nous ne voulons pas le prendre en compte), interprétée par le groupe Stefane et 3G. Elle suscita immédiatement la controverse et un vaste mouvement de protestation en Russie. Son titre était en effet à double entente : il pouvait aussi se comprendre comme We Don’t Wanna Putin (Nous ne voulons pas de Poutine) et donc comme une attaque personnelle à l’encontre du président russe. Après qu’elle lui eut été soumise, le Groupe de Référence de l’UER refusa le morceau. Le Groupe basa sa décision sur le paragraphe 9 de l’article 4 du règlement du concours, qui stipulait qu’aucune allusion politique ne pouvait être faite dans les paroles d’une chanson. Le Groupe donna le choix à la Géorgie : ou bien modifier le titre et le passage concerné, ou bien choisir une autre chanson127. La télévision publique géorgienne refusa toute modification et décida de se retirer du Concours, invoquant une mesure censoriale et une atteinte à la liberté d’expression. Par la suite, le groupe Stefane et 3G admit que la chanson comportait bien un message politique et que leur objectif était de ridiculiser Vladimir Poutine128.
          En 2009, les relations entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan furent particulièrement tendues. Ainsi, après la première demi-finale, la délégation azerbaïdjanaise se plaignit officiellement auprès des organisateurs russes et de l’UER. La carte postale introduisant l’Arménie montrait en effet un monument nommé Nous sommes nos montagnes, représentant les têtes géantes stylisées d’un couple de paysans. Or ce monument était situé au Haut-Karabagh, région sécessionniste d’Azerbaïdjan, peuplée majoritairement d’Arméniens et constituée en république de facto, non reconnue par la communauté internationale. Lors de la finale, la carte postale de l’Arménie fut éditée et l’image controversée, supprimée. Mais la télévision publique arménienne décida de répliquer durant le vote. L’image du monument fut incrustée à l’écran, derrière la porte-parole arménienne, et collée sur le support lui permettant de lire les résultats. Après la finale, l’Arménie accusa publiquement l’Azerbaïdjan d’avoir empêché les téléspectateurs azerbaïdjanais de voter pour la chanson arménienne, en masquant les numéros téléphoniques nécessaires, et d’avoir ainsi manipulé les résultats en sa défaveur129. En outre, elle révéla que plusieurs citoyens azerbaïdjanais avaient été arrêtés et interrogés par la Sûreté Nationale, qui les soupçonnaient d’avoir malgré tout voté pour Inga et Anush130. Les autorités azerbaïdjanaises démentirent vivement ces accusations, mais l’UER décida de lancer une enquête131. Il fut finalement prouvé que la télévision publique azerbaïdjanaise avait manipulé le vote. L’UER lui infligea une amende, ainsi qu’une menace de sanction : en cas de récidive prouvée, le pays serait exclu de l’Eurovision pour trois ans132. À la suite de cette controverse, l’UER modifia le règlement du Concours, y incluant une interdiction formelle de violer la vie privée des téléspectateurs et une obligation de leur laisser leur entière liberté de vote. En outre, les télédiffuseurs seraient désormais tenus responsables de toutes les actions en rapport avec le Concours, entreprises par leur gouvernement. Si ce dernier enfreignait le règlement, les télédiffuseurs se verraient infliger amendes et autres exclusions133.
          En 2012, l’Arménie décida de se retirer du Concours, qui avait lieu à Bakou, en Azerbaïdjan. La télévision publique arménienne craignit que la sécurité de sa délégation ne puisse pas être assurée par les autorités azerbaïdjanaises. Les tensions entre les deux pays demeuraient toujours fort vives, en raison de leur conflit à propos du Haut-Karabagh134
          En 2014, les tensions géopolitiques entre la Russie et l’Ukraine eurent des conséquences sur le déroulement du Concours. Après avoir été huées lors de leur qualification à l’issue de la première demi-finale, les candidates russes, les jumelles Tolmatchevy, se firent à nouveau huer et siffler durant leur prestation en finale, puis à chaque attribution de points à la Russie, lors du vote. La porte-parole russe, la chanteuse et présentatrice Alsou (qui avait représenté la Russie en 2000), fut également huée lorsqu’elle apparut à l’écran pour délivrer les résultats de son pays135.
          En 2014, l’Autriche remporta pour la seconde fois le Concours136. La candidate autrichienne, Conchita Wurst (de son vrai nom Thomas Neuwirth, dit Tom Neuwirth), était une drag-queen portant une barbe en signe distinctif. Sa participation fut contestée dans certains pays participants, dont la Biélorussie, la Russie et l’Ukraine137. Il y eut des appels à ne pas diffuser sa prestation.
          Controverses géographiques[modifier | modifier le code]
          En 1966, pour la toute première fois, le public hua des porte-paroles : celui de la Norvège (qui attribua un vote à la Finlande, trois au Danemark et cinq à la Suède) et celui de la Finlande (qui attribua un vote à la Yougoslavie, trois au Danemark et cinq à la Suède). Il semble que le vote « en bloc » des pays scandinaves ait particulièrement déplu. La représentante suédoise, Lill Lindfors, demeura persuadée qu’elle dut sa deuxième place à une conspiration entre les jurys danois, finlandais, norvégien et suédois, afin de mettre fin à la suprématie des pays francophones30.
          En 2007, les résultats de la demi-finale et de la finale furent vivement critiqués par certains médias des pays d’Europe de l’Ouest. Ils dénoncèrent tout d’abord la qualification, à l’issue de la demi-finale, de dix pays d’Europe de l’Est et l’élimination de tous les pays d’Europe de l’Ouest138. Ensuite, ils remirent en cause le système de vote employé, les votes géographiques et partisans, ainsi que l’injustice des résultats de la finale. La polémique enfla au point d’être évoquée au Parlement britannique. D’autres médias d’Europe de l’Ouest dénoncèrent ce procès d’intention et estimèrent ces réactions insensées et chauvines. Selon eux, la victoire de la Serbie était amplement méritée et les dix pays qualifiés avaient simplement présenté de meilleures chansons139. De son côté, l’UER réfuta toute partialité dans le vote, qui ne reflétait que la qualité des chansons. L’Union fit ensuite publier une étude statistique : les résultats de la finale auraient été sensiblement identiques si seuls les pays d’Europe de l’Ouest avaient voté. Et le vainqueur aurait été le même140.
          En 2008, comme l’année précédente, les résultats du Concours suscitèrent la controverse dans les médias des pays d’Europe de l’Ouest. Et comme l’année précédente, l’UER commanda à la compagnie Digame, une étude statistique des votes. Il apparut qu’aucune fraude, ni aucune manipulation n’avait eu lieu. La victoire de la Russie demeurait incontestable. Le pays avait certes bénéficié de votes géographiques, mais aurait tout de même remporté le Concours, si seuls les pays d’Europe de l’Ouest avaient voté. La conclusion de l’étude soulignait le facteur déterminant de la victoire russe : le pays avait reçu des points de 38 pays sur les 42 votants1

          1. KaYan

            Merci Nico de ces informations l’Eurovision n’est pas un long fleuve tranquille 😉

        2. Francis

          La réponse de Nico est très complète, comme toujours. Merci à lui pour cette liste quasiment exhaustive 😀

          Je rajoute simplement qu’en 2010 la Lituanie chantait qu’ils avaient vaincu les Rouges et deux Guerres Mondiales, ça n’avait choqué personne. Pas plus que la chanson grecque de 1976 qui parlait des réfugiés chypriotes fuyant l’occupation turque.

          1. Quentin

            Copiée sur Wikipedia aha!

            Mais Nico y a mis du coeur. 😉

          2. Nico

            En effet, je le précise au début de mon commentaire, merci à Wikipedia, tout ça pour démontrer que des controverses politiques existent à l’Eurovision depuis de nombreuses années et cela bien avant l’arrivée de pays tels que l’Ukraine et la Russie.

            Néanmoins cela n’excuse en aucun cas le comportement de la Russie pour cette année qui savait très bien que la pauvre Yulia poserait problème en l’envoyant chanter son titre à Kiev,

            Fin de l’épisode en ce qui me concerne, leur retrait était la meilleure chose à faire.

          3. KaYan

            Merci Francis en 2010 j’ai dû suivre l’Eurovision de loin je pense car je n’ai pas souvenir de cet épisode !

  19. EurovisioneurBZH

    Bien la polémique est close a présent ! Ça commençait a devenir long cette histoire !

  20. Tano

    « La règle d’or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu’une partie de la vérité et sous des angles différents » -GANDHI-

  21. Jerem

    Enfin une décision logique.
    Arrêtez d’accabler l’Ukraine les russes étaient au courant que Julia serait Ban, si les ukrainiens commencent à faire une exception pour le concours c’est la crédibilité du gouvernement qui en prendrait un coup.
    je suis juste triste pour Julia et j’espère que les russes tiendront parole.

    1. Alexandre

      Si les russes tiennent parole, alors il vaut mieux que ce soit définitivement l’Italie plutôt que la France qui gagne.
      Car il y a un gros risque que Yulia attire davantage de sympathie après cette enième polémique et qu’elle finisse par gagner le concours (possibilité à ne pas balayer d’un revers de la main) car ne nous leurrons pas, les médias ne vont pas se priver de rappeller la polémique l’an prochain.
      Et en tant qu’eurofan français, ça me ferait royalement chier de voir une chanson gagnante sur mon sol pour des raisons uniquement politique, quatre décennies après notre dernière organisation.

      Après, c’est une bonne chose que la Russie se fasse dégager. Ce comportement de sale gosse est déplacé vu ses excellents résultats que même la Suède n’a pu égaler depuis 2012 (je parle en terme de top et non de victoires). Agir ainsi c’est un manque de respect total vis-à-vis des personnes (eurofans, téléspectateurs, jurys et organisateurs) qui lui font confiance et ont pensé que le pays était raisonnable. En plus, ça fera une mauvaise chanson en moins à se farcir en finale. Voyons qui sera le 10ème qualifié chanceux qui aurait été laissé sur le carreau.
      Néanmoins, je pense que l’Ukraine ne vaut pas mieux et doit également être punie l’année prochaine. Que les deux pays reviennent en 2019 sur un terrain neutre (donc pas la Biélorussie, l’Azerbaijan ) après s’être calmée et avec de vraies bonnes chansons fédératrices !

      1. Jean Michel

        C’est tout de même une réflexion politique !!! J’espère voire Alma remporter la compétition cette année car la chanson est bonne. .tout simplement !!! Et de voir France télévisions organiser le concours à Paris ou ailleurs ce sera le fait que notre belle représentante ai devancé dans les points l’ultra favori italien de cette année !!!
        L’artiste doit être mis en avant quelle que soit les chansons présentées en 2018 !!
        Je préfère penser à l’artiste qui ramenera le trophée chez elle. .. et à la suite de sa carrière !!!
        Et les votes 2018 ne seront qu’un détail avant tout !!!
        Bonne chance à Alma !!!
        Forza italia !!!

        1. Alexandre

          Je suis d’accord, je serais aux anges si Alma remporte le trophée et que l’Europe aille en France l’année prochaine.
          Si j’ai eu cette réflexion, c’est aussi afin d’éviter de voir mon espoir douché trop froidement même si une Italie victorieuse et une France dans le top 5 stricte minimum me conviendraient.

        2. BretagneLibre

          Dans le top 10 du jury il n’y aura que des pays occidentaux (peut-être à l’exception de la Bulgarie et de l’Azerbaïdjan) à mon avis pour que l’organisation en 2018 ne se fasse passe pas dans le bloc soviétique.

          1. Jean Michel

            J’espère toujours que l’on vote pour une chanson et non un pays !
            Suis-je un utopiste ???
            À en lire certains. .. j’ai parfois un doute !!!!

          2. Eurovista

            Non, tu n’es pas utopiste, parce que sinon les Pays-Bas n’auraient pas terminé deuxième en 2014, l’Autriche n’aurait pas gagné, l’Allemagne non plus en 2010… Il est vrai que certains pays ont tendance à voter pour ses amis et voisins (le fameux matelas de points Russes, ça existe). Mais, dans l’Eurovision de l’ère actuelle, ce qui compte ce ne sont pas les 12 points que la Grèce donne à Chypre, ou que la Moldavie donne à la Roumanie, mais les « petits points » attribués par les pays qui n’ont pas d’affinité entre eux. Celui qui gagne l’Eurovision, c’est parce qu’un très grand nombre de pays aura voté pour lui (et pas seulement un bloc géographique).

          3. Picasso

            Effectivement, les votes « geopolitiques » n’ont pas d’influence sur le vainqueur voir le top 5…cela permet seulement à certains de faire top 10 ou top 15.
            Pour moi, les années noires (= dérive du 100% télévote) de 2004 à 2008 sont bien du passé.

            Moi, je suis fan du concours et je vote pour les chansons que j’aime quelque soit les pays représentés.
            Si pour une édition, mon top 5 est entièrement de l’Est, je m’en fout…c’est que j’estime que ce sont ces pays là qui ont envoyé les meilleures contributions

    2. Eric 35

      L’Ukraine n’a jamais refusé à la Russie de participer… Plusieurs solutions leurs ont été proposé : prestation par satellite, changement de candidat… Ils savaient très bien ce qu’ils voulaient faire en envoyant Julia, ils en connaissaient l’issue dès le départ. Ils ont voulu faire leur petit numéro pour ne pas se désister du début et faire passer l’Ukraine pour les « méchants ». Ne soyons pas naïfs. J’espère vraiment que l’UER ne va pas pénaliser l’Ukraine l’an prochain. En tout cas, quel soulagement…; Bye bye le pays homophobe et dictateur, on se passera bien d’eux. Ce qui est triste, c’est pour Julia, d’avoir été entraînée et manipulée dans cette sombre histoire et pour les Russes qui seront privés (à la TV) de leur concours préféré…

  22. philippe

    Peut-on avoir des scrupules, voire des regrets pour un pays qui reste par le biais de son ambassadeur à l’ONU insensible aux massacres d’enfants en Syrie et dont les sportifs de haut niveau sont pour beaucoup reconnus dopés et interdits de compétition, sans parler de l’oppression (voire solutions  »définitives ») des opposants, les manipulations informatiques, etc … Un tel pays peut-il participer aux rassemblements culturels, sans compter que les créations artistiques apportées au ESC par la Russie sont vraiment bien modestes pour rester courtois.

  23. Quentin

    Cette Julia me touche, elle voulait réaliser son rêve, et elle le réalisera un jour ou l’autre.

  24. Denez

    Je ne me suis pas encore exprimé sur le sujet (à part une ou deux fois lors de la présentation de la chanson russe, je crois). Tout d’abord, même si je n’aimais pas la chanson, je suis vraiment désolé pour Yulia, qui ne méritait pas ça. Mais tout ceci sentait le coup fourré depuis le départ… Il ne pouvait pas y avoir de bonne solution, vu la situation entre les deux pays. On peut s’offusquer que le concours soit victime de la politique, mais c’est loin d’être la première fois, comme l’a démontré Nico. Il faut se rendre à l’évidence, dès qu’il s’agit d’une compétition internationale où ce sont des pays qui sont représentés, cela devient pratiquement inévitable, c’est la même chose pour les Jeux Olympiques, ou différents championnats du monde (surtout en patinage artistique). A ce titre, j’ai très peur pour le déroulement de la Coupe du Monde de football l’an prochain en Russie, surtout au vu du comportement des supporters russes l’an passé à l’Euro.
    Je pense qu’il était souhaitable que la Russie se retire, l’ambiance aurait vraiment été détestable à Kiev (ne parlons même pas de la sécurité de la chanteuse russe…)
    Et comme beaucoup d’entre vous, je doute fort que ce sera elle la représentante russe l’an prochain. La Russie voudra taper fort pour son retour… Si elle revient…

  25. Eurovista

    Je crois que les responsables de la télévision ukrainienne ont très bien résumé la situation et que leur déclaration fait une bonne conclusion à cette triste affaire.

  26. Frish

    @Tonton Nico et bien je suis ravi que la belle miruna soit heureuse.
    Et puis la bonne nouvelle c’est qu’elle n’est plus 34ème chez les bookmakers mais 33.
    La roue tourne et la lumière est au bout du tunnel.

    Tandis que notre Blanche à chaque fois qu’on l’a sort en concert elle perd des
    places si bien que son surnom en Belgique est devenu « tais-toi »

    Bon allez Turin ou Milan 2018 y’a plus qu’à parier sur la ville hôte.
    Rome ça m’étonnerait pas de salle de concert aussi grandes que les
    2 villes sucitées.

    1. Nico

      Oui mais les bookmakers n’ont toujours pas compris que ce n’est pas Rykka qui chantera à Kiev ¨! Quand Miruna leur donnera plusieurs coups de fouet, ils vont vite changer d’avis. mdr… La Suisse est 6ème de sa DF sur http://www.escnation.com et 12ème de la grande finale, donc tout va bien pour dans le meilleur des mondes mon bon Frish, cependant, ta candidate préféreé  » Tais-toi « , elle risque de bien plus les décevoir ces messieurs qui prétendent nous livrer la messe avant l’heure. Espérons qu’elle se sera remise ce soir à Madrid, à moins qu’elle ait raté son avion ? mdr Non cher Frish, maintenant on va devoir prier tous les jours pour la victoire d’Alma ou du beau Francesco à Kiev avant que notre jeune bulgare encore tout glabre ne vienne les dégommer.

  27. micest

    la Russie a provoque et a recolte la mise !! ils ne voulaient pas participer a Kiev. les gens qui ont manigance cela on pris en otage les millions de Russes fans de l Eurovision
    ils savaient bien ce qu ils faisaient c etait boucle d avance

  28. Tano

    Quand deux pays, qui engrangent chacun de bonnes raisons pour se détester, trouvent en plus un prétexte fallacieux pour dévoyer un concours qui se prétend apolitique, et qu’ils obtiennent l’assentiment des autorités organisatrices, c’est qu’il y a quelque chose de pourri qu’il faudra éradiquer au plus vite, si l’on ne veut pas que cette situation perdure. Nico nous a démontré que les scandales ont toujours émaillé les concours précédents. Pourtant, la tournure que prennent actuellement les évènements politiques et sociaux de par le monde, aussi inquiétante soit-elle, ne devrait en aucun cas affecter des artistes dont on se sert pour exalter une rancœur, une haine, un ostracisme. Vraiment désolé que Julia en fasse les frais, elle qui aurait pu, mieux que toute autre, brandir un étendard de paix et d’amour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>