Interview du Président du Groupe de Référence

Le Président du Groupe de Référence, l’Allemand Frank-Dieter Freiling, a accordé une nouvelle interview au site Eurovision.de.

M. Freiling se réjouit de la victoire du Portugal et du succès rencontré par cette soixante-deuxième édition du Concours. Il se montre néanmoins plus réservé quant à l’organisation générale, aux retards et aux problèmes rencontrés par l’UER et la télévision publique ukrainienne.

M. Freiling déplore à nouveau les manipulations politiques du Concours et la dispute russo-ukrainienne. Il réaffirme que les deux diffuseurs seront sanctionnés, puisqu’ils n’ont pas respecté le règlement. Ces sanctions seront discutées et décidées lors de la prochaine réunion du Groupe de Référence, ce lundi 12.

M. Freiling souligne la situation exceptionnelle qu’a dû gérer l’UER. Jusqu’ici, l’Union ne traitait qu’avec les diffuseurs-hôtes, jamais avec les États et les gouvernements. Ce fut le cas cette année et cela aura des conséquences importantes pour l’avenir. En premier lieu, une implication plus grande de l’UER dans l’organisation du Concours.

Cela rassurera également, selon M. Freiling, les diffuseurs les moins riches. En cas de victoire, l’UER se chargera de l’essentiel des préparatifs, permettant ainsi à chaque vainqueur d’accueillir sans faute et sans crainte le Concours, l’année suivante. M. Freiling y voit d’ailleurs là un principe sacro-saint.

Enfin, M. Freiling rappelle que si l’édition 2018 se déroulera bien au Portugal, aucune ville-hôte n’a encore été choisie. M. Freiling souhaite qu’il y ait un appel à candidatures, ouvert et libre.

 

(6 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Ca va dans le bon sens.

  2. Très intéressant cet article, notamment à propos des pays qui faisaient des choix très moyens ou même mauvais, par crainte de gagner le concours, faute de moyens financiers. Cela va sans doute améliorer la qualité des chansons et encourager à faire des sélections plus pointues à l’avenir.

    On risque de retrouver la Bosnie Herzégovine l’année prochaine et pourquoi pas la Slovaquie. Cela va peut être encourager Saint-Marin de continuer à participer et surtout d’arrêter de faire appel à Ralph Siegel et d’envoyer enfin une très bonne chanson en italien mais par pitié, sans la Queen Valentina !

    Je pensais bien que Lisbonne n’était pas un choix définitif, néanmoins, ce serait tout de même le meilleur endroit au Portugal pour accueillir le concours selon moi.

    Et pour terminer, je trouve tout à fait normal que la Russie et l’Ukraine soient sanctionnés par l’UER mais j’espère quand même que la sanction ne soit pas trop lourde au point d’interdire ces deux pays de participer l’année prochaine.

  3. Cette décision de sanctionner l’Ukraine est inacceptable. Nul n’a le droit de s’immiscer dans la politique intérieure ou les lois d’un pays, et surtout pas l’UER. Ou alors, c’est la porte ouverte à toutes les dérives…

  4. « aucune ville-hôte n’a encore été choisie. M. Freiling souhaite qu’il y ait un appel à candidatures, ouvert et libre. »
    La grosse langue de bois comme si à part Lisbonne il y avait une autre ville ??? Quant aux sanctions si c comme notre CSA avec l’émission TPMP en effet l’Ukraine et la Russie peuvent dormir tranquille 🙂 🙂 franchement que des neuneus ces mecs

  5. Lisbonne est tellement évident …mais faut vexer personne

  6. moi je voterai pour une exclusion d un an pour Russie et Ukraine mais je pense que ca n arrivera pas…trop d enjeux financiers et quand on voit l enorme baisse d audience suite à la non diffusion en Russie on se dit que l Uer ne prendra pas un tel risque…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :