Mar 09

Florilège de versions 2017… Hongrie !

La Hongrie sera représenté par Joci Pápai et sa chanson « Origo », sélectionnée via A Dal 2017.

Que signifie ce titre ?

Comme je manie le hongrois à la perfection ?!? Ouh ouh ouh ouh, j’ai cherché la traduction de la chanson, mais je n’ai trouvé que la traduction du titre, ouh ouh ouh. Ca veut dire « Origine ».

Pendant que certains célèbrent des messes (Requiem), d’autres font de la méditation (Occidentali’s Karma) ou bien s’envolent vers l’espace (Apollo), la Hongrie, elle, est retournée au big bang (origine de notre planète). Et oui, quoi de mieux que de revenir aux sources !

Blague à part, la Hongrie a laissé tomber l’anglais pour chanter dans sa propre langue une chanson à la mélodie tzigane qui allie modernité et folklore.

Voici quelques versions de cette chanson !

Nous avons la version guitare + chant :


Nous avons aussi la version féminine a capella qui vaut le détour :

Voici une version plus professionnelle faite dans un studio :

Voici la version DJ :

Voici la version Danny McEvoy :

Nous avons la version masculine a capella : attention les oreilles !

Et pour finir, nous avons la version avec les paroles. Pour ceux qui veulent essayer de se frotter à cette chanson, bon courage!

Pour conclure Virgile a dit un jour : « Heureux qui peut savoir l’origine des choses ».

 

 

(5 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. J’aime bien les sonorités de cette chanson et il chante très bien. J’espère vraiment qu’il sera en finale.

  2. Voilà les paroles en anglais

    You must close your eyes,
    so you will see me.
    To conquer my heart
    You must know my soul
    If you don’t need me, let me go
    I was born a vagabond.
    I have suffered enough,
    but God sees me.

    Jálomá lommá, jálomá lommá
    Jálomá lommá lomalom……

    Why did you lie to me
    That the color of skin doesn’t matter?
    You know that I have brown eyes,
    This never changes
    I’m not asking you anymore
    Get out of here, leave me!
    I don’t to see you.
    I curse you forever.

    Jálomá lommá, jálomá lommá
    Jálomá lommá, lomálom…

    God spoke to me when I was 4 years old.
    He put a real gun in my hand
    I knew only He can take care of me
    I practised more than a samurai
    I can trust Him, He always tells the truth
    I cry with Him but he shows me the way
    This alliance will last forever
    It’s not expendable, He is the most supreme treasure

    Mysterious forces were in the child
    They were afraid of him, it shows in their eyes
    My strings are attached, the body cries
    You defend yourself in vain – the instrument is poisoned
    I soak the people with music
    You hear my melody, you know my name
    The road is long, I have sores on my back
    Tears of a thousand people are played on my guitar

    Jálomá lommá, jálomá lommá
    Jálomá lommá lomalom
    Jálomá lommá, jálomá nédinná
    Jálomá lommá, lomálom

    1. merci Kayan.

      1. De nada 🙂 des paroles sombres et fortes quand même !

    • Jean Michel on 9 mars 2017 at 19:13
    • Répondre

    Pour ma part j’aime beaucoup mais la tenue portée lors des qualifications en live me laisse dubitatif !!
    La sonorité du chant OK mais la tenue vestimentaire au bout du bout. ..non merci !!!!
    Je laisse méditer la délégation hongroise !!!

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

%d blogueurs aiment cette page :